Les Frères Musulmans en Europe

Déc 2, 2020 | Études

Les Frères musulmans sont le groupe islamiste sunnite le plus influent au monde et leur organisation est interdite dans de nombreux pays, surtout dans le monde arabe. Car ce groupe, dans un certain nombre de pays, est classé comme « organisation terroriste », et l’Europe et les États-Unis prennent régulièrement des mesures dans ce sens. L’Europe représente un incubateur et un havre sûr pour les Frères musulmans, qui ont réussi à établir un réseau de relations de nationalités différentes, dans lequel la politique se mêlait avec les relations personnelles, sous un but unifié, et ses activités se sont étendues en Europe à travers de nombreuses institutions et centres et ont reçu le soutien de pays soutenant le groupe, notamment du Qatar et de la Turquie. L’organisation mondiale des Frères musulmans.

Classification du groupe des Frères musulmans

L’Occident fonde son interdiction sur les Frères musulmans sur trois arguments :

1 / Les Frères musulmans sont la principale source de l’idéologie extrémiste utilisée par les groupes terroristes

2 / De nombreux hauts dirigeants d’al-Qaïda, notamment Ayman al-Zawahiri, puis certains dirigeants de l’Etat islamique dans la ville syrienne de Raqqa sont d’anciens membres des Frères musulmans

3 / L’histoire des Frères musulmans comprend des actes de violence et de terrorisme, y compris des attentats d’assassinats politiques.

4 / L’objectif des Frères musulmans est de créer une entité sociale parallèle au sein de la société européenne, et ces tentatives et efforts sont devenus un défi à long terme pour la question de la cohésion sociale en Europe.

Les organisations des Frères musulmans en Europe

Le Groupe islamique en Allemagne (GID), qui a été fondé en 1958, est la branche allemande des Frères musulmans en Europe, fondée par Saïd Ramadan en 1958 et avait été dirigée par l’allemand-égyptien Ibrahim El-Zayat.

Ligue des Musulmans de Belgique (LMB) est le canal historique du mouvement en Belgique, car elle est le représentant des Frères musulmans là-bas, elle a été fondée en 1997, et possède dix mosquées et siège dans plusieurs villes, dont Bruxelles, Ayr, Grand et Yeh, et est dirigée par Karim Shamlal de la ville d’Ayr, et il est d’origine Marocaine travaille comme médecin dans le domaine de la biologie.

La ligue de la société musulmane des Pays-Bas, fondée à La Haye par Yahya Boyaf d’origine marocaine, en 1996, l’association comprend plusieurs organisations, dont l’European Trust Nederland (ETN) et l’Institut néerlandais des sciences humaines et de secours islamique.

La Ligue musulmane de Grande-Bretagne (MAB) est le représentant des Frères musulmans là-bas, et elle a été créée par Kamal Al-Helbawi en 1997, et Al-Helbawi est resté longtemps un représentant des Frères musulmans en Europe, avant de se séparer du groupe, puis Anas Al-Tikriti, d’origine irakienne et professeur de traduction à l’Université de Leeds, est devenu responsable de la gestion de la Ligue musulmane en Grande-Bretagne, et cela jusqu’en 2005, et les Frères musulmans ont repris l’administration de la mosquée Finsbury Park sous les auspices du gouvernement britannique.

L’Union des organisations et communautés islamiques d’Italie (UCOII) est également le représentant officiel des Frères musulmans en Italie. Elle a été fondée en 1990 et est gérée par Muhammad Nur Dashan d’origine syrienne. L’Union comprend près de cent trente associations et contrôle près de quatre-vingt pour cent des mosquées en Italie. Le syndicat comprend également une branche culturelle, une branche féminine et une branche de jeunesse.

L’association culturelle «Saxony Forum» en Allemagne et en Grande-Bretagne le Muslim Youth Forum in Europe, qui est un réseau de 42 organisations rassemblant des jeunes de plus de 26 pays, et entretient des liens et des relations avec le Parlement européen.

Saïd Ramadan, secrétaire et gendre d’Hassan Al-Banna, avait créé les premières et les plus anciennes entités des Frères musulmans en Europe, dont le “Centre islamique de Genève”, en 1961, soit trois ans seulement après son arrivée en Suisse, pour représenter le noyau de l’activité européenne du groupe, visant à aider les immigrés à s’intégrer et s’adapter dans le pays.

Ramadan a fondé la “communauté islamique en Allemagne” en 1958, qui représente désormais l’institution la plus importante de l’organisation, non seulement en Allemagne, mais sur tout le continent. Il est dirigé par Samir Al-Falih succédant à Ibrahim Al-Zayat, l’élément des Frères musulmans qui est actif dans un certain nombre d’entités importantes du groupe, comme le Parlement et l’Union islamique des étudiants en Allemagne, le Collège européen d’études islamiques, la communauté est également placée sous la bannière de la Fédération des organisations islamiques d’Europe.

