L’impact des événements politiques sur les établissements d’enseignement français hors de la France : les pays arabes comme modèle

Nov 29, 2019 | Forum

Le terrorisme est un phénomène qui accompagne l’homme depuis son existence, qu’il le pratiquait spontanément lorsqu’il se déguisait pour intimider ses adversaires … C’était juste de la légitime défense et des biens, mais aujourd’hui, il s’est transformé en meurtre, violence, intimidation et même atteinte aux institutions et à l’éducation en particulier.

L’évolution la plus dangereuse concerne le rejet de l’autre par le terroriste en raison de sa différence de sexe, de couleur et de vêtement, et plus encore si cette différence est liée à la pensée et la culture, cela pousse le terroriste à viser les plus importants établissements d’enseignement étrangers, car il considère que c’est un foyer de propagation du terrorisme qui expie et incite l’autre à s’écarter de sa religion, ce qui nécessite une confrontation par divers moyens selon lui.

Le monde s’est concentré sur le terrorisme qui cible des vies et de l’argent, en oubliant toutes les autres formes de terrorisme qui sont maintenant pratiquées dans les établissements d’enseignement étrangers et français en particulier, et sont les plus répandues dans divers pays arabes.

Des slogans exigeant la suppression des langues étrangères de la langue maternelle, tels que le français parlé en Algérie, que les groupes extrémistes ont exigé d’abandonner, affirmant que leur retour est un retour au colonialisme et un obstacle à la restauration de l’identité.

La langue française au Maghreb se confond avec la langue de tous les jours, entre arabe et français, et un groupe de jeunes a inventé une nouvelle langue qui associe le français et l’arabe, le “franco-arabe”. Où ils écrivent les mots arabes avec des lettres françaises, Cette richesse linguistique et la combinaison du français et de l’arabe et la multiplication des institutions françaises hors de France ont été considérées par certains comme un retour au colonialisme, mais de manière systématique, à la suite d’événements politiques dans les pays orientales et d’une pensée négative à l’égard de ce courant de pensée.

Le Maroc a été témoin d’une importante vague d’appels rejetant le retour de la langue française dans les écoles et les universités, en particulier les “membres du Parti de la justice et du développement à orientation islamique et le plus grand partenaire du gouvernement de coalition, Selon le député du parti, “Hassan Adili a déclaré : cette ouverture au monde ne devrait pas conduire à consolider la domination de la langue française”. Le député marocain appelle le gouvernement à abolir la langue française du programme éducatif et à se focaliser sur la langue arabe en tant qu’identité de la patrie, Il a poursuivi ses demandes étranges selon lesquelles le gouvernement cesserait de traiter avec la France en raison de l’orientation islamique de ce parti.

Ben kirane, secrétaire général du Parti de la justice, a déclaré que l’utilisation de la langue française menaçait les Marocains de préserver leur identité : l’adoption du français comme langue d’instruction de tous les matériels pédagogiques” conspiration et criminalité” à l’égard du peuple maghrébin et une atteinte au principe d’égalité des chances, il a ajouté ‘’ c’est un jeu de lobbying et une ruse inacceptable’’

Pour sa part, la militante marocaine Amal Bouali a déclaré : “L’une des manifestations les plus importantes du colonialisme intellectuel est l’élimination progressive de la langue arabe au Maroc, où elle a instauré une culture d’hostilité à l’égard de tout ce qui est arabo-islamique et l’a reliée à une mentalité rétrograde et à un arriéré, ce qui l’a éloignée de l’arène intellectuelle et politique et a imposée à la langue francophone.”

Ce refus a non seulement touché l’Algérie et le Maroc, mais également le président turc Erdogan et son étrange réaction face aux institutions éducatives françaises, qui ont refusé d’être en Turquie à cause de la réaction française à la Syrie, dans la réaction la plus étrange d’un responsable occupant la tête de la pyramide politique de son pays.

La diplomatie française cherche à renforcer la langue française, qui a balayé le monde avec 461 institutions réparties dans le monde entier, ce qui montre que l’intellectuel veut apprendre le français et soutient la France dans toutes les situations, en particulier éducatives.

L’apprentissage du français a été augmenté en dehors de la France, où l’Organisation internationale de la Francophonie a signalé que le nombre de francophones dans le monde avait été augmenté de 7% entre 2010 et 2014, pour atteindre 274 millions de personnes, Le pourcentage le plus élevé de francophones se trouvait en Afrique, avec 7,54%, alors que la Tunisie était en premier rang dans le grand Maghreb de 54% de francophones, suivi de l’Algérie.

L’agence française d’éducation alloue un budget de 1194 millions d’euros pour la publication de la langue française.

La langue française occupe le neuvième rang mondial, selon l’ouvrage “the world factbook” publié par les services de renseignements américains. Il s’agit de la langue officielle dans 32 pays du monde et de la proportion de locuteurs de 3,50% de la population mondiale.

Le conflit d’opinion entre partisans et opposants du français en raison du terrorisme (intellectuel et culturel) constitue un danger réel et menace de réduire le nombre d’institutions françaises dans et hors des pays arabes, d’autant plus que la langue anglaise a fait de grands progrès scientifiques et techniques sur le marché, ce qui nécessite une plus grande ouverture du français langagièrement et culturellement.

Le terrorisme combat ouvertement les instituts d’enseignement français par des slogans ou en fermant des établissements dans le pays d’accueil. Comme en Algérie et lors d’un référendum organisé par certains activistes sur les sites, le français devait être boycotté dans toutes les institutions, notamment dans les documents officiels devant être écrits en arabe, alors qu’un groupe de jeunes Algériens a soutenu le ministre algérien de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique en signant l’accord avec l’ambassadeur Américain pour remplacer la langue française par l’anglais.

La différence entre les universitaires et les activistes islamiques entre partisan et contre la langue française a entraîné la fermeture de certaines institutions et le changement de certains programmes d’enseignement en anglais.

La flexibilité de l’école française et des programmateurs de l’éducation compatibles avec chaque pays d’accueil fonctionne largement sur le principe de la diversité culturelle et de l’acceptation de l’autre plus que toute autre école des Lumières similaire.

Le maintien de la langue française est une tâche qui nécessite de nombreuses mesures :

– élargir la création d’établissements d’enseignement français à tous les niveaux et à toutes les catégories pour commencer à enseigner le français de l’éducation primaire à l’université.

– Lancement de cursus universitaires français.

– Intensifier les activités culturelles qui valorisent la culture française et son importance.

– Défendre les institutions qui donnent aux pays arabes plus de civilisation et d’urbanisation.

Bien que la France souffre du glissement du terrorisme au sein de sa structure politique. Toutefois, il tient beaucoup à ses établissements d’enseignement à l’étranger, elle mène des politiques utiles pour les pays avec lesquels il a des liens historiques, malgré le danger qui l’empêche de continuer son processus.

Share This