L’intervention turque en Libye : les risques des objectifs sur la région et sur l’Europe, le résultat, et le retour d’ISIS

Juin 10, 2020 | Études

Ce qui se passe en Libye, en particulier après l’intervention turque, sous le couvert du protocole d’accord et de coopération militaire et de sécurité avec le gouvernement de l’union nationale signé fin novembre 2019, qui a pavé la voie à Ankara pour envoyer des mercenaires avec du matériel militaire sur les terres libyennes, peut être décrit comme un microcosme de la catastrophe majeure du chaos des terroristes comme en Syrie et les effets sur le monde entier, en particulier après la vague d’immigration dans les pays de la région et

en Europe provoquée par le terrorisme, et les conséquences qui ont été émergées de l’infiltration terroriste parmi les réfugiés de différentes régions du monde.

Les objectifs de l’intervention de la Turquie suscitent l’inquiétude de l’Europe :

Concurrence pour l’influence en Afrique et négociation pour les pays européens: la Turquie considère la Libye comme une passerelle économique importante vers l’Afrique, une région loin d’Ankara, et y a peu d’amis ; Par conséquent, Ankara s’est déplacée au cours de la dernière période pour soutenir le gouvernement de l’Union nationale et ses milices militaires dans le but de stopper l’avancée de l’armée nationale libyenne vers la capitale, Tripoli. Ce rôle est conforme à la politique étrangère turque, qui repose principalement sur l’ingérence dans divers dossiers régionaux, les affaires intérieures des pays de la région, afin de renforcer leur influence et d’obtenir de futurs gains politiques et économiques, pas des amis.

Concurrence énergétique et chantage à l’Europe en cas de prolongement d’un gazoduc :

En novembre 2019, la Turquie a également conclu un accord pour établir des frontières maritimes avec la Libye, cela fait de la soi-disant zone économique spéciale de la Méditerranée orientale des terres turques aux limites de la zone revendiquée par la Libye; C’est une mesure qui a fait l’objet de critiques internationales et régionales , y compris l’Égypte, les Émirats arabes unis, la Grèce et l’Union européenne, pour avoir violé la souveraineté libyenne et la souveraineté des pays voisins tels que la Grèce. Un message de la Turquie aux autres acteurs de l’énergie dans la région a également été considéré que si Ankara n’était pas inclus dans l’équation, l’arrivée de gazoducs vers l’Europe serait compliquée. Les analystes ont considéré cela comme un appel direct pour affronter l’Égypte, la Grèce et Chypre qui ont créé le Forum du gaz pour la Méditerranée orientale.

Afin de contrôler les ressources pétrolières libyennes à l’avenir : la Turquie importe plus de 80% de ses ressources énergétiques pour répondre aux besoins du marché local, et les accords conclus avec le gouvernement de l’union nationale ne permettront peut-être pas à la Turquie dans un proche avenir de contrôler les ressources pétrolières libyennes, mais c’est un objectif turc à l’avenir pour obtenir de la Libye du carburant moins cher.

Et tandis que le monde est occupé dans la crise de Corona, la Turquie a profité de cette préoccupation, alors elle s’est précipité pour percevoir le prix du soutien militaire, alors que le ministre turc de l’Énergie Fatih Donmez a annoncé que la Turkish Petroleum Company (TPAO) avait présenté une demande à la Libye pour obtenir un permis d’exploration en Méditerranée orientale, pointant que Les travaux d’exploration débuteront dès la fin du processus.

Les risques de l’intervention sur l’Europe :

Le retour de l’Etat islamique et le renforcement de ses capacités : les effets de l’agression turque croissante ne se sont pas limités à l’influence et à la violation de la souveraineté des État, mais la question la plus sérieuse des répercussions de l’intervention turque est d’ouvrir la voie au retour des organisations terroristes en Libye, en particulier l’Etat islamique. Un responsable militaire américain a confirmé le retour des activités de l’Etat islamique qui coïncide avec l’envoi par la Turquie de combattants extrémistes syriens pour combattre aux côtés des milices soutenant le gouvernement Fayez El-Sarraj.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme a indiqué que le nombre de mercenaires syriens en Libye est passé à 10100 combattants après l’arrivée d’un nouveau lot de 500 combattants depuis le début de l’intervention turque. L’observatoire a ajouté qu’il y avait environ 3400 éléments et recrues de différents groupes, syriens et non syriens, qui sont arrivés dans les camps turcs pour recevoir une formation avant de s’équiper et de déménager dans l’arène libyenne.

