Motifs et scénarios du conflit dans le Caucase

Oct 16, 2020 | Études

Le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan pour le contrôle de la région du Haut-Karabakh s’intensifie, car les combats se déroulent à travers les lignes arméniennes et le long des frontières, ce qui le rend plus dangereux plus que tout affrontement depuis 1994. Cette escalade diffère dans la déclaration de mobilisation des deux parties, ce qui peut indiquer la longue durée de la confrontation en cours. Nous pensons que cette escalade n’est pas un accident, mais plutôt une attaque azerbaïdjanaise préplanifiée, avec le soutien ouvert de la Turquie, pour reprendre des parties de la région par la force militaire. Bakou semble frustré par le manque d’intérêt apparent de l’Arménie pour les négociations et le processus de paix, et par l’absence d’intérêt international pour la paix avec l’accent mis par la Russie sur les bas prix du pétrole, la situation en Biélorussie ,et l’intérêt international pour les prochaines élections américaines. Les sentiments nationaux azerbaïdjanais ont également augmenté à la suite d’une série d’affrontements en juillet dernier qui ont conduit à de nombreuses manifestations à Bakou exigeant que la région soit reprise d’Arménie. Ce conflit sert les dirigeants des deux pays à détourner l’attention des problèmes internes liés à l’épidémie de Covid-19.

Les racines du différend entre les deux pays sur la région :

Les racines de ce différend remontent à la dissociation de l’Union soviétique en 1991, lorsque la région du Haut-Karabakh s’est déclarée république indépendante, ce qui a exacerbé le différend avec l’Azerbaïdjan dans une vaste guerre, mais les pays du monde n’ont pas reconnu l’indépendance de la région, et ils voient qu’elle fait partie de l’Azerbaïdjan même si sa population maintenant d’origine arménienne. Les deux parties ont signé un accord parrainé par la Russie en 1994 et les zones du Haut-Karabakh ont été cédées à l’Arménie, mais le cessez-le-feu n’a pas été mis en œuvre, car des affrontements ont éclaté entre les deux parties tout le temps au cours des 20 ou 30 dernières années, les affrontements actuels ne sont donc pas surprenants, et environ 150 mille personne vivent dans la région, cette région est un couloir important dans la région du Caucase, à travers lequel passent des oléoducs pour transporter le pétrole de la mer Caspienne vers le monde.

Motifs d’intervention de la Turquie dans le conflit :

L’Azerbaïdjan est un allié à la Turquie, qui la voit comme une extension, et partage avec l’Azerbaïdjan la religion, la langue et l’ethnicité, et sa responsabilité morale historique envers le peuple azerbaïdjanais, dérivée de l’histoire de l’Empire ottoman.

L’Azerbaïdjan représente un ami à la Turquie, en particulier contre ses rivaux qui l’entourent, la Russie, l’Arménie et l’Iran. Elle le soutient également en tant que contrepoids régional contre l’Arménie en particulier ; car la relation de l’Arménie avec la Turquie est encore marquée par l’hostilité en raison des événements de 1915, dans lesquels la Turquie est accusée d’avoir commis des massacres contre les Arméniens, La situation actuelle dans la région limite directement l’efficacité de la Turquie dans les bassins adriatique et caspien. Car si le problème de la région est résolu et la barrière arménienne supprimée, cela lui permettra de s’étendre à travers la région de Nakhitchevan avec l’Azerbaïdjan et les républiques turques en Asie centrale, ce qui en fera une puissance régionale majeure.

Les relations économiques étroites entre la Turquie et l’Azerbaïdjan jouent également un rôle. Alors que le volume des échanges commerciaux entre eux en 2015 a atteint 3,5 milliards de dollars, alors que 2665 entreprises turques investissent en Azerbaïdjan, et la sécurité énergétique turque est liée à l’Azerbaïdjan, l’un des plus importants pays exportateurs de gaz naturel, car la Turquie compte également sur l’Azerbaïdjan pour s’efforcer de réduire sa dépendance au gaz russe et iranien. Ankara importe 55% de ses besoins en gaz naturel de Russie, 16% d’Iran et 13% d’Azerbaïdjan.

Les projets d’extension des gazoducs azerbaïdjanais garantissent également les besoins en gaz naturel de la Turquie et constituent un passage pour le gaz de la mer Caspienne vers les pays européens. Aussi que la ligne de chemin de fer entre la Turquie et l’Azerbaïdjan offre à la Turquie l’occasion de se développer à travers elle en Asie centrale. Par conséquent, la Turquie participe activement au soutien de l’Azerbaïdjan en fournissant des drones, des conseillers et des mercenaires pour contrôler la région, et ne se soucie pas d’un rôle équilibré ou d’un rôle de pacificateur.

On pense que les deux pays ont estimé que l’intérêt de Moscou se concentre sur la Biélorussie et qu’elle cherchera à régler la guerre et trouver un traité de paix plutôt que de s’y impliquer.

