Les menaces du terrorisme se dessinent de nouveau à l’horizon

Mai 8, 2020 | Anti terrorisme, Les rapports

Bien que la France, comme le reste du monde, soit préoccupée par l’exacerbation de la menace du coronavirus, les menaces du terrorisme se dessinent de nouveau à l’horizon. En avril, la police française a enregistré deux incidents terroristes simultanés.

Le premier a été commis par un réfugié soudanais, ce qui a entraîné la mort d’une personne dans le sud de la France et, selon le parquet général français, des accusations de terrorisme et de meurtre ont été portées contre lui. Quant au deuxième incident, la police française a tué un homme après une attaque au couteau dans la ville de La Courneuve, au nord de Paris.

Scénarios possibles des attaques terroristes

Exploitation des catastrophes : La pandémie de Coronavirus est l’une des catastrophes naturelles, considérée comme source de danger et de perturbation majeures qui menacent les pays (riches et pauvres).

Ces troubles, selon un rapport d’International Crisis Group, sont une opportunité pour l’Etat islamique et Al-Qaïda de gagner plus d’influence et de soutien et de lancer des attaques plus intenses qu’auparavant.

Des messages d’organisations extrémistes islamiques se sont montrés préoccupés par le virus, avec joie, confirmant qu’il s’agit d’une punition pour les non-musulmans. Dans le bulletin d’information -al-Naba- publié par l’Etat islamique à la mi-mars, l’organisation a appelé ses partisans à ne faire preuve d’aucune pitié et à lancer des attaques pendant cette crise.

Exploitation de l’isolement social : Le phénomène de l’isolement social peut pousser certains jeunes qui se sentent éloignés de la société dominante, n’ont pas de travail établi, à être influencés par le discours radical des terroristes et commencent à la recherche d’identité et à la poursuite de l’aventure, ceux-ci peuvent ne pas avoir une compréhension profonde des idées djihadistes, cette personne cherche spontanément un objectif pour sa vie et dessine ses pensées sur Internet; c’est peut-être ce qui s’est passé avec les auteurs des deux attentats en France.

De nombreux pays ont été témoins d’attentats dus à des personnes touchées par le discours radical de l’État et d’al-Qaïda, qui ont perpétré le massacre sans avoir besoin d’ordres mais de leur propre initiative, sans lien organisationnel concret, et cela en soi est l’un des outils les plus dangereux de l’organisation, où les auteurs de ces opérations n’ont aucun dossier de sécurité avec Service de sécurité pour qu’il soit sous surveillance et contrôle.

Activation des loups solitaires : les organisations terroristes bénéficient de l’isolement social dû au virus, et elles exploitent cela pour communiquer avec les gens via des tunnels électroniques et les réseaux sociaux, lors du recrutement ; c’est peut-être un autre scénario de ce qui s’est passé avec les auteurs des deux attaques en France après qu’ils se soient transformés en « loups solitaires « .

Et sur la façon dont une personne en isolement social peut facilement se transformer en un loup solitaire, le journaliste d’investigation allemand Bjorn Stritzel à cette question d’une manière pratique particulière, et sur son expérience qu’il a menée par lui-même « , où il a commencé à rechercher des chaînes djihadistes dans l’application de Telegram, et la recherche l’a conduit à l’Agence de presse Amaq Il a demandé comment il pouvait mener une attaque et obtenir une vidéo sur le martyre. Björn Stritzel a régulièrement contacté le média, ils l’ont remis à des germanophones, qui avaient déjà commencé à lui apprendre à lancer une attaque terroriste.

Et très vite, des instructions ont commencé à être envoyées : ils ont d’abord suggéré de passer à l’application Wickr, parce que c’est une application plus sûre pour la communication individuelle. Bien que Telegram ne soit pas sûr, les autorités ont certaines méthodes pour le vérifier et accéder aux comptes individuels. Une fois contactés via Wickr, les entraîneurs virtuels de Stritzel ont veillé à ce que leurs communications soient aussi sécurisées que possible, par exemple en raison du message autodestructeur en quelques secondes, ce qui lui a rendu difficile de documenter tout ce qui se passait. Ensuite, ils lui ont conseillé de faire des attaques très simples. Quand il les a approchés pour la première fois, il a suggéré de faire un gros bombardement mais ils ont dit : Non, notre frère, tu peux simplement voler une voiture et écraser des gens, et c’est beaucoup plus facile. Il leur a dit qu’il n’avait pas de permis de conduire, alors que devrait-il faire ?

