Une relation troublée :Escalade des opérations contre les forces françaises, après un coup d’État militaire au Mali

Sep 23, 2020 | Les rapports

Les meurtres se sont intensifiés contre les forces françaises déployées dans la région du Sahel, la semaine du 05/09/2020, deux soldats ont été tués et un troisième membre de la force Barkhane a été blessé dans le nord du Mali, lorsqu’un engin explosif artisanal a explosé au passage de leur véhicule blindé, dans la région de Tessalit. Le groupe « Soutien à l’islam et aux musulmans », considéré comme le plus grand groupe de soutien à « Al-Qaïda » au Sahel et au Sahara, a revendiqué l’attentat terroriste qui a tué un soldat français dans le nord du Mali le 23 juillet.
Cette escalade des opérations coïncide avec des événements charnières au Mali, qui sont considérés comme des indices de la morosité des conditions du pays, qui permettent aux groupes terroristes de les exploiter comme suit :
· Coup d’État militaire au Mali :
En août dernier, le Mali a vécut un coup d’État militaire contre le président Keita et son gouvernement, dirigé par des officiers de l’armée mécontents, pour protester contre la détérioration des conditions de vie dans le pays et la corruption qui a provoqué la colère populaire ensuite militaire.
Le coup d’État est venu deux ans seulement après la réélection de Keita à la présidence en 2018, mais les mauvaises conditions de vie et la corruption ont suscité une colère populaire généralisée ces derniers mois et une foule immense qui avait appelé le président Keita à démissionner, jusqu’à ce que la colère se propage dans l’armée. Il semble que ce qui a commencé comme une rébellion transformée en coup d’État sera bien accueilli par le grand nombre de manifestants qui sont descendus dans la rue il y a des mois, appelant le président Keita à démissionner.
Le ministère français des Affaires étrangères a condamné ce qui s’est passé au Mali et l’a considéré comme un événement dangereux, non pas parce qu’il conduirait à une déstabilisation supplémentaire de la situation là-bas, mais contribuerait plutôt à la propagation de groupes terroristes. D’autant que la France a souligné des similitudes entre ces événements et les événements de 2012, lorsque la mauvaise gestion de la rébellion par le gouvernement a conduit à un nouveau coup d’État. Les jihadistes ont profité du chaos pour s’emparer du nord du Mali. Et ils poursuivent leurs activités dans toute la région.
Par conséquent, Paris a continué d’élever le niveau de prudence de ses forces présentes sur place (Barkhane), à la suite du coup d’État, et a tenu à «ne pas arrêter les opérations ». Elle a déclaré que les combats se poursuivront “pour que les djihadistes ne croient pas pouvoir profiter de l’instabilité qui prévaut à Bamako, comme cela s’est produit en 2012.”
Mais les frappes attendues qui pourraient infliger aux Français au vu de cette atmosphère peuvent être très douloureuses, notamment en cas d’interruption des communications entre les révolutionnaires et les forces françaises, ce qui signifie que la coordination sur la lutte contre le terrorisme est arrêtée, d’autant plus que les forces de Barkhane sont peu nombreuses, et elles forment des forces de soutien aux forces régulières maliennes qui y contrôlent et combattent les groupes.
· Exploiter l’aggravation de l’instabilité et la fragilité des frontières :
Les situations de tension militaire dans n’importe quel pays créent plus de vulnérabilité à différents niveaux, politique, économique et sécuritaire … etc. Les frontières sont l’un des principaux points d’inaction qui caractérisent les pays du Sahel. Le coup d’État au Mali est considéré comme une nouvelle influence qui pourrait avoir de graves répercussions sur la sécurité des pays voisins, dans le cas où les frappes politiques et sécuritaires s’étendent au-delà des frontières, d’une manière qui incite les organisations terroristes à essayer de l’exploiter pour cibler les différents intérêts des pays, pour alimenter l’instabilité à différents niveaux, d’autant que l’instabilité les aide à renforcer leurs activités et à soutenir leur expansion dans ces zones. Ainsi, les organisations terroristes peuvent chercher à préoccuper les autorités financières de la gestion de la phase de transition avec tous ses arrangements politiques, sécuritaires et économiques au cours de la période à venir afin de mener davantage d’opérations terroristes. Ces organisations peuvent faire obstacle aux procédures de cette étape afin de prolonger leur durée et ainsi leur donner la possibilité d’élargir le champ de leurs activités.
