Le sommet des pays du Sahel africain et la France les connotations du calendrier de la tenue de ce sommet.

Juil 16, 2020 | Anti terrorisme, Les rapports, Rencontres et débats

 

Le 30 juin, Nouakchott a accueilli un sommet, le premier depuis le début de la pandémie “Covid 19”, coprésidé par le président Mohamed Ould Ghazouani et son homologue français Emmanuel Macron et en présence des cinq principaux États du Sahel. Et via la technologie de vidéoconférence, les chefs de gouvernement de l’Allemagne et de l’Italie et le Secrétaire général des Nations Unies.

Le sommet visait principalement à discuter la réalisation de la sécurité et de la stabilité dans la région du Sahel, les moyens de lutter contre le terrorisme et de l’avenir de la force de Barkhane.

Ce sommet, bien qu’il soit considéré comme une continuation du sommet des États du Sahel dans la ville de Pau, le sud-ouest de la France, en janvier dernier, selon lequel la France a renforcé les forces de Barkhane avec des forces supplémentaires de 600 soldats.

Cependant, il coïncide avec divers évolutions politiques régionaux et menaces locales ; par conséquent, il avait des connotations spéciales et portait des messages précis à plusieurs parties.

Premièrement : le contexte des développements au cours desquels le sommet s’est tenu

La propagation généralisée de l’épidémie de « Covid 19 » au Sahel :

Au cours des six derniers mois, l’épidémie de Covid-19 a ajouté une nouvelle couche de complexité à la situation économique qui a rendu les choses très difficiles pour les États sahéliens déjà dégradés, ce qui a à son tour exacerbé les possibilités de permettre aux groupes terroristes de recruter de plus grands militants, compte tenu des crises économiques de la pandémie et de la propagation du chômage chez les jeunes. La région du Sahel est considérée comme l’une des régions les plus pauvres du monde, et par conséquent les habitants de cette région sont fortement touchés par la hausse des prix des denrées alimentaires, la croissance rapide de la population, la propagation de la corruption et des tensions internes qui ne trouvent pas de solutions, ainsi que la menace de violence fondamentaliste entre les tribus. Chercheuse spécialisée dans les mouvements militants en Afrique, “Julie Coleman” a déclaré que 75% de ceux qui rejoignent des groupes affiliés à l’Etat islamique ou à Al-Qaïda ne possèdent pas une véritable motivation religieuse, et qu’ils sont donc motivés par des motivations de leur vie, notamment la vie financière de leurs familles, le chaos de l’éducation et la crise du chômage.

La montée des opérations terroristes dans les États du Sahel :

Les opérations terroristes se sont intensifiées, au cours des derniers mois, d’une manière sans précédent, pour inclure 7 pays, jusqu’au Tchad. La question semblait extrêmement dangereuse avec le nombre d’attaques atteignant un niveau élevé, avec une diversité de formations et d’entités militantes dans la région ouest-africaine, qui dépassait les statistiques du mouvement terroriste dans des pays comme la Syrie et l’Irak. Cela a été exprimé par Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, devant le Conseil de sécurité le 5 juin 2020, déclarant : << Nous assistons à des tentatives de groupes terroristes et d’autres dans la région qui profitent de la pandémie pour saper l’autorité de l’État et déstabiliser les gouvernements. Les attaques contre les forces nationales se poursuivent, la communauté internationale est implacable, tout comme la population civile qui continue de payer les frais de l’instabilité, des vies innocentes sont perdues chaque jour, les écoles sont toujours fermées et beaucoup se voient refuser l’accès aux services sociaux les plus élémentaires. »

L’année dernière, 5 000 personnes tuées ont été enregistrées, alors que le nombre depuis le début de cette année a atteint 3 900, et des milliers de personnes ont abandonnées leurs maisons et leurs villages en raison des massacres commis. Même la nature des crimes terroristes est devenue plus terrifiante, lorsqu’un homme handicapé (paralysé) a été tué au Mali, alors que son corps était piégé avec des explosifs qui ont tué 17 personnes de participants à ses funérailles. Au Burkina Faso, près du Mali, les terroristes ont placé des explosifs dans le corps d’un soldat mort, vêtu d’uniforme militaire, un policier et un médecin militaire ont été tués suite à l’explosion.

