Les élections algériennes et la déception des Frères musulmans vers le pouvoir… les tentatives de détruire la scène démocratique

Juil 7, 2021 | Les rapports

Les dernières élections se sont tenues en Algérie dans 58 Wilayas, les premières élections depuis le déclenchement des manifestations du Hirak le 22 février 2019, alors que des bureaux de vote s’ouvraient en Algérie et à l’étranger devant 24 millions d’Algériens habilités à voter aux élections législatives anticipées, pour choisir 407 députés à l’Assemblée populaire nationale.

Plus de 22 000 candidats affiliés à 2 288 listes se sont affrontés lors de ces élections, dont 1 080 listes de partis et 1 208 listes indépendantes. Avec un taux de participation estimé à 30,2% du nombre d’électeurs.

Lors de ces élections, le Parti du FLN (Front de libération nationale) est arrivé en tête avec 105 sièges ou 25,79%, en baisse de 55 sièges par rapport aux dernières élections, et bien moins que les 204 sièges dont il a besoin pour obtenir une majorité dans les 407 sièges au parlement.

Les indépendants se classent deuxième avec 78 sièges, soit 19,16 %. Puis le Mouvement de la société pour la paix (le plus grand parti islamique, qui aspirait à être l’acteur principale de la scène) avec 64 sièges, soit 15,72%, en quatrième position, avec 57 sièges, environ 14%, le Rassemblement national démocratique (RND), suivi par le Front El Moustakbal (conservateur) avec 48 sièges soit 11,8%, et le National Mouvement de construction (le parti du candidat islamiste à la présidentielle Abdelkader Bengrina) avec 40 places soit 9,8 %.

  Des  tentatives de semer le doute et de faire sauter la scène électorale :

Ces résultats sont considérés comme un coup dur pour les orientations des Frères musulmans, qui occupent  la troisième place, et ils espéraient exploiter le vide politique laissé par le boycott des blocs démocratiques – les partis du courant libéral, qui n’avaient pas été auparavant collectivement absents des élections depuis l’adoption du pluralisme politique en Algérie il y a 32 ans. Comme les Frères musulmans sont plus organisés que le reste des autres partis. En plus de leurs espoirs, liés au bénéfice du vote punitif contre les partis au pouvoir, et de la faiblesse remarquable des partis loyalistes, ils ont fait face à une opportunité importante qui s’offrait à eux pour constituer une force importante et remporter le plus grand nombre de sièges au Parlement.

  • Tentatives de promotion d’une victoire préalable :

L’annonce des résultats officiels des élections algériennes est un nouveau coup fatal porté aux Frères musulmans, surtout après que le groupe a cherché ces derniers jours à anticiper les événements pour annoncer sa victoire aux élections dans une tentative d’imposer un fait accompli et tromper l’opinion publique en Algérie et créer des troubles dans la rue algérienne parmi les spectres de la rue algérienne, qui rejettent carrément le groupe terroriste.

Dans une démarche surprenante, Le Mouvement de la société pour la paix a anticipé l’annonce officielle des résultats des élections législatives et a affirmé qu’il était en tête de la plupart des circonscriptions et avait obtenu la majorité des sièges au Parlement algérien.

Dans un communiqué, Abderrazak Makri a affirmé que ” Le Mouvement de la société pour la paix confirme qu’il est à l’avant-garde des résultats dans la plupart des Wilayas et à l’étranger”, et a ajouté: “Cependant, nous mettons en garde, qu’il existe de nombreuses tentatives pour modifier les résultats , comme les comportements antérieurs », mettant en garde contre ce qu’il a qualifié de conséquences « néfastes pour l’avenir du pays, et l’avenir du processus politique et électoral », au cas où la victoire de son parti ne serait pas annoncée !

