Les répercussions de l’assassinat du leader de l’Etat islamique en Europe

Fév 12, 2020 | Les rapports, UE

L’organisation ISIS a retenu l’attention de nombreux chercheurs et experts en sécurité et en stratégie, compte tenu de sa propagation rapide, de sa gravité et de sa capacité à frapper n’importe où et l’incapacité d’attendre ses prochains pas.

L’assassinat du chef de l’Etat islamique en Syrie, Abu Bakr al-Baghdadi, a soulevé les inquiétudes des cercles de sécurité concernant les représailles attendues. Surtout que l’organisation a mené déjà plusieurs opérations terroristes dans les capitales européennes comme « Paris et Bruxelles ».

L’État islamique a justifié les opérations avec deux prétextes. Le premier est un argument idéologique, où il décrivait Paris comme la capitale de la « fornication et des péchés et la première grue de la brigade de croisade en Europe », le deuxième argument est le résultat de son intervention militaire au sein de la coalition internationale luttant contre l’organisation dans son cœur au Levant. Une dimension tactique peut également rejoindre ces justifications centrales – des possibilités opérationnelles relativement faciles à déplacer.

Pour sa part, le Dr Ibrahim Abrash estime que ces actions étaient attendues et sont l’un des résultats du printemps arabe dans le cadre de la nouvelle industrie du Moyen-Orient, et comme résultat attendu de l’intervention militaire française et occidentale dans les pays arabes, surtout après que la réalité de l’intervention occidentale a commencé à apparaître au cours des révolutions arabes et dans la fabrication de groupes d’opposition islamistes.

L’Occident avait renversé le régime de Saddam Hussein et Washington a occupé l’Irak. En Libye, le régime de Kadhafi qui a préservé l’unité de l’État libyen a été renversé par une intervention militaire occidentale directe, et l’Occident a incité le peuple syrien à Le régime d’Assad, sous prétexte qu’il s’agit d’une dictature, a ensuite soutenu et financé des groupes religieux extrémistes qui ne croyaient pas à la démocratie ou aux droits de l’homme, pour faire des ravages et de la corruption en Syrie.

Les opérations terroristes attendues en Europe

Alors que les attaques de l’Etat islamique sur le sol européen ont récemment diminué, les responsables européens avertissent que la menace demeure. En ce sens coordinateur de la lutte contre le terrorisme de l’Union européenne, Gilles De Kerchove, pense qu’il pourrait y avoir des représailles de la part de personnes qui veulent se venger du meurtre de leur chef Ibrahim al-Badri. (Abu Bakr Al-Baghdadi).

Dans le même ordre d’idée, De Kerchove souligne que les intérêts de la sécurité et de la police sont plus vigilants que jamais ces jours-ci, il se demandant s’il est possible d’éviter à nouveau l’émergence d’une organisation extrémiste à moyen terme. Selon l’Union européenne, il y a plus de 9 000 combattants dans les rangs de l’Etat islamique en Syrie et en Irak, dont beaucoup détiennent des passeports européens et peuvent retourner chez eux.

Pour sa part, le commissaire à la sécurité de l’Union européenne, Julian King, confirme qu’il y a 500 femmes et hommes européens dans les centres de détention en Syrie, et environ 1400 enfants dont l’un des parents détiennent la nationalité européenne.

L’assassinat du chef de l’Etat islamique (EI) Abu Bakr Al-Baghdadi a soulevé les inquiétudes des cercles de sécurité en Europe quant aux représailles anticipées, et comme une sorte de preuve d’existence, à travers des opérations individuelles ou collectives que l’organisation peut mener au cœur de l’Europe, notamment dans les grandes villes, afin d’envoyer un signal au monde selon lequel il est toujours debout et capable de délivrer des frappes en dépit de nombreuses opérations de dissuasion qualitatives, grâce à une série d’outils et de méthodes, notamment:

Les loups solitaires :

Les loups solitaires sont une stratégie poursuivie par l’organisation afin d’échapper à l’étau sécuritaire qui se resserre contre elle, pour contrer les poursuites en matière de sécurité.

Elle faisait de chaque individu ou petit groupe d’individus une « bombe à retardement » capable d’exploser et de frapper à tout moment.

