La visite d’Erdogan au Qatar à la lumière des crises économiques et financières en Turquie

Août 12, 2020 | Les rapports

La visite du président turc Recep Tayyip Erdogan au Qatar avec ses ministres des Finances et de la Défense est son premier voyage à l’étranger après l’émergence de l’épidémie de Covid 19 dans une étape qui reflète la relation exceptionnelle entre les deux pays, où Doha est considérée comme l’allié le plus fidèle d’Ankara dans la région et dans le monde. La visite reflète le volume de la coordination conjointe entre les deux systèmes dans un contexte international confus caractérisé par des tensions croissantes entre l’axe Ankara Doha et les puissances arabes et occidentales. Les deux systèmes partagent en fait les mêmes agendas régionaux concernant les dossiers palestiniens, libyens, syriens et yéménites qui ont été discutés entre Erdogan et l’émir du Qatar, Tamim bin Hamad Al Thani, selon un communiqué de l’agence de presse officielle du Qatar (QNA). Les deux régimes cherchent à étendre l’influence de l’islam politique au Moyen-Orient et même en Afrique, où la Turquie a fait des progrès significatifs dans certains pays de sa sphère d’influence comme la Somalie. Pour ce faire, ils dépendent et financent les Frères musulmans, un groupe classé comme organisation terroriste par l’Égypte, qui est leur épicentre, l’Arabie saoudite, Bahreïn et la Russie, et d’autres pays. Le Qatar et la Turquie adoptent la même idéologie et soutiennent les mêmes réseaux d’islam politique pour réaliser leurs programmes régionaux.

Les développements du dossier libyen :

Le dossier était présent lors de la visite au vu de l’évolution de la situation, car la coopération entre Ankara, Doha et les Frères musulmans a enregistré un succès dans la guerre civile ouverte en Libye depuis 2011, où ils soutiennent le gouvernement de l’Union Nationale dirigé par Fayez Al-Sarraj, contre l’autre camp, l’Armée nationale libyenne, dirigée par Le maréchal Khalifa Haftar soutenu par la France, la Russie, l’Égypte .

Le renforcement de la coordination conjointe entre la Turquie, le Qatar et les Frères musulmans en Libye en envoyant des armes et des mercenaires combattre dans les rangs du gouvernement El-Sarraj a conduit à une victoire du gouvernement El-Sarraj pour contrôler Tripoli au début du mois de juin, et a effectivement stoppé les progrès de l’Armée nationale libyenne dans l’ouest de la Libye. Malgré cette défaite, Haftar et ses alliés sont déterminés à changer le cours de la guerre, à organiser de nouvelles contre-attaques et à défendre les villes stratégiques riches en pétrole de Syrte et Jafra, qui possède la plus grande base aérienne du pays. Même l’Égypte a menacé la Turquie d’une intervention militaire directe, ce qui a un effet dissuasif important, car elle a réussi à ralentir l’escalade de la violence.

Par conséquent, le gouvernement d’Erdogan a dû revenir vers son homologue qatari. Certaines sources ont indiqué que le 23 juin, Erdogan avait contacté l’émir du Qatar, Tamim Al-Thani, pour lui demander de doubler le financement du Qatar pour les opérations de guerre en Libye. Le gouvernement turc, selon un ancien diplomate turc, “ne se lasse pas de demander plus d’argent à Doha pour maintenir l’élan des opérations militaires turques en Syrie et en Libye”. Les fonds du gaz qatariens ont joué un rôle important dans le financement de ces conflits et guerres, d’autant plus que la Turquie ne peut pas supporter le fardeau des guerres à la lumière des crises économiques et financières successives auxquelles le pays est confronté ces dernières années, qui se sont exacerbées après la pandémie de Covid 19.

Equation de soutien-argent :

La demande de soutien financier n’est pas absente de ces réunions, et certains observateurs disent que la relation entre les deux pays n’est pas égale, le Qatar étant soumis au chantage de la Turquie. Erdogan gère la relation avec le Qatar de manière opportuniste, car il utilise les conflits libyens et syriens pour faire pression sur le Qatar afin qu’il lui fournisse d’énormes sommes d’argent. Il le fait en avertissant les dirigeants du Qatar que le camp islamiste soutenu par Doha pourrait subir une défaite qui serait catastrophique pour lui sans le soutien de la Turquie, permettant à ses rivaux de contrôler les zones stratégiques de la région.

