L’argent qatari … des relations suspectes avec les groupes terroristes en Europe

Oct 14, 2019 | Groupes extrémistes, Les rapports

Doha utilise l’argent politique pour gagner des allégeances et fournir des refuges pour financer le terrorisme et transférer de l’argent dans le monde entier

Contrairement aux États qui soutiennent le terrorisme, comme l’Iran, le Qatar utilise une approche novatrice pour éviter l’hostilité envers l’Occident en recherchant de bonnes relations avec les États-Unis et l’Union européenne, en faisant de fausses promesses en matière de lutte contre le terrorisme et en soutenant généreusement les universités et les institutions occidentales, tout en finançant et promouvant discrètement le terrorisme. En utilisant la base aérienne américaine sur son territoire en tant que police d’assurance contre les sanctions de promouvoir le terrorisme.

L’appui qatarien au terrorisme soulève des questions chez les politiciens et les économistes européens sur les fonds qataris et leur fonctionnement dans l’achat de nombreux projets immobiliers et bancaires ainsi que dans l’acquisition de clubs.

Selon des rapports internationaux, une tendance mondiale à examiner les investissements étrangers du Qatar a émergé pour identifier la profondeur de la relation entre Doha et les opérations mondiales de financement du terrorisme. Car la Banque centrale européenne a décidé de procéder à un examen spécial de la propriété de deux actionnaires principaux de Deutsche Bank, membre de la famille gouvernante du Qatar, ainsi que d’une société holding chinoise.

L’Etat criminalise le financement du terrorisme et sponsorise ses pôles :

Malgré les mesures prises par le Qatar pour éliminer l’accusation de financement du terrorisme, En adoptant la modification de la loi sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le terrorisme le 12 septembre 2019 « conformément aux normes internationales les plus récentes adoptées par les principales organisations internationales, y compris le Groupe d’action financière ». Selon la Banque centrale du Qatar, cependant, ces mouvements apparents n’ont pas empêché la demande de divulgation des opérations d’investissement du Qatar dans l’Union européenne.

Selon les médias et les rapports d’enquête, Doha utilise l’argent politique pour gagner des loyautés et acheter du soutien, mais s’est par la suite transformé en refuges pour financer le terrorisme et transférer facilement de l’argent dans le monde entier.

En avril 2019, le magazine français « Le Point » a publié dans ce cadre des preuves convaincantes d’un rôle important du Qatar dans le financement des Frères Musulmans en France et sa promotion par le biais de la Qatar Charity grâce à un dossier exceptionnel de Christian Chesnot. Radio France Internationale et Georges Malbrunot du journal Le Figaro ont mis la main sur les récits détaillés de la Qatar Charity Foundation, à travers le livre « Qatar Papers » « qui regorge de documents qui ont découvert les relations du Qatar avec 140 projets en Europe provenant de centres culturels et de mosquées Et les associations islamiques dirigées par la branche européenne des Frères musulmans,Malgré le déni constant de Doha. Selon le livre, « le Qatar voulait étendre son influence dans tous les secteurs européens du sport, de l’éducation, des affaires et de la diplomatie. Entre 2007 et 2017, le Qatar a dépensé plus de 120 millions d’euros à des projets en Europe, notamment en Grande-Bretagne, en France,Italie,Belgique, Allemagne, Suisse, Norvège et les Balkans, y compris la Serbie.

Les opérations de financement Qataris sont effectuées à travers des arrangements financiers complexes, qui ne sont pas nécessairement illégaux mais restent vagues pour cacher le véritable objectif.

Selon un mémorandum publié par le ministère français de l’Économie et des Finances, spécialisé dans la lutte contre la fraude financière, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, le 6 avril 2019, le petit-fils du fondateur des Frères Musulmans, Tarek Ramadan, recevait des récompenses généreuses pour le financement de projets suspects par le biais de sacs d’argent qu’il avait transférés du Qatar en Suisse et enFrance, et qu’ilsont été repéré par les agences de renseignement européennes, car le financement manque de transparence et suscite des soupçons sur la dualité des projets caritatifs.