  • Tentatives de remise en cause de l’intégrité des élections :

les blocs islamiques ont cherché à anticiper l’annonce des résultats, dans une tentative de remettre en cause l’intégrité des élections, espérant que cela remettrait en cause la légitimité des blocs vainqueurs et créerait un état de colère populaire , et confondre les autorités électorales indépendantes, afin de chercher à modifier les résultats s’ils n’étaient pas en leur faveur, là où le leader Nasser Hamdadouch du Mouvement de la société pour la paix dans le plus grand parti islamiste d’Algérie et proche des Frères musulmans, a déclaré qu’il y a des indices qui confirment leur victoire, avertissant qu’« il y a de nombreuses tentatives pour changer les résultats qui auront de mauvaises conséquences pour le pays, il y a des abus locaux dans certaines communes et Wilayas, Il a ajouté : « Nous n’avons pas inculpé un parti en particulier, mais nous avertissons du danger de tels incidents, et nous avons donc alerté l’autorité de surveillance des élections et le Président de la République »

Les groupes islamiques sont conscients de l’importance de ces élections et de la difficulté de la fraude dans ces élections, car ce sont les premières élections législatives à avoir lieu après le mouvement populaire qui a renversé le régime de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, et a beaucoup changé dans la vie politique en Algérie.

Ces élections sont uniques car elles sont les premières à être supervisées par une instance indépendante de surveillance des élections dans l’histoire de l’Algérie ; La nouvelle constitution et la nouvelle loi électorale ont accordé à l’instance les pleins pouvoirs pour organiser les élections et leurs dispositions politiques, juridiques et techniques, qui ont été retirées au ministère de l’Intérieur, telles que la réception et la décision sur les listes de candidats et l’acceptation ou le rejet de candidats et de listes. Aussi que l’inscription des électeurs dans les communes, et le contrôle de la campagne électorale et de la gérance des bureaux de vote jusqu’à l’annonce des résultats complets.

Aggravation et tension de la scène électorale : le Mouvement de la société pour la paix a affirmé que les enquêtes de sécurité qui ont exclu un certain nombre de candidats des Frères Musulmans étaient illégales. AbdelRazzaq Makri, chef du Mouvement de la société pour la paix, a déclaré que les autorités ont empêché 30 membres de se présenter de 20 listes électorales affiliées à son mouvement aux élections législatives dans certaines Wilayas aussi pour certains candidats de la communauté algérienne à l’étranger.

Les médias ont révélé plus tard, en réponse à ces accusations, que les autorités algériennes compétentes avaient ouvert des enquêtes de sécurité, et fourni des chiffres et des données détaillées, sur les violations des listes, y compris les Frères, et ont révélé la présence d’éléments terroristes suspects appartenant au mouvement Rachad (interdit), dans les listes électorales des candidats des Frères musulmans.

De même, les autorités ont refusé la candidature des quelques noms suspects d’affaires morales, de corruption et de toxicomanie, qui avaient éclaté chez les fils de dirigeants des Frères musulmans ces dernières années, ainsi que les soupçons de leurs relations avec des personnalités de l’ancien régime impliquées dans des crimes de corruption. En plus de ce qu’on appelle la corruption des tentatives de succession parlementaire.

Toutes les tentatives précédentes des partis islamiques sont des tentatives de discréditer et de perturber le processus démocratique, ce qui n’est que le reflet d’une faillite politique. Au cours des dernières décennies, la popularité des partis islamiques a diminué, en raison de leur participation à un certain nombre de gouvernements précédents, et les soupçons de corruption qui l’accompagnent.

Sans parler de la division, de la fragmentation, des conflits et des affrontements successifs qui ont démoli les partis islamiques. Ce qui a drainé une grande partie de leurs énergies, et a affecté sa réputation.

Par exemple, le Mouvement de la société pour la paix, qui est le plus grand parti islamique, a souffert de plusieurs divisions et a donné lieu à plusieurs partis tels que le Mouvement du changement, qui s’est rallié plus tard et l’a rejoint, le Mouvement de construction nationale et le Rassemblement Amel l’Algérie. Cette division est l’une des principales raisons de la baisse de sa part de sièges au Parlement.

Tout cela a poussé les partis islamistes à tenter d’entrer dans la course électorale séparément cette fois parce qu’ils pensaient que leurs chances seraient meilleures après que les mouvements populaires en Algérie ces dernières années ont changé la forme des alliances et la carte politique du pays.

Share This