L’organisation avait précédemment annoncé l’entrée de 3000 membres d’EIIL avec les migrants, en plus de 600 experts, par conséquence, l’Europe a eu tendance à adopter des lois plus strictes en matière d’immigration et d’asile.

Les grandes opérations collectives :

À l’étape suivante, l’organisation pourrait entreprendre de lancer des opérations collectives massives, comme cela s’est produit lors de l’opération de Paris ou de Bruxelles, pour causer le plus grand nombre de morts, afin de venger leur leader Abu Bakr Al-Baghdadi.

Ce type d’opération peut nécessiter une planification de haut niveau et de longues périodes de qui ne devrait pas se produire dans un proche avenir. Cela en raison des pertes enregistrées par l’organisation terroriste ces dernières années et de la capacité de frappe des services de sécurité en Europe et à l’étranger.

Détournement et bombardement des avions :

L’organisation terroriste pourrait également recourir au détournement et au bombardement d’avions civils comme cela s’est produit lors des événements du 11 septembre 2001, en réponse à l’assassinat de son chef par les forces américaines.

Etant donné que le détournement et le bombardement d’avions peuvent provoquer une crise majeure dans le domaine de l’aviation civile d’une part et affecter la sécurité et la circulation des voyageurs. D’autre part, surtout que l’organisation s’efforcera au cours de la période à venir de se préparer à un événement majeur qui représente une réaction au niveau de l’assassinat d’une personne de la taille d’Abou Bakr Al-Baghdadi.

Conclusion :

L’État islamique (EI) ne passera peut-être pas l’assassinat de son chef Abu Bakr Al-Baghdadi aux mains des forces américaines, car la nouvelle direction de l’organisation, d’une part, doit démontrer sa capacité à mener des frappes spécifiques sur son territoire et à l’étranger, ce qui donne un signal fort que l’organisation demeure et poursuit ses opérations internes et externes, d’autre part, l’Etat islamique veut une forte vengeance en réponse à l’assassinat du chef de l’organisation pour faire réfléchir les États-Unis et les pays européens avant de se lancer dans de telles opérations dans les prochains jours.

Par conséquent, l’arène européenne reste la place la plus vulnérable pour les représailles attendues en raison de la proximité de la distance et de la présence de cellules dormantes, Cela nécessite une plus grande vigilance de la part des services de sécurité européens à l’avenir.

———————————————

Listes des références :

  1. Connecticut, York, État islamique revendique la responsabilité des attentats de Paris, Reuters Le Caire, daté du 14/11/2015, sur le lien :

https://2u.pw/BsokH

  1. Le rapport de l’Etat islamique adopte les attentats de Paris qui ont tué 128 personnes, selon le journal libanais An-Nahar, 14/11/2015
  2. Oded Eran et Adam Hoffman. The Slaughter In Paris (Le massacre de Paris): motifs et répercussions, Atlas Center for Studies, citant le magazine israélien de la sécurité nationale, 18/11/2015
  3. Connecticut, York, l’État islamique revendique la responsabilité des attentats de Paris, Reuters Le Caire, daté du 14/11/2015, sur le lien :

https://2u.pw/BsokH

  1. Abrash, Ibrahim: L’Occident est victime ou créateur du terrorisme, le point de rencontre de la culture et de l’identité nationale palestiniennes, Palestine, 15/11/2015 AD.
  2. Diab, Ahmed, attentats de Bruxelles, répercussions possibles d’un terrorisme frappant pour la capitale européenne, Future Center for Research and Advanced Studies, Beyrouth 2016.
  3. Michel Abou Najem. Les opérations à Bruxelles révèlent le manque de coordination européenne de la sécurité, Asharq Al-Awsat, 23 mars 2016, au lien suivant : https://2u.pw/YCiai
  4. Sami Fradi, L’Union européenne appelle à la vigilance par crainte de représailles après le meurtre du leader de l’Etat islamique, EuroNews, 1er novembre 2019, sur le lien suivant :

https://2u.pw/0RNbv

 

Mots clés :Al-Baghdadi | Europe | Irak | ISIS | Syrie
Share This