Le terrorisme à l’ère de l’épidémie… un blocus ou une exploitation de la crise

Avr 15, 2020 | covid 19, Les rapports

À la lumière de l’état de préoccupation mondiale concernant les efforts pour faire face à la nouvelle épidémie du virus “Covid 19” et à ses répercussions économiques et sociales, les discussions se multiplient sur les possibilités de rétablissement du terrorisme, de l’extrémisme et de la restauration de la position des groupes terroristes – en particulier Daesh -. Surtout après qu’une attaque au couteau menée par un réfugié soudanais le 4 avril dans le sud-est de la France a entraîné la mort d’au moins deux personnes et des blessures. Ce qui soulève de nombreuses questions sur l’impact de la propagation du virus sur la lutte contre le terrorisme ?

Dans un rapport publié le 3 avril – la veille de l’incident – l’International Crisis Group avait averti que la crise de Corona pourrait fournir aux acteurs djihadistes une opportunité d’attaquer des pays affaiblis par Corona, et que si le monde se concentrait sur la lutte contre le virus, les pays devraient prendre des mesures pour se protéger contre les menaces des organisations terroristes, dont le plus important est Daech.

Il ne fait aucun doute que les courants terroristes – en particulier ISIS – sont habitués à ne pas être isolés du contexte qui les entoure et, à chaque échec, ils cherchent à se positionner à nouveau, par l’exploitation de transformations d’urgence dans leur environnement local et régional. Par conséquent, l’épidémie peut constituer une faille qui motive l’appétit des groupes terroristes à redéfinir à nouveau leur stratégie future, comme en témoigne la mobilisation de leurs combattants pour saisir le moment d’escalade actuel.

Les organisations terroristes ont fermé les yeux sur l’appel du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, à un cessez-le-feu mondial. Alors que l’Etat islamique encourageait ses éléments dans le journal “Al-Nabaa” publié le 19 mars, à tirer parti des faiblesses auxquelles de nombreux pays sont actuellement confrontés et à mener plus d’attaques contre l’Occident, Alors que le mouvement somalien « Harakat al-Chabab al-Moudjahidin » poursuit ses attaques terroristes, ainsi que le mouvement “Boko Haram”, le mouvement a récemment tué 6 soldats nigérians après avoir pris pour cible un convoi militaire dans le nord-est du Nigéria près de la frontière avec le Cameroun. Alors que les unités antiterroristes de la Garde nationale tunisienne ont annoncé avoir pu découvrir en mars 3 des cellules pour soutenir et soutenir des éléments terroristes à l’intérieur et à l’extérieur de la Tunisie, notamment pour découvrir le transfert d’éléments terroristes vers l’Europe.

Bien que certains mouvements d’éléments terroristes aient été surveillés dans certains pays, de nombreux observateurs pensent que les effets du Coronavirus sur l’activité terroriste seront à la fois positifs et négatifs, alors que certaines organisations extrémistes profitent du vide sécuritaire et que les services de sécurité sont occupés à appliquer des mesures contre ce virus, ils reçoivent un coup dur en raison de la baisse du financement international.

Parce que la propagation du Coronavirus dans le monde et ses implications pour l’économie mondiale affecteront clairement la capacité des États qui parrainent le terrorisme à soutenir les groupes terroristes dans le monde, étant donné leur préoccupation face à la crise de la propagation de ce virus, et donc leur incapacité à allouer des millions de dollars pour soutenir les organisations terroristes. Surtout de la part de la Turquie et du Qatar, qui sont les grands pays qui soutiennent les organisations terroristes.

Le terrorisme, peut-il exploiter la crise de Corona pour propager le virus ?

Pour les extrémistes islamiques, il n’est pas improbable que des groupes terroristes – en particulier l’Etat islamique – profitent de toute opportunité pour réapparaître à nouveau, par tous les moyens, y compris le “terrorisme biologique”.

