Le moment est-il- venu pour les Français, les Allemands et les Italiens de mettre leurs problèmes de côté et de former un front unique pour limiter l’expansion turque en nord d’Afrique

Juin 27, 2020 | Les rapports, Migration

Le dossier libyen, avec ses évolutions dramatiques, représente l’un des rares cas où les intérêts de deux grands pays européens, comme la France et l’Italie, sont en désaccord . Le dossier a une position particulière avec une grande sensibilité car il porte une dimension géopolitique, la localisation de la Libye, à 200 km au sud de l’Union européenne, et sa présence dans une importante zone d’influence pour la France en Afrique du Nord et les pays africains voisins. Il comporte également une dimension géo-économique, car la France et l’Italie sont intéressées par le pétrole et le gaz libyens, en plus des opportunités de reconstruction pour les entreprises des deux pays et des investissements qui les accompagnent. L’importance du dossier monte avec la dimension géo-sécurité représentée par la prolifération des groupes terroristes et la possibilité d’utiliser la Libye comme base pour menacer les pays de sécurité et la stabilité des pays de l’Union européenne eux-mêmes, sans parler de la menace pour la stabilité des pays africains limitrophes de la Libye qui sont dans la sphère d’influence française sur le continent africain. L’importance du dossier s’approfondit avec la dimension géo-démographique, compte tenu de l’utilisation des terres libyennes comme canal d’immigration vers les pays de l’Union européenne.

Le dossier établit sa place de grande importance dans les conflits internationaux et régionaux. Il existe un alignement régional clair qui comprend l’Égypte, les Émirats arabes unis et le Royaume d’Arabie saoudite, soutenant le général Khalifa Haftar et l’armée nationale libyenne, alors que la Turquie et le Qatar alignent leur soutien militaire direct au gouvernement Fayez -Al-Sarraj dans une version continue des exemplaires du Printemps arabe dans lesquels la Turquie soutient les groupes islamiques politiques et les commercialise comme des groupes modérés, son contrôle empêche la montée du terrorisme par des groupes extrémistes tels que Daech et Al-Qaïda et sans exacerber les vagues d’immigration. Alors que l’autre camp voit que la Turquie est impliquée avec son soutien aux groupes islamiques politiques violents et non violents, et que son objectif est de faire tomber les pays de la région dans le cadre de sa stratégie d’expansion et d’imposer le nouvel ottomanisme à la région avec ses dimensions politiques et économiques, et que les classifications turques des groupes islamiques politiques ne sont rien d’autres que des désignations d’emplois pour servir la stratégie turque.

Ce conflit monte à un niveau supérieur pour toucher la lutte internationale pour l’hégémonie et les ressources, car la Russie est présente et active dans le dossier en fournissant un soutien militaire direct au général Haftar, tandis que les États-Unis ont choisi de se retirer du dossier et de ne pas y participer activement. La Turquie utilise l’intervention russe pour obtenir le soutien américain et s’adresse à l’opinion publique européenne sur le risque d’implication de la Russie dans le dossier en tant que principal adversaire de l’Europe.

La France et l’Italie sont parmi les partenaires commerciaux les plus importants de la Libye, et ils ont des intérêts dans le pétrole et le gaz naturel en Libye, et leurs efforts pour lutter contre le terrorisme et l’immigration dépendent de la stabilité libyenne. Ces deux raisons peuvent pousser Paris et Rome à mettre de côté leurs divergences et à pousser pour une solution pacifique, compte tenu de la grande perte qu’elles subiront en cas de problème. Cependant, les différents ordres de priorités ont rendu le rôle de l’Union européenne inefficace face à la crise libyenne, en raison de la division de ses membres sur les principaux enjeux stratégiques représentés dans ses dossiers ( le terrorisme – l’immigration – l’énergie) , où les priorités se diffèrent sur ces questions entre les pays européens, comme c’est le cas de la France, qui attache une grande importance à la question de la guerre contre Le terrorisme, et l’Italie, qui se concentre sur la question de l’immigration, et d’autres pays de l’union se concentrent sur la question de l’énergie en tant que priorité devant la migration et le terrorisme.

Différentes priorités ont entraîné une différence dans les alliances, comme la France qui soutenait Haftar depuis lomgtemps et elle a misé sur lui comme un rempart contre le terrorisme et l’expansion de groupes islamistes qui pourraient menacer son influence sur le continent africain alors que l’Italie soutient le gouvernement Fayez al-Sarraj, reconnu par les Nations Unies, en dépend pour arrêter les vagues de migrants tentant de traverser la Méditerranée.

