La démission du chef du gouvernement de l’union nationale et les perspectives de résolution de la crise libyenne

Oct 8, 2020 | Études

Fayez al-Sarraj, chef du Conseil de la présidence et chef du gouvernement internationalement reconnu en Libye, a annoncé sa volonté de passer le pouvoir fin octobre. L’annonce d’Al-Sarraj est intervenue alors que la Turquie annonçait qu’elle «se rapprochait » de l’accord entre elle et la Russie sur un cessez-le-feu en Libye. “Nous espérons que le comité de dialogue terminera ses travaux et choisira un nouveau conseil présidentiel et un nouveau premier ministre”, a déclaré Al-Sarraj dans un discours diffusé à la télévision publique libyenne. Le nom de Fayez al-Sarraj est apparu dans l’arène politique libyenne après avoir été nommé chef du Conseil de la présidence et chef du gouvernement de l’union nationale reconnu au niveau international en 2015 dans le cadre de ce que l’on appelle l’accord de Skhirat, avant que le pays plonge dans un conflit entre le Parlement libyen en soutien à Haftar et le gouvernement de l’union nationale.

Al-Sarraj a échoué pendant les 5 années au cours desquelles il a assumé la présidence du gouvernement de l’union pour reconstruire la Libye et la sortir du chaos, et sa performance a été soumise à de vives critiques en raison de son affinité avec la Turquie et de son alliance avec les Frères musulmans, et il a également fait face à une forte pression interne des milices armées et des mouvements de protestation populaires contre la corruption et les services de base médiocres ; la démission conditionnelle d’Al-Sarraj, bien qu’elle ait répondu à l’une des principales revendications de nombreux Libyens, n’a pas été accompagnée d’un accord final et officiel sur un nouveau gouvernement et une nouvelle autorité, ce qui place le pays dans un état de confrontation avec l’inconnu politique et accroît l’ambiguïté de la scène libyenne. Était-ce à cause de la pression de la rue ou à cause de la pression extérieure, en vue d’un règlement politique ?

Il est clair que la démission est intervenue à un moment où le conflit libyen complexe connaît une percée après que les deux parties sont parvenues à un accord pour un cessez-le-feu général et immédiat, et la réalisation d’un rapprochement dans des dossiers importants lors des pourparlers récemment organisés à la ville marocaine de Bouznika. Malgré l’atmosphère positive qui a régné dans les pourparlers et la percée qui a été réalisée entre la Chambre des représentants et les deux gouvernements pour mettre fin à la division libyenne et sortir de l’impasse politique, ces progrès n’ont pas atténué la colère de la rue dans différentes régions du pays. Les manifestations se sont intensifiées contre la détérioration des conditions de vie et des services, la corruption généralisée et les prix élevés. La décision d’Al-Sarraj est venue à la lumière de l’escalade de ces manifestations dans l’est et l’ouest du pays en raison de la détérioration des conditions de vie, et quelques jours après la démission d’Abdullah al-Thani, Premier ministre du gouvernement libyen intérimaire.

Alors que les observateurs voient que la démission d’Al-Sarraj vient à son tour en réponse aux manifestations de colère à Tripoli, d’autres soutiennent que cette démission peut s’inscrire dans le cadre d’un règlement politique entre les deux parties au conflit, ce qui nécessite le départ de certains visages de l’intérieur des deux camps en conflit, avant de convenir d’une solution à la crise libyenne.

Al-Sarraj a peut-être répondu aux manifestations de colère après s’être retrouvé pris dans les conflits entre les différents groupes politiques qui composent l’ouest de la Libye, qui sont les mêmes conditions et circonstances qui ont conduit le gouvernement d’Al-Thani à démissionner également, car les manifestations alimentent la division continue en Libye, et aucun homme politique ne sait comment y faire face. Cela peut être une réponse à une pression extérieure ou pour éliminer l’obstacle vers un règlement.

Une autre équipe estime que la démission d’Al-Sarraj est venue comme une carte de pression pour accélérer le processus de formation d’une nouvelle autorité, mais elle alimente l’ambiguïté, d’autant plus que les résultats du dialogue politique entre l’Etat et le Parlement sont encore flous, et à la lumière de la multiplicité et de la division des voies de dialogue entre le Maroc et la Suisse, les deux parties concernées par la formation d’une nouvelle autorité exécutive, le Conseil d’Etat et les députés, se consultent au Maroc, en revanche, il existe un autre dialogue parallèle entre les acteurs de terrain tels que les formations armées, les représentants de l’ancien régime et les figures tribales libyennes en Suisse, ce qui peut contribuer à des positions divergentes et à des résultats contradictoires.

D’un autre côté, on parle de désaccords internes  au sein même du gouvernement de l’union nationale, surtout le différend entre Fayez al-Sarraj et le Ministre de l’intérieur du Gouvernement de l’union nationale, Fathi Bashagha, alors qu’Al-Sarraj a mis fin aux fonctions de Bashagha en tant que ministre de l’Intérieur avant de le réintégrer à son poste dans ce qui était considéré comme le résultat de pressions extérieures. Certains attribuent la réintégration de Bashagha à son poste à la pression des Nations Unies, de la Turquie, principal allié du Gouvernement de l’union nationale, et d’autres parties étrangères, en raison de la crainte de la rébellion des milices qui lui sont fidèles à Misurata.