Ces indications et déclarations ont coïncidé avec l’affirmation de l’envoyé de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé, qu’il y a des combattants syriens en Libye pour combattre aux côtés des milices. Dans une interview accordée à Radio Monte Carlo, il a informé que des experts militaires turcs se trouvaient bien en Libye, mais la mission de l’ONU n’a aucune indication que la Turquie déploierait des troupes en Libye.

Il semble que le rôle des forces turques en Libye se concentrera sur les tâches de “formation et de consultation”, mais il s’agit d’une description générale de ce rôle. Si le gouvernement libyen se trouve dans une situation irréversible, alors la Turquie sera inévitablement obligée de s’engager directement dans les combats. Cela oblige la Turquie à s’appuyer sur les milices terroristes. Selon des calculs militaires, la Turquie, qui ne partage pas de frontières terrestres avec la Libye et est située à une distance de 1500 km, ne peut pas fournir d’équipement logistique à un pays qui souffre d’un faible niveau dans ses capacités pour étendre la portée des actions militaires. D’autant plus que le défi est d’atteindre la supériorité aérienne.

Mais elle a une expérience antérieure dans la possibilité de négocier et de jouer à la carte jihadiste dans les zones de conflit et de les gagner, car elle a fait un tel travail à l’avance dans les pays voisins, comme la Syrie et l’Irak dans le but de vaincre les combattants kurdes et les forces du régime syrien. Notant que ce type de tactique turque a déjà commencé, ISIS a annoncé en mai par l’intermédiaire de l’agence Amaq plusieurs opérations en Libye, où il a revendiqué une attaque visant l’armée libyenne dans la ville de Tarragone, dans le sud de la Libye. L’attaque a entraîné la destruction d’un véhicule militaire de l’armée à l’entrée de la ville.

La deuxième attaque a été le bombardement de trois sites de l’armée nationale libyenne, qui a annoncé au cours du même mois avoir arrêté les dirigeants de l’organisation, Abu Bakr al-Ruwaidani, qui aurait quitté la Syrie et combattu dans les rangs des forces de l’union nationale soutenues par la Turquie.

L’expansion d’ISIS de la Libye dans les pays africains et la lutte contre les forces françaises là-bas :

la région du Sahel africain est l’une des zones géopolitiques les plus importantes qui intéressent l’Union européenne, en particulier la France, en raison de ses risques pour la sécurité dus aux menaces du terrorisme international et du crime organisé en particulier, que la région pose, et Paris a pris une décision rapide d’intervenir au Mali en janvier 2013, en partenariat avec les États du Sahel dans l’opération militaire de Barkhane, qui comprend 4 500 soldats. En 2020, elle aspire à déployer des forces spéciales, parallèlement à l’opération Barkhane, au sein d’une unité interarmées appelée «Takuba», afin de suivre le rythme des forces armées maliennes.

Et pour contrer l’empiètement des combattants du “Mouvement national pour la libération de l’Azawad” – qui a été formé lors du retour de milliers de combattants touaregs de Libye, après la chute du régime de Kadhafi, et en possession d’armes lourdes, et qui se sont ensuite alliés aux Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest liés aux organisations jihadistes du Maghreb islamique et le mouvement d’Ansar EL-dine au sud, et les empêchant d’avancer vers la capitale financière, Bamako, après que ces groupes ont pris le contrôle de la ville de Kona, à 600 km de la capitale.

