Les manifestations contre la France au Mali sont un indicateur dangereux d’un possible rôle russe

Oct 13, 2020 | uncategorized

Des milliers de Maliens ont manifesté à la fin du mois dernier contre la présence française au Mali, scandant des slogans anti-français et agitant des drapeaux russes. Les manifestants qui se sont rassemblés à la place de l’indépendance dans la capitale de Bamako ont scandé : « Soldats français, faites vos valises et rentrez chez vous » et « Nous ne voulons pas de la France au Mali ».

Ce ne sont pas des manifestations traditionnelles, généralement organisées par des militants opposés à la présence militaire française, et qui semblent parfois être le résultat de outrages assez spontanés.

Mais ce qui était nouveau dans les manifestations du mois dernier, c’est qu’elles ont soulevé le slogan du rejet de la présence française dans la région du Sahel en tant que puissance occupante, tout en agitant des drapeaux russes. Ce qui soulève la question des nouveaux motifs qui les ont poussés à lever les drapeaux russes ?

Aussi, si les manifestations étaient contre la présence française en tant que force d’occupation, alors pourquoi exigeraient-elles la présence des forces russes, comme si elles remplaçaient l’occupation par autre ?!

Ce rapport discute des motifs possibles derrière la levée des drapeaux russes lors des récentes manifestations, considérant que ces motifs sont de dangereux indicateurs de l’influence française à l’avenir, les dirigeants français doivent les prendre au sérieux dans tout changement de stratégie de présence au Mali, qui se présente comme suit :

L’armée française n’est plus considérée comme une force libératrice comme elle l’était en 2013

L’incapacité à contenir la menace jihadiste, qui est le principal moteur de la colère contre la France, depuis que la France est intervenue dans le nord du Mali en janvier 2013, a multiplié les violences au fil du temps alors que le nombre de morts civils et militaires augmentait, ainsi que le nombre de personnes déplacées. Les groupes « terroristes » que l’armée française combattait, et qui ne contrôlaient que certaines villes du nord du Mali en 2013, ont étendu leur influence au centre du Mali, au nord du Burkina Faso et au nord-ouest du Niger et aujourd’hui, ils menacent les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest, comme le Bénin ou la Côte d’Ivoire.

Aussi, les opérations de l’armée française ont eu un impact, mais de manière négative, sur la population, après avoir commencé à affecter la population non concernée aux opérations de l’armée française, surtout lorsque les soldats français sont apparus dans les zones où Barkhane poursuivait les « terroristes ». Cette apparition provoque, au mieux, un sentiment de peur et, au pire, une vague de représailles contre les terroristes après la fin de l’événement. Le chef du village / Gourma, dans le centre du Mali, déclare : « Nous savons que les Français ne nous font pas de mal. Mais c’est ce qu’ils font en fait indirectement, car ils ne restent entre nous que quelques jours ou quelques heures, et quand ils partent, les jihadistes reviennent et punissent tout ceux qui leur ont parlé et ils considèrent les habitants comme espions des Français, ils ont des agents partout, ils savent tout »

Il y a des indices de tels événements, cités par les médias locaux, comme les manifestations qui ont éclaté en octobre 2017 dans la ville de Kidal, dans le nord-est du Mali, dans le contexte des forces françaises entourant un quartier de la ville dans le but d’arrêter un travailleur des transports entre le Mali et l’Algérie, et l’accusé Être impliqué dans des opérations de contrebande.

La plupart des femmes participant à la manifestation ont scandé des slogans dénonçant le travail de « Barkhane » dans la région de « Azawad », au nord du Mali, et ont exigé le départ des forces françaises, elles les accusent du harcèlement de la population, d’autant plus que l’intervention des forces françaises dans le quartier a laissé des pertes matérielles dans certaines maisons après avoir été incendiées en raison de l’utilisation de IED pour enfoncer les portes, ce qui a mis en colère les résidents locaux.