Intervention militaire turque en Libye :

l’ingérence turque en Libye représente une nouvelle menace pour la région des États du Sahel, car elle met un nouveau scénario:les combattants djihadistes s’étendent aux États du Sahel, car les rapports indiquent que le Sahel et les pays subsahariens connaîtront une activité terroriste importante, à la lumière de la guerre en Libye Surtout à la lumière du fort soutien turc à toutes les milices, et l’Observatoire syrien des droits de l’homme a signalé une augmentation du nombre de mercenaires syriens en Libye à 10100 combattants après l’arrivée d’un nouveau lot de 500 combattants depuis le début de l’intervention turque. L’observatoire a ajouté qu’il y avait environ 3400 éléments et recrues de différents groupes, syriens et non syriens, qui sont arrivés dans les camps turcs pour recevoir une formation avant d’équiper et de déménager dans l’arène libyenne ces derniers temps. Un responsable militaire américain a confirmé le retour des activités de l’Etat islamique en Libye, coïncidant avec l’envoi par la Turquie de combattants extrémistes syriens pour combattre aux côtés des milices soutenant le gouvernement Al-Sarraj.

Deuxièmement : les connotations du calendrier du sommet qui portent plusieurs messages

Des assurances pour contrôler la courbe ascendante des actes de terrorisme et de violence :

La présence du président français Emmanuel Macron et d’un certain nombre de chefs d’État et de gouvernement européens et d’autres personnalités internationales au sommet des dirigeants du groupe du Sahel a envoyé un message fort est que l’Union européenne a insisté à jouer un rôle plus important dans la lutte contre le terrorisme dans cette région de grande importance du coté sécuritaire.

Surtout après l’élimination réussie de certains des dirigeants des organisations djihadistes là-bas, le dernier d’entre eux, “Abd al-Malik Droukdel”, était dans le nord du Mali, près de la frontière avec l’Algérie, le 5 juin 2020.

Cela a donné à Paris et à ses partenaires régionaux dans la lutte contre le terrorisme un élan moral et des espoirs de nouvelles victoires contre les groupes armés.

D’autant plus que le succès de ce processus à moyen et long terme se traduit non seulement par la neutralisation de l’élite dirigeante de cette organisation, mais aussi par la désintégration de l’alliance terroriste avec un certain nombre de mouvements locaux qui se sont joints à cette alliance.

Il est vrai que les pays partenaires africains ont toujours une forte volonté contre le terrorisme, mais ils n’ont pas les moyens de contenir la menace ou de la forcer à reculer constamment.

Par conséquent, ce sommet s’inscrit dans le cadre des efforts de la France pour exhorter les pays européens qui n’ont pas participé à la coalition antiterroriste qui a porté ses fruits au cours de la dernière période en formant la force commando européenne “Takuba”, qui devrait être composée de 500 combattants, afin d’aider à combattre les organisations terroristes. Dans les régions des États du Sahel, à côté des forces françaises de Barkhane.

Par conséquent, Macron dans sa phrase (lorsque la France est engagée, l’Europe adhère) dans son discours devant les présidents du sommet, a salué le soutien et la cohésion européens dans la lutte contre le terrorisme et a estimé que sans ce soutien, la France ne serait pas en mesure de construire et de mener une stratégie européenne unie vers le Sahel. Il vise à impliquer le plus grand nombre possible d’entités morales et de pays dans cette alliance.

L’Alliance des pays du Sahel renforce la position de la France, qui dirige une troïka européenne pour freiner les ambitions d’Erdogan en Libye :

La Libye est l’un des domaines géopolitiques et de sécurité les plus importants qui suscitent l’intérêt de l’Union européenne et des pays de l’Union africaine ensemble, en raison de ses risques pour la sécurité dus aux menaces du terrorisme international et du crime organisé en particulier, que la région le propose, si les frontières sont affectées par un flux d’État après l’intervention turque sur place.

