Les mandataires de l’Iran au Moyen-Orient

Mai 21, 2021 | Études

Depuis la révolution de 1979, l’Iran a établi un réseau de mandataires dans tout le Moyen-Orient. Au début 2020, Téhéran avait des alliés parmi plus d’une dizaine de milices majeures, certaines avec ses propres partis politiques, qui défiaient les gouvernements locaux et voisins. Le Corps des gardiens de la révolution iranienne et les forces Qods ont fourni des armes, une formation et un soutien financier aux milices et mouvements politiques dans au moins six pays: Bahreïn, l’Irak, le Liban, les Territoires palestiniens, la Syrie et le Yémen. L’Iran vise, à travers ses mandataires, à étendre son influence selon son projet basé sur le principe de l’exportation de la révolution, c’est-à-dire de renverser les régimes existants au profit de nouveaux régimes qui lui sont fidèles, et de la wilayat al-Faqih « guidance du juriste », signifiant la subordination de ces pays au guide iranien pour réaliser son projet d’expansion.

Le vaste réseau iranien de milices et de mandataires au Moyen-Orient fait l’objet de sanctions américaines depuis 1984 pour contenir son influence régionale. L’administration Trump a accéléré le rythme et la portée des mesures économiques punitives entre 2017 et 2021. Mais les sanctions n’ont pas complètement fonctionné. L’administration Reagan a d’abord désigné l’Iran comme État sponsor du terrorisme en 1984, mais l’administration Clinton a été la première à imposer des sanctions aux mandataires de l’Iran. Et entre 1995 et 2020, quatre administrations (Clinton, Bush, Obama et Trump) ont sanctionné 10 groupes mandataires pour l’Iran dans cinq pays ; Ils ont également puni 86 dirigeants des 13 groupes soutenus par Téhéran. Et entre 2017 et 2020, l’administration Trump a imposé 40% de toutes ces sanctions. L’un des objectifs de politique étrangère les plus importants du président Trump a été de réduire l’influence régionale de Téhéran et son soutien aux groupes militants à travers le Moyen-Orient. Car c’est dans le cadre de contenir l’Iran conformément à la vision américaine de réorganiser la région et de créer une sorte de rapprochement arabo-israélien visant à contrer l’influence iranienne croissante dans la région.

Les États-Unis ont le pouvoir d’imposer des sanctions économiques par le biais de décrets exécutifs présidentiels ou de lois adoptées par le Congrès. Trois présidents – Clinton, Bush et Obama – ont émis des décrets qui leur permettaient de punir les mandataires de l’Iran.

Le Congrès a adopté des lois pour punir les mandataires de l’Iran. En 2020, le ministère des Affaires étrangères a estimé que l’Iran donne au Hezbollah 700 millions de dollars par an. Dans le passé, il a fourni 100 millions de dollars par an à des groupes palestiniens, y compris le Hamas et le Jihad islamique palestinien. Le département d’État américain a estimé en 2020 que l’Iran a dépensé plus de 16 milliards de dollars pour soutenir le régime d’Assad et ses mandataires entre 2012 et 2020.

Depuis les années 1990, les sanctions américaines ont été un outil important pour perturber les réseaux financiers, empêcher l’accès aux banques américaines et dissuader les financiers. Mais les sanctions américaines n’ont pas affecté de manière significative les relations de l’Iran avec ses mandataires, y compris la formation, les refuges et les transferts d’armes et de technologie qu’il fournit.

Le Hezbollah: est un mouvement chiite qui a été le premier agent de l’Iran au Moyen-Orient. Il a une milice créée au début des années 80, avec le soutien militaire et financier des gardiens de la révolution, et un parti politique qui s’est présenté pour la première fois à un poste en 1992 après sa sortie de sa discrétion

Avec l’événement de 2020, le Hezbollah est devenu l’acteur non étatique le plus armé au monde, avec au moins 130000 roquettes et missiles, selon le Center for Strategic and International Studies. Il a également occupé des postes importants dans le gouvernement libanais et dans le secteur économique. Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a reconnu en 2016 le soutien de l’Iran, affirmant que «le budget du Hezbollah, tout ce qu’il mange et boit, ses armes et ses missiles, vient de la République islamique d’Iran». En 2018, le département du Trésor américain a estimé que Téhéran fournissait au Hezbollah plus de 700 millions de dollars par an. En 2020, le financement iranien a diminué en raison des sanctions américaines, de la baisse des prix du pétrole et de l’impact économique de la pandémie COVID-19, selon le Washington Institute for Near East Policy.

