L’illusion de l’Empire
Quels sont les motifs d’Erdogan pour soutenir l’Azerbaïdjan et alimenter le conflit?

Oct 21, 2020 | Études

Le « rêve de relancer l’Empire ottoman » domine la politique et les orientations du président turc Recep Tayyip Erdogan, et malgré ses dénégations antérieures au tout débuts, de son désir de rétablir l’Empire ottoman ; cependant, ses politiques étrangères hostiles envers les pays voisins et les puissances internationales révèlent son désir urgent d’adopter des politiques de domination et d’expansion dans différentes régions, mais d’une manière nouvelle et différente de «l’héritage traditionnel du colonialisme ottoman», où il aura une influence sur les décisions des pays qu’il domine et leur utilisation dans les équilibres internationaux pour ses propres intérêts.
Cette hypothèse est étayée par de nouvelles accusations contre la Turquie d’alimenter le conflit entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie, en apportant un soutien militaire direct à l’Azerbaïdjan, sous forme d’armes, de mercenaires syriens et de conseillers militaires, et ces accusations sont accompagnées d’un ensemble d’indications et de motifs.
Erdogan aspire à un accord de sécurité qui lui donne le contrôle sur les décisions de l’Azerbaïdjan, comme la Libye
Au cours des derniers jours, les dirigeants turques militaires et politiques ont rapidement intensifié les déclarations de menace et d’intimidation.Pour sa part, le directeur de l’Autorité turque des industries de défense, Ismail Demir, a déclaré : Nos industries de défense, avec toute leur expertise, leurs technologies et leurs capacités, de nos drones à nos munitions, missiles et systèmes de guerre électronique, sont toujours à la disposition de l’Azerbaïdjan. Et le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a déclaré : L’Arménie paiera le prix de ses agressions sur les terres de l’Azerbaïdjan et se noiera dans ses machinations, selon l’agence Anadolu.
Quant au président Erdogan, il a déclaré : Nous ne pouvons pas laisser l’État frère de l’Azerbaïdjan seul face aux attaques arméniennes, et a ajouté qu’il n’hésiterait pas à s’opposer à toute attaque contre l’Azerbaïdjan, et il a continué que l’Arménie est dans une position difficile qu’elle ne peut pas gérer.
Le discours du président turc a été interprété comme un prélude à un accord de sécurité similaire à celui que la Turquie a signé avec le gouvernement libyen d’accord national. Loin que l’Azerbaïdjan soit un pays riche en pétrole, la Turquie veut à l’avenir bloquer la voie à ses concurrents en Syrie, en Libye et dans la région de la Méditerranée orientale, en ouvrant un front dans la région du Caucase. En utilisant l’Arménie contre elle, dans le but d’épuiser, de confondre et de disperser ses forces sur ce front.
Par conséquent, elle cherche à réaliser des progrès sur le terrain dans la région stratégique du Karabakh qui lui permettent de négocier avec les opposants, en prévision de la recrudescence des fronts de conflit traditionnels, dans lesquels Ankara est à nouveau impliqué. Surtout après l’arrêt des combats en Libye, où Ankara soutient les milices Al-Wefaq face à l’armée nationale libyenne, en plus de la baisse de tension dans la région de la Méditerranée orientale avec la Grèce et Chypre, et la tendance des deux parties à mener des négociations pour régler le conflit entre elles là-bas, par l’intermédiaire de l’OTAN et de l’Allemagne.
La Turquie a envoyé des mercenaires syriens en Azerbaïdjan
Après que la présence de combattants syriens fidèles à la Turquie a été confirmée aux côtés du gouvernement libyen d’accord national, des rapports font état de l’envoi de Syriens dans la région contestée du Haut-Karabakh entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Le journal allemand Die Welt a rapporté samedi 26 septembre 2020 un reportage faisant référence au « rêve ottoman » du président turc Recep Tayyip Erdogan et à son utilisation des « milices » syriennes en Syrie d’abord, puis en Libye et aussi en Azerbaïdjan afin de réaliser son rêve.
Un jour après ce rapport, le lendemain du déclenchement des affrontements, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a déclaré que la Turquie avait transféré environ 300 combattants des factions pro gouvernementales de la région d’Afrin, dans le nord-ouest de la Syrie, la grande majorité d’entre eux des factions « de brigade Sultan Murad » et « Al-Amashat », vers son territoire, et on leur a dit que “la destination sera l’Azerbaïdjan”. Selon l’Observatoire, les commandants militaires turcs ont déclaré aux combattants que l’objectif de leur envoi était de protéger les postes frontières, en échange d’une somme de 1 500 à 2 000 dollars.
Ce montant a été confirmé par deux combattants de l’opposition syrienne dans un rapport publié par Reuters (28 septembre 2020), qui ont déclaré, alors qu’ils se rendaient en Azerbaïdjan, que les chefs des brigades syriennes leur avaient dit qu’ils recevraient environ 1500 dollars par mois, ce qui est un salaire important en Syrie, dont l’économie et la monnaie se sont effondrées.
L’ambassadeur d’Arménie en Russie a accusé la Turquie d’envoyer environ 4000 combattants du nord de la Syrie en Azerbaïdjan pour participer aux combats, ce qui a été démenti par l’assistant du président azerbaïdjanais, “Hikmat Gadzhiyev”, décrivant cela comme “des rumeurs et une autre provocation du côté arménien, et une absurdité totale”. Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a déclaré : “Des mercenaires d’origine arménienne de Syrie et des pays du Moyen-Orient combattent aux côtés de l’Arménie au haut Karabakh”.

