Cinq ans après l’attentat de Nice, la menace terroriste est toujours « très importante »

Août 7, 2021 | Anti terrorisme, France

Cinq ans passés, le front de mer de Nice est passé d’un lieu de fête à une scène d’horreur lorsqu’un homme au volant d’un camion a traversé la foule en regardant un feu d’artifice le jour de la Bastille.

86 personnes tuées, dont 10 enfants, et 458 blessées.

Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, l’attaquant d’origine tunisienne, a été abattu lors d’un échange de coups de feu avec la police après son saccage de deux kilomètres sur la Promenade des Anglais.

 

L’attaque a été revendiquée par le groupe d’État islamique, qui a déclaré que Lahouaiej-Bouhlel avait répondu à l’appel aux armes du groupe militant. Mais selon les procureurs, rien ne prouve que Bouhlel ait juré allégeance au groupe extrémiste.

Le massacre faisait partie d’une vague d’attentats terroristes djihadistes à travers la France qui intervient moins d’un an après les attentats meurtriers de novembre 2015 qui ont fait 130 morts, des attentats à la bombe et des fusillades à Paris, dont les victimes ont péri dans la salle de concert du Bataclan.

Au total, les attaques terroristes en France depuis 2014 ont fait 264 victimes et 1 200 blessés , selon l’agence française de renseignement intérieur.

Cinq ans après les atrocités de Nice, l’attention des médias s’est largement détournée de la menace terroriste pour se concentrer sur la pandémie et ses retombées.

Avec le soi-disant groupe d’État islamique vaincu militairement en Irak et en Syrie et la fin des attaques terroristes de masse sur le territoire français, on a l’impression que la menace djihadiste en France a diminué. Mais à quel point est-ce précis ?

Le menace est toujours « très importante »

« Le niveau de menace est encore très important en France en ce moment et nous avons eu plusieurs attaques au cours des derniers mois perpétrées par des acteurs isolés », a déclaré Marc Hecker, directeur de la recherche et de la communication à l’Institut français des relations internationales (IFRI).

Au cours des 18 derniers mois, sept attaques djihadistes ont été perpétrées en France, ont indiqué des responsables du renseignement, tandis que cinq complots d’attaque ont été déjoués.

Parmi les atrocités qui ont choqué la nation, il y a le meurtre du professeur d’histoire Samuel Paty, qui a été décapité en octobre de l’année dernière après avoir montré à ses élèves des caricatures du prophète de l’Islam Mohammed dans son cours sur la liberté d’expression.

Share This