La reprise du conflit sur le Sahara occidental est une opportunité ou un défi pour la France?

Nov 20, 2020 | Les rapports

Les forces marocaines ont lancé une opération militaire dans la zone de Guerguerat, à l’extrême sud du Sahara occidental, pour rouvrir une route fermée vers la Mauritanie voisine, le Maroc a annoncé vendredi soir que le passage de la frontière à Guerguerat était devenu totalement sécurisé et que le trafic y avait repris.

Selon Rabat, il y a trois semaines, le Front Polisario avait intercepté environ 200 chauffeurs de camion au poste frontière de Guerguerat. Le Maroc considère ce segment comme essentiel pour les échanges avec l’Afrique subsaharienne, comme la Mauritanie. Le roi du Maroc, Mohammed VI, a échangé des messages avec les Nations Unies, la France, les États-Unis, la Mauritanie et d’autres pays concernés par l’affaire pour les avertir du processus.

Le Polisario a estimé que l’opération mettait fin au cessez-le-feu entre les deux parties, en vigueur depuis 1991 sous les auspices des Nations Unies, après un conflit armé qui se poursuivait depuis 1975 et que la guerre a commencé lorsque le Royaume affirme son« fort attachement »à la préservation de l’accord de cessez-le-feu.

Le Sahara occidental est une vaste zone désertique sur la côte atlantique de l’Afrique et une ancienne colonie espagnole. Le Maroc contrôle 80% du désert riche en phosphates et en poissons et le considère comme faisant partie du territoire marocain, et il est proposé de l’accorder son autonomie sous sa souveraineté, tandis que le Front Polisario soutenu par l’Algérie, qui a déclaré une République sahraouie au début des années 1980, réclame l’indépendance du Sahara, et appelle à un référendum sur l’autodétermination.

La France a appelé “à faire tout ce qui est en son pouvoir pour éviter l’escalade” au Sahara Occidental après que le Maroc a lancé une opération militaire dans la région et que le mouvement indépendantiste du Front Polisario a annoncé la fin du cessez-le-feu. “La France appelle aujourd’hui à faire tout son possible pour éviter l’escalade et à revenir au plus vite à une solution politique”, a déclaré à l’AFP le ministère français des Affaires étrangères. Il a ajouté: “Ces événements démontrent l’importance d’une reprise rapide du processus politique, qui comprend notamment la nomination d’un nouvel envoyé personnel du Secrétaire général des Nations Unies dès que possible”.

Le 30 octobre, Après le vote de la résolution 2548, qui renouvelle le mandat de la mission de maintien de la paix au Sahara occidental, la MINURSO, pour une période d’un an, les missions américaine et française ont exprimé leur soutien au processus politique mené par les Nations Unies dans la région et ont exhorté les parties au conflit à reprendre les négociations «de bonne foi». Ils ont salué le plan d’autonomie marocain, qui propose de faire du Sahara occidental une région semi-autonome sous souveraineté marocaine.

La proposition donnerait aux résidents locaux la possibilité de gérer de manière indépendante leurs développements sociaux, économiques et politiques. Ils ont condamné les récentes provocations du Front Polisario séparatiste à Guerguerat, près de la frontière maroco-mauritanienne, tandis que le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres a exhorté le Front Polisario à quitter Guerguerat

La France entretient de bonnes relations politiques, diplomatiques, économiques et culturelles avec le Maroc, ainsi que l’importance de la stabilité de la région pour la France et ses contributions à la lutte contre le terrorisme, ce qui en fait un partenaire fiable qui contribue à ne pas nuire aux intérêts français sur le continent en général, le Maroc et le Sahara en particulier. Cela a incité la France à soutenir le plan d’autonomie marocain, et peut-être aussi ce qui a poussé les sahraouis à dénoncer la politique française d’autonomie. Il semble que la politique française envers les parties à l’équation de la crise ait contribué à renforcer la position des États-Unis dans la région.

La position française en faveur du Maroc est apparue lors de la visite de l’ancien président français Jacques Chirac au Maroc en octobre 2003, lorsqu’il a déclaré que «la France soutient la position du Maroc sur le Sahara occidental et continuera à la soutenir au niveau du Conseil de sécurité, et cela n’est dirigé contre personne. « Nous soutenons le Maroc pour de nombreuses raisons et nous l’avons soutenu au Conseil lors de l’approbation de la Résolution n ° 1495 sur le Sahara occidental, qui stipule qu’aucun règlement du conflit qui ne satisfait pas toutes les parties ne peut être accepté. Sur la crise du Sahara Occidental, je vois que le plan présenté en 2007 par le Maroc et proposant d’accorder l’autonomie au Sahara Occidental fournit une base crédible pour le lancement des négociations ».