En 1995, l’administration Clinton a sanctionné le Hezbollah et le secrétaire général Hassan Nasrallah pour avoir perturbé le processus de paix au Moyen-Orient. Il a désigné le Hezbollah comme une organisation terroriste étrangère en 1997. En 2001, l’administration Bush l’a désigné comme une organisation terroriste mondiale. Entre 1995 et 2020, les États-Unis ont imposé des sanctions à 44 dirigeants du Hezbollah. En 2020, le département américain du Trésor a accusé les hauts dirigeants du Hezbollah de «créer et mettre en œuvre l’agenda déstabilisateur et violent de l’organisation terroriste» contre les intérêts et partenaires américains dans le monde.

Kataeb Hezbollah: est une milice chiite qui a été créé en 2007, formée et armée par les gardiens de la révolution iraniens. En 2009, le Département d’État a désigné Kataeb Hezbollah comme organisation terroriste étrangère et a infligé des sanctions à son secrétaire général, Abu Mahdi Al-Muhandis, pour avoir commis des actes de violence contre la coalition et les forces de sécurité irakiennes. Les États-Unis ont imposé deux séries de sanctions supplémentaires à la direction du Kataeb Hezbollah en 2020.

En 2014, la milice a rejoint les forces de mobilisation populaire irakiennes pour combattre l’EI mais a maintenu des liens étroits avec Téhéran. Kataeb Hezbollah, avec le soutien de l’Iran, a mené les attaques les plus sophistiquées et les plus efficaces contre les forces américaines et les alliés de la coalition en Irak entre 2007, 2011, 2018 et 2020. Le 27 décembre 2019, ils ont lancé une attaque de missiles sur la base militaire près de Kirkouk, tuant un entrepreneur civil américain et blessant quatre personnes du service américain et deux membres des forces de sécurité irakiennes. En janvier 2020, les États-Unis ont riposté par une frappe de drone contre Al-Muhandis et le général Qassem Soleimani, commandant de la Force Qods, à Bagdad. Il a également désigné son nouveau secrétaire général, Ahmed Al-Hamidawi, terroriste mondial en février 2020.

Asaib Ahl al-Haq: Asaib Ahl al-Haq est une milice chiite qui a été créée en 2006 et formée, armée et financée par les Gardiens de la révolution iranienne et le Hezbollah libanais. Entre 2006 et 2011, lorsque l’armée américaine s’est retirée d’Irak, plus de 6 000 attaques ont été lancées contre les forces américaines et de la coalition.

En 2014, la milice a rejoint les forces de la foule populaire financées par le gouvernement pour combattre l’EI dans le nord de l’Irak. Avec environ 20 000 membres, elle est devenue l’une des plus grandes milices dans les Forces de la foule populaire, mais a maintenu des liens opérationnels avec Téhéran. En janvier 2020, le département d’État a désigné Asaib Ahl al-Haq comme terroriste étranger. Khazali et son frère Laith Khazali ont également été inscrits sur la Liste mondiale des terroristes.

Mouvement Hezbollah al-Nujaba: Il s’agit d’une milice chiite créée en 2013 et formée, armée et conseillée par les gardiens de la révolution iraniens. Son objectif initial était de soutenir Bachar al-Assad en Syrie contre les rebelles anti-régime. En 2014, elle a élargi sa mission de lutte contre l’EI et a rejoint le PMF. Mais ce groupe a continué de recevoir le soutien de Téhéran. En 2019, le département d’État l’a désignée organisation terroriste étrangère et a classé Al-Kaabi comme terroriste mondial. Le département du Trésor américain a imposé des sanctions à Kaabi en 2008, avant la formation du groupe, pour avoir lancé des attaques contre les forces de la coalition en Irak.