Par conséquent, l’écrivain et analyste politique mauritanien “Al-Mukhtar Ould Dahi” a souligné que le sommet est également venu pour élaborer une position commune pour l’alliance du Sahel concernant la crise libyenne en raison de son association avec le problème terroriste au Sahel, s’attendant à ce que l’accord sur la nécessité de lancer un dialogue libyen pour mettre fin à cette crise pacifiquement sans interventions extérieures.

Cette alliance des pays du Sahel est censée renforcer la position de la France pour mobiliser une position européenne, en partenariat avec l’Italie et l’Allemagne, contre l’ingérence turque, et le président Macron s’exprimait lors d’une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel, le 29 juin dans la capitale, Berlin, demandant à Ankara de clarifier sa politique en Libye, soulignant que l’envoi de mercenaires en Libye par la Turquie comporte plusieurs dangers pour les pays voisins et l’Europe.

Cette forte tension entre Paris et Ankara depuis des mois sur le dossier libyen, a conduit la France à retirer ses forces de l’opération Sea Gardian chargée de protéger la Méditerranée orientale contre la contrebande d’armes et autres tâches qui lui sont confiées, la ministre de la défense française a justifié cela en disant qu’il n’est pas sage de maintenir notre participation à un processus censé garantir que l’embargo sur les armes ne soit pas violé, avec des partenaires qui ne le respectent pas et violent l’embargo “, en référence à la Turquie.

L’assurance d’un soutien européen contre le coronavirus et la promotion de plans de développement dans la région :

Le développement durable représente l’arme la plus importante pour la région des États pauvres du Sahel et la clé d’une solution à la plupart des problèmes et défis de la région, y compris la sécurité.

Les pays du Groupe Sahel dépendent d’un soutien international, annulant leurs dettes à l’image de ce que la France a fait pour faire face aux défis auxquels ils sont confrontés, et œuvrant à activer les mécanismes de coopération entre eux dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, en plus de l’adéquation des travaux du groupe avec les changements accélérés, notamment avec les développements de coronavirus , et ses effets économiques catastrophiques dans la région du Sahel.

Cette nature démographique et environnementale s’oppose à toute tentative concrète de sécurité pour lutter contre le terrorisme dans la région. Depuis 2016, un groupe d’organismes locaux, régionaux et internationaux s’est formé entre les pays de la région à l’aide européenne, présidé par la France, en plus du soutien logistique américain. Tout cela n’a pas produit de résultats tangibles, mais la majorité des participants à la conférence virtuelle ont indiqué que le problème empirait.

Par conséquent, il est clair qu’une importance supplémentaire est nécessaire pour souligner l’absence d’une solution de développement social dans la région après que les pays se sont retirés de l’aide dans ce domaine et que les pays ont retiré leur participation à l’effort de guerre contre les organisations extrémistes, ce qui a amené la France à adopter davantage une solution militaire. La ministre française de la Défense, Florence Parly, a déclaré lors d’une audition à l’Assemblée nationale (Parlement) qu’elle regrettait que l’Arabie saoudite n’ait pas tenu la promesse qu’elle avait faite il y a environ deux ans de fournir un soutien financier pour armer les armées des cinq puissances sahéliennes. Un groupe de pays inclus (Allemagne, Union européenne, Nations Unies, Union africaine, Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Japon, Chine, Russie et de nombreuses organisations et organisations financières internationales), se sont engagé fin 2018 lors d’une réunion à Nouakchott à payer le montant de 2,2 milliards d’euros, destiné à financer 40 projets de développement, où le groupe des cinq États du Sahel estime qu’il s’agit d’une priorité et d’une urgence. Ces pays ont réaffirmé leurs engagements le 25 février 2020, avec jusqu’à 12 milliards d’euros de financement pour le développement dans la région du Sahel africain.

Par conséquent, ce sommet constitue une affirmation de l’incarnation de l’alliance militaire des États sahéliens, afin de rassurer le groupe des financiers des États sahéliens, et de les inciter à accélérer le déblocage de ces fonds, d’autant plus que le niveau de mise en œuvre des projets de développement se fera dans le cadre d’une atmosphère positive des États sahéliens.