La relation est basée sur le fait que la Turquie offre une protection au Qatar en échange d’argent, et même des projets politiques communs dans la région que le Qatar y consacrera. En retour, la Turquie fournit également un soutien politique au Qatar, car Ankara est également devenue la garantie de Doha, car c’est le seul pays qui l’a aidé après le boycott imposé par le Quatuor arabe en 2107, avec l’expédition de produits de base, portant les exportations à 90% dans les quatre mois suivant l’annonce du blocus.

Le Qatar réalise des bénéfices financiers sous le nom de coopération économique, puisqu’il est intervenu en mai dernier pour sauver la livre turque lors de la pandémie Covid 19, qui était tombée à 7,25 unités contre le dollar. Ensuite, la Banque centrale turque a annoncé la prolongation de l’accord d’échange de la monnaie locale signé avec Doha en août 2018, alors qu’Ankara avait souffert d’une crise monétaire majeure. Dans la pratique, cela signifie que la Turquie peut obtenir jusqu’à 10 milliards de dollars de réserves pour soutenir la position de la livre. La Turquie exporte également au Qatar 1,2 milliard de dollars en échange de quelques importations.

Solutions aux crises accumulées :

Les crises internes et externes de la Turquie ne sont pas passées inaperçues lors de la réunion, car la Turquie souffre d’un certain nombre de crises qui ont affecté ses politiques internes et externes Sur le plan interne, l’économie turque a été exposée à une crise majeure depuis 2018, qui s’est traduite par une baisse du prix de la livre turque, qui est passé d’environ 3,78 livres par dollar en janvier 2018 à 6,2 livres par dollar en février 2020, enregistrant la pire performance parmi les monnaies des pays émergents.

Les politiques du gouvernement ont provoqué une stagnation dans certains secteurs tels que le tourisme, l’immobilier et le déclin de la bourse en raison de la fuite des investissements étrangers, et des taux de chômage élevés selon les données officielles turques de 11% en 2018 à 13,7% en 2019. La dette extérieure à court terme a augmenté de 118,2 milliards de dollars jusqu’à la fin décembre 2019. La tendance d’Erdogan à supprimer les libertés internes et à renforcer son hégémonie sur la vie politique depuis le coup d’État raté de 2016 a entraîné des scissions politiques au sein du Parti de la justice et du développement au pouvoir, après quoi certains anciens chefs de parti ont créé de nouveaux partis. Le Parti de la justice et du développement a également subi une grande perte face à l’opposition lors des élections locales qui se sont déroulées le 31 mars 2019, au cours desquelles il a perdu de grandes municipalités, notamment la capitale, Ankara et Istanbul.

Sur le plan extérieur, la Turquie est également entrée dans des affrontements aigus sur plusieurs fronts, ce qui a poussé ses relations avec plusieurs puissances régionales et internationales à une détérioration rapide, et l’a fait passer d’une politique de «zéro problème» à des problèmes et des crises avec presque tout le monde; Dans le dossier syrien, la Turquie a fortement participé depuis le déclenchement de la révolution syrienne en 2011 et est devenue l’une des principales parties à ce conflit avec son soutien aux forces d’opposition syriennes et aux groupes extrémistes, ce qui l’a souvent mise en confrontation directe avec la Russie, qui estime que la réalisation de ses intérêts dans la région du Moyen-Orient passe par la survie du régime Assad. Les tensions entre les deux pays de la région d’Idlib, épicentre du conflit et dernier bastion de l’opposition dans le nord de la Syrie, se sont intensifiées de façon spectaculaire avant le déclenchement de la crise du “Covid-19”, notamment après le meurtre de plus de trente soldats turcs et la blessure de dizaines de personnes lors d’une attaque des forces gouvernementales syriennes soutenues par la Russie sur la ville. Ce que la Turquie considérait comme une implication directe de la Russie dans la guerre contre elle, et elle a riposté en attaquant les forces gouvernementales syriennes. Les tensions se sont intensifiées, faisant craindre un conflit militaire direct entre la Turquie et la Russie jusqu’à ce que les deux parties parviennent à un accord de cessez-le-feu le 5 mars 2020 dans la capitale russe, Moscou.