Les forces qui soutiennent la situation travaillent à la stabiliser, tandis que les non-partisans cherchent à la changer.

Au regard des politiques française et américaine face à la crise du Sahara occidental, certains analystes politiques estiment que l’approche européenne, menée par la France, appelant à accélérer le rythme de résolution du conflit saharien vise à préserver l’influence française et européenne au Maghreb au milieu de la concurrence euro-américaine croissante dans la région; parce que replier le dossier du point de vue du côté franco-européen signifie combler l’une des lacunes que la partie américaine peut infiltrer et faire passer ses projets dans la région qui pourraient provoquer le déclin de l’influence française, alors que les États-Unis travaillent sur une stratégie de gestion du conflit sans le résoudre pour maintenir ses relations et intérêts avec toutes les parties, que ce soit la partie marocaine ou l’Algérienne la plus proche du Polisario

De plus, l’expansion chinoise sur le continent africain fait de la résolution de la crise une question importante pour apaiser les foyers de tension en Afrique, permettant à l’Europe et à la France de faire face à l’expansion chinoise croissante qui s’infiltre tranquillement sur le continent à travers des projets commerciaux et des infrastructures.

Un autre facteur émerge est l’entrée de la Russie par la porte libyenne sur le continent africain, ce qui rend la partie européenne plus intéressée à gérer le dossier avec le moins de pertes afin de trouver une solution qui préserve pour l’Europe et la France son influence, ses intérêts, ses investissements et ses relations commerciales. L’entrée de la Turquie dans la région n’est pas moins importante que les facteurs précédents par les portes libyenne, tunisienne et somalienne

A travers les portes libyenne, tunisienne et somalienne et les bonnes relations avec le Maroc ainsi que ses ambitions en Méditerranée orientale, où cette influence croissante représente un facteur pressant pour l’achèvement de ce dossier ouvert avec ce conflit croissant sur le continent africain.

L’influence du facteur terroriste n’est pas perdue sur les lieux: la solution de la crise empêche l’émergence d’une nouvelle zone de conflit qui attire des groupes extrémistes africains pour mener leurs opérations contre les intérêts européens et français notamment. À cet égard, le conflit en Libye peut être intimement lié au Sahara en ce qu’il fournit des facteurs de pression et de pouvoir aux parties impliquées dans le dossier libyen pour faire pression sur le Maroc et les forces internationales qui le soutiennent pour mener une guerre sur un autre front qui permet à ces forces d’établir des faits dans d’autres arènes. La déclaration de guerre du Polisario en réponse à l’entrée de l’armée marocaine représente peut-être un prélude au réchauffement de la situation et au lancement d’affrontements sur des zones plus larges qui ne connaissent pas leurs limites ni le moment de leur fin.

Par conséquent, il y a des dangers potentiels qui peuvent surgir du gel de la voie de la paix au Sahara Occidental et de laisser la question sans étapes claires, même pas quelques-unes, à la lumière de la déclaration de guerre entre le Maroc et le Polisario, ce qui peut pousser à réchauffer un foyer de tension qu’on essaie de refroidir depuis des années, d’autant plus que les États-Unis ne sont pas pressés de trouver une issue à la crise et L’ONU n’est plus en mesure d’imposer sa volonté aux parties au conflit à moins que les parties concernées parviennent elles-mêmes à une solution.

La situation reste ambiguë au Sahara Occidental compte tenu du conflit non résolu entre le Maroc et le Front Polisario, notamment avec le Polisario qui a publié plusieurs déclarations évoquant des “attaques intenses” sur divers sites des forces marocaines contre le “mur défensif” et le recrutement de milliers de volontaires. Le mur, qui s’étend sur environ 2 700 kilomètres depuis la fin des années 80, sépare les forces marocaines des combattants du Polisario et est entouré d’une zone tampon de cinq kilomètres de large de part et d’autre. Selon le dernier rapport du Secrétaire général des Nations Unies en octobre, les risques “d’attentats terroristes demeurent, ainsi que la présence croissante de trafiquants de drogue et d’autres activités criminelles dans la région”.

 

Share This