La Réinitialisation des relations transatlantiques entre les États-Unis et l’Union européenne

Juin 22, 2021 | Les rapports

Mardi, Joe Biden a rencontré de hauts responsables politiques de l’Union européenne pour cimenter les relations transatlantiques. Le nouveau président américain tient à ouvrir  une nouvelle page, mais ses exigences sont similaires à celles de son prédécesseur, Donald Trump. La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et le président du Conseil européen Charles Michel étaient à Bruxelles pour rencontrer le président américain Joe Biden, et l’objectif de la réunion est de rétablir les relations transatlantiques après des années tendues sous l’administration de l’ancien président Donald Trump.

Un changement de  politique et du  discours américain

L’ancien président américain Donald Trump a adopté la politique “America First”, ce qui a affecté l’alliance au point de la décrire comme cliniquement morte, et a menacé la survie du partenaire américain au sein de l’alliance, mais avec l’arrivée de Biden à la Maison Blanche, ce dernier a adopté une politique différente axée sur la réinitialisation de la relation transatlantique, car l’alliance est la locomotive de la mise en œuvre des politiques américaines envers la Russie et la Chine. Dès lors, son administration est revenue à la mise en pratique du slogan « L’Amérique est de retour », à la lumière d’un tout autre discours de son prédécesseur, qui ne cachait pas son mépris pour le projet européen. “Je pense que l’Union européenne est une entité d’une force et d’une vitalité extraordinaires”, a déclaré le nouveau président américain lors du sommet du G7 à Cornwall ce week-end. C’est un discours qui n’a jamais été prononcé pendant les années du président républicain.

La nouvelle rhétorique envers l’Europe a été très appréciée au sein du vieux continent, car elle représente un changement fondamental dans la politique étrangère des États-Unis” en “remplaçant la théorie de “l’Amérique d’abord” par des partenariats multilatéraux”, y compris le retour des États-Unis à l’Organisation mondiale de la santé et ses efforts pour redonner vie au Groupe des Sept, le président Biden soutient également l’Alliance des démocraties mondiales pour qu’elle travaille en étroite collaboration où L’Europe y sera profondément impliquée.

Résultat de la rencontre :

Le président Biden a réaffirmé le soutien traditionnel des États-Unis à l’Union européenne en tant que partenaire important dans les affaires mondiales. Le communiqué du sommet UE-États-Unis a annoncé mardi une série d’actions conjointes, allant de la réponse à la pandémie de COVID-19 et de la lutte contre le changement climatique au renforcement de la coopération en matière de commerce, d’investissement et de technologie. Il existe également un engagement fort à défendre la démocratie et les droits de l’homme, un accord décisif sur une action commune et une coopération renforcées dans le domaine de la sécurité et de la défense, qui était auparavant un sujet interdit  .

Technologie et cybersécurité

Sur les questions technologiques et la cybersécurité,sont  une priorité absolue pour Biden, il a également accepté de créer le Conseil du commerce et de la technologie UE-États-Unis tout en demandant à l’OTAN d’intensifier sa politique d’innovation technologique et de résilience face aux cyberattaques.

Résoudre le différend sur Boeing et Airbus

La résolution du différend semblait être un différend de longue date entre Airbus et Boeing, les États-Unis et l’Union européenne ayant convenu d’une trêve dans un différend commercial de 17 ans concernant les subventions à Boeing et Airbus. En vertu de l’accord, les parties annuleront les taxes sur 11,5 milliards de dollars de marchandises pour une période de cinq ans.

Engagement renouvelé pour la sécurité européenne

  1. Biden a clairement indiqué que les États-Unis souhaitent se réengager dans le partenariat transatlantique, par le biais de l’OTAN et de l’Union européenne, et qu’il s’attendait à ce que ces deux organisations relèvent les défis de sécurité mondiale auxquels sont confrontés les partenaires transatlantiques. L’attachement des États-Unis à l’article 5 de la Charte de l’Atlantique qui engage les membres à se défendre les uns les autres contre les attaques est un signe très bienvenu de l’engagement des États-Unis envers la sécurité de l’Europe.

Les priorités de la Chine et la Russie sont différentes

Les déclarations de la partie américaine suggèrent que Biden a l’intention de “régler les différends commerciaux pour se concentrer sur sa priorité, qui est la Chine. Biden montre une grande importance lors de sa visite à Bruxelles pour établir l’image que les États-Unis et l’Europe, qui sont basés sur ” Les valeurs démocratiques » sont « unies ». C’est un message qui s’adresse clairement à la Chine, mais il s’adresse aussi au président Vladimir Poutine en amont de sa rencontre avec lui mercredi.

