Nouvelles tendances: Les défis de la «Charte de principes» du Conseil français du culte islamique

Fév 5, 2021 | France, Les rapports

Les responsables du Conseil français du culte islamique ont annoncé samedi 16/01/2021 qu’ils étaient parvenus à un accord sur une “Charte de principes” comme base pour réorganiser les affaires de cette seconde religion en France. Et c’est une démarche qui permet la mise en place d’un conseil national des imams qui sera chargé de superviser les imams en France, et qui pourra révoquer leur licence d’activité s’ils violent les principes de la charte.

Cette charte vise à réconcilier la foi islamique avec les principes de la république, à relier les musulmans de France à leur pleine citoyenneté et à rejeter l’exploitation de l’islam à des fins politiques. tout en soulignant que les actions antimusulmanes en France et les symboles de leur foi sont des actes d’une minorité extrémiste qu’il ne faut pas être confondue avec l’État ou le peuple français.

Bien que le texte de la charte n’ait pas encore été publié, certaines fuites sur le sujet de la charte ont révélé des points controversés, tels que: la définition de l’islam politique, les questions d’apostasie dans l’islam et l’égalité des sexes.

Cet article met en lumière les principales motivations qui ont conduit à la rédaction de cette charte et les enjeux de sa mise en œuvre.

Premièrement: le motif qui a poussé la France à formuler la Charte de principes

Depuis 2015, la France a été soumise à une série d’attentats terroristes, dont le plus récent était le meurtre de trois fidèles dans une église de la ville française de Nice, et avant cela le meurtre du professeur Samuel Patty, ce qui signifie que le pays est spécifiquement ciblé et doit répondre. Surtout après de nombreuses tentatives infructueuses de réforme islamique en France.

Il a fallu faire pression sur les instances islamiques via l’administration française après que le président Macron, mi-novembre 2020, ait demandé au conseil de rédiger la charte, après avoir critiqué «l’isolationnisme» et l’islam radical, à travers une stratégie longue, progressive et intense. Pour lutter contre les arguments religieux motivants et militants et les textes utilisés par les mouvements politiques islamiques, qui affectent la mentalité des musulmans et les aiguisent idéologiquement, puis ils adoptent les méthodes terroristes du djihadisme envers les masses en général, et les Européens en particulier.

Il est vrai que l’islam politique, d’une manière ou d’une autre, a commencé par adopter des valeurs démocratiques et travailler à les combiner avec l’islam, mais il existe de nombreuses lacunes qui remettent encore en question le pacifisme des mouvements islamiques qui s’incluent dans le «jeu démocratique». . Ce qui investit l’appel islamique pour atteindre ses objectifs. De nombreux courants politiques de l’islam sont encore enracinés dans leurs racines cachées sur les slogans «l’islam est la solution», ou «l’islam est une religion et un état». Ce sont des slogans produits et inscrits dans l’islam politique à ses débuts, ils sont aujourd’hui au cœur du projet jihadiste.

Ces racines ont touché de nombreuses générations , malgré leurs différences et affiliations sociales, géographiques et ethniques.

Cela prouve sans aucun doute que le facteur culturel doctrinal est le facteur le plus complet pour expliquer le phénomène du militantisme islamique qui s’est répandu et a affecté l’Europe. C’est le facteur principal et le plus important pour lutter contre le phénomène de l’extrémisme et de l’isolationnisme islamiques et pour le redéfinir avec les principes de la république.

Il n’est pas possible d’expliquer le phénomène de l’extrémisme et le regroupement de milliers de personnes, dont la plupart jouissent d’une position économique et sociale distinguée dans leur pays, et la marginalisation ou la pauvreté n’a pas motivé leur adhésion à ces groupes, sans tenir compte de l’aspect doctrinal que toute représentation islamique en Europe ou dans le monde diffuse.

Deuxièmement: les défis à la Charte des principes

La France essaie cette fois d’organiser sa relation avec une communauté religieuse ethniquement diverse, à travers des dirigeants ou des institutions qui servent d’intermédiaire entre la société et l’État, à un moment où beaucoup de cette communauté islamique ne considèrent pas ces institutions comme son représentant.

