Les répercussions des transformations de ‘’Daesh’’ après la défaite en Afrique du Nord

Juil 23, 2019 | Les rapports

Risques potentiels
Les répercussions des transformations de ‘’Daesh’’ après la défaite en Afrique du Nord

Malgré la grande défaite militaire subie par l’organisation « Daesh » en Syrie et en Irak fin 2018 après avoir perdu 97% du territoire contrôlé, Mais cela ne signifie pas la fin du défi ni de la menace à la sécurité, qui est toujours représentée par l’organisation. Parce que le phénomène des groupes islamistes djihadistes s’est révélé à travers son parcours historique, que c’est un phénomène renouvelable. Plus une expérience diminue à un moment donné ou à un lieu. Une autre expérience a escaladé d’une nouvelle manière, Après que la génération précédente a déjà épuisé ses objectifs, Ou elle a perdu sa capacité à continuer à faire face à ses adversaires, une autre génération apparaît après avoir modifié la stratégie, Ce phénomène est toujours en cours, il est difficile de le prédire une fin spécifique, Surtout que les facteurs de survie de la pauvreté et d’absence de développement et les conflits internationaux persistent dans différentes régions, En particulier la région de l’Afrique du Nord, qui est devenue l’un des environnements les plus attrayants, en particulier après le déclin de ‘’Daesh’’ de la Syrie et de l’Irak et la recherche d’un nouveau centre de transfert d’éléments de l’organisation dans cette région.

Selon le Centre africain pour les études stratégiques sur les combattants déplacés de ‘’Daesh’’ en 2019, un grand nombre d’Africains sont allés se battre sous la bannière de ‘’Daesh’’ en Irak et en Syrie. Estimé entre 5300 et 8 500 combattants, Ce nombre équivaut à entre 6 et 10 bataillons des Nations Unies, Quelque 1 000 combattants étrangers sont rentrés en Tunisie et au Maroc. Cela signifie que les combattants rentrant ou fuyant en Afrique constitueront une nouvelle menace intérieure, au vu des facteurs africains et internationaux qui permettent une expansion et la formation d’autres effets possibles qui pourraient constituer une menace plus grande.

Facteurs qui augmentent le risque

L’incapacité des élites politiques africaines à gérer la diversité et les ressources, à créer un État, à réaliser l’intégration sociale et à réaliser les aspirations des peuples africains après l’indépendance, L’héritage colonial en Afrique a eu un impact négatif comme le croisement de la complexité de la structure tribale et l’échec des politiques des gouvernements qui ont changé la démocratie pour moderniser les structures communautaires, Ce qui a toujours des répercussions qui ont créé des événements qui ont aggravé les incertitudes sécuritaires dans la région, telles que l’intensification continue du conflit en Libye, et les manifestations politiques et sociales identifiées par le Soudan ont commencé en décembre 2018 et l’Algérie depuis le 22 février 2019. Où les pays voisins craignent la faiblesse de la réponse des régimes politiques à ces manifestations, ce qui sape les piliers de la sécurité régionale à la lumière d’autres différends bloqués et s’intensifiant entre les différentes forces politiques en Tunisie, En particulier, le parti « Appel de la Tunisie », qui a accusé le « Mouvement de la Renaissance » de poursuivre ses tentatives pour mettre la main sur diverses parties de l’Etat. En octobre 2018, le président tunisien El Béji Caid Sibsi a averti que « le climat créé par le conflit partisan contribue fortement à la présence du terrorisme sur le terrain ».

De nombreux facteurs sont aggravés par l’incapacité des élites africaines à développer une volonté politique pour résoudre les différends frontaliers, tels que le conflit maroco-algérien sur la question du Sahara occidental et l’obstruction du projet Unité du Maghreb, Ce qui a conduit à une augmentation des préoccupations en matière de sécurité et à une coordination insuffisante en matière de sécurité entre les pays du Maghreb arabe, cela est considéré comme des principales causes de l’échec du projet Union et de la montée des activités de groupes djihadistes en Afrique du Nord. Profitant de la fragilité de la frontière libyenne, qui devenue l’incubateur du terrorisme, Là où beaucoup de groupes dormants et fidèles à ‘’Daesh’’ sont actifs et prêts à recevoir des rapatriés et des fugitifs, Tels que: (partisans de Jérusalem) dans le Sinaï, (Organisation de l’État islamique) en Libye, (Ansar al-Sharia) en Tunisie, (Région algérienne) de l’Organisation de l’État islamique au Sahara (Organisation de l’État islamique) en Afrique de l’Ouest, un groupe dissident de groupe Boko Haram (Organisation de l’État islamique en Somalie), un groupe dissident du mouvement de la jeunesse.