ISIS a déjà publié de nombreux documents pédagogiques sur la fabrication de substances toxiques ou d’explosifs, pour inciter à l’utilisation du “terrorisme biologique” en Europe. D’autant plus qu’il comprend des universitaires spécialisés à cet égard, comme “Abrar Al-Kubaisi”, qui était la femme la plus dangereuse de ses rangs, et qui a participé au programme d’armes chimiques de l’Etat islamique, notamment la moutarde, le chlore et le soufre. De cette façon, il n’est pas exclu qu’ISIS investisse le virus Corona et donne des ordres à ses partisans pour le transporter et le diffuser dans les pays avec le plus grand bloc.

D’un autre côté, une récente note du FBI a révélé que des groupes d’extrême droite “racistes blancs” aux États-Unis ont exhorté leurs partisans dans des lettres qui leur étaient adressées à propager le virus Corona parmi les Juifs et à utiliser des “sprays” remplis de sécrétions gastro-intestinales pour attaquer la police. Ils ont également exhorté ce corps infectieux à se rendre dans des lieux de rassemblement des Juifs, tels que des marchés, des bureaux politiques, des entreprises et des lieux de culte.

La question n’est pas seulement américaine, car un groupe français de néonazis a promu l’idée de “liquider les immigrants” et d’exclure les minorités ethniques de l’accès aux soins de santé pour faire face à l’épidémie. Le journal The Guardian avait indiqué dans un précédent rapport que la droite extrémiste en Grande-Bretagne avait traité l’épidémie de Corona avec un état de désinformation et de théories du complot et de la contrebande, et beaucoup y voient une opportunité importante, que ce soit pour réaliser des gains financiers ou pour recruter de nouveaux adeptes et atteindre leurs objectifs de commettre la violence et de saper la stabilité des régimes démocratiques libéraux qu’ils abhorrent.

Ce dernier a convoqué le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, lors d’une session du Conseil de sécurité, qui a discuté de la pandémie de Corona, le 9 avril, de la menace des groupes terroristes d’utiliser la propagation du virus Corona dans le monde, pour lancer une attaque n’importe où et utiliser des virus comme arme biologique.

Exploiter le confinement dans le recrutement

Alors que la pandémie de Corona se propageait, les gens devaient rester chez eux. Cela a poussé les masses à utiliser de fausses nouvelles, des théories du complot et de la propagande extrémiste sur Internet tandis que d’autres essayent de comprendre les dimensions de la crise qui les entourent, Par conséquent, l’état de confusion et de crainte que le monde connaît représente de nouvelles opportunités pour les organisations terroristes et extrémistes d’atteindre de nouvelles bases de masse et de recruter de jeunes éléments, D’une part, ces organisations peuvent investir dans ce domaine en recourant à la nécessité d’une «appartenance». D’un autre côté, les organisations peuvent investir dans les répercussions négatives du virus Corona, car l’économie ralentit, le niveau de vie diminue et de nombreuses personnes perdent leur emploi, ce qui les pousse à exploiter les besoins financiers des individus et à essayer de les recruter en fournissant des installations et des incitations économiques.

Conclusion

Il est probable que les organisations terroristes cherchent à exploiter l’état de confusion que traversent les États pour atteindre leurs objectifs et pour tenter de reprendre leur activité, que ce soit en recrutant, en propageant des rumeurs ou en menant des opérations d’une part. D’autre part, en profitant de la légitimité déclinante des États et en se présentant comme une alternative.

Bien que les attentes indiquent que le risque d’une attaque majeure en Europe est limité à court terme. Mais la situation sanitaire n’empêche pas un individu isolé ou une petite cellule d’effectuer une opération, ce qui a été confirmé par l’attaque au couteau dans le sud-est de la France.

Par conséquent, cette décision doit s’accompagner d’une prise de conscience du gouvernement et d’une prise de conscience par les individus, afin que la “faille du Coronavirus” ne soit pas un bon point d’entrée pour actionner l’activité d’organisations terroristes.

 

Share This