La Turquie se venge de l’Arménie, qui la stigmatise de commettre le génocide arménien
Le président turc considère l’adhésion à l’ottomanisme et la renaissance de ses manifestations comme une sorte de vengeance personnelle contre les « ennemis » de l’État turc, selon sa vision et sa politique de vengeance. Il ne laissera passer aucune opportunité, telle que la situation tendue, et punir l’Arménie, qui a réussi à stigmatiser la Turquie -une stigmatisation la plus importante de son histoire- en l’accusant d’avoir commis des massacres contre les Arméniens, comme les principaux pays du monde ont reconnu au cours des dernières années le génocide ottoman des Arméniens pendant la Première Guerre mondiale, alors que ces pays ont désigné le 24 avril de chaque année pour commémorer ce souvenir.
Le front Azerbaïdjan-Arménie au service de la mégalomanie d’Erdogan
Ce front en guerre sert le rêve de “leadership” d’Erdogan, qui peut être heureux de recevoir chaque jour des rapports de plusieurs fronts, soutenant dans son imagination l’époque du défunt Empire ottoman, surtout si chacun de ces fronts contient des trésors qu’Erdogan aspire à contrôler à l’avenir.
La Libye, la Syrie et l’Irak sont des pays pétroliers et pivots du Moyen-Orient, tandis que l’escalade dans le Caucase permet au président turc d’avoir plus d’influence dans une région vitale à travers laquelle les gazoducs s’étendent à l’échelle mondiale, et cette escalade renforce également son influence contre la Russie.
Souvent, ce sera un sentiment exagéré des jours de gloire de l’Empire ottoman, comme Erdogan cherche, à travers cette politique, à influencer les citoyens en évoquant les gloires du passé, mais en fait, il les manipule psychologiquement, investissant dans la foi de certains Turcs dans l’image romantique de l’Empire ottoman effondré. Depuis 2011, après qu’Erdogan ait dépouillé l’armée de ses forces et adopté une série de lois en vertu desquelles il a placé le pouvoir judiciaire sous son contrôle et a commencé à saper ses opposants, aussi il a lancé une nouvelle série d’initiatives mondiales et du Moyen-Orient visant à restaurer la force pour laquelle la Turquie était connue pendant l’ère ottomane .Les mouvements du «printemps arabe» qui ont balayé la région ont aussi contribué à lui ouvrir la voie.
Cependant, sa politique a échoué, principalement parce qu’Ankara a ignoré le rôle des « ennemis historiques » au Moyen-Orient – Erdogan ne s’est pas rendu compte que de nombreux Arabes et Grecs considéraient toujours la Turquie comme le dirigeant absolu qui a colonisé leur pays dans le passé. Ankara a également conclu son comportement avec le soutien d’une seul partie pendant le printemps arabe ; il s’agit du groupe des «Frères musulmans», et lorsque le groupe a perdu son influence en Egypte et dans d’autres pays, Erdogan a perdu la même influence, car le soutien de la Turquie à l’opposition syrienne s’est retourné contre lui et l’a rendue en désaccord avec la Russie et l’Iran, ainsi que son intervention en Libye l’a fait l’objet de critiques, d’autant plus qu’il gagne de nouveaux ennemis, sans parler de l’épuisement des ressources et des fonds internes de la Turquie, où les taux de chômage et le manque de possibilités d’emploi sont devenus flagrants.
De nouveau en Azerbaïdjan ; les Turcs seront-ils convaincus du même rêve que leur président ?ces fronts en guerre ,le sang des nations et des peuples versé et la discorde semé, Un président qui déstabilise et crée la diaspora et le déplacement, ou vont-ils se révolter contre le rêve et son propriétaire ?
En conclusion, entre le rêve d’Erdogan et les fausses visons de la Turquie sur la nature de son influence et l’exploitation des crises, cela a affecté négativement la riche histoire du pays et ses relations, qui sont souvent devenues tendues avec l’Est et l’Ouest.
En ce qui concerne ses relations avec l’Est, ils ont presque perdu la plupart de ses alliés, après son soutien au projet de chaos mené par les Frères musulmans et son soutien aux mercenaires et au terrorisme dans les zones de conflit, en Syrie, en Libye et au Sinaï.
Quant à sa relation avec le West, elle a continué à se détériorer au cours de la dernière décennie, chaque partie essayant de « gérer les choses » pour préserver les relations sans résoudre les problèmes en suspens. Il est peu probable qu’Ankara améliorera bientôt ses liens avec le West.
Ces pertes confirment que la Turquie, dirigée par Erdogan, va toujours au pire pour gâcher ses relations avec les pays voisins. Cela signifie que la Turquie poursuivra sa politique hostile et soutiendra l’attaque azerbaïdjanaise contre l’Arménie. La Turquie ne reviendra pas à sa politique antérieure de zéro problème avec les pays voisins, de sorte que la restauration des relations à ce qu’elles étaient dans le passé n’est plus d’actualité.

Share This