Des journaux britanniques tels que The Times ont également exposé les activités du Qatar sur le territoire britannique, notamment par le biais des banques, selon sa publication du 5 aout 2019, que Doha a pu dépenser de l’argent pour des associations caritatives qui propagent des idées extrémistes entre les membres de la communauté à partir Masraf al Rayan dirigé par le gouvernement Qatari pendant des années, ces associations exhortent essentiellement à la création des groupes religieux isolés de la société britannique, le journal a ajouté aussi que la banquefournit des services et des installations bancaires à 15 organisations islamiques, dont 4 mosquées et 3 associations caritatives, suspectés au sujet du soutien des groupes militants, Malgré qu’elle est autorisé en Grande-Bretagne. Alors que La banque a fermé ses comptes dans plusieurs banques prestigieuses telles que HSBC, Barclays, NatWest, NatWest et Lloyds TSB.

En août 2019, le site Web Crystal Eyes, axé sur la lutte contre l’extrémisme, signalait que Qatar Trust, une organisation à but non lucratif enregistrée opérant au Royaume-Uni, passait sous le radar du conseil de surveillance des organismes de bienfaisance britanniques, dirigé par Yousef Al Kuwari, PDG de la Fondation. Qatar Charity au Royaume-Uni, la branche européenne de la Qatar Charity Foundation basée au Qatar, connue pour soutenir des groupes terroristes, en particulier les Frères Musulmans, a récemment été rebaptisée Nectar Trust, simplement pour cacher ses liens avec son organisation mère. Et pour ne pas concentrer sur Yousef Al-Kuwari.

Ces rapports font suite aux scandales grandissants de l’Etat du Qatar en faveur du terrorisme dans diverses régions d’Europe et du monde, notamment la divulgation de l’implication du Qatar dans le scandale de la contrebande d’armes, après que la police italienne a découvert le 15 juillet 2019, un missile air-air utilisé par l’armée qatari En possession d’un groupe d’extrême droite appelé « néonazis ». Cela a soulevé de nombreuses questions quant à la manière dont comment l’arme y est parvenue et a suscité l’inquiétude mondiale quant au sort des énormes armes que Doha achète au-delà de ses capacités et ses besoins des centaines de fois. Alors que des appels ont été lancés dans le monde, notamment en France, demandant l’interdiction des exportations d’armes vers ce petit émirat.

Aussi le scandale divulgué, publié par le New York Times le 22 juillet de la même année, comprenait un appel téléphonique entre l’ambassadeur du Qatar en Somalie, Hassan bin Hamza bin Hashim et l’agent de renseignements qatari, déguisé en Khalifa Kayed al-Muhannadiun homme d’affaires, proche de l’Emir de Qatar Tamim Bin Hamad a déclaré que les « Amis du Qatar » étaient à l’origine de l’attentat à la bombe perpétré à Bossaso en mai dernier pour « promouvoir les intérêts de Doha en expulsant ses rivaux ».

Il est certain que le régime qatari considère les Frères musulmans et les groupes islamiques comme un « projet d’investissement » lui permettant de réaliser ses ambitions aux niveaux régional et international et de contrôler la région arabe, en contrepartie du soutien apporté à leurs mouvements et à leurs organisations réparties dans le monde entier, le Qatar a cherché à investir dans l’organisation internationale des Frères musulmans, en particulier en Europe, afin de créer une popularité et une influence politique, et à la pénétrer dans les centres universitaires et culturels.

Le financement de la famille dirigeante du Qatar à des organisations en Europe déguisé derrière des slogans de charité et des droits de l’homme en Europe pour soutenir des organisations terroristes au Moyen-Orient est un avertissement à la communauté européenne sur l’implication de l’émir du Qatar et de sa famille dans la création de réseaux qui exploitent le climat ouvert et libre de la société civile en Europe pour commettre plus d’un crime, le premier est la propagation de la violence et de l’extrémisme en soutenant le terrorisme et en lui fournissant une couverture des droits de l’homme, deuxièmement, le blanchiment d’argent par le biais de ces associations, où les fonds sont investis en dons, le troisième et le plus dangereux est la menace à la sécurité nationale des peuples d’Europe et du Moyen-Orient, ainsi que la falsification de valeurs aussi élevées que les droits de l’homme, Ou l’aide humanitaire pour faire passer les agendas politiques et tromper l’opinion publique.

Mots clés :L'argent qatar
Share This