L’évolutions de ces groupes ont exacerbé la peur de l’infection du chaos et du terrorisme avant la défaite de ‘’Daesh’’ et son mouvement transfrontalier, ce qu’oblige les États à renforcer la sécurité et la surveillance militaire à la frontière commune et Aggrave l’isolement de ces pays l’un envers l’autre, et pour cela la Tunisie a annoncé en 2016 un projet de construction d’une clôture le long de la frontière avec la Libye afin de lui permettre de contrôler et de surveiller les infiltrations illégales, En 2017, l’Algérie et le Maroc ont alloué un potentiel énorme pour le contrôle des frontières, notamment le traitement des fils de fer barbelés et les caméras de surveillance. Le département américain de la Défense a annoncé en 2018 son intention de financer le traitement de la frontière tunisienne avec 20 millions de dollars provenant du système de surveillance doté de caméras évolutifs ajoutés aux systèmes de surveillance allemands. Cependant, cela n’a pas empêché l’activité de l’organisation ‘’Daesh’’, Selon le Centre africain d’études stratégiques, 13 pays africains ont fait face à des attaques terroristes au cours de l’année écoulée. 283 attaques ont été menées en Afrique, exactement dans le Sinaï. Ceci est indissociable des nombreux avertissements qui ont été faits par diverses tendances au cours de la dernière période de la possibilité que l’organisation revienne plus sérieusement qu’auparavant, Au 27 juin 2019, la Tunisie avait été la cible de deux attaques terroristes perpétrées par l’organisation ‘’Daesh’’ qui ont fait des victimes. Cela vient dans le contexte de ses tentatives d’organisation pour renforcer son activité sur le continent africain au cours de la prochaine étape en s’appuyant sur des cellules dormantes et des groupes qui ont déclaré leur allégeance, La stratégie des guerres de cette organisation est de rechercher plus d’expansion et de contrôle, et si elle échoue, elle recherche Vente d’information au media pour compenser les faiblesses d’autres aspects.

Tous ces développements se poursuivent, coïncidant avec les conditions des interactions internationales qui renforcent le phénomène de l’état en faillite.

Il est vrai que l’Afrique n’est peut-être pas aussi importante que le Moyen-Orient dans les programmes mondiaux, en tant que domaine essentiel de la production et du transport de l’énergie, Mais le continent africain est l’une des régions les plus vitales du monde et sa richesse n’a toujours pas été découverte, ce qui en fait le centre de nombreuses sociétés internationales spécialisées dans l’exploration pétrolière et gazière, Dans la recherche d’une alternative au Moyen-Orient occupé, L’attentions de certaines parties internationales ayant participé à la guerre contre ‘’Daesh’’ dans le Moyen-Orient se dirigent vers l’Afrique, n’est pas en vue de chercher une vraie victoire contre ‘’Daesh’’, Mais afin de trouver des formules appropriées qui lui donneraient ses propres intérêts là-bas, Comme ce qu’ils ont fait au Moyen-Orient, ils renforcent le système des acteurs non étatiques. Et le phénomène de l’Etat défaillant, Et le phénomène de l’Etat défaillant, Et la marche vers le chaos, Pour que cette dernière recherche toujours un équilibre par le soutien des superpuissances, comme ce fut le cas en Syrie après son appel à la Russie, Et l’Arabie saoudite à la lumière de leurs accords avec les États-Unis sur l’arrêt de l’expansion iranienne.

Certaines des parties régionales impliquées dans la coalition internationale contre ‘’Daesh’’ ne regardent pas la guerre contre ‘’Daesh’’ d’un seul œil, par exemple, un État lutte contre ‘’Daesh’’ en Syrie et le soutient au Yémen. En plus de la diversité de la nature de la participation de ces pays entre symbolique et image, et d’être véritablement efficace au niveau de la terre, on peut l’appeler une « coalition des volontaires ».

En revanche, les conflits régionaux continuent de dominer le cours des relations internationales sous la forme de conflits d’identités, ethniques ou religieux, souvent liés au domaine géopolitique des ressources et aux besoins croissants, Sans parler de l’image du chaos dans les relations internationales, qui a émergé à travers le remplacement du conflit des sociétés dans la place du conflit des États et ses armées, et là la violence internationale est devenue sociale et n’est plus liée aux frontières, c’est une forme de violence qui se fixe dans les idéologies, Même si ce sont des idéologies extrêmes, pour maintenir les sociétés dans un état d’épuisement interne et de distraction dans le but de détourner leur attention de leurs ressources pour les grands investisseurs.

Risques potentiels d’expansion de ‘’Daesh’’

Dans ces circonstances d’indécision internationale, du moins dans un avenir proche, il est probable que l’organisation survivra à l’effondrement du califat en Syrie et en Iraq, Dans sa nouvelle stratégie, l’organisation dépendra des enseignements tirés de ses conflits précédents dans la plupart des régions où elle s’est étendue, Et il a gagné en influence et ensuite des échecs qui l’ont affaibli, ils lui ont ajouté la nécessité d’abandonner la méthode du contrôle géographique, Et être satisfait de l’activité organisationnelle en étant opérationnel dans des domaines spécifiques, et basé en grande partie sur la dissimulation, Et est destiné aux départements de groupes semi-autonomes dans les régions étendues, Fonctionner de manière décentralisée et laisser la liberté à tous les groupes sous son commandement ou avec lesquels il souhaite s’allier, Avec un rapport sur les processus qu’il juge appropriés à la lumière de la situation disponible dans chaque État spécialement que les pays d’Afrique du Nord ont toujours des forces militaires cohérentes où les armées régulières ont maintenu leur survie à l’exception de la Syrie, Ce qui donne des capacités séparées à ces pays pour supprimer tout émirat géographique peut être formé par l’organisation. L’organisation cherche à partir de cette structure externe flexible à construire et à développer ses relations informelles et privilégiées avec des groupes djihadistes partageant la même idéologie. Ou groupes djihadistes se balançant avec une orientation locale capable de dissimuler et de pénétrer facilement dans ces pays

Mots clés :Risques potentiels
Share This