Une alliance tripartite égypto-franco-émiratie pour soutenir les efforts de lutte contre le terrorisme dans les pays du continent africain

Mai 16, 2021 | Études

À la lumière des efforts internationaux de lutte contre le terrorisme, les EAU ont récemment engagé des pourparlers avec Le Caire et Paris pour former une coalition à travers laquelle ils cherchent à opérer dans la région du Sahel plus largement en termes de lutte contre le terrorisme.

L’évolution de la situation dans la région du Sahel attire l’attention régionale et internationale, à la lumière des défis sécuritaires et de l’instabilité politique auxquels elle est confrontée, notamment après le meurtre du président tchadien Idriss Deby, et de l’instabilité dans ce pays, en ce moment qui a été caractérisée par un état d’incertitude parmi les parties internationales soutenant les efforts de lutte contre le terrorisme au Sahel, Cela envoie des messages négatifs à toutes les parties de la région et à ses environs, et avec ce que cela soulève en termes d’élargissement des menaces de criminalité et de terrorisme et de la propagation des réseaux de contrebande à travers les côtes libyennes.

Motifs de l’alliance :

Élimination du terrorisme:

La plupart des pays, qu’ils soient régionaux ou occidentaux, sont actifs dans les efforts de lutte contre le terrorisme et de limiter sa propagation, car ce phénomène comporte des risques qui dépassent les frontières des pays dans lesquels il est actif et entre dans le champ de la souveraineté de ces pays, et donc la démarche d’alliance s’inscrit dans le cadre d’une alliance politique et sécuritaire avec la France et l’Égypte. Pour affronter les mouvements islamiques n’importe où, alors que ces pays ont pris sur eux d’affronter ces mouvements d’abord dans la région arabe, qui est la source de cette idéologie, puis sa confrontation s’est maintenant étendue à toute l’Afrique, et dans une tentative de réserver un plus grand rôle pour eux dans la confrontation à l’islam politique au niveau mondial, surtout après le départ du président américain Donald Trump, qui, contrairement au président Biden, accordait une grande importance à ce dossier, si bien que les EAU et l’Égypte se trouvent dans le besoin de construire des alliances plus larges avec de grands pays comme la France qui ont un poids international dans ce dossier.

Les EAU avaient officiellement commencé à fournir une aide financière pour soutenir la force militaire multinationale que la France a formée avec cinq pays africains de la région du Sahel et du Sahara, depuis 2017. À cette époque, elle était estimée à près de 130 millions d’euros lors d’un sommet au cours duquel le président français Emmanuel Macron a accueilli les dirigeants européens et ses rangs dans un souci de renforcement du pouvoir régional des cinq pays sahéliens et sahariens d’Afrique, après que les financements aient constitué un obstacle majeur à leur formation et à leur lancement. Le 25 avril 2020, les EAU ont également annoncé le début de l’opération de vols de soutien logistique pour soutenir les efforts de la France dans la «lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel africain».

Faire face aux tentatives turques de pénétrer dans la région:

Les Émirats arabes unis estiment que les espaces ne devraient pas être laissés vides pour l’expansion de la Turquie dans différentes régions d’une manière qui pourrait nuire à ses intérêts et à ses alliés tels que l’Égypte à l’avenir, en particulier après que la Turquie a pris pied en Libye au détriment de l’influence égyptienne dans ce pays; Par conséquent, cette coopération entre l’Égypte, les Emirats Arabes Unis et la France peut correspondre aux intérêts français et être également saluée par les Égyptiens, notamment en raison de l’équilibre qu’elle porte dans les relations avec la Turquie.

Selon des opinions, “les EAU, qui ont constamment affronté la Turquie dans les pays du Sahel africain, à travers des aides économiques, humanitaires et médicales aux peuples de cette région, voient une nécessité urgente de structurer ces mouvements dans le cadre d’une alliance plus large, ce qui la rend plus efficace. ” Ainsi, lors de la dernière visite du prince héritier d’Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed, au Caire, il avait évoqué l’alliance que son pays réclame avec le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi.