Parmi les raisons de la démission figure le mécontentement de Washington à son égard, et parce qu’il est considéré comme totalement fidèle à la Turquie et qu’il est idéologiquement classé lié aux Frères Musulmans, et ce sont des données qui ne satisferont pas les autres partis, dont la France, et les États-Unis, qui cherchent une solution satisfaisante. Les choses peuvent aller en faveur de Fathi Bashagha, car les mouvements des dignitaires des tribus équilibrées en Occident vont dans le sens de le pousser à devenir le successeur d’Al-Sarraj. Le soutien turc à Bashagha et les programmes de réforme menés par ce dernier dans le domaine de la sécurité et de la lutte contre la corruption ont créé une atmosphère de pression sur Al-Sarraj.

Tout éventuel règlement politique en Libye, en plus de la division interne, est confronté au défi de diverses interventions extérieures dans le pays. Bien que de nombreuses parties internationales se soient félicitées du rapprochement libyen dont les pourparlers marocains de Bouznika qui se trouve près de Skhirat, qui a accueilli les réunions libyennes en 2015 et se sont terminées à l’époque par un accord politique considéré comme un grand progrès, des doutes subsistent quant à la possibilité de mettre en œuvre l’accord actuel non seulement en raison des expériences antérieures, mais parce que la concurrence et la lutte pour l’influence internationale et régionale en Libye ne faisait pas rage comme elle l’est actuellement. Alors que la Turquie, le Qatar et l’Italie soutiennent le gouvernement de l’union nationale, Haftar bénéficie du soutien des Émirats arabes unis, de l’Égypte et de la France. La Russie pourrait saper la voie des négociations à Genève et œuvrer à l’établissement d’un processus diplomatique parallèle et indépendant avec la Turquie qui pourrait l’aider à préserver ses intérêts dans le pays. Mais il est actuellement dans l’intérêt de la Turquie et de l’Égypte d’instaurer la stabilité en Libye, et ils s’efforceront de la préserver tant que leurs intérêts seront protégés, ce qui empêchera le différend entre eux d’aller en une confrontation armée.

Le volet politique des Nations Unies avec les pays européens en cours en Suisse restera le processus principal, notamment avec l’émergence de la présence américaine dans le dossier libyen et son rôle actif dans la préservation du maintien du cessez-le-feu, qui a eu un impact sur la décision de démission d’al-Sarraj en tant que signataire des accords de démarcation des frontières maritimes avec la Libye, qui a provoqué des répercussions européennes négatives.

Les préparatifs d’une nouvelle conférence à Genève devraient réussir à incarner les compréhensions et la vision unifiées qui ont été construites au cours des consultations politiques au Maroc, en Égypte ou à Genève, et ce sera une base sur laquelle s’appuyer sur des accords globaux entre les partis politiques. Par conséquent, l’annonce par Al-Sarraj de la présentation de sa démission conditionnée à l’accord du comité de dialogue entre l’État et le parlement pour former une nouvelle autorité, est une “condition logique et réaliste”, car il n’est pas possible pour le gouvernement de réconciliation de partir et de créer un vide politique sur la scène avant qu’il ne soit remplacé par un autre gouvernement qui est le produit d’un accord politique entre tous les partis politiques dans le pays.

Sur la base de ces consensus, on s’attend à ce que les deux parties conviennent de former un nouveau gouvernement d’union nationale qui pourra mettre fin à l’état de division et au conflit politique dans le pays, à améliorer les conditions humanitaires et de vie, en plus de préserver les institutions souveraines de l’État et de travailler à créer les conditions convenables pour les prochaines élections législatives et présidentielles.

Les postes peuvent être partagées entre les régions, de sorte que la présidence du prochain Conseil présidentiel soit dévolue à l’est, tandis que la présidence du gouvernement soit associée à la région occidentale, et vice versa, à condition que les postes restants, soient répartis entre les trois régions.

Le pays pourrait entrer dans une phase transitoire après avoir conclu un accord de transition fondé sur des consensus internationaux et locaux, et les élections soient reportées, ce qui semble une étape irréaliste à la lumière de la division politique et sociétale actuelle et au vu de la polarisation et de l’enracinement là-bas, et de la conviction de la nécessité d’une courte phase de transition dans laquelle le pays s’unira avec ses institutions militaires et sécuritaires ; c’est une étape dans laquelle la stabilité et le calme prévalent, avec une forme de réconciliation nationale, et la réalisation d’une base constitutionnelle menant à une phase permanente.

Certaines accumulations entre les forces et les personnalités peuvent créer des tensions dans la situation après la conclusion d’un accord. Par exemple, le départ de Sarraj peut conduire à de nouveaux conflits internes entre les hauts responsables d’Al-Wefaq (l’union nationale) et entre les groupes armés de Tripoli et la ville côtière de Misrata à laquelle appartient son rival Bashagha. Et les différends sur le terrain pourraient se renouveler entre les forces soutenant la Turquie et celles soutenant les Emirats, d’autant plus qu’il existe un différend émirati-turc qui pourrait perdurer après l’accord, car cet accord ne va pas retirer la Turquie de la Libye et n’empêchera pas la présence commerciale, politique et militaire turque dans l’ouest de la Libye.

Mots clés :AL Sarraj | libye
Share This