Le camp d’Al-Hol Incubateur de l’extrémisme et un levier pour lancer à nouveau l’Etat islamique

Juil 16, 2020 | Anti terrorisme, Les rapports

 

Le camp d’Al-Hol représente l’impact le plus important sur les années de la montée et de la chute de l’État islamique « ISIS » dans la région. Le camp est actuellement devenu un point de rassemblement pour les militants de l’Etat islamique capturés lors des combats avec l’organisation, tout comme la prison de Bucca, qui a été créée par les forces américaines en 2003 dans le sud de l’Irak près de la ville d’Umm Qasr, qui est devenue un point de rencontre pour les extrémistes de divers groupes extrémistes en Irak tels qu’Abou Bakr Al-Baghdadi, qui a été arrêté à Falloujah en 2004, est devenu l’environnement idéal pour planifier et réfléchir à la formation de groupes djihadistes. Par conséquent, la direction actuelle d’ISIS considère le camp comme un bastion majeur pour l’organisation en raison du grand nombre de partisans d’ISIS résidant dans le camp de diverses nationalités à travers le monde.

Au cours des dernières années, le nombre de détenus à l’intérieur du camp d’Al-Hol a atteint plus de 12 000 militants, dont la plupart sont des familles, des enfants et des femmes de l’Etat islamique. Parmi eux, plus de 4 000 femmes et 8 000 enfants de familles de l’Etat islamique, qui croient en ses idées et moyens de subsistance. Le camp est divisé en deux parties, une partie pour les syriens et les iraquiens, qui représente la plus grande section du camp où les détenus jouissent d’une liberté de mouvement relativement élevée. La deuxième partie est une petite section connue sous le nom de “supplément”, qui est principalement composée des étrangers.

Il a été construit il y a près de 30 ans pour abriter des réfugiés irakiens qui ont fui vers la frontière syrienne pendant la guerre du Golfe, et le camp a de nouveau été utilisé comme abri pour les Irakiens après l’invasion dirigée par les États-Unis en 2003 en le considérant comme l’un des trois principaux camps à la frontière syrio-irakienne. L’EI a ciblé la région d’Al-Hol, car c’était une zone frontalière importante pendant ses années d’expansion. De cette façon, l’emplacement stratégique isolé du camp, qui surplombe les zones frontalières éloignées, a donné à l’Etat islamique un bon espace pour diffuser des idées extrémistes parmi les tribus arabes résidant dans cette zone.

Après la chute d’ISIS en mars dernier et la fin de son contrôle sur le terrain, le camp d’Al-Hol dans le nord de la Syrie est resté le cœur battant de l’organisation. Au cours des cinq dernières années, la région syrienne d’Al-Hol est devenue l’un des zones où les idées extrémistes se sont largement répandues, que ce soit par l’Etat islamique ou d’autres groupes extrémistes. Bien que le camp souffre de mauvaises infrastructures et de la surpopulation, et ce n’est pas nouveau, la crise mondiale de santé a créé un besoin urgent de s’attaquer aux problèmes endémiques qui s’y trouvent. Et parce que le camp restait inchangé, les experts ont averti à plusieurs reprises que la situation à l’intérieur du camp constituait une menace majeure pour la sécurité internationale et régionale.

Le camp est un environnement propice à la multiplication de l’extrémisme :

Les conditions actuelles du camp d’Al-Hol contribuent à créer un environnement qui pourrait permettre la renaissance de l’Etat islamique. Alors que la plupart des régions du nord-est de la Syrie sont isolées, certaines parties du camp d’Al-Hol bénéficient d’une plus grande ouverture sur le monde extérieur où les syriens de la partie syrienne du camp continuent de vivre en dehors du camp, soit par l’utilisation légale d’appareils mobiles et d’autres mécanismes de communication, soit financièrement, soit par le transfert de fonds via le système hawala (le virement). Néanmoins, l’ouverture du camp al- Hol au monde extérieur peut offrir la possibilité d’une communication entre les partisans de l’organisation et ses cellules à l’intérieur du camp et entre les membres de l’organisation à travers le monde.

Au niveau du camp, en tant qu’incubateur de l’extrémisme, les femmes qui sont toujours fidèles à Daech n’ont pas été séparées du reste du camp, et en conséquence, les idées extrémistes au sein du camp sont toujours reçues, et toute la population du camp vit toujours le même style de vie qu’elle vivait pendant le règne d’ISIS, malgré la surveillance externe par les Forces démocratiques syriennes. Les femmes de l’organisation ont transformé le camp en un centre d’enseignement de l’extrémisme et ont formé des comités secrets à l’intérieur du camp pour suivre la vie personnelle des résidents du camp afin de savoir s’ils s’en tenaient ou non aux idées de l’organisation. Les cellules de l’Etat islamique ont également formé ce qu’on appelle l’appareil Hisba ou « police islamique » à l’intérieur du camp, qui est composé principalement de femmes étrangères.

En outre, les incidents de violence à l’intérieur du camp sont devenus courants, car le camp d’Al-Hol a été témoin de plusieurs incidents qui ont montré qu’il existe un groupe extrémiste de familles et de prisonniers pour un lavage de cerveau qui appartiennent toujours à l’organisation et s’accrochent à ses idées extrémistes, En juin 2019, une femme de familles de l’Etat islamique a tué sa petite-fille dans le camp d’Al-Hol pour les réfugiés irakiens et les Syriens déplacés dans le gouvernorat d’Al-Hassaké, au Kurdistan syrien, parce qu’elle ne portait pas de vêtements légaux, selon les règles et règlements de l’organisation extrémiste. En août, certaines femmes étrangères ont tué une Indonésienne dans sa tente parce qu’elle ne respectait pas les règles du camp, et un groupe de prisonniers de l’Etat islamique a levé le drapeau de l’organisation et scandé des slogans dédiés à servir leur cause jusqu’à la fin. De plus, des médias syriens locaux ont diffusé des séquences vidéo de jeunes enfants des familles de l’organisation à l’intérieur du camp menaçant de se venger et de tuer.