Il est clair que ces efforts français pour renforcer la stabilité des régions africaines seront confrontés à de nouveaux défis après les récents développements sur la scène libyenne, et le scénario de l’expansion des combattants djihadistes se répète à nouveau, car les rapports indiquent que le Sahel et les pays subsahariens connaîtront une activité terroriste importante, à la lumière de la poursuite de la guerre en Libye, Et la présence d’un solide partisan turc pour toutes les milices, en particulier celles situées à Tripoli, dans le sud de la Libye et en Somalie en particulier, et la présence d’organisations ayant une longue histoire dans des pays comme le Tchad, le Niger et le Mali, en plus de la présence de Boko Haram au Nigéria.

Cela oblige la France à déployer des efforts supplémentaires au Sahel, sur la base d’un véritable partenariat dans lequel elle tente d’améliorer les conditions politiques et économiques sur place, tout en travaillant davantage à sensibiliser les parties au sort commun du terrorisme potentiel aux frontières libyennes. Surtout avec l’élargissement des indications selon lesquelles les parties concernées et les États prévalent sur leurs propres intérêts et analysent leurs obligations envers la coopération en matière de sécurité entre eux selon une stratégie qui nécessite une intégration pour contenir les menaces immédiates et les défis futurs pour la région.

En plus d’étendre la coordination entre la France et les pays participant déjà au processus Barkhane. Et c’est en augmentant le renforcement et le déploiement supplémentaire des forces spéciales qui ont été convenus au début de cette année “Takuba” aux côtés des forces de l’opération Barkhane.

Immigration et nouveau déplacement vers l’Europe : il est naturel que les événements et l’intervention turque en Libye suscitent des inquiétudes en Europe plus que d’autres, par crainte des répercussions géopolitiques et sécuritaires de la crise libyenne sur leurs pays, où l’escalade turque contribue à renforcer ces répercussions, selon de fréquents rapports officiels et de presse, dans le contexte des menaces du président turc Recep Erdogan envers l’Europe avec ses plus grandes craintes d’ouvrir la porte à l’immigration à ses pères, sans parler si la situation en Libye se détériore davantage, d’autant plus que la situation est devenue plus compliquée.

Le journal allemand “Der Spiegel” a mis en garde contre “la Libye devenant un point de départ pour les réfugiés africains vers l’Europe, et l’occasion à Erdogan à faire chanter l’Europe avec le dossier des réfugiés”, tout comme il a ouvert des mois avant la porte d’entrée aux réfugiés en Europe depuis le territoire turc, considérés comme un danger pour la sécurité européenne.

Cela nécessite une réaction européenne rapide, pour évaluer ces risques, et comme étape préalable jusqu’à l’achèvement d’une vision unifiée, la nécessité de soutenir la proposition d’amendements dans la partie réfugiés, présentée par le ministère italien des Affaires étrangères le 9 février 2020, sur le protocole de coopération pour le contrôle des frontières entre la Libye et l’Italie signé avec le gouvernement de l’union nationale Libyen en 2017 et ces amendements visent à :

Augmentation de la protection des migrants, des demandeurs d’asile et des réfugiés en Libye, en particulier à la lumière de ce qui est attendu de l’escalade des tensions sécuritaires et des combats après l’intervention turque, Augmentation des rapports sur la possibilité du retour du terrorisme et de l’Etat islamique, qui étaient une raison majeure dans un scénario similaire en Syrie. Cela passe par le renforcement des activités du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et de l’Organisation internationale pour les migrations. Afin de pouvoir y fermer les centres de détention des réfugiés qui tombent sous l’emprise de la sécurité libyenne, dans le contexte de sa réputation d’abus des migrants, par des détentions arbitraires, inhumaines et dégradantes.

Renforcer le rôle du HCR en étant directement responsable, si possible, du processus de demande d’asile dans ce pays et en soutenant les procédures de rapatriement librement consenti de la Libye vers le pays d’origine de ces migrants. Fin décembre 2019, le HCR estimait qu’environ 4000 personnes étaient détenues dans des centres de détention officiels, auxquels les organisations humanitaires et les organismes des Nations Unies n’avaient qu’un accès intermittent.

 

Share This