Organisation Badr: L’Organisation Badr est une milice chiite qui a été formée en 1982, financée, entraînée et armée par les gardiens de la révolution iraniens. C’est le mandataire le plus ancien et le plus puissant de l’Iran en Irak. Il était basé en Iran pendant le règne de Saddam Hussein et est retourné en Irak après l’invasion américaine en 2003. En 2014, elle a rejoint le PMF et était une force centrale combattant Daech de 2014 à 2017. Il a des sièges au Parlement. Le gouvernement américain n’a pas classé l’organisation Badr, mais le département du Trésor américain a puni Abu Mustafa al-Shaibani, l’ancien dirigeant de l’organisation, en 2008, et al-Shaibani a quitté l’organisation Badr en 2003.

Les Brigades Sayyid al-Shuhada: Les Brigades Sayyid al-Shuhada sont une milice chiite créée en 2013 avec le financement et le soutien des gardiens de la révolution. Sa mission initiale était de soutenir le régime d’Assad en Syrie contre l’opposition, mais en 2014, ils ont rejoint les Forces de mobilisation populaire irakiennes (PMF) pour combattre l’EI. Les États-Unis n’ont pas désigné les Brigades Sayyid al-Shuhada comme une organisation terroriste étrangère, bien que le Département du Trésor américain ait désigné Abu Mustafa al-Shaibani, le fondateur du groupe, comme terroriste mondial particulièrement désigné en 2008.

Ansar Allah (ou les Houthis): C’est un mouvement chiite Zaidi fondé au début des années 1990 et qui combat le gouvernement yéménite depuis 2004. Les Houthis se sont emparés de la capitale yéménite, Sanaa, en 2014 et ont aidé à renverser le gouvernement du président Abd Rabbu Mansour Hadi en 2015. Ils ont été soutenus par les gardiens Révolutionnaires depuis au moins 2011; L’Iran et le Hezbollah libanais ont élargi la formation et accru les livraisons d’armes après l’intervention de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite dans la guerre du Yémen en 2015. Les États-Unis ont sanctionné deux hauts dirigeants militaires houthis en 2014 et le fondateur d’Ansar Allah, Abd al-Malik al-Houthi, En 2015, l’administration Trump aurait envisagé de désigner les Houthis comme organisation terroriste étrangère en novembre 2018 et en septembre 2020 pour intensifier la pression sur l’Iran.

Liwa Zainebiyoun: une milice chiite pakistanaise fondée par les gardiens de la révolution en 2014 et entraînée par la force Qods, et qui a recruté entre des Pakistanais vivant en Iran ainsi que des zones tribales pakistanaises, et a combattu avec les forces du régime d’Assad en Syrie. En 2019, le département du Trésor américain lui a imposé des sanctions pour son soutien à la Force Qods et ses violations des droits humains en Iran.

La Division des Fatimides,: C’est une milice afghane qui a été créée dans les années 80 et qui était en état de latence dans les années 90, et elle a été relancée par les gardiens de la révolution iranienne en 2012. elle est principalement composée de réfugiés Hazara d’Afghanistan qui vivent en Iran. Depuis 2014, le CGRI a déployé la milice pour combattre aux côtés du régime d’Assad en Syrie. En 2017, environ 50000 Afghans ont été déployés en Syrie. Le département du Trésor américain lui a imposé des sanctions en 2019 pour son soutien à la Force Qods et son implication dans des violations des droits de l’homme en Iran. Il a affirmé que l’Iran avait forcé des réfugiés afghans à se battre en Syrie, à être emprisonnés en Iran ou à les expulser vers l’Afghanistan.