Ensuite, ils ont simplement suggéré de prendre un couteau et de tuer certaines personnes. Il a répondu qu’il ne savait même pas comment utiliser le couteau et il a dit qu’il n’avait jamais utilisé de couteau pour tuer une personne. Il voulait voir d’autres méthodes d’attaque qu’ils suggéreraient à un imbécile clair qui ne peut pas utiliser de couteau et ne peut pas conduire de voiture. L’un des entraîneurs allemands avec qui il était en contact lui a dit qu’ils publieraient bientôt une vidéo montrant différentes façons d’utiliser un couteau. Le lendemain, l’Etat islamique a publié une vidéo de Raqqa qui montre déjà une formation sur la façon d’utiliser un couteau et de tuer une personne à la caméra. Cette vidéo était destinée aux attaquants de pays étrangers.  »

Précautions nécessaires

En réduisant l’interaction, il est difficile d’arrêter complètement ces opérations individuelles, en raison de leur nature, mais leur nombre peut être réduit, la menace qui en résulte, en limitant l’interaction en augmentant le blocage de certains sites de communication que l’État ne peut pas contrôler pendant les périodes du confinement.

Améliorer la collecte de renseignements et intensifier l’arrestation de suspects, qui ont récemment suivi des sites Web suspects, bien que cela contredit le processus de confidentialité, mais dans des circonstances aussi exceptionnelles, il est possible d’arrêter dans l’intérêt général du pays.

Maintenir la pression sur des entreprises comme Facebook et Twitter : demander des restrictions plus strictes sur les comptes liés au groupe, surveiller les utilisateurs plus régulièrement et suspendre leurs comptes si nécessaire.

Remettre au premier plan les questions liées au procès des terroristes et ne pas les reporter, avec la nécessité de préserver les méthodes adaptées aux procédures de sécurité assignées au virus Corona, afin que l’État français montre que la lutte contre le terrorisme fait partie de ses priorités comme le virus et qu’il est aussi important. La France a reporté le procès de certains cas liés au terrorisme en raison de la crise de Corona, tels que les cas des attaques de janvier 2015 contre le journal satirique « Charlie Hebdo », aussi l’assassinat d’un policier dans la région de Montrouge et le vol du magasin juif « hyper cacher » au cœur de Paris, ces procès devaient débuter le 4 mai, et le parquet général de lutte contre le terrorisme (Pnat) a indiqué que l’ordonnance de renvoi signée par le président du tribunal correctionnel de Paris ne mentionnait pas les nouvelles dates de ce procès, s’agit des premières attaques terroristes qui ont frappé la France en 2015.

Investir dans la peur collective, renforcer le sens patriotique et la solidarité sociale de l’État français, et rejeter les militants lors de la pandémie de crise du virus : Il ne fait aucun doute que la première arme contre les épidémies est de renforcer l’immunité contre elles, de bloquer le virus puis de lui résister et de traiter ses effets.

L’arme la plus puissante contre le terrorisme est la vigilance, le renforcement du sens national, la diffusion d’une culture de sensibilisation, de loyauté et de patriotisme pour tous. De nombreuses études anthropologiques ont constaté une tendance de masse dans les sociétés et la consolidation de leurs rangs lorsqu’ils ressentent une menace pour le groupe, ce qui conduit souvent à un taux élevé de solidarité communautaire et affaiblit le rôle de l’individu. Selon Bertrand Russell : « La peur collective stimule l’instinct du troupeau et cette peur a tendance à produire une férocité envers ceux qui ne sont pas considérés comme des membres du troupeau ».

Share This