En Libye, Ankara a eu tendance à intensifier son ingérence, surtout après que son parlement a accepté d’envoyer des forces turques en Libye au début de l’année 2020, et de signer deux accords controversés avec le Premier ministre Al-Wefaq Fayez al-Sarraj sur la coopération en matière de sécurité et la démarcation de la frontière maritime entre la Libye et la Turquie; Les deux accords qui ont ouvert la voie à une large intervention militaire turque en Libye ont soulevé la colère des pays voisins, d’autant plus que cette intervention visait à apporter un soutien aux milices islamiques extrémistes contrôlant la capitale, Tripoli, et cherchait principalement à imposer la domination turque sur ce pays, et à permettre à Ankara de bénéficier de sources Gaz et énergie massive en Méditerranée orientale.

La Turquie a également tenté d’utiliser le «dossier des réfugiés» dans son conflit avec l’Europe pour en obtenir les meilleures concessions possibles, ce qui a contribué à tendre ses relations avec elle, en particulier avec le président Erdogan cherchant à tenter de détourner l’attention de ses pertes à Idlib en aggravant la crise des réfugiés syriens aux frontières grecques, car il a poussé des milliers d’entre eux aux frontières avec la Grèce pour accroître la pression sur l’Union européenne afin qu’elle lui apporte un plus grand soutien, que ce soit en soutenant ses opérations militaires dans le nord de la Syrie, notamment à Idlib, ou en essayant d’obtenir plus d’argent à la lumière du déclin de l’économie turque, C’est ce que l’Europe considérait comme un chantage de la part de la Turquie, qui a creusé le fossé entre la Turquie et les pays européens.

Les relations de la Turquie avec les États-Unis ont également connu des vagues de tension jusqu’à ce que le président américain Donald Trump menace de détruire l’économie turque dans le contexte des opérations militaires turques contre les Kurdes dans le nord de la Syrie. Les relations ont également été tendues en raison de l’insistance de la Turquie à installer le système de missile russe S-400, qui était une source de préoccupation pour Washington car il entre en conflit avec les systèmes de défense de l’OTAN et constitue une menace pour ce système. La même chose s’est produite dans les relations entre le Golfe et la Turquie avec l’ingérence non neutre de la Turquie dans la crise du Golfe au Qatar, son alignement sur Doha et la création d’une base militaire dans celle-ci, en plus de son soutien continu aux groupes extrémistes dirigés par les Frères musulmans en Égypte, d’une manière qui a fait apparaître la Turquie isolée sur les plans régional et international en raison de politiques de son patron déséquilibré.

La crise de Covid 19 a contribué à la mauvaise gestion politique, économique et sanitaire du régime Erdogan, exacerbant la crise interne et affaiblissant davantage sa popularité politique dans son pays.

Et avec l’aggravation continue de la crise, la Turquie sera un candidat fort pour sortir de la liste des 20 économies les plus puissantes du monde et de plus des crises internes, et cela aura des répercussions sur la scène politique turque en interne, peut-être la fin de la domination du régime d’Erdogan et du Parti de la justice et du développement sur la vie politique en Turquie lors des élections de 2023 ou Avant cela, si des élections anticipées ont lieu. Le régime turc a tenté d’exploiter la pandémie de Covid 19 et de l’utiliser au service de la promotion de ses objectifs géopolitiques et du renforcement de l’influence régionale de la Turquie, poussé par un désir fondamental d’essayer d’échapper aux problèmes politiques et économiques internes qui l’assiègent chez lui et de réduire la pression interne sur lui en remportant des victoires illusoires à l’étranger. Dans ce contexte, la politique turque a suivi deux voies contradictoires : la première est d’essayer d’utiliser la crise pour renforcer les relations d’Ankara avec ses alliés et certains autres pays à travers ce que l’on peut qualifier de « diplomatie de l’aide pour faire face à la crise émergente de la pandémie Corona », et la seconde est l’escalade de ses interventions basées sur la tension dans de nombreux dossiers, Surtout le dossier libyen, le dossier syrien et le dossier d’immigration.

La Turquie utilise les crises extérieures pour influencer l’intérieur turc et la dynamique de la vie politique en Turquie, attirer de l’argent du Qatar, faire avancer le nouveau projet ottoman et négocier les parties internationales et régionales ; sur un enjeu et un rôle dans tous les dossiers ouverts.

 

Share This