Les pertes humaines mettent plus de pressions sur les Forces Barkhane au Mali

Jan 10, 2021 | Anti terrorisme, France, Les rapports

Le gouvernement français fait face à une forte pression pour retirer la force «Barkhane» de l’armée française qui combat les groupes armés djihadistes au Sahel, après le meurtre de 5 soldats au Mali en une semaine seulement.

En conséquence, le nombre de soldats tués dans la région du Sahel depuis 2013 est passé à près de 50 soldats.

La question des «pertes humaines» acquiert une importance particulière dans les stratégies des pays à l’égard de leurs intérêts et nécessités, surtout si elles deviennent importantes et accablent les dirigeants politiques, et  la comparaison entre les  intérêts économiques et  les intérêts de sécurité et l’influence politique.

Paris avait pris une décision rapide d’intervenir au Mali en janvier 2013, pour contrer l’avancée du ” Mouvement national de libération de l’Azawad ” – qui s’est formé lors du retour de milliers de combattants Touaregs de Libye, après la chute du régime de Kadhafi, et la formation de groupes terroristes.

La France visait à atteindre trois objectifs: arrêter le mouvement des groupes terroristes vers le sud, préserver l’existence de l’État malien et restaurer son intégrité territoriale, et préparer le déploiement de la force d’intervention africaine autorisée par la résolution 2085 du Conseil de sécurité en décembre 2012.

Ces objectifs immédiats fixés par la France au Mali ne signifient pas que la France a abandonné ses objectifs stratégiques (sécuritaires et économiques) sur le Sahel  et au-delà.

Mais le meurtre fréquent de soldats français est devenu un lourd fardeau pour le gouvernement français lui-même, et cela soulève la question de savoir pourquoi il n’y a pas eu de progrès à cet égard depuis 2013.

Les nouveaux motifs qui ont facilité les nouvelles escalades contre les forces françaises

Il y a de nombreux motifs du point de vue des chercheurs en affaires africaines qui pourraient constituer une base suffisante pour une escalade contre les forces françaises dans la région du Sahel, mais il y a de nouveaux moteurs qui sont apparus ces derniers mois qui ajoutent un double fardeau aux forces françaises là-bas.

  • Investir dans la mollesse sécuritaire qui a suivi le coup d’État au Mali:

Le coup d’État de mai a créé des situations de tension et de fragilité militaires, qui ont conduit à des crises économiques, politiques et sécuritaires plus diverses, notamment à la lumière de l’épidémie du coronavirus, qui a fait souffrir les frontières en général d’un grand assouplissement.

Cela a permis aux organisations terroristes d’essayer d’exploiter la situation pour cibler les différents intérêts de l’État, en particulier les forces françaises. La préoccupation des autorités financières de gérer la phase de transition avec tous ses arrangements politiques, sécuritaires et économiques au cours de la période à venir peut également être une incitation supplémentaire à cibler à nouveau des opérations plus puissantes contre la présence française.

  • Les organisations terroristes qui ont subi des défaites en Irak se sont déplacées vers le Sahel et tentent de s’établir au Mali:

Les pressions exercées sur les groupes djihadistes en Irak et en Syrie ont poussé nombre d’entre eux à se déplacer dans les régions du Sahel pour s’y réorganiser, après avoir prouvé à nouveau leurs capacités par des opérations militaires contre des cibles étrangères qui leur donnent une grande dynamique médiatique, après les pertes qu’ils ont subies au cours de la période écoulée, d’autant que la région du Sahel est devenue l’un des principaux bastions des groupes djihadistes, et cela était évident dans l’appel du porte-parole de l’organisation, Abu Hamza al-Qurashi, lors du discours diffusé le 18 octobre, et a appelé les membres de l’organisation dans tous les pays africains à augmenter la fréquence des opérations terroristes à ce stade. Surtout après que Youssef al-Annabi a repris les dirigeants d’Al-Qaïda, qui est connu par son refus de la présence de l’Etat islamique dans la région et cherche à rivaliser avec lui pour toute la région.

Retard de l’Europe pour s’engager de manière adéquate avec la France dans la région du Sahel:

malgré la formation d’une force européenne commune, «Takuba», elle n’a toujours pas opéré sauf à l’intérieur de frontières très étroites, sans parler de son nombre, qui ne dépassait pas près de 500 membres.

De plus, il y a des pays qui font face à des pressions de leurs citoyens (opinion publique), sur la faisabilité de la présence de ces forces en dehors de leurs frontières, et ces pressions peuvent pousser certains pays à se retirer de la force, ou limiter leur travail. Comme l’Allemagne, qui a fait face à une grande controverse et à une division aiguë qui a affecté même la coalition gouvernementale dirigée par la chancelière Merkel l’année dernière 2019, en raison de l’intention des autorités du pays d’assumer davantage de responsabilités militaires dans la région du Sahel en réponse aux demandes de la France. La forme de cette hésitation et les tentatives de retrait peuvent avoir l’effet inverse sur le moral des forces françaises là-bas.

