Le nouveau gouvernement libyen … et les scénarios attendus

Mar 28, 2021 | Les rapports

La Libye a connu au cours des derniers mois un mouvement politique pour la plupart des factions rivales qui se sont réunies à Genève sous les auspices des Nations Unies, après des années de conflit et d’impasse politique dans le pays, qui était divisé en deux camps, à l’est et à l’ouest, Ces efforts ont abouti à un nouveau gouvernement d’unité nationale dirigé par Abdel Hamid Dbeibah (61 ans), en plus d’un conseil présidentiel de trois membres, qui rassemble les deux administrations aux pouvoirs concurrents sur l’Est et l’Ouest. Ce gouvernement a repris ses fonctions après l’actuel 10 mars, après que le Parlement eut une majorité de 132 députés sur un total de 188 en toute confiance.

Afin de mener à bien ses travaux pour honorer ses engagements dans un délai de 10 mois, avant la date prévue des élections en décembre prochain.

Mais malgré cette grande confiance, ce gouvernement attend de nombreux obstacles qui résident toujours dans la réalité libyenne, car il y a encore des forces extérieures qui ont la capacité d’interférer dans les affaires intérieures, et les groupes armés pillent le pays et ne se soucient que de leur  intérêts, aussi pour les dirigeants politiques libyens qui craignent de perdre de leur influence peuvent faire dérailler ou gâcher le processus de transition.

Cet article examine les scénarios possibles pour l’avenir de ce gouvernement, comme suit:

  • Le scénario de tergiversations, de report des élections et de prolongation du travail du gouvernement (serait le plus probable)

Ce scénario suggère que le gouvernement libyen ne pourra pas tenir ses promesses et atteindre les conditions normales et favorables d’un processus électoral le 24 décembre prochain en Libye, car ce gouvernement fonctionnera sous un consensus politique hésitant entre les acteurs, et il n’y a pas d’armée nationale unifiée, un seul parlement et une institution, sans parler des infiltrations et des ambitions étrangères et des milices indisciplinées. Autrement dit, il fait face à de grands défis.

Mais cela ne veut pas dire que les choses vont empirer. En Libye, il est impossible de trouver un règlement militaire s’il y a un équilibre des forces, et personne n’a un soutien extérieur absolu, aucune légitimité solide qui peut être construite et aucun atout populaire qui peut faire bouger  les masses.

En outre, la nouvelle structure du pouvoir en Libye aide à rester dans une période de calme, de règne plus long et d’amélioration limitée de la situation, même si le gouvernement ne tient pas ses promesses et ne peut pas organiser d’élections, ses membres respectent les équilibres géographiques, car M. (Mohamed Yunus al-Menfi), le nouveau président du Conseil de la Présidence, appartient à la région de Cyrénaïque, plus précisément de la ville de Tobrouk, près de la frontière égyptienne, et il est l’un des opposants à la guerre de Haftar à Tripoli , Cependant, Muhammad Al- Menfi ne peut pas dévier de la position de sa tribu (Al-Manfah) en faveur de Haftar. En outre, la présence de Muhammad al- Menfi s’inscrivait dans le cadre d’un accord consensuel avec des groupes armés à Tripoli qui se tenaient aux côtés du ministre de la Défense du gouvernement d’accord national (Salah Nemroush) qui a rejeté la domination du ministre de l’Intérieur, Fathi Bashagha, sur la scène sécuritaire et militaire à Tripoli.

Quant au Premier ministre, Abdel Hamid Dbeibah, il est originaire de la ville de Misurata, et il est considéré comme l’un de ceux affiliés au colonel Kadhafi dans le passé, et son nom a été lié à un accord au cours des derniers mois avec le général Haftar concernant la reprise des exportations de pétrole à travers les ports contrôlés par ce dernier dans l’est de la Libye, Il est certain qu’il entretient également des liens étroits avec la Turquie.

 

  • Un scénario : situation plus complexe et son effondrement à nouveau:

Ce scénario suppose que la situation libyenne reviendra à son état antérieur de combat, à la lumière des interventions régionales et internationales qui s’opposent à leurs intérêts, d’une manière qui rend très difficile de parler de stabilité et laisse la crise ouverte à toutes les possibilités.

Il y a encore une large diffusion des armes, et les perceptions des parties à la crise au cours des dernières années ont cru en la priorité d’une solution militaire. De même, les milices et les tribus armées qui ne sont affiliées à aucune direction et qui sont devenues des émirs de guerre et marchands d’armes pendant ce conflit, ne vont pas préférer la stabilité politique, et l’imposition d’une armée nationale unique qui assure la stabilité, cela contredit la capacité de ces parties à profiter de la guerre et des conflits.

En d’autres termes, tout éventuel règlement politique, ils n’en feront pas partie, et en aucun cas leur inclusion dans les services de sécurité nationale ne sera acceptée.

Par conséquent, ces milices peuvent cibler toutes les ressources, y compris le pétrole, en les faisant exploser par des actes terroristes, ce qui affecte l’exportation de pétrole, car elles peuvent pousser à attirer une plus grande polarisation régionale et nationale afin de réexporter du pétrole via les prix du marché noir. Aussi que le risque de perturbations de l’approvisionnement énergétique mondial ne peut pas non plus être exclu.

L’Afrique du Nord ne sera pas non plus à l’abri de la contrebande d’armes et de l’infiltration d’éléments extrémistes en provenance des lieux de conflit. La région du Sahel et du Sahara, avec ses frontières poreuses et ses systèmes de sécurité fragiles et faibles, sera, comme par le passé, le conteneur naturel pour contenir l’extrémisme et le terrorisme islamique.

 

  • Le scénario du consensus et de la poursuite du règlement

Le scénario de règlement pacifique est considéré comme le meilleur que souhaitent les Libyens, car il a des effets positifs sur le pays, empêche la sécession de l’Est de l’Occident, évite le chaos et le bain de sang, établit l’état de droit et les institutions civiles, et une étape importante pour la stabilité et la prospérité, mais il a encore besoin d’un consensus plus large, et ouvre la voie pour l’élection d’une autorité exécutive temporaire, et c’est bien ce qui a été convenu entre les parties libyennes sous les auspices des Nations Unies, qui cherchaient à mettre fin à l’état de division institutionnelle et à rapprocher leurs points de vue

Jusqu’à présent, ce parrainage a réussi à contribuer à rétablir la confiance entre les deux parties au conflit, en soulignant la préférence pour une solution politique par rapport à d’autres solutions et en développant un terrain d’entente entre elles sur la base d’intentions, d’ententes et d’engagements.

Les parties militaires influentes sur le terrain ont béni cet accord, comme le général Khalifa Haftar. Il est vrai que ces parties ne sont peut-être pas concernées par cet accord, mais ce à quoi la situation de Haftar est arrivée peut l’obliger à s’engager, car c’est à partir d’un accord parrainé par les Nations Unies. Il est difficile pour les parties armées de s’opposer à un consensus international sur la nouvelle autorité, D’autant qu’il y a une grande volonté américaine derrière ce consensus, et que les parties armées ne veulent pas être les premières à être punies pour crimes de guerre libyens, en particulier les chefs des forces armées qui ont été impliqués dans les guerres libyennes et qui ont causé des massacres odieux.

Le dernier problème est que les capacités de ces forces armées sont devenues faibles, du fait des guerres incessantes et des pertes humaines qu’elles ont subies, et qu’elles ne peuvent plus ouvrir de larges fronts de combat, qui peuvent être facilement épuisés, surtout si les Nations Unies interviennent avec une décision autorisant les forces internationales à les vi

Share This