Les motifs et les répercussions de l’interdiction allemande du Hezbollah libanais

Mai 28, 2020 | Anti terrorisme, Études

L’Allemagne a interdit toutes les activités du parti libanais Hezbollah sur son sol et l’a qualifié comme une “organisation terroriste”. Auparavant, l’Allemagne avait distingué le bras politique du parti et ses unités militaires combattant aux côtés de l’armée du président syrien Bachar al-Assad en Syrie.

La police allemande a lancé plusieurs descentes contre des sociétés religieuses et des mosquées dans certaines villes allemandes, dont Berlin, Brême, Dortmund et Munster, pour arrêter des personnes soupçonnées d’appartenir au groupe, soutenu par l’Iran. Ces associations font l’objet d’une enquête, car elles sont soupçonnées de faire partie du Hezbollah en raison de son soutien financier et de propagande pour le groupe, selon le ministère allemand de l’Intérieur. La déclaration du ministère de l’Intérieur considérait que “les activités du Hezbollah violent le droit pénal et sont contre l’idée d’une entente internationale”.

Premièrement : interprétation de la décision :

La décision de l’Allemagne de déclarer le Hezbollah une organisation terroriste avec ses ailes militaires et politiques signifie qu’elle interdit toutes les activités du Hezbollah en Allemagne, y compris la collecte de fonds. Elle interdit également l’utilisation de symboles du Hezbollah dans tous les rassemblements ou publications, ou dans les médias, et elle peut également confisquer les biens et l’argent du parti. Selon ce que le ministère allemand de l’Intérieur a déclaré.

Deuxièmement : étapes de l’interdiction :

En décembre 2019, le parlement allemand a approuvé une proposition exhortant le gouvernement de la chancelière Angela Merkel à interdire toutes les activités du Hezbollah sur le sol allemand, en raison de ses activités terroristes, en particulier en Syrie. La proposition a été soumise par le Parti alternatif pour l’Allemagne, le plus grand parti d’opposition du pays, au Parlement en juin 2019. Les deux partis formant la coalition au pouvoir ont demandé que le Hezbollah soit inscrit sur la liste des organisations terroristes de l’Union européenne.

La décision du Parlement a été précédée par des reportages successifs des médias allemands depuis mai dernier qui parlaient du fait que le Hezbollah profitait de l’Allemagne pour ramasser des fonds pour financer ses opérations militaires. Depuis septembre 2019, le gouvernement allemand a accordé au procureur fédéral un mandat pour poursuivre pénalement des membres du Hezbollah. Cela a permis à la procurature de commencer à engager des poursuites contre les membres présumés du parti qui est considéré comme une organisation terroriste étrangère.

L’Union européenne classe la branche militaire du Hezbollah comme groupe terroriste depuis 2013, mais cela ne s’applique pas à la branche politique. En février 2019, la Grande-Bretagne a présenté une loi désignant le Hezbollah comme une organisation terroriste. Outre la Grande-Bretagne, les États-Unis, le Canada, les Pays-Bas et la Ligue des États arabes classent le Hezbollah comme une entité terroriste.

Troisièmement : les motifs de l’interdiction :

Plusieurs raisons expliquent la décision de l’Allemagne d’interdire toutes les activités du Hezbollah libanais sur son sol et de le classer comme terroriste dans ses ailes politiques et militaires. Les motifs les plus importants sont la domination des partis de droite sur la scène politique en Allemagne, les activités du parti en Allemagne constituant une menace pour la sécurité et la pression des États-Unis sur l’Allemagne.

  1. La domination des partis de droite sur la scène politique en Allemagne.

Il y a eu de nombreuses tentatives avant de prendre une telle décision, mais les luttes entre partis en Allemagne ont reporté cette décision plus d’une fois. La montée des partis de droite sur la scène politique allemande a représenté un motif influent dans la décision d’interdiction, car ces partis prennent plus de positions de droite que certains groupes tels que le Hezbollah et les Frères musulmans, contrairement aux positions prises par les partis de droite et de centre-gauche qui n’ont pas tendance à rompre les liens avec les composantes politiques du Moyen-Orient.

Les élections législatives en Allemagne, qui se déroulent entre les élections législatives et les élections de la chancellerie, ont révélé un déclin significatif du parti de Merkel en faveur du parti alternatif de droite. Ce déclin a incité de nombreuses personnes, dont le ministre de l’Intérieur et un ancien candidat à la direction du Parti chrétien-démocrate, à accuser la chancelière de prendre le parti à gauche et ont haussé le slogan “ plus à droite ”, considérant que ce parti pris est la seule option pour contrer la croissance du parti populiste de droite “ Alternative pour l’Allemagne ”. Cet environnement politique a entraîné l’interdiction.

  1. Menaces sécuritaires

Les services de renseignement estiment qu’il y a plus d’un millier de personnes liées au Hezbollah en Allemagne, Les responsables de la sécurité affirment que ces personnes appartiennent à “l’aile extrémiste” du groupe. En l’absence de représentation officielle du Hezbollah en Allemagne, on pense que ces personnes utilisent le pays comme un refuge pour planifier, recruter des sympathisants et collecter des dons.

