La deuxième conférence de Berlin et le dossier  Libyen

Juil 9, 2021 | Études

Un an et demi après la première réunion de ce genre, organisée sous la supervision des Nations unies, la capitale allemande a de nouveau accueilli mercredi 23 juin 2021  une conférence internationale à Berlin pour instaurer la stabilité en Libye, qui comprenait la plupart des parties éminentes du conflit libyen, y compris pour la première fois le gouvernement de transition.

A l’issue de la conférence, les participants ont salué la nette amélioration de la situation en Libye depuis 2020. Selon le communiqué final, ils ont souligné que les hostilités avaient cessé, que le cessez-le-feu était toujours en vigueur et que la fermeture des installations pétrolières avait été levée. La conférence aborde deux questions principales : le retrait de toutes les forces étrangères de Libye, la sortie sans délai de toutes les forces mercenaires et la tenue d’élections libres et équitables à leur date prédéterminée à la fin de cette année. Cependant, de nombreux obstacles empêchent la réalisation de ces deux objectifs principaux ; Notamment, la persistance de divergences internes entre les parties en conflit, et l’absence de volonté politique de la part de certains acteurs régionaux et internationaux sur la scène libyenne.

Retrait des forces étrangères et des mercenaires de la  Libye :

L’accord d’expulsion des forces étrangères et des mercenaires représente toujours un obstacle face à une réconciliation nationale globale et à la libération des décisions politiques de toute coercition interne ou externe.

Alors que les États-Unis ont appelé au retrait immédiat des forces étrangères et des mercenaires de Libye, y compris les forces turques, le vice-ministre russe des Affaires étrangères a déclaré que le retrait des forces étrangères de Libye devrait se faire systématiquement afin que l’équilibre des pouvoirs n’y soit pas affecté.

Il semble que la question des mercenaires et des forces étrangères ne soit toujours pas résolue, malgré les déclarations optimistes de la ministre libyenne des Affaires étrangères Najla Mangoush quant à la possibilité de leur retrait dans les prochains jours. Il n’y a toujours pas de calendrier d’avancement sur la question des mercenaires. Pour sa part, le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas s’est déclaré, à l’issue d’une rencontre avec des représentants de 16 pays et de quatre organisations internationales, optimiste quant à la possibilité d’un retrait réussi de tous les combattants étrangers de Libye. « Nous ne nous seront tranquille que lorsque nous saurons que toutes les puissances étrangères ont quitté le pays », a déclaré Maas, mais a reconnu que cette étape ne peut se faire que progressivement.

L’objectif principal de la conférence était de mettre fin à l’ingérence extérieure dans le conflit libyen, qui était la fourniture d’armes et de mercenaires à la Libye, mais cet objectif n’a pas été atteint jusqu’à présent. Maas avait déclaré avant le début de la conférence que « les parties qui se sont engagées lors de la dernière réunion de Berlin à retirer leurs forces n’ont pas tenu leur promesse », dans une référence implicite à la Russie représentée à Berlin par le vice-ministre des Affaires étrangères Sergueï Vershinine, à la Turquie et aux Emirats Arabes Unis.

Le communiqué final a souligné que « toutes les forces étrangères et les mercenaires doivent se retirer de Libye sans délai ». Mais la déclaration finale a clairement indiqué que la Turquie, l’un des pays militairement présents en Libye, a exprimé une « réserve » sur cette question, mais sans plus de précisions. La réserve russe et la réserve turque sont deux facteurs principaux concernant l’expulsion des forces étrangères de Libye, car la Russie ne reconnaît pas sa relation avec les mercenaires de Wagner. On pense que s’il y a une décision des cinq grandes puissances d’expulser les mercenaires, ce sera fait, mais les progrès sont encore lents.

En décembre, les Nations unies estimaient à environ 20 000 le nombre de mercenaires et de combattants étrangers en Libye, des Russes du Groupe spécial Wagner, des Tchadiens, des Soudanais, des Syriens et autres. Des centaines de militaires turcs sont déployés dans le cadre d’un accord bilatéral avec l’ancien gouvernement de Tripoli. Une source diplomatique a confirmé que « le nombre de combattants n’a pas diminué de manière significative, mais nous avons un cessez-le-feu qui est généralement accepté et respecté dans tout le pays ».

Cependant, des diplomates des Nations Unies ont exprimé leur crainte de la menace que ces hommes lourdement armés font peser sur la région lorsqu’ils se retireront. Le président tchadien Idriss Deby Itno a été tué en avril lors d’une attaque des rebelles tchadiens venus de Libye. A cet égard, les participants à la conférence se sont également engagés mercredi à assurer la sécurité des frontières libyennes et à surveiller les mouvements des groupes armés à travers les frontières. Ils ont également réitéré leur volonté de respecter l’embargo sur les armes à destination de la Libye.