Motifs de la Russie dans le conflit :

La Russie est considérée comme un acteur majeur en tant qu’ancienne puissance impériale dans la région, et elle a toujours des ambitions là-bas, car la région fait partie de l’empire russe historique, et fait partie de l’Union soviétique dissoute, et elle représente son voisinage proche dans lequel la Russie exerce l’hégémonie régionale à des fins de sécurité et économiques, en plus de son importance Dans le cadre de sa quête pour confirmer sa position de grande puissance, c’est pourquoi, la Russie rejette l’émergence de toute influence internationale qui affecte son influence dans cette région. Elle agit comme un contrepoids au rôle de la Turquie, des États-Unis et de l’Europe dans ce pays, en plus elle entrave la communication de la Turquie avec les républiques turques d’Asie centrale, il est donc dans son intérêt d’instaurer un cessez-le-feu. La région du Caucase du Sud (Arménie-Azerbaïdjan-Géorgie) constitue une profondeur stratégique pour la Russie. Cette région pourrait lui constituer un concurrent sur les bassins de gaz naturel de la mer Caspienne et ses lignes de passage vers l’Europe. Et la Russie est le garant de la sécurité et de la stabilité dans le sud du Caucase et dans le bassin de la mer Caspienne, car elle vend des armes aux deux parties et négocie des accords de paix. L’Arménie maintient une grande influence en Russie en raison du nombre d’Arméniens, estimé à 2 millions de citoyens arméniens en Russie.

L’Arménie est un partenaire stratégique de la Russie, politiquement, militairement et économiquement, et ils ont un accord de défense en vertu duquel l’Arménie héberge une base aérienne russe et ses avions contrôlent l’espace aérien arménien, tandis que l’Azerbaïdjan est allié à la Turquie et à la Géorgie , et l’Arménie est membre de l’Organisation du traité de sécurité collective dont l’Azerbaïdjan et la Géorgie se sont retirés en 1999, et en 2014, elle a rejoint l’Union économique eurasienne. La Russie cherche à contenir et à empêcher le rapprochement de l’Arménie avec l’OTAN, l’Union européenne et les États-Unis d’Amérique, alors que le lobby arménien est très actif à Washington et à Bruxelles et L’Azerbaïdjan est le partenaire commercial de la Russie et le site d’un couloir de transit nord-sud stratégiquement important reliant l’Iran et l’Asie du Sud à la Russie.

La position de l’Europe et de l’OTAN :

La France et la Turquie, deux alliés de l ‘« OTAN », ont échangé des accusations, au milieu d’un sentiment croissant d’anxiété au sein de l’alliance en raison du soutien d’Ankara à l’Azerbaïdjan dans le conflit, au milieu des craintes d’une intensification des combats avec l’annonce de l’Azerbaïdjan que l’opération se poursuivra jusqu’à ce que les forces arméniennes quittent la région. Le ministre turc des Affaires étrangères, Çavuşoğlu, a intensifié le différend avec la France, dans le contexte de ce dossier, affirmant que la solidarité de Paris avec l’Arménie “équivaut à soutenir l’occupation arménienne de l’Azerbaïdjan”. Le président français Emmanuel Macron, dont le pays abrite de nombreuses personnes d’origine arménienne, a répondu à Ankara, affirmant que son pays était “profondément préoccupé par les déclarations” imprudentes et dangereuses “émises par la Turquie, avertissant que la” rhétorique de guerre “adoptée par Ankara encourage l’Azerbaïdjan pour continuer à se battre.

Le président français Emmanuel Macron avait accusé l’Azerbaïdjan d’avoir déclenché la guerre; la Russie et la France ont accusé la Turquie de fournir des armes et des mercenaires pour soutenir l’attaque azérie actuelle. Si la Turquie ne cesse d’attiser les flammes du conflit en encourageant l’Azerbaïdjan à poursuivre les combats, Ankara pourrait sérieusement nuire à ses relations avec Moscou et Bruxelles, qui ont été tendues avec cette dernière en raison des politiques de la Turquie en Libye, en Syrie et en Méditerranée orientale. La France a déclaré qu’elle souhaitait que le groupe “Minsk”, dirigé par Washington, Moscou et Paris, de trouver une solution au conflit alors qu’une source gouvernementale allemande a indiqué que les dirigeants de l’Union européenne discuteraient de la question lors d’un sommet qui se tiendra cette semaine.

Scénarios de confrontation

Exacerbation et expansion du conflit : depuis 1994, le rôle des puissances extérieures dans ce conflit était étonnamment limité par rapport à d’autres conflits post-soviétiques. C’est en partie parce que la Russie a maintenu une relative neutralité en fournissant des armes aux deux parties. Bien que la Russie maintienne des garanties de sécurité formelles pour l’Arménie dans le cadre de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), ces garanties ne s’appliquent pas à la région du Haut-Karabakh, que la Russie continue de reconnaître comme faisant partie de l’Azerbaïdjan. Lors de l’escalade précédente, comme ces derniers jours, la Russie n’est pas intervenue d’un côté ou de l’autre. Cependant, la position russe pourrait changer si la Turquie continue de fournir un soutien militaire important à l’Azerbaïdjan.