La puissance africaine souffre de manque de préparation:

La force africaine conjointe des cinq États du Sahel, qui a été créée en 2017, compte 5000 membres par une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies et le soutien français, souffre de multiples problèmes, dont: la formation inadéquate, manque de financement et d’armement, ainsi que l’absence du niveau de coordination requis entre ses brigades appartenant aux cinq pays. Son commandant a indiqué son manque de puissance aérienne et la faiblesse technologique des opérations de renseignement, ce qui limite sa capacité à atteindre les objectifs pour lesquels il a été formé, à savoir la lutte contre le terrorisme, la criminalité transnationale organisée et la traite des êtres humains, et le rend vulnérable aux opérations militaires djihadistes et terroristes.

Sans parler des nombreuses carences de cette force et des exactions de ses membres contre les civils, le Conseil de sécurité ayant accusé les membres des forces maliennes, burkinabé et nigériennes d’avoir commis des violations des droits de l’homme et d’exécuter des centaines de civils en dehors de la loi, notamment après les avoir accusés de collusion avec les islamistes. Cela alimente la haine des masses locales contre les Français et leur présence en tant que propriétaires de cette force. Ce qui encourage aussi les groupes terroristes à profiter de cette atmosphère de haine en sens inverse. Et cela devient une justification supplémentaire pour les groupes djihadistes.

Les dirigeants des groupes djihadistes armés opérant dans la région du Sahel avaient auparavant justifié leurs opérations djihadistes comme “une réponse à la présence des forces militaires occidentales au Mali et dans la région du Sahel, soulignant que” sans la présence de ces forces, ils n’auraient pas eu recours aux hostilités “.

Les alliés africains de la France ne font pas l’affaire:

Paris souhaite que ses partenaires africains jouent un rôle plus important dans les opérations de confrontation aux djihadistes car elle a à elle seule subi les plus grandes pertes en équipements et en hommes, car le défi de la présence française ne se situe plus seulement au Mali, mais récemment elle s’est étendue à différents lieux environnants, et est totalement incompatible avec la stratégie militaire française dans la région qui repose sur deux volets, comme le disait le chef d’état-major français François Lecointre, dont le premier est d’affaiblir les groupes djihadistes, «ce qui permet de les affaiblir au même niveau des forces armées maliennes qu’ils doivent affronter seuls ou avec moins de la force de Barkhane.

Au Burkina Faso, qui borde le Mali, les forces de sécurité locales sont incapables d’arrêter l’avancée des djihadistes, de sorte que certains groupes djihadistes ont fusionné les uns avec les autres et cela pose un plus grand danger dans un proche avenir.

De même, au Niger, qui est constamment visé par les jihadistes, dont le plus récent a été le meurtre de près de 100 personnes lors d’attaques contre deux villages de l’ouest du pays, dans ce qui pourrait être le pire massacre de civils dans le pays.

Recommandations

Si cette dégradation et cette faiblesse des forces locales se poursuivent, et que les alliés locaux tergiversent et le faible soutien européen, la France doit réduire son déploiement, afin de ne pas subir de doubles pertes, car ses forces seront largement exposées quant au danger imminent pour les djihadistes, qui est en expansion.

La France devrait également faire pression sur ses alliés en menaçant de retirer ses forces stationnées au Mali, non seulement cela, mais aussi faire pression sur ses partenaires européens, car elle les juge négligents face aux groupes djihadistes là-bas, malgré le soutien logistique de ces pays.

Et cela menace que la décision de réduire les forces impliquerait des pays comme le Mali et le Niger face aux militants. Cela ouvrira la possibilité à de nombreuses personnes de migrer vers l’Europe et d’y effectuer des opérations.

Ce qu’il faut, c’est que toutes les parties concernées, au niveau local et international, s’efforcent d’accélérer le contrôle de la situation dans la région, en particulier sur la scène malienne, en intervenant et en accélérant la fin de la phase de transition et en soutenant l’état de sécurité et la stabilité intérieure dans ce pays ; et de chercher à ouvrir un dialogue avec des groupes djihadistes moins radicaux et à les neutraliser, comme cela s’est produit en isolant le «Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans» de Daech, similaire au scénario américain en dialogue avec le mouvement taliban pour isoler l’organisation la plus radicale au monde, «ISIS», l’une des options devant les Français et les maliens.

Après 19 ans de combats, Washington est parvenu à un accord avec le mouvement, qu’il considérait comme terroriste, pour mettre fin à la guerre avec le gouvernement afghan, et peut-être coordonner les efforts pour assiéger les éléments de «ISIS».

L’Algérie a précédé les États-Unis dans cette expérience en ouvrant les portes de la réconciliation à des groupes armés moins extrémistes et en isolant les organisations terroristes les plus radicales, mettant ainsi fin à sa crise sécuritaire en 8 ans (1992-2000).

Share This