Il existe une différence de vision vis-à-vis de la Chine entre les États-Unis et l’Union européenne, tandis que les États-Unis se concentrent sur la Chine en tant que concurrent et souhaiteraient former un front uni dans les domaines de la technologie et du commerce, et faire face à sa menace pour La suprématie américaine dans le domaine de l’économie numérique et dans des questions telles que la surveillance et la confidentialité des données, et d’autres, les pays européens voient Le danger pour la sécurité européenne vient de la Russie, Dès lors, ils voient que l’unité transatlantique est indispensable pour exercer la pression la plus forte possible sur Moscou, au vu de l’évolution de la situation en Ukraine et en Géorgie, les deux pays frontaliers qui tendent à se rapprocher des Européens. Biden a accepté la proposition de l’UE d’un dialogue UE-États-Unis de haut niveau sur la Russie, ce qui est une étape très constructive d’un point de vue européen.

Les Européens chercheront à déterminer leurs intérêts disponibles au sein de cette alliance contre Pékin, et il y a accord entre eux pour ne pas s’aligner complètement pour des raisons politiques et économiques. Bruxelles n’a pas renoncé à l’accord controversé conclu en décembre avec Pékin visant à permettre aux investisseurs européens d’entrer dans des secteurs fermés ou dans lesquels leur activité était restreinte. L’accord est actuellement gelé après que l’Union européenne a imposé des sanctions à la Chine pour violations des droits des Ouïghours, la minorité musulmane en Chine, auxquelles Pékin a répondu par des sanctions en retour.

Renoncement au brevet de vaccin Covid-19

Depuis un certain temps, Washington fait pression pour renoncer aux brevets pour les nouveaux vaccins contre les coronavirus. Mais cette demande a été rejetée par la chancelière allemande Angela Merkel soutenue par la Commission européenne en cela, alors que le Parlement européen avait une position différente, exigeant au moins le gel du brevet, pour permettre aux pays pauvres d’obtenir des vaccins. Les deux parties conviennent de soutenir l’enquête menée par l’OMS sur les origines du coronavirus, y compris une enquête sur la théorie selon laquelle le virus aurait fui du laboratoire chinois de Wuhan.

budget de la défense

Le vieux différend n’est pas encore terminé. En 2014, les pays de l’OTAN ont convenu d’augmenter leurs budgets de défense à 2 % de la production économique d’ici 2024. Un engagement auquel seulement dix pays de l’OTAN ont adhéré : Estonie, Lettonie, Lituanie, Slovaquie, Grèce, la Grande-Bretagne, Roumanie, Pologne, France et Norvège.

Alors que l’Allemagne  la plus grande puissance économique de l’Union européenne,  est à la traîne dans sa mise en œuvre. A l’issue du sommet des dirigeants de l’OTAN à Bruxelles lundi, la chancelière Merkel a promis que son pays serait en mesure d’atteindre cet objectif « vers 2030 », notant un engagement partiel pris par son pays d’augmenter sa participation ces dernières années, jusqu’à ce que sa part atteigne 1,56 % l’année dernière.

Conclusion

Il y a une nouvelle confiance européenne dans la politique du président Biden en tant que partenaire fiable et ami des Européens qui comprend l’importance de l’Union européenne, et c’est ce qui le rend différent de son prédécesseur d’un point de vue européen. Sa visite en Europe a démontré son attachement à la relation transatlantique et la valeur qu’il attache aux alliés et aux alliances. Biden a démontré la capacité du leadership américain  malgré les années Trump.

L’Amérique continue d’avoir une force inégalée pour rallier des partenaires autour de problèmes et de réponses communs, en particulier autour du COVID-19, du climat, de la Chine, de la Russie et de la sécurité européenne. Les États-Unis tentent de restaurer la cohésion de l’alliance dans les années à venir et de surmonter la crise des relations, car Biden estime que l’OTAN est une locomotive pour stabiliser ses politiques vis-à-vis de la Chine et de la Russie.

Cependant, il existe une différence entre les États-Unis d’Amérique et les pays de l’Union européenne quant à la source de la menace réelle pour la sécurité occidentale. Alors que les États-Unis considèrent la Chine comme une  menace en tant que concurrent, l’Union européenne considère La Russie comme une  menace pour la sécurité occidentale.

L’Union européenne voit comme priorité de contenir la Russie et de faire pression sur elle pour qu’elle abandonne sa politique dans les points de tension, notamment l’Ukraine. Alors que les États-Unis veulent convaincre les Européens que la Chine menace les démocraties et le système occidental et ne se soucie pas des droits de l’homme. Mais la Chine représente davantage un défi contre les États-Unis, et l’Union européenne voit que la Chine essaie de s’imposer comme une superpuissance, et ne la voit pas comme un ennemi, mais comme un partenaire sur la question du climat et du désarmement, et un concurrent sur de nombreux marchés

Les Etats Unis préparent le terrain de leur relation avec l’Union Européenne pour faire face à la chine et veulent que tous ses alliés prennent la même position, Cependant, Washington se dit toujours d’accord pour faire face à la Russie.

 

 

Share This