Le Secrétaire général adjoint a indiqué qu’il appuyait la Mission des Nations Unies au Mali pour la force combinée du groupe du Sahel, par le biais de l’approvisionnement en eau, en rations et en carburant. Il a déclaré : La force conjointe de la région du Sahel est sur la bonne voie, mais il reste encore un long chemin à parcourir, soulignant que le renforcement de cette force conjointe n’est qu’une étape dans une approche internationale globale requise pour s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité au Mali et dans la région du Sahel. Il a souligné que l’amélioration de la gouvernance, l’éradication de la pauvreté et la protection des droits de l’homme de tous les citoyens, y compris ceux qui sont les plus défavorisés, demeurent une question cruciale. “Il faut faire davantage pour garantir que ces efforts reçoivent le même poids d’opérations militaires”.

Selon ces signes, l’importance du sommet est devenue claire, comme elle a souligné la nécessité de rétablir la sécurité dans les régions des États du Sahel, car il s’est produit dans des circonstances exceptionnelles dans lesquelles le monde est confronté à des priorités pour faire face à la crise de la propagation du coronavirus, au détriment d’autres problèmes.

Il a également rappelé aux pays la nécessité d’exempter les États du Sahel des dettes dues aux partenaires internationaux du groupe participant au sommet, notamment à la lumière des répercussions négatives de la crise de Coronavirus sur les pays du groupe qui combattent également sur le front du terrorisme.

Le sommet a également invité les alliés européens à faire preuve de solidarité et de partenariat pour un avenir meilleur pour les services et le développement dans la région. La communauté internationale ne peut réussir à lutter contre le terrorisme dans les régions des États du Sahel que si tous les efforts s’unissent à travers une approche globale et conjointe, car la région est caractérisée par la multiplicité des tendances extrémistes parmi des dizaines de tribus, qui ont fait de la région du Sahel un foyer dynamique et diversifié de nombreux groupes djihadistes qui différaient par leur idéologie et objectifs, convenus dans le mécanisme violent, et qui ont des capacités étendues pour mener des opérations terroristes, parfois à mener une attaque terroriste presque quotidiennement sur certaines régions des États du Sahel.

Le sommet des pays du Sahel africain et la France

les connotations du calendrier de la tenue de ce sommet.

Le 30 juin, Nouakchott a accueilli un sommet, le premier depuis le début de la pandémie “Covid 19”, coprésidé par le président Mohamed Ould Ghazouani et son homologue français Emmanuel Macron et en présence des cinq principaux États du Sahel. Et via la technologie de vidéoconférence, les chefs de gouvernement de l’Allemagne et de l’Italie et le Secrétaire général des Nations Unies.

Le sommet visait principalement à discuter la réalisation de la sécurité et de la stabilité dans la région du Sahel, les moyens de lutter contre le terrorisme et de l’avenir de la force de Barkhane.

Ce sommet, bien qu’il soit considéré comme une continuation du sommet des États du Sahel dans la ville de Pau, le sud-ouest de la France, en janvier dernier, selon lequel la France a renforcé les forces de Barkhane avec des forces supplémentaires de 600 soldats.

Cependant, il coïncide avec divers évolutions politiques régionaux et menaces locales ; par conséquent, il avait des connotations spéciales et portait des messages précis à plusieurs parties.

Premièrement : le contexte des développements au cours desquels le sommet s’est tenu

La propagation généralisée de l’épidémie de « Covid 19 » au Sahel :

Au cours des six derniers mois, l’épidémie de Covid-19 a ajouté une nouvelle couche de complexité à la situation économique qui a rendu les choses très difficiles pour les États sahéliens déjà dégradés, ce qui a à son tour exacerbé les possibilités de permettre aux groupes terroristes de recruter de plus grands militants, compte tenu des crises économiques de la pandémie et de la propagation du chômage chez les jeunes. La région du Sahel est considérée comme l’une des régions les plus pauvres du monde, et par conséquent les habitants de cette région sont fortement touchés par la hausse des prix des denrées alimentaires, la croissance rapide de la population, la propagation de la corruption et des tensions internes qui ne trouvent pas de solutions, ainsi que la menace de violence fondamentaliste entre les tribus. Chercheuse spécialisée dans les mouvements militants en Afrique, “Julie Coleman” a déclaré que 75% de ceux qui rejoignent des groupes affiliés à l’Etat islamique ou à Al-Qaïda ne possèdent pas une véritable motivation religieuse, et qu’ils sont donc motivés par des motivations de leur vie, notamment la vie financière de leurs familles, le chaos de l’éducation et la crise du chômage.

