Le mouvement «Tehreek-e-Labbaik Pakistan» menace la communauté française du Pakistan

Avr 26, 2021 | Les rapports

L’ambassade de France a appelé ses citoyens à quitter le Pakistan “temporairement” en raison des menaces soulevées par le mouvement “Labbaik Pakistan”, qui a appelé à l’expulsion de l’ambassadeur de France, par les propos de son chef, ensuite arrêté par les autorités Pakistanaises. Suite à cette arrestation et à l’interdiction de ce mouvement, des manifestations de colère ont éclaté dans tout le pays, faisant de nombreux morts et blessés des deux côtés, la police et les manifestants.

Et malgré le fait que les risques qui peuvent menacer la communauté française au Pakistan sont encore faibles, d’autant plus que la police a pris le contrôle des zones où des manifestations et des violences ont éclaté, par les partisans du mouvement, qui ont fermé 191 sites dans les derniers  jours et ont transformé les mosquées de Lahore en points de rassemblement, pour autant, cela ne veut pas dire que le mouvement ne constitue pas une menace pour la communauté française là-bas, dont le nombre jusqu’en 2020 selon le registre des résidents au Pakistan est de 445 personnes, et il est en baisse par rapport aux 525 personnes recensées en 2019, et parce que l’enregistrement n’est pas obligatoire, donc ce chiffre ne montre pas forcément le nombre réel de résidents français au Pakistan, et le nombre d’entreprises françaises présentes au Pakistan atteint 35 entreprises, dont la plupart sont actives dans les secteurs de l’énergie, de l’industrie pharmaceutique , distribution et expédition.

Premièrement : le danger que représente  le mouvement sur la communauté française

Il considère la France comme son premier ennemi:

le mouvement «Labbaik Pakistan» mène une campagne contre la France depuis que le président Emmanuel Macron a défendu le droit du magazine Charlie Hebdo de republier des caricatures montrant le prophète Mahomet, qu’ils jugent blasphématoires.

Mouvement armé violent:

Ce mouvement n’hésite pas à utiliser les armes et la violence pour défendre son point de vue, car il a utilisé, dans les manifestations, des bombes incendiaires et des flacons d’acide caustique contre le commissariat de Nawankot, et a tué environ six éléments de la police  jusqu’à présent au cours des affrontements dans une semaine. En outre, il a détenu onze membres de la police pakistanaise et blessé au moins 11 membres du personnel de sécurité qui devaient être transportés à l’hôpital. En revanche, au moins 3 des partisans du mouvement ont été tués et 20 personnes ont été blessées.

Il a des partisans dans de nombreuses régions:

Bien que ce mouvement ait été interdit, il a de nombreux partisans répartis dans tout le Pakistan. Il utilise la religion pour préserver sa survie. Sous la direction de Khadim Hussain Razavi, il a obtenu un bon résultat  lors de la dernière élections partielles tenues à Peshawar dans le nord du Pakistan occidental, avec 7,6% des voix.

Deuxièmement : Indicateurs de risques idéologiques contre la communauté française

Le mouvement «Tehreek-e-Labbaik Pakistan», un groupe qui appartient idéologiquement au barelvisme Sufi, une secte originaire d’Inde puis s’est étendue au Pakistan et au Bangladesh, et est connu pour son exagération à vénérer le même prophète, et ses adeptes croient que les saints et le prophète ont la capacité de contrôler l’univers. Son objectif est de faire du Pakistan un État islamique, gouvernant selon la loi islamique.

Le mouvement «Labbaik Pakistan» est né d’un mouvement de protestation en faveur de Mumtaz Qadri, un garde du corps du gouverneur de la province du Pendjab. Là où il était considéré comme un héros après avoir tué son maître, le gouverneur régional, “Salman Tayseer”, en 2011, après qu’une chrétienne nommée “Asia Bibi” a été graciée, qui a été condamnée à mort après s’être moquée du prophète Mahomet et de l’un de ses femmes. Il a explicitement appelé à la réforme des lois strictes contre les insultes à l’islam (la loi sur le blasphème).

La loi sur le blasphème prévoit le châtiment : la mort pour quiconque insulte Dieu, insulte le prophète Mahomet ou insulte le Coran et les fondements de la religion islamique, et cette loi a été promulguée dans les années quatre-vingt du siècle dernier. à l’époque du défunt président Zia al-Haq.

