Nouvelles Tentatives de pénétration

Août 29, 2020 | Les rapports

Les chaines de médias comme une tactique turque pour pénétrer dans le Maghreb

Des membres actifs du Mouvement islamique du Maghreb, en particulier des militants algériens et tunisiens, se préparent pour lancer une chaîne médiatique de Turquie entièrement dirigée vers les pays du Maghreb, parmi eux se trouve l’opposant algérien du Mouvement islamique Rachad, Larbi Zitout. Ce projet médiatique recevra très probablement un financement d’investisseurs turcs et moyen-orientaux résidant en Turquie.

Cela peut être considéré comme une nouvelle normale, car de nombreuses personnes cherchent à investir dans les médias. Mais le fait est que ces projets comportent de nombreux objectifs qui renforcent l’expansion du projet turc des Frères en utilisant les outils du soft power médiatique, car cela aide la Turquie à diriger les esprits, par la persuasion et l’accès à leurs croyances et idées par l’attraction, et non par la coercition.

Motifs du lancement de la chaîne médiatique

La nouvelle chaîne a pour objectif de jouer le rôle d’un médiateur qui défend la vision islamique des Frères musulmans et les intérêts des courants islamiques soutenus par la Turquie, ainsi que dans le but de renforcer leur influence dans le dossier libyen, et d’améliorer l’image des mouvements islamiques qui ont connu une baisse de popularité dans les pays du Maghreb récemment, en raison de leurs performances politiques ,considérés comme une spéculation religieuse en termes de performances politiques et de réforme au détriment de la satisfaction des besoins des citoyens, et préférant le projet des Frères Musulmans international aux besoins nationaux.

À Rabat, par exemple, des manifestants ont contesté contre la politique du Parti marocain de la justice et du développement (le chef de la coalition gouvernementale), et ont lancé des slogans contre lui, dans un geste qui révèle l’ampleur de l’érosion de l’équilibre populaire du parti et le déclin progressif de son soutien. La coalition gouvernementale a longtemps été accusée de rechercher des demi-solutions pour faire face aux revendications sociales, et ses initiatives politiques ont été décrites comme des mesures modestes et prothétiques qui ne sont plus valables pour le présent et l’avenir du pays.

En Tunisie, le mouvement Ennahda courait le risque d’être exclu du Parlement après une réunion à huis clos entre le chef du mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi, et Erdogan en Turquie, au cours de laquelle il était accusé par les députés que le mouvement Ennahda soutienne le plan turc en Libye.

L’arène tunisienne a été enflammée par des manifestations contre le mouvement Ennahda en Tunisie, appelant à la dissolution du Parlement, des élections législatives anticipées, la mise en place d’un dialogue national sur l’emploi des chômeurs, l’amélioration du pouvoir d’achat des citoyens et la lutte contre la pauvreté.

Il semble qu’il y ait des mouvements populaires qui ont rapidement absorbé les changements, en particulier les jeunes marginalisés, qui adoptent des options populistes qui ont commencé à prendre pied dans la vie politique du Maghreb au détriment du rôle politique des mouvements islamiques.

Le département de recherche du Centre de conseil politique et stratégique du Moyen-Orient (MenaCC) a suivi la diminution de la sympathie populaire pour les mouvements islamiques, en particulier les Frères musulmans, en étudiant les indicateurs des résultats des dernières élections législatives en Tunisie, au Maroc, en Algérie et en Mauritanie, et en étudiant le mouvement politique en Libye.

Ce déclin a incité les responsables du projet des Frères à réfléchir à de nouveaux outils d’intervention, pour sauver les mouvements islamiques qui considèrent les pays du Maghreb comme leur dernier refuge et le paradis des Frères musulmans dans le monde arabe. Ils participent déjà au pouvoir en Tunisie, au Maroc et en Libye, qui commencent à perdre de leur force, en plus d’améliorer l’image de La Turquie en tant qu’ami et ne constitue pas une menace, et présenter la Turquie aux Arabes à travers l’utilisation de la langue arabe, sans une troisième langue ou une langue intermédiaire comme l’anglais et le français.

Le rôle politique de la Turquie sous la couverture médiatique marocaine

Dans le processus d’influence sur la région, la Turquie se concentre sur son passé civilisationnel islamique et le modèle Erdogan qui mêle les perspectives laïques et la profondeur des Frères musulmans, et en tant que destination touristique pour la région arabe, dans laquelle il existe de nombreux obstacles aux voyages et aux déplacements entre les pays, pour promouvoir ces piliers, elle cherche à développer et étendre ses outils médiatiques.

Après 2011, la section arabe de l’agence officielle turque Anadolu a été créée, et plus tard de nombreux sites Web d’informations électroniques arabophones ont été créés, y compris ceux affiliés à de grands journaux turcs tels que (Yeni Şafak, Daily Sabah, Zaman), et certains d’entre eux sont des sites privés tels que (Turk Press, Turkey Post, Turkey Now) ) Et d’autres. Malgré sa modernité, ces méthodes ont réussi à faire une percée majeure dans la transmission de l’image de la Turquie au monde arabe.