Les services de renseignements allemands ont accusé le Hezbollah d’utiliser le pays comme front pour lever des fonds à son profit, par le biais d’associations qu’il dirige dans des domaines économiques ou par le biais de la contrebande et du blanchiment d’argent.

Le journal allemand Tagesspiegel a rapporté que les centres culturels et les mosquées du Hezbollah en Allemagne faisaient de la publicité, recrutaient et collectaient des dons pour le parti, en particulier le Centre islamique Imam Reza dans la capitale, Berlin. Il a également indiqué que les autorités allemandes surveillent les opérations de contrebande de drogues du Hezbollah lorsque des expéditions de drogue arrivent en Allemagne d’Amérique du Sud via l’Afrique, et que la cocaïne arrive en Allemagne par les ports de Hambourg, de Rotterdam néerlandais et d’Anvers belge, et le parti utilise l’argent qu’il gagne de ce commerce pour acheter des armes et financer ses opérations.

De plus, selon ce journal, le Hezbollah utilise aussi une agence de location de voitures à Düsseldorf, dans l’ouest de l’Allemagne, pour couvrir les opérations de blanchiment d’argent. Alors que les autorités allemandes ont également été informées que l’Iran avait l’intention de transférer une partie de ses opérations sur le territoire européen depuis l’Allemagne.

  1. Pressions américaines :

Certains observateurs attribuent la décision allemande à une pression américaine intense dans le cadre d’un plan visant à augmenter la pression sur l’Iran, les factions et ses partis affiliés en Syrie, en Irak, au Liban et au Yémen, en particulier à la lumière de l’escalade des tensions dans la région du Golfe, et aussi parce que l’Iran n’a montré aucun signe de renégociation avec les États-Unis sur le dossier nucléaire iranien, son ingérence dans les pays de la région et le développement du programme de missiles. La résolution place l’Iran sous l’accusation si les factions qui lui sont affiliées, y compris le Hezbollah, répondent à ces mesures dans les profondeurs israéliennes, considérant qu’Israël est une partie incitant à cette décision. Cela entraînerait également un différend entre la Syrie et l’Iran et la demande du premier pour que le second retire ses forces, ses conseillers et leurs factions affiliées présentes sur le sol syrien, sous la pression croissante de plus d’un côté.

Certains observateurs, comme Hussein Moussavi, pensent que la décision vise à contrecarrer le gouvernement libanais à la lumière de ce qu’il promeut en tant que gouvernement du Hezbollah et de l’Iran. Où des messages sont arrivés à Beyrouth appelant à des garanties et des concessions en échange de permettre un soutien international au gouvernement, de la hausse du prix du dollar à la crise économique suffocante en passant par la question du pétrole et le rôle américain dans celui-ci. Tout cela, a déclaré Moussavi, indique que la déclaration d’interdiction du Hezbollah en Allemagne s’inscrit dans la même tendance.

  1. Répercussions de la décision :

La décision de l’Allemagne pourrait marquer le début de mesures européennes similaires visant à interdire le Hezbollah, ce qui ferait perdre au parti une marge d’action vitale à la lumière du blocus américain. En outre, de nombreuses activités du Hezbollah deviendront illégales en Allemagne, et son drapeau ne sera pas autorisé, en particulier lors de la marche annuelle du Jour de Jérusalem qu’il avait l’habitude d’y organiser. Après cette étape, et dans l’hypothèse où le parti serait soumis à une interdiction complète et globale, il pourra prendre de nouveaux noms pour ses associations et organisations en Europe, et il aura la légitimité d’agir et de bouger sous la bannière des lois en vigueur, ce qui constitue un nouveau défi. Mais le parti perdra beaucoup d’élan public et sa marque de propagande.

La décision d’interdire le Hezbollah pourrait affecter les relations de l’Allemagne avec le Liban. Car Berlin a défendu sa position de ne pas interdire l’aile politique du Hezbollah au cours des dernières années, affirmant que cela nuirait aux relations avec Beyrouth et son gouvernement, notant que le parti a un rôle social au Liban et qu’il est représenté par Son aile politique dans le Parlement libanais depuis 1992. Le parti et ses alliés bénéficient actuellement d’une majorité parlementaire. De plus, cette interdiction pourrait faire perdre le rôle de l’Allemagne en tant que médiateur entre les différentes parties de la région, l’Allemagne ayant précédemment négocié un accord d’échange de prisonniers entre Israël et le Hezbollah.

La décision rendra la situation difficile pour les Européens, s’ils prennent une décision similaire à la décision allemande, de concilier leurs intérêts à l’égard des États-Unis et d’Israël d’une part, et leurs intérêts à l’égard de Téhéran. C’est peut-être la raison pour laquelle la France n’a pas encore franchi cette étape, qui tente de maintenir ses relations équilibrées entre Washington et Téhéran. La France se contente avec l’engagement de la décision adoptée par l’Union européenne depuis 2013, un an après le bombardement en Bulgarie, qui a suffi à interdire l’aile militaire du parti.

Mots clés :Europe | france | Hezbollah | terrorisme
Share This