Les motifs de l’ouverture turque envers la France

Mar 13, 2021 | France, Les rapports

Après la tension dans les relations franco-turques, Erdogan a commencé à faire preuve d’une diplomatie plus amicale envers l’Europe, et lors d’un entretien avec le président français Emmanuel Macron mardi soir dernier, il a insisté sur sa volonté de coopérer avec la France contre le terrorisme et sur les questions de stabilité au Moyen-Orient, soulignant que l’amitié franco-turque a déjà dépassé beaucoup d’obstacles tout au long de son histoire. Ce message contredit, au moins, les déclarations précédentes qui ont provoqué des tensions dans les relations turco-françaises.

Positions contradictoires

Au cours de l’année écoulée, la Turquie et la France ont échangé des critiques sévères sur des questions internationales, notamment les conflits en Syrie, en Libye, dans le Haut-Karabakh et dans l’est de la Méditerranée, et sur les relations du régime d’Erdogan avec les groupes politiques islamiques. Les effets de ces crises se sont transmis à la France et aux autres capitales européennes à travers des opérations terroristes et des vagues d’immigration. L’année dernière, les tensions diplomatiques se sont accompagnées d’une amère dispute personnelle entre les deux présidents, alors que durant une réunion avec les dirigeants de l’Union européenne en septembre, Macron a commenté la crise de la Méditerranée orientale entre la Turquie et la Grèce, déclarant: “Le peuple turc, qui est un peuple formidable, mérite autre chose”. Ankara a critiqué le commentaire, le qualifiant d’ingérence dans les affaires intérieures.

Et en octobre, Macron a déclaré que l’islam est une religion qui traverse une crise mondiale, ce qui a conduit à une réponse sévère dans le monde islamique, provoquant l’appel au boycott des produits français. À deux reprises, Erdogan a déclaré que Macron avait besoin d’un examen de santé mentale, ce qui a incité la France à rappeler son ambassadeur en Turquie en octobre pour des consultations après avoir jugé le discours d’Erdogan inacceptable. Macron a également été accusé d’islamophobie, et il a exhorté les électeurs français à “se débarrasser de Macron au plus vite”.

En réponse aux appels de la France et de la Grèce, l’Union européenne a accepté en décembre de préparer une liste élargie d’individus turcs pour sanctionner la décision d’Ankara de forer du gaz naturel dans les eaux de la Méditerranée orientale près de Chypre, mais a reporté toute mesure plus difficile à mars.

Evolution dans la relation

Malgré les relations tendues et l’échange d’accusations, les membres de l’OTAN ont déclaré le mois dernier qu’ils travaillaient sur un plan de normalisation des relations entre les deux pays. Dans le cadre de ces efforts, le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est entretenu mardi avec son homologue français Emmanuel Macron. Erdogan a déclaré qu’il souhaitait que leurs pays coopèrent pour lutter contre le terrorisme, et que leurs pays “peuvent grandement contribuer à la stabilité et à la paix” en Europe, dans le Caucase, au Moyen-Orient et en Afrique, et dans tous ces domaines.

“Il n’y a plus d’insultes et le langage est plus rassurant”, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, lors d’une audition parlementaire mardi soir. Il a déclaré que le retrait des navires de recherche turcs des eaux chypriotes de la Méditerranée orientale et Ankara qui montre sa volonté de reprendre les pourparlers avec la Grèce sur le différend maritime de longue date, sont des signes positifs. “C’est fragile, car la liste des désaccords est très longue, mais nous voulons une relation saine avec la Turquie”, a-t-il dit, faisant référence aux différences sur la Libye, l’Irak et le Haut-Karabakh. Il faut agir et nous pourrons prendre position lorsque ces actions seront mises en œuvre. “Pour le moment, il ne s’agit que d’un acte verbal”, a-t-il déclaré.

Les deux présidents avaient échangé des lettres en janvier dans lesquelles ils acceptaient de reprendre les pourparlers dans le but de rétablir les relations, alors qu’Erdogan écrivait un message à Macron à l’occasion du Nouvel An, exprimant ses condoléances pour plusieurs attentats en France l’année dernière. Les médias locaux ont cité le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, qui a déclaré que Macron avait répondu par un message “très positif”, affirmant qu’il était ouvert à la réunion. La réponse de Macron a suggéré une coopération sur “les consultations bilatérales, le terrorisme, les questions régionales telles que la Syrie et la Libye et le partenariat pour l’éducation”.