La << Fédération des organisations islamiques >> en Europe, connue sous le nom de << FIOE >>, représente la principale bannière qui parraine les associations et institutions des Frères musulmans actives dans le domaine de la promotion de l’islam, de la recherche et de l’adaptation communautaire. Elle a commencé ses activités au Royaume-Uni en 1989 et est actuellement dirigée par Shakib bin Makhlouf d’origine marocaine, La fédération comprend de nombreuses associations et institutions, et peut-être la plus importante d’entre elles est “l’Union des organisations islamiques en France”, dirigée par Amar Lasfar.

L’Union française dénommée “UOIF” a été créée en juin 1983, à l’initiative de deux étudiants réfugiés, “Zuhair Mahmoud et Abdullah Bin Mansour”. L’Union regroupe actuellement environ 250 associations et institutions dont les activités varient entre le service et la culture, dont la plus importante est l’Institut européen des sciences humaines à Paris, qui a commencé à exercer ses activités depuis 2001, en plus de l’Association médicale d’Avicenne, dite « AMAF », qui a été fondée par le membre des Frères Musulmans le libanais, Imad Medhat Al-Houte.

La « Ligue française des femmes musulmanes » est considérée comme l’une des activités féministes les plus importantes des Frères musulmans en Europe, et elle est également affiliée à l’Union des organisations islamiques.

L’influence de l’Union des organisations islamiques s’étend au Conseil européen pour la fatwa et la recherche, qui a été créé en mars 1997 à Dublin (République d’Irlande). Le Conseil européen est chargé d’émettre des fatwas aux musulmans d’Europe, ainsi que de publier des livres et des périodiques spécialisés, en plus des conférences et séminaires annuels qui se tiennent chaque année dans un pays différent, et son danger vient d’être la principale référence de la fatwa là-bas, en lien avec la direction de, Yusef al-Qaradawi.

Quant à la branche italienne du groupe, elle est représentée par « l’Union des organisations et communautés islamiques d’Italie », qui opère également sous l’égide de l’Union des organisations islamiques depuis sa création en 1990, et est connue sous le nom de «Ucoii» et dirigée par Izz al-Din al-Zeer, et son danger réside dans le contrôle d’environ 130 mosquées dans le pays, en plus de contrôler la nomination des imams et de gérer de nombreuses associations publiques.

Alors que l’union a établi en Espagne l’entité la plus importante de la Fraternité là-bas, qui est la « Ligue islamique pour le dialogue et la coexistence », en plus des relations étroites entre l’organisation internationale et la Société islamique de Bacchus, ainsi que le contrôle du groupe sur les mosquées de Barcelone.

L’Union internationale des érudits musulmans, qui a été fondée en 2004 et dont le siège est dans la capitale irlandaise Dublin, l’Union travaille dans plus de 70 pays dans le monde dans les domaines du plaidoyer et du Fiqh.

L’une des institutions les plus importantes sur lesquelles l’organisation internationale s’est appuyée pour l’intégration et la pénétration dans la société européenne est la << Ligue musulmane en Grande-Bretagne >>, connue en anglais sous le nom de << MAB >>, et a été fondée par Kamal El-Helbawi, qui s’est détaché de l’organisation récemment, après avoir été un porte-parole officiel en Occident, et depuis la création de l’association en 1997, la Ligue n’était pas satisfaite de sa succursale à Londres, mais a ensuite ouvert 11 succursales réparties dans tout le Royaume, entre les villes de Manchester, Liverpool, Pays de Galles, Écosse, Birmingham et d’autres provinces importantes.

La “Fondation Cordoue pour le Dialogue des Cultures” en Grande-Bretagne, dirigée par Anas, né à Bagdad le 9 septembre 1968, représente une branche culturelle.

Le Réseau islamique européen en Belgique, connu sous son acronyme «EMN», le réseau s’intéresse à l’organisation de séminaires et conférences culturels dans le pays dont les cercles politiques ont été témoins de nombreuses critiques et inquiétudes quant à la propagation des entités des Frères musulmans sur son sol, tandis que son parlement a discuté l’année dernière du flux d’argent qatari vers ces entités via l’institution Qatari «Qatar charity».

La ligue Musulmane Belge, dite “LMB”, avec le Centre Islamique de Bruxelles célèbre sous le nom de “Grande Mosquée”, constituent un lobby des Frères Musulmans.

Toutes les institutions et associations précédentes comptaient principalement sur les dons pour financer leurs activités. Selon une étude réalisée par l’Autorité des procédures financières pour le blanchiment de capitaux, connue sous le nom de << FATF >> sur les << risques de financement du terrorisme >>, il a été conclu que les groupes terroristes dépendent de leur financement principal de la création d’organisations à but non lucratif connues au niveau international NPO, Qui promeut des activités publiques afin de collecter des dons qui vont principalement à des groupes extrémistes, à travers de fausses transactions financières. L’une des principales institutions dans ce domaine est l’Organisation de secours islamique, connue sous le nom de << Islamic Relief >>, qui a été fondée en 1984 par le médecin égyptien des Frères musulmans Hani Al-Banna et est actuellement dirigée par Nasser Haj Hamid, qui est d’origine érythréenne. L’organisation est active au Royaume-Uni.