Ce n’est pas la première fois que l’État français cherche à réglementer une telle relation par le biais de fonctionnaires qu’il nomme ou sélectionne. L’État a précédemment alloué 10 millions d’euros pour financer les efforts de la Fondation «Islam de France» pour introduire la culture islamique, en établissant le Centre Scientifique d’Etudes Islamiques, pour tenter d’aider la France à lutter contre l’ingérence étrangère qui vient en finançant des associations communautaires musulmanes, compte tenu de la multiplicité des fonds étrangers en provenance des pays du Maghreb , de la Turquie et des pays du Golfe pour de nombreuses sociétés religieuses. Or, environ 50 000 enfants français, leurs parents musulmans ont refusé de les envoyer à l’école, sous prétexte que ces écoles sont mixtes, malgré la décision de la France.

D’un autre côté, les tentatives du président Macron de courtiser les musulmans sur la base de leurs croyances peuvent ne pas être largement acceptées, d’autant plus qu’un chef laïque est celui qui définit les conditions de la pratique religieuse, en particulier selon ce qui a été écrit dans le texte de la charte qui il y avait en effet des points de discorde liés aux traditions islamiques que certains musulmans peuvent ne pas l’accepter facilement.

Bien que la majorité des musulmans refusent de glorifier la violence, cela ne signifie pas que l’héritage religieux islamique ne contient pas beaucoup des connotations héréditaires d’extrémisme que les musulmans non extrémistes adoptent également, et qui sont les mêmes que celles adoptées par les mêmes combattants salafistes. . Parce que l’extrémisme est profondément ancré dans l’héritage religieux et ne peut être ignoré, comme exemple, le hadith “Quiconque change de religion, tuez-le”, et bien qu’il se heurte à plus d’une centaine de versets coraniques qui énoncent explicitement le principe de la liberté de choisir la religion, la plupart des cheikhs de la modération ..! Ils refusent de déclarer explicitement cette contradiction, de peur d’être accusés de rejeter le Sunna.

Un tel verset, «Ceux qui ont cru puis ont mécru, et ont cru puis ont mécru, puis ont gagné en mécréance,» qui n’a abouti à aucune punition mondaine, et il y a de nombreux versets comme celui-ci, mais ils sous-estiment la clarté définitive du Coran , en faveur des récits de preuve présomptive. En fait, les échantillons d’extrémisme sont évidents dans l’héritage, La plupart des cheikhs de la modération parlent encore de l’illusion du califat islamique, qui ne reconnaît pas les adeptes d’autres religions comme des citoyens à part entière, mais les considère au mieux comme une communauté, n’a pas le droit de se disputer le pouvoir …! »Bien que les opinions des extrémistes expriment une minorité parmi les musulmans. Cependant, l’attrait de certains des discours, qui peuvent porter des soupçons de haine, est le reflet de certaines attitudes et idéologies des musulmans. Il ne veut pas dire ici assimiler l’islam au terrorisme, mais plutôt reconnaître que ceux qui refusent d’être clairs et de se tenir droites pour améliorer l’image de l’islam se fondent sur certains discours qui ne voient que les racines patrimoniales de l’islam, et c’est considéré comme l’un des obstacles qui menacent la Charte de principes, qui a été protestée et rejetée par 3 organes Au Conseil français du culte islamique sont le «Comité de coordination des musulmans turcs en France», «l’Union islamique Millî Gorus en France», et le mouvement «Foi et pratique», et ils considéraient que les paragraphes et les formulations du texte de la charte affaibliraient les liens de confiance entre les musulmans de France et la nation.

Le dernier point d’inquiétude est la possibilité pour l’État français de rassurer les musulmans sur la discrimination dont ils font l’objet pour qu’ils acceptent les conditions de la nouvelle charte et fassent confiance aux orientations de l’État. De nombreuses études ont montré des pourcentages sur le point de vue distingué de la communauté sur les musulmans dans de nombreux domaines de la vie. Selon  certaines études, il indique que 58% des échantillons de l’étude de musulmans ont parlé de leur souffrance de discrimination, et le pourcentage augmente à 60% parmi les femmes voilées. Dans une étude récente de YouGov, il a été constaté que 67% des musulmans français pensent que la vision  sur  leur religion est négative, tandis que 64% disent que la vision négative est liée à leur appartenance ethnique.

Share This