L’attaque de L’Autriche Un incident distinct ou un prélude à de nouvelles attaques ?

Nov 10, 2020 | Anti terrorisme, Les rapports

Cinq ans après les attentats du théâtre du Bataclan à Paris, Vienne a rejoint le club des victimes qui comprend Bruxelles, Nice, Berlin, Londres et Manchester. Après ces attaques dans ces villes ,une question se pose: l’existence d’autres cellules, les raisons de la survie des cellules extrémistes, le cas échéant, ainsi que la confusion concernant l’introduction de modifications dans les méthodes de surveillance et de lutte contre le terrorisme. C’est peut-être la raison pour laquelle la question de la lutte contre le terroriste a été à nouveau inscrite à l’ordre du jour de la prochaine réunion des ministres de l’intérieur de l’Union européenne prévue le 13 de ce mois, consacrée à la discussion de la réforme de la politique commune d’immigration et d’asile en Europe.

L’attaque qui a tué quatre personnes et blessé 22 personnes a montré des lacunes dans les efforts de lutte contre l’extrémisme du pays, le suspect ayant réussi à tromper le régime, ce qui soulèvera des questions sur la raison de sa libération anticipée. L’auteur a été condamné à 22 mois de prison pour avoir tenté de rejoindre le régime de l’Etat islamique, mais il a été libéré de prison tôt. L’annonce de l’Etat islamique après l’attaque a montré qu’il était associé à l’organisation et qu’il a réussi à tromper le régime, car l’Etat islamique a revendiqué la responsabilité de l’attaque et a décrit l’auteur comme un « soldat califat » dans un communiqué publié par l’agence de presse Amaq de l’organisation portant son nom Al-Harki Abu Dujana Al-Albani.

Les forums islamiques militants ont diffusé une photo qu’ils prétendaient être de l’auteur, ainsi qu’une menace du chef de l’État islamique, Abu Ibrahim Al-Hashemi Al-Qurashi.

Fazoulay s’est rendu en Syrie en septembre 2018, selon la couverture médiatique de son procès. Il a atteint une maison de l’Etat islamique en Turquie , mais y a été détenu et a passé quatre mois dans une prison turque. Lui et ses co-accusés ont déclaré qu’ils étaient prêts à se battre avec l’État islamique, mais les avocats de la défense ont dit qu’ils avaient abandonné le groupe de l’organisation Daech.

Des pays à travers l’Europe ont vu des citoyens partir se battre pour l’Etat islamique. Depuis lors, les pays se débattent pour savoir comment rapatrier et réintégrer ces citoyens. L’Etat islamique a perdu son territoire avec la fin du califat en 2019, mais il compte encore 10000 combattants opérant dans de petites cellules en Irak et en Syrie.l’Etat islamique compte également au moins huit succursales, de taille et de capacité variables, en Afghanistan, au Bangladesh, en Égypte, dans le désert du Sahara, en Libye, aux Philippines et en Afrique de l’Ouest. L’Etat islamique a tenté de lancer des attaques en Occident, mais sa capacité à diriger des opérations en dehors du Moyen-Orient était limitée et il a perdu l’accès à de nombreuses plateformes de médias sociaux.

La province du Sinaï de l’Etat islamique était toujours en mesure de lancer des attaques à grande échelle en Egypte, mais les branches en Afghanistan, en Libye et au Yémen étaient de plus en plus faibles et sous la pression des opposants locaux et des frappes militaires occidentales.

L’Etat islamique s’est intensifié fin 2019 et 2020 en Irak et à plus petite échelle en Syrie malgré de lourdes pertes sur le terrain et la perte de ses soldats, y compris le meurtre du chef Abu Bakr Al-Baghdadi en 2019. Cependant, l’organisation reste déterminée à établir un califat au Moyen-Orient et à inciter les attaques dans le monde.