L’une des organisations actives dans le domaine du financement des Frères musulmans par la collecte de fonds est le << Fonds palestinien de secours et de développement >>, appelé << interpal >>. Il a été fondé en 1994 en Grande-Bretagne et les États-Unis le considèrent comme un financier des activités terroristes depuis 2003.

La Union of Good UG, qui dépend également principalement des dons pour son financement, est accusée par les États-Unis et d’autres pays de soutenir l’extrémisme. Elle a été fondée en mai 2001 et comprend plus de 50 institutions et fonds répartis dans toute l’Europe pour lever des fonds pour le groupe.

Médias

Le réseau de télévision Al Araby est l’une des choses les plus importantes dans le processus d’hégémonie médiatique, qui a pris du Royaume-Uni comme site pour lancer son signal de diffusion, depuis le 25 janvier 2015, et il est géré par Abbas Nasser, qui a une longue histoire de travail en tant que correspondant d’Al-Jazeera, et sa ligne éditoriale est dessinée par Azmi Bishara, un ancien membre de la Knesset.

Quant à la chaîne satellitaire Al-Hiwar basée à Londres, c’est un outil médiatique pour l’organisation, géré par Azzam Al-Tamimi pour atteindre les objectifs de l’organisation, et elle s’appuie sur l’accueil des expulsés du Moyen-Orient, comme Ayman Nour et d’autres.

Le rôle médiatique n’est pas terminé avec les institutions arabophones des Frères Musulmans. Il existe également plusieurs institutions anglophones, dont le site Web anglophone Middle East Monitor, qui a été créé le 1er juillet 2009 en Grande-Bretagne -la capitale européenne de l’organisation internationale-, et est dirigé par Daud Abdullah. Le site s’intéresse aux recherches liées au journalisme et aux médias. Mais, dans le premier cas, il se préoccupe de critiquer l’État égyptien.

Conférences et réunions des Frères en Europe

Le Forum de la Fédération des organisations islamiques a eu lieu chaque année, considéré comme une façade pour les Frères musulmans en France. Le forum organise des séminaires politiques et religieux, et cet événement annuel traditionnel attire des dizaines de milliers de femmes et d’hommes qui ne sont pas nécessairement membres des Frères musulmans. La Fédération des organisations islamiques de France figure sur la liste des groupes terroristes.

Le financement

Le gouvernement qatari a mis en place de nouveaux mécanismes de financement des musulmans européens en dehors du cadre institutionnel habituel des Frères musulmans, dans le cadre d’une tentative de sortir du stéréotype du Qatar en finançant l’islam politique, en créant un fonds ANELD d’un montant total de cent millions d’euros en coordination avec le gouvernement français, pour financer des projets d’entrepreneuriat pour les musulmans dans la banlieue parisienne, la plus marginalisée et la plus densément peuplée d’origine maghrébine, des enfants d’immigrés de deuxième et troisième génération, dans lesquels existe le mouvement des Frères et Salafiste.

Au cours des dix dernières années, la Fédération des organisations islamiques de France et ses associations affiliées ont reçu des financements traditionnels de diverses sources. Le gouvernement du Qatar a fourni 11 millions d’euros à la Fédération et la Qatar Charity a fourni 2 millions d’euros, au cours desquels des hommes d’affaires qatariens ont fait don de 5 millions d’euros à la Fédération.

Outre les dons et les cotisations des membres, qui représentent l’aspect important du financement de l’organisation, le système financier du groupe repose sur plusieurs sociétés, dont la plus importante est le « Europe trust ».

Cette société a également été créée sous les auspices de la Fédération des organisations islamiques (FIOE), basée à Markfield, et elle a été enregistrée en tant que société au Royaume-Uni en 1996 sous le nom de «European Trust», puis son nom a été changé en «Europe Trust» en 2003, tandis que son activité économique, selon le rapport financier 2005, tend à constituer un ensemble d’actifs pour générer des investissements et des fonds destinés à être utilisés dans les activités économiques et sociales du groupe.

La banque Al-Taqwa est considérée comme l’une des plus importantes machines de flux financiers du groupe. Elle a été fondée en 1988 par l’homme d’affaires égypto-italien Youssef Nada, sur l’île de Nassau aux Bahamas. C’est un groupe d’îles qui permet au système financier «offshore», qui leur permet de fonctionner sans contrôle gouvernemental. Après les événements du 11 septembre, les États-Unis ont accusé la banque de soutenir des activités et des groupes extrémistes, et ont gelé ses avoirs.

 

Share This