Les motifs de la Turquie derrière l’abandon de ses politiques passées

Ces dernières semaines, Erdogan a cherché à réduire les tensions avec l’Union européenne dans un contexte de défis économiques qui se sont exacerbés à la lumière de la pandémie de Covid 19, en plus de sa nécessité de briser l’isolement international en améliorant les relations avec la nouvelle administration américaine et l’amélioration des conditions internes en vue des prochaines élections compte tenu de la baisse du soutien à son parti.

Un isolement sur la scène internationale

En ce qui concerne les relations de la Turquie avec la France et les pays européens, le gouvernement d’Erdogan avait annoncé vouloir fixer un «agenda positif dans les relations avec le début de la nouvelle année, et tourner la page des relations tendues, après les tensions en Méditerranée orientale, alors que la Turquie avait lancé à l’été 2020 plusieurs missions d’exploration du gaz dans les eaux grecques, provoquant une crise diplomatique avec Athènes rappelant l’année 1996, où les deux pays étaient au bord de la guerre.

Erdogan a pris conscience qu’il est devenu urgent de réduire les tensions avec les Européens, afin que la Turquie ne se retrouve pas isolée sur la scène internationale, car le président turc est préoccupé par les relations à venir de l’administration Biden avec la Turquie, car Joe Biden a décrit le président turc lors de sa campagne électorale en 2019 comme un autocrate et a promis de traiter avec lui différemment, y compris la possibilité de soutenir l’opposition.

De nombreux dossiers compliqués sont en litige entre la Turquie et les États-Unis, comme la réception par la Turquie en 2019 de la première batterie du système de défense aérienne russe S-400, qui a conduit les États-Unis à exclure Ankara de la production d’avions furtifs F-35. Washington a également interdit l’attribution de tout permis d’exportation d’armes à l’agence gouvernementale turque chargée d’acheter du matériel militaire. C’est une situation qu’Ankara espère résoudre en faisant preuve d’une politique étrangère modérée qui n’entre pas en conflit avec l’Europe et la région du Moyen-Orient.

Difficultés internes

Mais cette nouvelle donne internationale n’est pas la seule préoccupation du président turc. Entre la pandémie de Covid et la crise économique turque, les revers s’accumulent également sur la scène intérieure, comme le montrent les sondages d’opinion. Selon une étude de Métropole, publiée fin décembre, le soutien à son parti, le Parti de la justice et du développement (AKP), a baissé à 30,6% de la population, contre 42,5% lors des dernières élections législatives de 2018. Pire, l’opposition a déjà sécurisé les deux plus grandes villes du pays, Istanbul et Ankara, lors des élections municipales de 2019.

En plus des manifestations en cours d’un groupe de jeunes à l’Université du Bosphore depuis janvier. Bien qu’Erdogan ait nommé Malih Polo, l’un de ses proches, au poste de président d’université, ce qui est devenu une question controversée, les manifestations ne se sont pas affaiblies, Cette génération fait peur à Erdogan, car ce sont de nouveaux électeurs qui ne l’ont connu qu’au pouvoir. Même le plan d’action annoncé mardi par le président turc pour étendre les droits de l’homme en Turquie a été considéré comme faisant partie des préparatifs des prochaines élections de 2023 à la lumière des pratiques autoritaires de son régime qu’il avait pratiquées dans le cadre des purges depuis la tentative de coup d’État ratée en 2016. Les déclarations d’Erdogan ont suscité des soupçons de la part de l’opposition. Personne ne pense que la situation changera vraiment.

En fait, la stratégie d’Erdogan consiste simplement à faire croire à certains de ceux qui ont quitté le gouvernement que la Turquie poursuivra le processus de transition démocratique. Par coïncidence, quand Erdogan a appelé à la promotion des droits de l’homme, il a exigé du parquet que son principal opposant, le maire d’Istanbul, Akram Imamoglu, soit emprisonné pendant deux ans, accusé de l’avoir insulté.

Conclusion

Les relations euro-turques et la présence de la Turquie au sein de l’OTAN peuvent nécessiter de corriger le cours des relations et de contrôler les politiques turques, en particulier celles qui sont en conflit avec les intérêts européens et ont provoqué des crises successives.

Car l’Europe et l’Amérique doivent encore profiter de la Turquie pour contenir l’influence iranienne dans la région du Moyen-Orient, refroidir la région du Moyen-Orient et affronter l’influence russe selon la vision occidentale dans les zones d’influence commune dans le monde, en plus de résoudre les problèmes de terrorisme et immigration. La France peut trouver dans ce rapprochement un complément diplomatique à ses efforts juridiques dans le traitement du dossier de l’islam politique en France et aux campagnes de boycott des produits français dans les pays islamiques. Cependant, les initiatives resteront rhétoriquement fragiles jusqu’à ce qu’elles soient renforcées par des politiques sur le terrain qui confirment leur pérennité.

 

Share This