La montée de l’extrême droite en Allemagne

Oct 24, 2019 | Études, Les rapports

La récurrence d’incidents terroristes contre des minorités représente un changement de paradigme dans l’escalade hostile d’extrême droite en Europe en général et en Allemagne en particulier, ce qui a suscité de nombreuses craintes quant aux connotations susceptibles de mettre à l’épreuve l’avenir du système démocratique des pays européens.

Les craintes de la montée du terrorisme de l’extrême droite en Allemagne sont revenues au premier plan, à la suite de l’attaque du 9 octobre contre une synagogue à Yom Kippour, dans la ville de Halle, dans l’est de l’Allemagne. Il a laissé deux morts et quatre blessés. Perpétré par un homme lourdement armé, vêtu de l’uniforme militaire et portant un casque, et a été diffusé sur Internet par le ministre allemand de l’Intérieur, Horst Seehofer, d’une “attaque antisémite” soupçonnée d’être perpétrée par des partisans de “l’extrême droite”.

En juin de cette année, le meurtre de Walter Lübcke le responsable local du parti conservateur dirigé par Merkel, à Kassel, dans l’ouest de l’Allemagne, connu pour sa défense des réfugiés, tué par un membre d’extrême droite d’un groupe néo-nazi, cela suscitait une grande inquiétude.

La montée de l’extrême droite en Allemagne

Au cours des dernières années, les partis d’extrême droite en Allemagne ont mis l’accent sur la tendance à promouvoir le populisme, le nationalisme et l’anti-réfugiés. Il se peut que Les progrès réalisés par le parti de droite ‘’l’Alternative pour l’Allemagne’’ lors des élections législatives de 2017, qui a utilisé des slogans contre les sémites, les immigrés et les musulmans, constituent peut-être la plus grande manifestation du succès de cette tendance.

Les déclarations des chefs de partis allemands ont largement contribué à l’augmentation de la violence et du taux de criminalité à l’encontre des réfugiés et des minorités musulmanes et juives, le président allemand Frank-Walter Steinmeier a averti en disant : “Lorsque le discours devient violent, le crime devient proche”.

Selon les estimations du gouvernement, le nombre de néo-nazis et d’extrémistes de droite en Allemagne a récemment augmenté et ont révélé des milliers d’extrémistes de droite dans le pays prêts à commettre des actes de violence, ce qui a coïncidé avec les progrès remarquables de cette tendance dans plusieurs pays européens. Où La Neue Osnabrücker Zeitung, citée par le ministère de l’Intérieur, aurait déclaré qu’il y avait 24 000 extrémistes de droite, dont 12 700 étaient prêts pour la violence. Cela a été confirmé par le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, dans un article publié en juin 2018 dans le journal allemand « Bild », selon lequel 450 extrémistes de droite ont réussi à disparaître malgré les instructions pour les arrêter.

Les néo-nazis ne reconnaissent que l’empire allemand fondé par Adolf Hitler en 1933, qui fut vaincu lors de la Seconde Guerre mondiale en 1945.

Les organisations d’extrême droite allemande incluent les néo-nazis, le mouvement des citoyens du Reich et le mouvement anti-islamique PEGIDA.

Politiques strictes et escalade de la violence

L’expérience de l’Allemagne dans la lutte contre l’extrémisme de droite et le terrorisme peut être plus stricte et plus sensible que celle d’autres pays occidentaux. L’Allemagne possède certaines des lois sur les armes les plus restrictives au monde. Il s’ensuit que le nombre de meurtres commis à Berlin représente environ 1 à 19 de ceux commis aux États-Unis. Mais l’Allemagne dispose des garanties contre le retour à son passé nazi. L’une d’entre elles est une loi stricte contre le discours de haine, qui punit d’un maximum de cinq ans d’emprisonnement le discours raciste, y compris la justification spécifique de crimes nazis, tels que la négation de l’Holocauste. Cette loi existe non seulement sur le papier, mais elle est largement appliquée, y compris contre les publications racistes sur les médias sociaux. En 2018, la police allemande a pris des mesures dans 1 472 affaires de publications haineuses, dont 1 130 étaient dirigées contre des personnes exprimant les vues de l’extrême droite.