Dans de telles opérations, les forces françaises sont censées se coordonner avec les forces maliennes locales pour lutter contre le terrorisme, afin de mener les raids elles-mêmes, car elles sont mieux à même de connaître les détails des traditions et coutumes au Mali, ce qui réduit les dégâts et la population évite la poursuite des djihadistes plus tard, surtout si les locaux coopèrent avec eux, la coopération peut être dissimulée en affirmant que la rencontre entre l’agent et l’officier est une question de parenté et non une question de coopération en matière de sécurité. Une telle coopération conjointe conduit à rassurer la communauté africaine locale, que l’objectif est réellement l’élimination du terrorisme, et non le caractère unique du système de sécurité, et l’acquisition d’informations.

Les maliens comparent entre le rôle russe en Syrie et le rôle français en Afrique

Avec les écueils successifs de la France dans les pays du Sahel et d’Afrique de l’Ouest, les aspirations à une intervention russe au Mali en particulier se sont accrues, d’autant que les Maliens comparent le rôle que les forces russes, estimées à 6000 soldats en Syrie depuis 2013, ont joué dans l’élimination des groupes djihadistes là-bas, ce qui a fait une différence importante sur le terrain et a repris le contrôle de la plupart des zones syriennes, dont elles ont écarté les djihadistes et sont devenues la supériorité en pleine coopération avec la Russie; Et le rôle des forces françaises, qui sont environ 4 500 soldats dans la région, et elles ont toutes les ressources militaires et technologiques, et leur incapacité à y neutraliser ces groupes terroristes selon les maliens.

Le sentiment anti-français a augmenté ces derniers mois avec les attaques croissantes des groupes djihadistes, dans lesquels les armées nationales ont eu les plus grosses pertes , l’armée malienne ayant perdu des dizaines de soldats au cours des quatre dernières années. Depuis mars 2019, plus de 150 membres des forces armées maliennes ont été tués, la plupart lors de grandes attaques contre des camps militaires, attribuées à des groupes djihadistes.

Il est vrai que les forces françaises n’ont aucune part de responsabilité dans la faiblesse de l’armée malienne, mais les maliens reprochent aux forces françaises leurs faiblesse, ils reposent une question : Ou sont les renseignements, la technologie, la coopération sécuritaire et la coopération internationale dans le suivi des opérations et la surveillance des djihadistes et de leurs mouvements ? Dans une interview accordée au journal sud-africain « Mail and Guardian », en juin, le ministre burkinabé de la Défense, Moumina Cheriff Sy, s’est interrogé sur l’activité de la France au Sahel : « Les Français ont près de 4000 hommes dans la région et ils ont toutes les ressources militaires et technologiques, donc je m’émerveille de leur incapacité à éradiquer ce gang de terroristes »

Dès lors, ce qui est demandé aux forces françaises, c’est de montrer de vraies étapes qui rétablissent la confiance à travers des coopérations réelles différentes, en fonction des forces locales, le suivi technologique des mouvements des groupes djihadistes, et le reportage rapide et le soutien aérien des forces locales susceptibles d’être exposées à des attaques soudaines, d’autant plus que les forces françaises ont une grande expérience à cet égard, comme elle a des contacts de sécurité avec tous les pays du monde, elle peut conclure une coopération internationale en matière de sécurité.

Signes de l’expansion possible de la Russie dans la région du Sahel

Au cours des dix dernières années, Moscou a montré sa volonté de renforcer son influence dans différentes régions stratégiques du monde, car elle a déjà réussi à réaliser son rêve de s’implanter dans les eaux chaudes grâce à ses bases de Tartous en Syrie, et elle a établi des relations avec la Turquie, où elle a réussi à vendre un lot de missiles S-400 et travaille actuellement en Afrique à travers la Libye, et avait précédemment contribué à la conclusion d’un accord dans la capitale soudanaise, Khartoum, entre les autorités de Bangui et les groupes rebelles. Un accord de coopération militaire entre elle et l’Afrique centrale en septembre 2017 a légalisé cette nouvelle situation. De plus, le groupe russe << Wagner >>, dirigé par Yevgeny Prigozhin, est actuellement impliqué dans le renseignement et la surveillance des médias, et bien sûr dans l’exploitation de l’or et des diamants en République centrafricaine.