Brigades Al-Ashtar: C’est un groupe armé basé à Bahreïn qui est financé, formé et armé par l’Iran. Le ministère des Affaires étrangères l’a accusée d’avoir mené des attentats terroristes à Bahreïn pour renverser le gouvernement. En 2014, le groupe a tué deux policiers bahreïnis et un officier émirati dans un attentat à la bombe. Le Trésor américain a désigné deux commandants de la brigade al-Ashtar comme terroristes mondiaux en mars 2017; le département d’État les a désignés comme organisation terroriste étrangère en juillet 2018.

Saraya Al-Mukhtar: un groupe armé basé à Bahreïn, financé et soutenu par l’Iran. Le département d’État américain l’a accusée d’avoir planifié des attaques contre des employés américains à Bahreïn et d’avoir offert des récompenses financières pour l’assassinat de responsables bahreïnis. L’objectif de Saraya Mukhtar est de renverser la monarchie. Le département d’État l’a désignée organisation terroriste mondiale en décembre 2020.

Hamas: L’Iran soutient le Hamas, une milice et parti politique islamiste sunnite basé à Gaza, et aurait été financé, armé et formé par les gardiens de la révolution iraniens depuis le début des années 1990. Le Hamas a ouvert un bureau à Téhéran dans les années 1990. Le gouvernement américain l’a désignée organisation terroriste étrangère en 1997, et elle a été désignée organisation terroriste mondiale en 2001. Il a également imposé plusieurs séries de sanctions à 21 des hauts dirigeants et militants du mouvement.

En 2012, l’Iran a réduit le financement du Hamas après avoir refusé de soutenir le régime d’Assad dans la guerre civile syrienne. L’Iran a repris son aide financière au Hamas en 2017. “Les relations avec l’Iran sont excellentes et l’Iran est le plus grand partisan des Brigades Izz al-Din al-Qassam avec de l’argent et des armes”, a déclaré Yahya Sinwar, un commandant militaire important du Hamas, en 2017.

On estime que l’Iran a fourni plus de 100 millions de dollars par an à des groupes palestiniens, y compris le Hamas et le Jihad islamique palestinien, selon le département d’État américain en 2020. Le département du Trésor et d’État a sanctionné un certain nombre de dirigeants du Hamas.

Jihad islamique palestinien: un groupe islamiste sunnite armé à Gaza financé, formé et armé par l’Iran depuis la fin des années 1980. Bien qu’il soit basé à Damas, il a longtemps eu un bureau à Téhéran. Les États-Unis ont imposé des sanctions au mouvement du Jihad islamique palestinien pour la première fois en 1995 pour avoir perturbé le processus de paix au Moyen-Orient, et l’ont désigné une organisation terroriste étrangère en 1997 pour avoir commis des actes terroristes qui menacent les intérêts et la sécurité nationale des États-Unis.

L’Iran a fourni plus de 100 millions de dollars par an à des groupes palestiniens, y compris le Hamas et le Jihad islamique palestinien, et l’Iran aurait réduit le financement du groupe en mai 2015 parce qu’il ne soutenait pas l’intervention de Téhéran au Yémen. Mais il a renouvelé le financement en mai 2016. Les ministères du Trésor et d’État ont puni un certain nombre de dirigeants du Jihad islamique en Palestine.

Hezbollah saoudien: C’est un groupe chiite armé fondé en 1987, similaire au Hezbollah libanais, et allié à l’Iran. En 2001, les États-Unis ont imposé des sanctions à quatre commandants liés à L’attentat des tours de Khobar en 1996 qui a tué 19 membres de l’armée de l’air américaine et en a blessé 372.

En 2001, le ministère américain de la Justice a accusé l’Iran d’avoir financé et dirigé l’attaque du Hezbollah saoudien contre les tours Khobar. En 2006, un tribunal fédéral américain a ordonné à l’Iran de verser 254 millions de dollars aux familles des Américains tués dans l’attaque. Le tribunal a jugé que les preuves “établissent fermement que l’attentat à la bombe contre les tours de Khobar a été planifié, financé et parrainé par les plus hauts dirigeants du gouvernement de la République islamique d’Iran”. Après la campagne saoudienne contre le Hezbollah saoudien à la suite de l’attentat à la bombe sur les tours de Khobar, l’organisation a pratiquement disparu.

Share This