Les prochaines élections présidentielles et législatives en Libye :

Un autre défi de la réunion de Berlin a été les élections présidentielles et législatives du 24 décembre. Le Premier ministre du gouvernement d’union nationale libyen, Abdel Hamid Dbeibah, a affirmé lors de cette conférence son « engagement » à organiser ces élections, selon le communiqué final. Cependant, des doutes régnaient avant la conférence sur la volonté réelle de l’autorité actuelle d’organiser ce vote. « Il est nécessaire que la mission des Nations unies prenne toutes les mesures à cet égard et assume ses responsabilités pour que les élections se déroulent dans les délais », a déclaré Ahmed Al-Mismari, porte-parole des forces du commandant militaire, Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est du pays.

Il ne reste que six mois pour les élections, qui visent à renouveler la légitimité. Les défis auxquels sont confrontées les élections sont l’absence d’une règle constitutionnelle qui détermine la forme de l’État dans la période à venir, en plus du défi sécuritaire parce que le gouvernement d’union nationale n’a pas étendu son contrôle sur toute la Libye à cause des forces étrangères et des mercenaires, et la difficulté de se présenter aux élections et de tenir des élections dans toutes les régions de la Libye. Et la présence de 500 000 personnes déplacées en Libye, et le gouvernement libyen souffre d’un manque de liquidités et est incapable de faire passer le budget de l’État et n’a pas pu ces derniers mois résoudre certains des problèmes dont souffrent les Libyens, comme les coupures d’électricité et les tensions sécuritaires, qui sont des dossiers susceptibles d’entraver la tenue des prochaines élections. Parmi les obstacles auxquels le gouvernement libyen est confronté figure également la situation des minorités telles que les Berbères, qui, par l’intermédiaire de leur Conseil suprême, ont refusé de ratifier tout budget ou projet de développement qui ne garantit pas leurs droits et ne garantit pas leur statut social et économique, Ainsi que l’échec de la réconciliation nationale, qui est au cœur des pouvoirs du Conseil présidentiel.

La question de l’immigration :

L’Union européenne compte sur la nouvelle autorité libyenne pour résoudre le problème des migrants qui partent des côtes libyennes dans des bateaux dangereux transportant souvent plus que leur capacité, pour tenter de rejoindre l’Europe. Mais des divisions ont refait surface ces dernières semaines entre l’autorité de Tripoli et le maréchal Khalifa Haftar dans l’est du pays. La sous-secrétaire générale de l’ONU, Rosemary Di Carlo, a déclaré que le processus de paix « prendra un certain temps ».

 Conclusion

L’insistance de la communauté internationale à organiser des élections en Libye le 24 décembre et la sortie des mercenaires et combattants étrangers de ce pays pourraient conduire à une solution à la crise politique et sécuritaire que la Libye connaît depuis plus de dix ans. Ces élections sont nécessaires pour mettre le pays sous la tutelle d’institutions légitimes, et elles peuvent permettre à de nombreux Libyens de tourner la page de la guerre civile qui a détruit les infrastructures et les institutions gouvernementales.

Cependant, cette volonté qui se propage entre les Libyens et la communauté internationale peut échouer si les politiciens libyens renoncent à leurs promesses et à leur volonté de tenir ces élections, et il est nécessaire que la communauté internationale fasse preuve de sérieux en soutenant la stabilité et le processus politique, et en aidant pour les mettre en œuvre sur le terrain. Comme il y a toujours des forces étrangères et des mercenaires en Libye, cela perturbe les efforts d’unification de l’armée libyenne et empêche le gouvernement d’étendre son contrôle sur la Libye et de permettre à la population de se présenter aux élections et de voter.

Il semble que la stabilité de la Libye restera reportée selon l’initiative présentée par le Premier ministre libyen à la conférence, qui comprend l’extension de la souveraineté nationale sur toutes les terres libyennes, fixant un calendrier pour le retrait de toutes les forces et mercenaires étrangers, unifiant l’armée libyenne sous un commandement unique, activant le cessez-le-feu et mettant en œuvre ses conditions, et établissant un groupe d’action international dirigé par la Libye pour promouvoir la vision libyenne afin de résoudre la crise dans le pays.

L’initiative a été ignorée dans la déclaration de clôture en raison de l’absence de stratégies de mise en œuvre claires. Cependant, de nombreuses différences internes empêchent leur réalisation, dont les plus importantes sont peut-être les problèmes de sécurité qui se reflètent dans le processus politique, la recherche d’un moyen constitutionnel d’organiser des élections, les plans internationaux qui ne font pas passer l’intérêt libyen en premier et l’incapacité du gouvernement à fournir des services de base.

Ces raisons peuvent maintenir la situation en Libye telle qu’elle est, à moins qu’il n’y ait une volonté libyenne et une détermination internationale pour y parvenir.

 

 

 

 

Share This