La ville d’Istanbul est devenue un centre d’opérations avancé dans la formulation de la stratégie d’invasion culturelle turque dans l’océan arabe en rassemblant des centaines de journalistes arabes, en ouvrant des dizaines de chaînes et de sites visant à influencer le monde arabe et en créant une plate-forme pour accepter le nouvel ottomanisme qui pendant des années n’a pas réussi à s’infiltrer en employant des groupes islamiques pour étendre l’influence turque en adoptant le «printemps arabe», la Turquie a eu donc recours au discours d’influence douce à travers les médias. Et elle a attiré de nombreux journalistes arabes à travailler dans ses rangs, après que la Turquie ait ouvert un large champ à la migration des journalistes arabes vers Istanbul en tant que centre d’attraction, offrant des incitations et des dépenses sans limites pour ouvrir de nombreuses chaînes de télévision et sites pour les employer. Un rapport du site Web turc yeni şafak cite des statistiques sur la présence de plus de 3 000 professionnels des médias arabes travaillant sur des dizaines de sites Web, de chaînes satellite et de stations de radio arabophone.

Le nombre de téléspectateurs arabes pour ces chaînes est devenu énorme, en particulier en Afrique du Nord. Au cours des dernières années, un certain nombre de séries dramatiques télévisées turques doublées en arabe ont attiré l’attention du public, tandis que Turkish Airlines lance des campagnes publicitaires sur les plus grandes chaînes de télévision arabes en utilisant le visage d’un acteur turc. Fameux chez les spectateurs arabes – le héros des séries turques les plus réussies – visant à attirer les touristes arabes en Turquie. Alors que Erdogan, a visité la plupart des pays du Maghreb, certains d’entre eux plus d’une fois, le dernier étant la Libye, où il a reçu le prix Kadhafi des droits de l’homme pour l’année 2010 et a annoncé de là l’abolition du système de visa d’entrée pour les citoyens libyens souhaitant se rendre en Turquie.

Pour Erdogan, la composante médiatique est une nécessité fondamentale qui contribue à promouvoir la Turquie en tant que puissance souveraine régionale dominante. Il profite de tout événement symbolique pour le promouvoir dans les médias. Par exemple, dans la décision de convertir la basilique Sainte-Sophie (Hagia Sophia) en mosquée, Erdogan a cherché à promouvoir pour le leadership du monde sunnite, où il a lié dans son discours la libération de la mosquée Al-Aqsa avec la conversion de Hagia Sophia en mosquée. Cette décision a répondu à l’une des aspirations politiques les plus importantes de l’islam politique turc et a été décrite comme un acte de souveraineté, et c’était vraiment le cas. Erdogan s’attendait peut-être à de vives réactions de la part de l’Occident, mais elles étaient pour la plupart muettes. Par cette étape, la Turquie aurait réaffirmé sa souveraineté et sa tutelle sur l’héritage islamique, alors que faible réaction occidentale, à son tour, a contribué au renforcement de l’image d’un pays imparable alors qu’il dirigeait une civilisation islamique montante.

Réfuter les illusions de la puissance turque à travers les médias marocains

La Turquie est un pays voisin des arabes, qui ne peut être ignoré, mais il est nécessaire de clarifier la distinction entre le peuple turc et le projet Erdogan des Frères Musulmans, et ses dangers non seulement pour les peuples arabes, mais pour le peuple turc lui-même, et d’exposer les contradictions menées par le Parti turc de la justice et du développement pour cacher ses échecs internes à travers son expansion gélatineuse dans différentes régions du monde arabe.

La Turquie est restée longtemps sur de bonnes relations avec les pays arabes, jusqu’à ce que les Frères musulmans prennent le pouvoir dans les pays du printemps arabe, en particulier ce que l’Égypte a vu en juillet 2013 et a entraîné l’éviction du président Mohamed Morsi, les relations entre les pays ont commencé à se détériorer. En raison des aspirations des Frères Turcs à diriger le monde sunnite et à abriter tous les adversaires des Frères pour les maintenir en tant qu’alliés et mandataires.

À cette fin, la Turquie poursuit sans relâche la campagne pour construire des mosquées dans le monde, assurer la protection des Frères musulmans et défendre les musulmans partout – sauf dans les cas où cette campagne perturbe les intérêts économiques ou géopolitiques. Cela est évident dans le silence turc appliqué au traitement chinois envers les Ouïghours.

On peut également affirmer que la Turquie régresse d’un point de vue économique et souffre de crises financières et d’un chômage élevé qui ne lui permettent pas de s’étendre et d’épuiser le trésor public aux dépens des projets d’expansion, même si en utilisant des outils doux.

Pourquoi la Turquie crée-t-elle une société avec un capital initial pouvant aller jusqu’à 200 000 euros pour faire de ce projet médiatique un succès pour les pays du Maghreb, et pour promouvoir, à travers ce projet, des récits artificiels et hostiles bien planifiés et ne représentant pas une politique réelle, Au moment où les pays géants dépendent de la politique de repli d’eux-mêmes face à l’escalade des crises économiques dues à la propagation de l’épidémie de coronavirus ?

La Turquie peut poursuivre ces politiques au cas où elle atteindrait un degré de développement économique et de puissance militaire avec lequel elle n’aurait plus besoin d’appartenir exclusivement à l’alliance occidentale. Dans ce contexte, elle cherche une place pour elle-même sur la scène mondiale à distance de toutes les grandes puissances, en poursuivant une politique économique libérée des règles et des institutions en vigueur, non pas que la Turquie va dépenser d’énormes sommes d’argent pour une expansion douce et d’autres projets, afin d’obscurcir ses grandes crises internes et son déclin économique qui menacent le peuple turc lui-même.

Ces politiques ne conduisent pas à gagner le respect ni à susciter la peur parmi les peuples arabes et autres, bien au contraire ce que fait le Parti de la justice et du développement, dirigé par Erdogan, est d’éliminer la position diplomatique de la Turquie et affaiblir son économie .

 

Share This