La loi jouit d’un statut élevé parmi les musulmans pakistanais en général, et cette position élevée reflète que tout fonctionnaire du gouvernement qui fait allusion à l’abolition de la loi sur le blasphème se fait une cible pour ceux qui souhaitent être martyrisés, car l’un d’entre eux s’engagera inévitablement à le tuer.

Troisièmement: la réaction de la communauté française au Pakistan

Certains membres de la communauté française au Pakistan vivent dans un état de choc et de peur, et d’autres se sentent agacés après que leur ambassade les ait appelés à quitter le pays en réponse aux récents incidents violents du mouvement Labbaik Pakistan. La plupart semblent avoir décidé de rester.

“Nous sommes tous un peu choqués et réfléchissons à ce qu’il faut faire”, a déclaré un ressortissant français, Luddeau van Vorne. “Depuis les incidents de ces derniers mois, nous sommes devenus très vigilants mais sans panique. Nous essayons maintenant de voir si les choses ont changé.” Quant à son compatriote, Julian (ce n’est pas son vrai nom), il a également choisi de rester. “C’est une recommandation, donc je ne partirai pas”, dit-il.

À son tour, Laurent Sino, un consultant de la Banque mondiale arrivé dans la capitale pakistanaise il y a moins de deux mois, a évoqué la situation, affirmant que «le slogan (actuel) est la vigilance». Un autre Français vivant à Lahore (anonyme) a déclaré avoir passé près de dix ans au Pakistan en deux mandats. “parce que je suis ici depuis longtemps, je n’ai pas vraiment paniqué”, a-t-il déclaré.

Le sentiment de soulagement peut coïncider avec l’annonce par le gouvernement pakistanais d’une interdiction de mouvement dans le pays, mais cela n’est pas suffisant pour envoyer une vague de réconfort, d’autant plus que l’interdiction du gouvernement n’était pas due à l’idéologie du groupe, c’était plutôt uniquement à cause de l’utilisation de la violence par ce groupe, car Omar Khan a indiqué que son gouvernement n’a pas interdit le mouvement parce qu’il n’était pas d’accord avec ses motivations, mais parce qu’il rejetait sa manière d’expression.

Il a déclaré: «Pour être clair avec les gens d’ici et à l’étranger: notre gouvernement n’a pas agi contre le mouvement Labbaik Pakistan en vertu de la loi antiterroriste, sauf lorsqu’il a défié les lois de l’État, a recouru à la violence dans les rues et aPakistan attaqué le public et personnel d’application de la loi. ”

Il a ajouté qu’insulter le prophète nuit aux musulmans du monde entier. Il a écrit sur Twitter: “Nous, musulmans, aimons et honorons sincèrement notre prophète”, et nous ne pouvons tolérer ce genre d’abus et de manque de respect. ”

Quatrièmement: Possibilités de poursuite de la violence

On s’attend à ce que ce groupe continue à recourir à la violence, même s’il s’arrête temporairement pour que la situation se calme, car il travaille généralement à re-surveiller ses rangs une fois de plus pour bondir à nouveau, et il a déjà effectué de nombreuses actions similaires, en particulier celui qui a provoqué son émergence, quand environ deux mille de ses partisans en novembre 2017 ont organisé un sit-in entre la capitale, Islamabad et la ville de Rawalpindi, bloquant les routes avec des événements similaires, et exigeant le limogeage du ministre de la Justice Zahid Hamid, comme il a été impliqué dans la tentative de changer la formule du serment parlementaire qui confirme que Muhammad, que les prières et la paix de Dieu soient sur lui, le sceau des prophètes, pour satisfaire la minorité Qadiani, que la constitution considère comme non musulmane. Le mouvement  l’a accusé de blasphème délibéré, et bien que le ministre ait présenté ses excuses officielles aux citoyens, affirmant que c’était une erreur d’écriture qui avait été corrigée plus tard, les partisans de ce groupe ont poursuivi leur sit-in, exigeant la destitution du ministre.

Cela a contraint la police et les forces de sécurité à intervenir en raison de ce refus de disperser le sit-in, entraînant des morts et des blessés. Le gouvernement a dû appeler l’armée à agir pour aider à rétablir l’ordre conformément à la constitution.

La décision du gouvernement est intervenue après que la Cour suprême d’Islamabad a rendu la décision de classer le sit-in comme un “acte terroriste et une activité illégale hostile à l’Etat”

Share This