De même, des incidents de coups de couteau se poursuivent quotidiennement par des adolescents ou ce qu’on appelle des «petits califats» pour tous ceux qui violent les règles de l’Etat islamique à l’intérieur du camp, les fils de l’Etat islamique vivent dans le camp depuis des années, dont certains sont nés dans les limites de l’organisation et de son gouvernement, et ont été élevés sur l’héritage de l’extrémisme et l’injustice des pères et de leur héritage, Plus ils restent dans le camp, plus ils se vengent du meurtre de leurs parents. Malgré la gravité de la situation à l’intérieur du camp et le besoin urgent de le contenir et de réhabiliter les éléments extrémistes qui s’y trouvent, plusieurs facteurs ont empêché le contrôle des incidents violents et de l’extrémisme en son sein, notamment des infrastructures faibles et médiocres de services de vie et d’éducation, le manque de soutien national et international et l’absence de tout programme complet de restauration et de réhabilitation des résidents du camp, notamment pour les enfants.

L’intervention turque en Syrie est une fenêtre d’espoir pour relancer l’organisation

Au cours des derniers mois, la récente incursion militaire turque en Syrie a créé des conditions propices à la revitalisation de l’organisation, la Turquie ayant commencé son incursion en Syrie à la fin de l’année dernière dans le but d’établir une “zone de sécurité” aux frontières à l’intérieur des territoires contrôlés par les FDS, après avoir reçu le feu vert du président américain Trump. Cela a forcé les Forces démocratiques syriennes à commencer à réduire le nombre de forces dans la région d’Al-Hol, ce qui pourrait affaiblir la capacité de ces forces à sécuriser le camp et offrir aux groupes extrémistes une plus grande possibilité de manœuvrer à l’intérieur du camp, d’en sortir, de faire de la contrebande de marchandises et de recruter des volontaires.

Un autre aspect qui est ressorti de l’intervention turque a été l’annonce par le président américain que la responsabilité des prisonniers des militants de l’Etat islamique incomberait à la Turquie après y avoir établi la zone de sécurité. Cela signifie qu’Ankara peut prêter des mouvements de l’Etat islamique dans sa confrontation avec le Parti de l’Union lié au PKK, pour l’empêcher de maintenir une région autonome en réduisant spatialement son espace et en modifiant sa démographie, tout en faisant venir des réfugiés syriens. Cela réaliserait la possibilité d’un retour de l’Etat islamique en imposant sa volonté avec la faiblesse des Forces démocratiques syriennes.

Conclusion

Peut-être que la bataille de l’Etat islamique avec les Forces démocratiques syriennes a donné à l’organisation cette occasion unique de regrouper les familles de l’organisation de tous les endroits dans un camp, et même si les forces syriennes ont gagné, elles ont commeme eu de réfugiés et une bombe à retardement. En ce qui concerne l’Etat islamique, la défaite devant les FDS a représenté une situation temporaire, face à une tendance qui n’est pas stable, donnant la possibilité à l’Etat islamique de l’attaquer à nouveau si l’organisation revient, car c’est une partie qui ne jouit pas d’une reconnaissance internationale et n’a pas de souveraineté sur ses zones et ne peut pas démanteler le camp, ou traiter judiciairement ISIS en raison du refus de la Turquie et du régime syrien et de l’opposition syrienne de lui accorder toute légitimité, et il restera fragile devant tout règlement russo-syrien avec la Turquie concernant la région, selon lequel la Turquie a le droit de contrôler une zone tampon dans laquelle elle va envoyer un certain nombre de réfugiés syriens pour changer l’équation avec le changement de poids démographiques. Cela signifie qu’elle reste faible, que l’Etat islamique peut attaquer si l’organisation est en mesure de reprendre ses forces pour reprendre ses otages des mains du parti le plus faible de l’équation, et si cela se produit, cela signifie à nouveau le retour de l’Etat islamique et le retour de menaces brûlantes contre la région et les capitales européennes.

Pour empêcher l’Etat islamique de revenir et de former sa puissante armée, il est nécessaire de fermer le camp d’Al-Hol ou au moins de développer temporairement un programme de réadaptation en concentrant sur des programmes éducatifs et psychologiques ciblant les femmes et les enfants résidant dans le camp pour contenir l’idéologie extrémiste croissante. Le moyen le plus efficace peut être un accord international pour renvoyer les adeptes de l’organisation dans leurs premiers pays, conformément aux exigences du droit international, à condition que chaque pays entreprenne la préparation de programmes localement pour les réhabiliter intellectuellement et les réintégrer socialement, il n’est pas sage de continuer à regrouper les prisonniers dans le camp d’Al-Hol comme incubateur de l’extrémisme et d’engendrer de nouveaux extrémistes. La poursuite du statut quo signifie maintenir le danger présent et offrir une nouvelle opportunité pour le retour de l’organisation, ce qui compromettrait la sécurité et la stabilité dans la région et en Europe.

 

Share This