Ce n’est pas la première fois que l’on parle d’une telle alliance. Le 17 décembre de l’année dernière, les Émirats arabes unis se sont activés dans plusieurs directions pour former une force militaire, avec un certain nombre de pays bordant la mer Rouge, en particulier l’Égypte, qui a été annoncé lors d’une visite officielle de Mohamed ben Zayed au Caire sur la poursuite de la compréhension mutuelle avec les pays afin de continuer à faire des efforts conjoints pour faire face aux menaces qui pèsent sur la sécurité et la stabilité des sociétés de la région, à travers ce qu’ils ont qualifié « d’interventions extérieures visant à servir les agendas des parties qui ne veulent pas du bien pour les pays et les peuples de la région »

Investissement économique dans la région du Sahel:

Malgré le déploiement des forces internationales et la militarisation des interventions dans cette région au cours des dernières années, les activités terroristes s’intensifient de façon dramatique, ce qui soulève des questions sur les  interventions militaires, loin d’être liées à de nouvelles approches qui améliorent les chances d’efficacité des solutions politiques telles que:

l’aide au développement, la construction et le développement d’institutions publiques, la fourniture de services et de biens de base et le soutien à la participation de la société civile.

Le Tchad lui-même, dans cette phase de transition critique, a peut-être besoin de ces efforts. Sans parler du rejet croissant de la présence militaire étrangère, notamment française, sur le continent africain. Dans le cadre du renforcement du contrôle dans cette région, la France peut apprécier la présence de l’Égypte en tant que pays d’Afrique musulmane qui a un rôle dans la lutte contre le terrorisme et a l’expérience du développement de son économie après la vague de terrorisme qui l’a frappée, ainsi qu’un pays économique comme les EAU, en les aidant à coordonner ces efforts avec une orientation développementale et civile. Abu Dhabi attache une grande importance au continent brun, car il s’agit de l’une des zones géopolitiques internationales les plus importantes contenant de grandes ressources naturelles, dont la plus importante reste le bassin de Taoudeni, riche en gaz et en pétrole, alors que de nombreux pays se font concurrence pour étendre leur influence dans une région qui est géographiquement et politiquement importante, en tant que corridor médiant les pays subsahariens avec le nord, atteignant la mer Méditerranée et l’Europe, et ce que cela peut accomplir pour les pays qui cherchent à étendre leurs économies.

Indicateurs du succès de la coalition

Il existe une expérience similaire de coopération entre la France, les Émirats arabes unis et l’Égypte en Libye et la crise de la Méditerranée orientale, qui comprend la France, la Grèce, Chypre, l’Égypte et les Émirats arabes unis.

Comme pour toutes les parties, participer à ce dossier leur permet de faire une incursion positive au Sahel, d’autant plus que les groupes terroristes ont profité de l’autoréflexion des pays pour faire face aux répercussions de la pandémie du coronavirus, et sont devenus très actifs, et ont transféré de nombreux extrémistes vers de nouvelles zones de conflit comme la Libye, le Tchad et la Somalie, ce qui leur permet de se déplacer vers la plupart des pays et de menacer les intérêts de ces pays.

Ainsi, la coopération permet de déraciner le terrorisme, et de ne pas attendre que des menaces terroristes apparaissent sur leurs territoires, ce qui est une méthode importante pour se diriger vers la source et affronter le danger dans le pays d’origine et ne pas attendre que les menaces augmentent.

En particulier, l’instabilité au Tchad peut entraver la mission antiterroriste des Nations Unies en faveur de la branche d’Al-Qaïda dans la région du Sahel. Ces signes ont commencé le 18 avril 2021, lorsque les forces rebelles ont commencé à avancer vers la région de N’Djamena avant la mort du président tchadien.

Il est à noter que le Tchad est l’un des principaux contributeurs à la Mission des Nations Unies pour la stabilisation du Mali grâce à une force de plus de 1 400 soldats.

Sans oublier que cette alliance peut contribuer à dresser une nouvelle carte des puissances africaines à la lumière des changements en cours dans le monde, et aider l’Égypte à réaliser divers intérêts, d’autant plus qu’elle possède une vaste expérience dans la lutte contre le terrorisme, sans parler de ses relations avec Les pays africains, ce qui l’aiderait à Une implication plus large dans les affaires africaines, et cela l’aide à passer et à équilibrer son pouvoir en influençant le dossier du barrage de la Renaissance, en particulier contre l’Éthiopie, qui place l’Égypte devant les politiques de facto, et qui a exploité les conditions politiques que l’Égypte traversait pour construire et remplir le Barrage de la Renaissance sans consensus avec les pays en aval, qui menace la sécurité de l’eau de l’Égypte.

Share This