La montée des opérations terroristes dans les États du Sahel :

Les opérations terroristes se sont intensifiées, au cours des derniers mois, d’une manière sans précédent, pour inclure 7 pays, jusqu’au Tchad. La question semblait extrêmement dangereuse avec le nombre d’attaques atteignant un niveau élevé, avec une diversité de formations et d’entités militantes dans la région ouest-africaine, qui dépassait les statistiques du mouvement terroriste dans des pays comme la Syrie et l’Irak. Cela a été exprimé par Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, devant le Conseil de sécurité le 5 juin 2020, déclarant : << Nous assistons à des tentatives de groupes terroristes et d’autres dans la région qui profitent de la pandémie pour saper l’autorité de l’État et déstabiliser les gouvernements. Les attaques contre les forces nationales se poursuivent, la communauté internationale est implacable, tout comme la population civile qui continue de payer les frais de l’instabilité, des vies innocentes sont perdues chaque jour, les écoles sont toujours fermées et beaucoup se voient refuser l’accès aux services sociaux les plus élémentaires. »

L’année dernière, 5 000 personnes tuées ont été enregistrées, alors que le nombre depuis le début de cette année a atteint 3 900, et des milliers de personnes ont abandonnées leurs maisons et leurs villages en raison des massacres commis. Même la nature des crimes terroristes est devenue plus terrifiante, lorsqu’un homme handicapé (paralysé) a été tué au Mali, alors que son corps était piégé avec des explosifs qui ont tué 17 personnes de participants à ses funérailles. Au Burkina Faso, près du Mali, les terroristes ont placé des explosifs dans le corps d’un soldat mort, vêtu d’uniforme militaire, un policier et un médecin militaire ont été tués suite à l’explosion.

Intervention militaire turque en Libye :

l’ingérence turque en Libye représente une nouvelle menace pour la région des États du Sahel, car elle met un nouveau scénario:les combattants djihadistes s’étendent aux États du Sahel, car les rapports indiquent que le Sahel et les pays subsahariens connaîtront une activité terroriste importante, à la lumière de la guerre en Libye Surtout à la lumière du fort soutien turc à toutes les milices, et l’Observatoire syrien des droits de l’homme a signalé une augmentation du nombre de mercenaires syriens en Libye à 10100 combattants après l’arrivée d’un nouveau lot de 500 combattants depuis le début de l’intervention turque. L’observatoire a ajouté qu’il y avait environ 3400 éléments et recrues de différents groupes, syriens et non syriens, qui sont arrivés dans les camps turcs pour recevoir une formation avant d’équiper et de déménager dans l’arène libyenne ces derniers temps. Un responsable militaire américain a confirmé le retour des activités de l’Etat islamique en Libye, coïncidant avec l’envoi par la Turquie de combattants extrémistes syriens pour combattre aux côtés des milices soutenant le gouvernement Al-Sarraj.

Deuxièmement : les connotations du calendrier du sommet qui portent plusieurs messages

Des assurances pour contrôler la courbe ascendante des actes de terrorisme et de violence :

La présence du président français Emmanuel Macron et d’un certain nombre de chefs d’État et de gouvernement européens et d’autres personnalités internationales au sommet des dirigeants du groupe du Sahel a envoyé un message fort est que l’Union européenne a insisté à jouer un rôle plus important dans la lutte contre le terrorisme dans cette région de grande importance du coté sécuritaire.

Surtout après l’élimination réussie de certains des dirigeants des organisations djihadistes là-bas, le dernier d’entre eux, “Abd al-Malik Droukdel”, était dans le nord du Mali, près de la frontière avec l’Algérie, le 5 juin 2020.

Cela a donné à Paris et à ses partenaires régionaux dans la lutte contre le terrorisme un élan moral et des espoirs de nouvelles victoires contre les groupes armés.