Cela signifie que les organisations terroristes dans les pays du Sahel chercheront à élargir le champ de leurs activités dans la période à venir, en intensifiant leurs attaques terroristes, non seulement contre les armées de la région, mais aussi contre les forces internationales présentes.
· Saper les efforts français :
La coordination politique et sécuritaire avec le gouvernement malien afin de lutter contre le terrorisme dans la région est une chose indispensable, et le renversement du régime du président Keita pourrait brouiller cette coordination avec les groupes qui ont mené le coup d’État dans la phase suivante.
Bien que les putschistes aient déclaré vouloir respecter les accords internationaux, y compris ce qui permet de lutter contre les « groupes terroristes » ; L’état-major français a nié l’existence de tout contact avec les auteurs du coup d’État, bien qu’une source diplomatique ait indiqué que Paris avait parlé avec les auteurs du coup d’État et d’autres acteurs locaux pour résoudre la crise.
En d’autres termes, le coup d’État peut représenter un revers pour la stratégie française, car les succès remportés ces derniers mois sur les plans politique et militaire risquent d’être perdus.
Sur le plan politique :
Le risque de gaspiller les efforts que Paris a faits et qui ont réussi à mobiliser les pays africains – principalement le Mali – pour la guerre contre les « groupes terroristes ».
Menacer les efforts menés par la France, qui a réussi à former une alliance avec treize pays de l’Union pour former une force conjointe « Takuba » pour affronter les djihadistes dans la région du Sahel, qui est censé être composé de 500 combattants, afin d’aider à lutter contre les organisations terroristes dans les régions des pays du Sahel, aux côtés des forces de Barkhane.
On ne sait pas encore si les évolutions politiques inconnues au Mali vont décourager tout soutien supplémentaire, et le retrait des interlocuteurs de Macron pourrait être plus rapide que leur acceptation de l’engagement au Sahel, qui a pris du temps, et donc l’avenir du Mali apparaît sans solution au moyen terme.
Sur le plan militaire :
Malgré les résultats remarquables obtenus par la France dans les opérations militaires qu’elle a menées ou auxquelles elle a participé, cela ne nie pas que les forces et les sujets français ont été la cible principale de certaines des opérations menées par les organisations terroristes en réponse aux fortes frappes auxquelles ils sont exposés.
Dans ce contexte, un attentat terroriste au Niger le 9 août a entraîné le meurtre de 6 Français travaillant pour l’organisation humanitaire française ACTED, incitant le président français Emmanuel Macron à confirmer que Paris est sur le point de renforcer ses forces et de resserrer les mesures de protection des Français dans la région du Sahel. Le ministère français des Affaires étrangères a également mis en garde les Français de ne pas se rendre au Niger, à l’exception de la capitale, après cette attaque.
Les précédents signes de l’inaction devraient permettre le retour de l’influence des groupes terroristes
Par conséquent, cet article recommande à la France de restaurer
sa stratégie visant à maîtriser au plus vite la situation dans la région, à travers une mobilisation rapide des forces internationales et régionales concernées par la lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel et du Sahara, et avec ce qui se passe dans l’arène financière interne, de manière à la pousser à intervenir pour accélérer, en mettant fin à la phase de transition et en soutenant l’état de sécurité et de stabilité au Mali.
Et rétablir rapidement des lignes de fond de contact avec les groupes putschistes, afin de restaurer la coordination, pour que les efforts sécuritaires des dernières années ne soient pas bloqués dans la région du Sahel, et cela affecte la position de la France dans la région, et ouvre la porte au désengagement de la région du Sahel, principalement dans le domaine de la sécurité, puis dans les autres champs, surtout économique, avec la France.

Share This