La deuxième garantie en Allemagne est l’Office fédéral de la protection de la Constitution, créé après la Seconde Guerre mondiale dans le but clair d’empêcher l’apparition de forces antidémocratiques pour fonctionner en tant que parti nazi. Il surveille de près la population d’extrémistes de droite, Pour qui les rapports annuels du Bureau contiennent des chiffres précis d’eux, car ils sont membres d’organisations surveillées en permanence par les services de renseignement allemands.

Ce type de violence reste inconfortablement fréquent. Certains analystes attribuent cela à la focalisation des efforts sur les menaces d’extrémisme islamique avec l’arrivée de plus d’un million d’immigrants depuis 2015, dont la majorité sont originaires de pays musulmans.

Dans ce contexte, une enquête menée par Zeit Online et Tagesspiegel l’année dernière a révélé que plus de 1 000 crimes violents étaient commis chaque année par l’extrême droite allemande, tandis que 169 meurtres par des extrémistes de droite avaient été commis entre 1990 et 2017.

Les statistiques du ministère allemand de l’Intérieur révèlent une augmentation de la violence des groupes d’extrême droite et des néo-nazis en 2018, atteignant 1 799 agressions, soit une augmentation de près de 20% par rapport à 2017.

Les dangers de l’extrême droite en Allemagne sont aussi importants que la terreur des groupes islamistes radicaux. Cela va au-delà du fait que l’extrême droite a réussi à obtenir la « légitimité » par l’action politique, parallèlement à l’action secrète organisée.

On s’attend à ce que l’extrême droite soit plus présente en Allemagne, ce qui signifie que l’Allemagne peut assister aux assassinats organisés perpétrés par des éléments d’extrême droite. Cela menace d’affronter une “nouvelle organisation” comme l’Armée rouge d’extrême gauche, qui a perpétré de nombreux attentats terroristes dans les années 1980 et 1970.

Au contraire des assassinats, la coalition au pouvoir en Allemagne a tendance à se tourner davantage vers la droite que vers le centre conservateur, en particulier après que l’extrême droite représentée par le parti “alternative à l’Allemagne” ait poursuivi ses succès lors de l’élection des gouvernements des États le 1er septembre, alors que dans le Brandebourg, à l’est, il était de 23%. Dans la Saxe de l’est, 27,5% des citoyens votent. Comme dans d’autres États de l’Est, ils disposent maintenant du deuxième pouvoir politique.

Du défi à la confrontation

Il est difficile de négliger la conclusion selon laquelle l’État allemand a longtemps eu du mal à dissuader la violence de droite et à arrêter ses auteurs, en raison de la sympathie fondamentale pour les nouveaux problèmes fascistes au sein du gouvernement allemand. Mais la situation est plus compliquée car la multiplication des structures de droite en Allemagne rend la distinction difficile entre les terroristes qui commettent des actes individuels et ceux qui sont organisés en complots criminels. Bien que certains militants réclament une suppression généralisée de toutes les formes d’activités de droite, mais d’autres craignent que cela peut entrainer à augmenter l’extrémisme de droite extrême.

Le gouvernement allemand n’a d’autre choix que de contrôler étroitement les courants populistes par l’Agence de protection de la Constitution, l’agence de renseignement nationale. Malgré que cette proposition ait été rejetée par la Cour fédérale, mais la persistance de l’extrême droite dans le discours de haine pourrait amener la Cour constitutionnelle à soumettre les courants populistes à un contrôle constitutionnel. Ceux-ci incluent les partis d’extrême droite, notamment « l’Alternative pour l’Allemagne » au Bundestag, le parlement allemand.

Il est également nécessaire de collaborer avec les moteurs Internet en éliminant le discours extrémiste, mais le plus important est de documenter les crimes d’extrême droite et le discours de haine dans un centre d’information, afin de développer les politiques et les lois nécessaires au discours extrémiste et à l’industrie de la haine.

Share This