D’autant plus que le succès de ce processus à moyen et long terme se traduit non seulement par la neutralisation de l’élite dirigeante de cette organisation, mais aussi par la désintégration de l’alliance terroriste avec un certain nombre de mouvements locaux qui se sont joints à cette alliance.

Il est vrai que les pays partenaires africains ont toujours une forte volonté contre le terrorisme, mais ils n’ont pas les moyens de contenir la menace ou de la forcer à reculer constamment.

Par conséquent, ce sommet s’inscrit dans le cadre des efforts de la France pour exhorter les pays européens qui n’ont pas participé à la coalition antiterroriste qui a porté ses fruits au cours de la dernière période en formant la force commando européenne “Takuba”, qui devrait être composée de 500 combattants, afin d’aider à combattre les organisations terroristes. Dans les régions des États du Sahel, à côté des forces françaises de Barkhane.

Par conséquent, Macron dans sa phrase (lorsque la France est engagée, l’Europe adhère) dans son discours devant les présidents du sommet, a salué le soutien et la cohésion européens dans la lutte contre le terrorisme et a estimé que sans ce soutien, la France ne serait pas en mesure de construire et de mener une stratégie européenne unie vers le Sahel. Il vise à impliquer le plus grand nombre possible d’entités morales et de pays dans cette alliance.

L’Alliance des pays du Sahel renforce la position de la France, qui dirige une troïka européenne pour freiner les ambitions d’Erdogan en Libye :

La Libye est l’un des domaines géopolitiques et de sécurité les plus importants qui suscitent l’intérêt de l’Union européenne et des pays de l’Union africaine ensemble, en raison de ses risques pour la sécurité dus aux menaces du terrorisme international et du crime organisé en particulier, que la région le propose, si les frontières sont affectées par un flux d’État après l’intervention turque sur place.

Par conséquent, l’écrivain et analyste politique mauritanien “Al-Mukhtar Ould Dahi” a souligné que le sommet est également venu pour élaborer une position commune pour l’alliance du Sahel concernant la crise libyenne en raison de son association avec le problème terroriste au Sahel, s’attendant à ce que l’accord sur la nécessité de lancer un dialogue libyen pour mettre fin à cette crise pacifiquement sans interventions extérieures.

Cette alliance des pays du Sahel est censée renforcer la position de la France pour mobiliser une position européenne, en partenariat avec l’Italie et l’Allemagne, contre l’ingérence turque, et le président Macron s’exprimait lors d’une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel, le 29 juin dans la capitale, Berlin, demandant à Ankara de clarifier sa politique en Libye, soulignant que l’envoi de mercenaires en Libye par la Turquie comporte plusieurs dangers pour les pays voisins et l’Europe.

Cette forte tension entre Paris et Ankara depuis des mois sur le dossier libyen, a conduit la France à retirer ses forces de l’opération Sea Gardian chargée de protéger la Méditerranée orientale contre la contrebande d’armes et autres tâches qui lui sont confiées, la ministre de la défense française a justifié cela en disant qu’il n’est pas sage de maintenir notre participation à un processus censé garantir que l’embargo sur les armes ne soit pas violé, avec des partenaires qui ne le respectent pas et violent l’embargo “, en référence à la Turquie.

L’assurance d’un soutien européen contre le coronavirus et la promotion de plans de développement dans la région :

Le développement durable représente l’arme la plus importante pour la région des États pauvres du Sahel et la clé d’une solution à la plupart des problèmes et défis de la région, y compris la sécurité.

Les pays du Groupe Sahel dépendent d’un soutien international, annulant leurs dettes à l’image de ce que la France a fait pour faire face aux défis auxquels ils sont confrontés, et œuvrant à activer les mécanismes de coopération entre eux dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et le crime organisé, en plus de l’adéquation des travaux du groupe avec les changements accélérés, notamment avec les développements de coronavirus , et ses effets économiques catastrophiques dans la région du Sahel.