Les relations entre la France et l’Italie sont tendues. Matteo Salvini et le vice-Premier ministre italien Luigi de Mayo ont accusé la France d’avoir contribué à la crise migratoire. Salvini dit que la France “n’a aucun intérêt à stabiliser la situation, peut-être parce qu’elle a des intérêts pétroliers opposés aux intérêts de l’Italie”. La France a contesté cette accusation, la qualifiant de “ridicule” et a appelé l’ambassadeur d’Italie pour s’expliquer. Le différend qui les oppose sape les efforts internationaux visant à stabiliser et à ouvrir la voie politique menant à une conférence de paix parrainée par l’ONU pour résoudre la crise.

En avril dernier, le président du Parlement européen, Antonio Tajani, a appelé les gouvernements italien et français à “mettre fin à ce qu’il a appelé” la saison des bras de fer “et à trouver une solution pour assurer la stabilité en Libye. Il a averti que si la situation continue ainsi, il n’y aura que des morts et des migrants tentant de s’échapper pour atteindre nos côtes européennes. “Nous avons besoin d’une intervention immédiate, et l’Union européenne a le devoir de réunir les Français et les Italiens pour parvenir à un accord”, a-t-il ajouté.

Certains intéressés par les affaires européennes estiment que le moment est venu pour les Français, les Allemands et les Italiens de mettre leurs problèmes de côté et de former un front unique pour limiter l’expansion turque en Libye.

Les victoires remportées par la Turquie en Libye au cours des dernières semaines ont changé l’équilibre. Les drones turcs et les milices syriennes que le président turc a recrutées en Libye ont rendu de grands services aux milices de Tripoli. En retour, la Turquie a remporté un accord lui permettant d’extraire du pétrole et du gaz en Méditerranée orientale, alors que l’Union européenne était absente. Les observateurs estiment que le contrôle de la Turquie sur la région occidentale libyenne proche de l’Europe et sa tentative d’acquérir la région riche en pétrole et en gaz de la Méditerranée orientale mettent en jeu les intérêts des pays européens dans ce pays, en particulier la France et l’Italie, et représentent un problème majeur pour l’Europe compte tenu de l’ambition croissante de la Turquie de contrôler les sources de gaz, pour augmenter la pression sur l’Europe, et avec l’escalade du conflit et des menaces terroristes et le flux de migrants.

Pour sa part, la Turquie profite des interventions militaires pour établir sa présence en Libye et en Afrique du Nord, avec l’aide des Frères musulmans, profitant des différends internes entre les pays de l’Union européenne. Même l’opération << IRINI >> pour surveiller la mise en œuvre de l’embargo sur les armes en Libye qui a été récemment lancé n’a pas été efficace. En revanche, le rôle russe qui ne rate pas une occasion pour augmenter ses chances de rester dans le sud de la Méditerranée, ce qui complique encore les calculs européens en Libye.

La France et l’Italie ont entamé des démarches pour reprendre la direction diplomatique en Libye et appeler à un retour à une solution politique et à la réimposition du cessez-le-feu en Libye, et à la cessation de l’ingérence étrangère, mais la restauration du dossier libyen par les pays européens et la recherche d’une solution politique seront plus difficiles qu’auparavant, à la lumière de L’augmentation des interventions étrangères et le déclin de l’influence de l’Europe dans le conflit libyen en raison du souci de faire face à la pandémie de coronavirus, qui a laissé la scène presque vide devant la Turquie et la Russie, qui ont été approfondi dans la question libyenne et détenu des éléments importants dans ce dossier.

Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a récemment exprimé ses regrets pour “l’ingérence croissante de Moscou et d’Ankara dans le conflit libyen”, et a évoqué des problèmes de sécurité en présence de mercenaires à environ 200 km de la frontière européenne, comme l’a exprimé le premier ministre italien lors d’une conversation téléphonique avec le Premier ministre du gouvernement de l’union nationale Fayez Al-Sarraj, évoquant la préoccupation de son pays de la continuation de l’envoi des armes par des acteurs étrangers vers la Libye, considérant cela comme une escalade qui peut contribuer à alimenter le conflit libyen et prolonger la souffrance du peuple libyen, et constitue aussi une menace contre les voisins de la Libye et contre la sécurité européenne.

 

Share This