Selon Vladimir Voronkov, chef du Bureau de lutte contre le terrorisme des Nations Unies, devant le Conseil de sécurité, l’Etat islamique compte plus de 10000 combattants toujours actifs en Irak et en Syrie et se déplacent librement dans de petites cellules entre les deux pays et mènent de multiples attaques. À la mi-2020, les services de renseignement américains ont conclu que l’Etat islamique n’était probablement pas en mesure de diriger des opérations en dehors de l’Irak et de la Syrie. Mais cela inspire toujours les attaques locales

À la mi-2020, l’Etat islamique n’était actif que dans deux des 22 gouvernorats du Yémen, al-Bayda et al-Dhalee. Il a été incapable de contrôler une grande partie du territoire ou de déplacer ses adversaires en raison de sa faiblesse. Le nombre de ses combattants, d’environ 400, a diminué. Et dans la péninsule du Sinaï, Daech a augmenté le nombre de ses attaques en 2020, malgré la campagne en cours des forces égyptiennes contre elle depuis six ans et le nombre de ses combattants était estimé entre 500 et 1000.

En Libye, le groupe a rebâti ses rangs et a repris ses petites attaques en mai 2020, après avoir été largement inactif pendant près d’un an. Quatre frappes aériennes américaines ont tué 43 combattants, représentant environ un tiers des forces du groupe. En Afghanistan, la province du Khorasan, créée en 2015, est le plus grand mouvement djihadiste. Il s’est opposé aux talibans en tant qu’opposant idéologique et a tenté de recruter parmi ses membres. Le mouvement a attaqué les talibans et le gouvernement afghan soutenu par les États-Unis à Kaboul, qu’il considère comme des apostats. Selon la CIA, il a cherché à perturber l’accord de paix entre les États-Unis et les talibans par de violentes attaques contre des civils. Fin 2019, la province du Khorasan a perdu son bastion dans la province de Nangarhar, dans l’est de l’Afghanistan, et en 2020, elle a lancé moins d’attaques.

Daech reste une menace mondiale bien que ses objectifs et ses tactiques aient changé sous la pression croissante des acteurs locaux et des alliances occidentales. En 2020, l’Etat islamique disposait de moyens limités pour frapper l’Occident, bien que sa rhétorique continue d’inciter des attaques individuelles. Elle a également cherché à recruter des combattants étrangers ou locaux pour renouveler ses rangs, ce qui indique que l’organisation n’a actuellement pas la capacité de saisir des terres ou de défier les gouvernements. Le groupe s’est davantage impliqué dans les insurrections en Égypte et en Irak, ainsi que dans les guerres civiles en Afghanistan, en Libye, en Syrie et au Yémen.

Cela montre que la priorité de l’organisation est actuellement locale et non internationale, à moins qu’il n’y ait une opportunité appropriée de déplacer une cellule dormante ou un loup solitaire pour mener une attaque en Europe qui sera utilisée comme une sorte de propagande et pour établir une présence dans les pays de la région qui souffrent encore des répercussions du chaos. Cela signifie que l’attaque est actuellement un incident distinct, donc il n’y a pas de pouvoir réel pour l’organisation de lancer une série d’attaques, mais cela signifie aussi que l’organisation cherchera l’opportunité d’une autre attaque , un débouché, et une atmosphère que’ elle peut utiliser comme excuse pour ses opérations.

Aucune mesure ne peut garantir pleinement qu’aucune autre attaque ne se reproduira. L’Europe est une cible facile et privilégiée pour les groupes terroristes qui souhaitent atteindre le plus haut niveau de propagande au moindre coût possible, mais en retour, un ensemble de politiques et de procédures peut garantir que les chances de ces opérations soient considérablement réduites. . Peut-être que la première de ces politiques doit être basée sur une différenciation entre l’islam en tant que religion et les groupes politiques extrémistes qui emploient la religion pour mettre en œuvre des programmes politiques et développer des politiques qui ciblent les groupes qui violent la loi et non la religion ou les communautés qui respectent la loi. Les politiques et procédures doivent être appliquées au même niveau dans les pays européens pour atteindre le succès requis dans la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme

Les politiques et les procédures doivent prendre en compte de ne pas provoquer de changements profonds et de révisions qui créent un nouveau type de ghetto religieux, ethnique ou national, car cela peut conduire à une polarisation de la société et à la propagation de la phobie étrangère. On estime que le moyen le plus efficace pour empêcher l’isolement des musulmans dans leurs sociétés européennes est d’accorder la liberté de culte et le respect des sentiments sur un pied d’égalité pour toutes les religions. La laïcité française, inscrite dans la loi de 1905, ne signifie pas combattre la croyance, mais plutôt séparer la religion des institutions de l’État

Et protégez les croyances individuelles. En plus, considérer la religion comme un contrôle et un régulateur du comportement humain, et un outil constructif et non un outil de démolition des sociétés.

Share This