Il semble que Moscou soit déjà capable d’entrer dans les régions et de rivaliser avec l’influence américaine et européenne à travers des lacunes, que ses adversaires ne parviennent pas à combler.

On s’attend à ce que Moscou rentre dans la ligne de coopération sécuritaire avec le Mali, afin de lutter contre le terrorisme, dans le contexte de l’échec français des opérations de lutte contre les groupes terroristes dans les régions sahéliennes d’Afrique, qui est le dossier principal dont la France justifie son intervention au Mali et dans les régions des pays sahéliens.

Surtout certaines de ces précédentes données publiées par le site français MondeAfrique, dans lesquelles il dit que la Russie pénètre au détriment de la France au Mali et en Afrique centrale, en une période ne dépassant pas deux ans, la Russie a pu stationner en permanence en République centrafricaine, même avec la présence de 12 000 soldats des Nations Unies, et d’une base militaire française à l’aéroport de la capitale, Bangui. Le rapport conclut que la pénétration russe en Afrique centrale soulève la question de savoir si la même chose se répétera au Mali, et l’accord militaire russo-malien permettra-t-il au groupe « Wagner » de s’établir au Mali ?

D’autant plus que le 21 août dernier, des manifestations de soutien au coup d’État ont eu lieu place de l’Indépendance dans la capitale financière, pour remercier la Russie. Les manifestants scandaient : « Nous voulons une coopération avec la Russie », « Nous voulons la Russie », « Depuis le premier jour où Keitha a signé un accord militaire avec la France, le Mali a déclaré faillite. « . Les manifestants ont exprimé leur préférence pour la coopération de Mali avec la Russie et la Chine et la diversification de ses partenaires par rapport à la coopération avec la France.

Plusieurs médias occidentaux ont rapporté que les comploteurs du coup d’État, le colonel Malick Diaw et Sadio Camara, ont reçu une formation au Collège militaire suprême de Moscou, dans le cadre de l’accord de coopération militaire entre le Mali et la Russie signé le 26 juin 2019.

L’ambassadeur de Russie à Bamako, Igor Gromyko, a été l’un des premiers diplomates à être reçu par les putschistes, le même jour que les gens se sont rassemblés à Bamako pour remercier la Russie. La seule phrase prononcée par l’ambassadeur de Russie après la rencontre avec les putschistes : « Nous avons parlé de sécurité. »

Ce sont autant de raisons qui font douter les Français que la Russie est derrière le coup d’État contre le président malien, allié de la France, et l’implication des réseaux russes dans l’organisation de ces manifestations.

En fait, c’est un scénario difficile que la France aura dans un proche avenir, et elle fait face à un nouveau défi, qui l’oblige en fait à renouveler la stratégie d’intervention, à proposer différentes grandes lignes de coopération et de développement, à améliorer l’environnement interne africain, et à réévaluer ses calculs envers les forces militaires qui contrôlent le pouvoir au Mali.

La modernisation de la stratégie française doit prendre en compte la tactique, les méthodes, le message et le sérieux dont les forces françaises ont montré au début de l’intervention en Afrique, et restaurer l’élan du 2 février 2013, alors que l’armée française a terminé d’expulser les groupes islamiques armés associés à Al-Qaïda au Maghreb islamique des villes de Tombouctou, Gao et Kidal, où des milliers de Maliens sont sortis pour célébrer la France et ses soldats ont été chaleureusement accueillis en passant devant les villages sur la route du Nord. François Hollande, a été accueilli joyeusement par des foules arborant des drapeaux français, Il a déclaré que ces heures qu’il avait passées au Mali, qu’il pensait l’avoir libéré du contrôle des djihadistes, comme le plus beau jour « de sa vie ». Des membres de la délégation présidentielle ont été touchés par une scène que d’autres pourraient trouver extrêmement répugnante ; la vue d’un homme portant une pancarte sur la place de l’indépendance à Bamako dont les mots se réfèrent à une autre époque : « Merci, Papa Hollande, merci, Oncle Le Drian et Oncle Fabius » (signifiant respectivement les ministres de la Défense et des Affaires étrangères).

 

Share This