Cependant, ce scénario est peu probable car la Russie, la Turquie et l’OTAN tiennent à ne pas parvenir à une confrontation directe pour plusieurs raisons, dont les plus importantes sont le coût élevé de toute confrontation militaire entre Moscou et Ankara, la possibilité d’une implication de l’OTAN dans celle-ci, et ses effets négatifs sur les lignes de transport d’énergie de la région, et la répartition de l’effort et de la concentration de la Russie dans la confrontation avec l’OTAN sur plusieurs fronts, dont la Syrie, l’Ukraine et la Géorgie, et le consensus américano-russe dans le dossier syrien sur la voie d’une solution politique, le malaise économique russe et l’absence de système de défense antimissile de la Turquie.

Cessez-le-feu et reprise des négociations : Le règlement du conflit est maintenant plus éloigné qu’au début de l’escalade actuelle. Premièrement, les coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE devraient travailler avec les deux parties et avec la Turquie pour rétablir un cessez-le-feu durable et surveiller sa mise en œuvre. Ensuite, les parties doivent mettre en œuvre certaines mesures de confiance afin de rétablir la confiance avant la reprise des grandes négociations. Les États-Unis peuvent jouer un rôle dans la promotion de la stabilité dans la zone de conflit ; Cependant, les échecs précédents des initiatives de paix menées par les États-Unis sur le Haut-Karabakh, y compris le sommet de Key West de 2001, illustrent à quel point ce conflit est difficile et complexe et qui restera probablement inchangé dans un avenir prévisible.

Bien que la solution soit de revenir sur cette option, le moment de celle-ci est encore inconnu, et en cas d’approche, la Russie pourrait ne pas permettre une rupture des équilibres dans son voisinage proche par un rôle turc actif, à la lumière des relations anormales qui prévalent encore sur l’axe Moscou-Ankara et de l’objection attendue de l’Arménie de toute participation de la Turquie dans toute médiation ou dialogue avec le groupe «Minsk» sur la base du principe de concurrence, en échange du sentiment azéri qu’il y a une réelle opportunité de regagner ses terres occupées au vu de sa supériorité militaire et de la difficulté économique d’Erevan.

Guerre limitée : là où les affrontements militaires ne se transforment pas en négociations et ils trouvent pas une solution consensuelle entre les deux parties, ni en une confrontation militaire directe entre leurs partisans régionaux aussi qu’aucune partie pourrait avoir une victoire militaire flagrante et les affrontements resteront limités et sans changement stratégique sur le terrain, mais l’Azerbaïdjan peut déclarer la victoire s’il regagne un territoire concret et propose ensuite de reprendre les négociations à partir d’une position plus forte. Atteindre cet objectif peut être suffisant pour parvenir à un cessez-le-feu, et si les deux parties continuent de se battre, la guerre sera plus meurtrière et pourrait devenir incontrôlable et inciter les pays voisins à s’engager dans la guerre. L’introduction de combattants étrangers ajouterait une nouvelle dimension au conflit. L’instabilité ici amène les extrémistes avec leurs propres agendas qui ont menacé la stabilité du Moyen-Orient, pour faire exploser une autre crise humanitaire à laquelle personne n’est prêt à faire face, telle que l’afflux de réfugiés et l’exacerbation de la situation humanitaire.

En échange, l’Arménie travaillera à défendre son contrôle sur la région conformément à l’accord du cessez-le-feu de 1994, en particulier avec les efforts de la Russie pour calmer tout conflit sur le front sud qui pourrait menacer sa sécurité, ce qui s’est traduit par l’initiative de la Russie d’envoyer des forces de maintien de la paix dans la région si les deux parties acceptaient. la Russie travaillera dans les coulisses pour rassurer et menacer les parties en même temps. Connaissant la volatilité de la région, la Russie évitera une intervention militaire directe, même si l’Arménie compte sur l’accord de défense.

La meilleure voie vers un règlement est d’éviter une escalade dangereuse et de mettre fin immédiatement aux combats. Cela exige la retenue mais aucune partie ne semble prête à se retenir. Par conséquent, les affrontements peuvent rester dans le contexte local limité, en attendant de nouvelles pressions de la Russie et des pays voisins. Il est peu probable que la confrontation se transforme en une guerre régionale globale et en une confrontation russo-turque, étant donné la possibilité qu’elle se transforme en une confrontation Russo-atlantique. L’arrêt des combats sera l’étape essentielle vers la négociation et de trouver un accord qui peut résoudre ce conflit long et complexe, ou du moins le calmer par la communauté internationale.

 

Mots clés :Arménie | Azerbaïdjan | Turquie
Share This