Cette nature démographique et environnementale s’oppose à toute tentative concrète de sécurité pour lutter contre le terrorisme dans la région. Depuis 2016, un groupe d’organismes locaux, régionaux et internationaux s’est formé entre les pays de la région à l’aide européenne, présidé par la France, en plus du soutien logistique américain. Tout cela n’a pas produit de résultats tangibles, mais la majorité des participants à la conférence virtuelle ont indiqué que le problème empirait.

Par conséquent, il est clair qu’une importance supplémentaire est nécessaire pour souligner l’absence d’une solution de développement social dans la région après que les pays se sont retirés de l’aide dans ce domaine et que les pays ont retiré leur participation à l’effort de guerre contre les organisations extrémistes, ce qui a amené la France à adopter davantage une solution militaire. La ministre française de la Défense, Florence Parly, a déclaré lors d’une audition à l’Assemblée nationale (Parlement) qu’elle regrettait que l’Arabie saoudite n’ait pas tenu la promesse qu’elle avait faite il y a environ deux ans de fournir un soutien financier pour armer les armées des cinq puissances sahéliennes. Un groupe de pays inclus (Allemagne, Union européenne, Nations Unies, Union africaine, Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Japon, Chine, Russie et de nombreuses organisations et organisations financières internationales), se sont engagé fin 2018 lors d’une réunion à Nouakchott à payer le montant de 2,2 milliards d’euros, destiné à financer 40 projets de développement, où le groupe des cinq États du Sahel estime qu’il s’agit d’une priorité et d’une urgence. Ces pays ont réaffirmé leurs engagements le 25 février 2020, avec jusqu’à 12 milliards d’euros de financement pour le développement dans la région du Sahel africain.

Par conséquent, ce sommet constitue une affirmation de l’incarnation de l’alliance militaire des États sahéliens, afin de rassurer le groupe des financiers des États sahéliens, et de les inciter à accélérer le déblocage de ces fonds, d’autant plus que le niveau de mise en œuvre des projets de développement se fera dans le cadre d’une atmosphère positive des États sahéliens.

Le Secrétaire général adjoint a indiqué qu’il appuyait la Mission des Nations Unies au Mali pour la force combinée du groupe du Sahel, par le biais de l’approvisionnement en eau, en rations et en carburant. Il a déclaré : La force conjointe de la région du Sahel est sur la bonne voie, mais il reste encore un long chemin à parcourir, soulignant que le renforcement de cette force conjointe n’est qu’une étape dans une approche internationale globale requise pour s’attaquer aux causes profondes de l’instabilité au Mali et dans la région du Sahel. Il a souligné que l’amélioration de la gouvernance, l’éradication de la pauvreté et la protection des droits de l’homme de tous les citoyens, y compris ceux qui sont les plus défavorisés, demeurent une question cruciale. “Il faut faire davantage pour garantir que ces efforts reçoivent le même poids d’opérations militaires”.

Selon ces signes, l’importance du sommet est devenue claire, comme elle a souligné la nécessité de rétablir la sécurité dans les régions des États du Sahel, car il s’est produit dans des circonstances exceptionnelles dans lesquelles le monde est confronté à des priorités pour faire face à la crise de la propagation du coronavirus, au détriment d’autres problèmes.

Il a également rappelé aux pays la nécessité d’exempter les États du Sahel des dettes dues aux partenaires internationaux du groupe participant au sommet, notamment à la lumière des répercussions négatives de la crise de Coronavirus sur les pays du groupe qui combattent également sur le front du terrorisme.

Le sommet a également invité les alliés européens à faire preuve de solidarité et de partenariat pour un avenir meilleur pour les services et le développement dans la région. La communauté internationale ne peut réussir à lutter contre le terrorisme dans les régions des États du Sahel que si tous les efforts s’unissent à travers une approche globale et conjointe, car la région est caractérisée par la multiplicité des tendances extrémistes parmi des dizaines de tribus, qui ont fait de la région du Sahel un foyer dynamique et diversifié de nombreux groupes djihadistes qui différaient par leur idéologie et objectifs, convenus dans le mécanisme violent, et qui ont des capacités étendues pour mener des opérations terroristes, parfois à mener une attaque terroriste presque quotidiennement sur certaines régions des États du Sahel.

 

Mots clés :la france | le Sahel | terrorisme
Share This