La Chine progresse en Afrique et les puissances traditionnelles déclinent

Mai 10, 2020 | Études

Au cours des cinq dernières années, la Chine a réussi à devenir le plus grand investisseur commercial en Afrique et a également pu investir son poids économique exceptionnel pour se positionner comme un partenaire influent sur le plan politique dans l’Afrique. Aussi son partenariat économique particulier avec les pays africains lui a permis d’asseoir et de développer des relations nouvelles tant sur le plan militaire que diplomatique. Ainsi la Chine, investisseur très important, voire le plus important et principal importateur de pétrole du Soudan du Sud, par exemple, joue également un rôle de médiateur dans le conflit qui s’y déroule.

La Chine pénètre en Afrique selon un paradigme de trois facteurs constituant notamment la réalisation des principaux intérêts économiques qu’offre le continent africain : 1- en tant que source de ressources naturelles diversifiées, 2-un marché en croissance pour l’importation de produits chinois,et les investissements chinois 3- une excellente occasion de créer des emplois. Cela comprend également le renforcement de l’image et de l’influence internationale de la Chine, l’isolement de Taïwan, la résolution du problème des normes internationales qui gênent quelque peu la Chine et le soutien de la stabilité des partenaires économiques de la Chine, puis les intérêts de sécurité chinois en Afrique, qui sont motivés par l’intérêt croissant de la Chine de protéger la croissance économique et accroître l’influence politique.

La Chine est évidemment attentive à une région qui jusqu’à présent a été oubliée ou sous estimée par d’autres puissances économiques sans justification ou par appréciations erronées. Récemment, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a visité de nombreux pays africains dans le but de rapprocher les États-Unis de l’Afrique. Mais sans décisions et accords majeurs, la visite s’est bornée à critiquer le rapprochement entre les pays visités et la Chine, sans introduire de nouveaux projets d’importance qui pourraient susciter plus d’intérêt que ceux soulevés par Pékin et tout au moins ,entraver l’implantation de l’influence de cette dernière.

La Chine continue de renforcer sa présence dans différents pays et dans différentes directions, ce qui crée une gêne aux États-Unis. En outre, le volume des investissements chinois dans certains secteurs est dix fois supérieur au volume des investissements américains. Un autre paramètre est a souligner : la stratégie d’investissement. En effet, les paris occidentaux sur l’Afrique se déroulent généralement dans les secteurs privé et commercial, avec une attention aux intérêts spécifiques et à l’obtention de peu de résultats dans les problèmes sociaux liés à l’Afrique. Mais la Chine investit massivement dans les accords nationaux avec les pays africains, travaillant principalement dans les secteurs des infrastructures et de la production industrielle. Et tandis que les exportations américaines vers l’Afrique sont passées de 22 à 26 milliards de dollars entre 2017 et 2019, le commerce entre la Chine et l’Afrique a atteint 208 milliards de dollars l’année dernière.

La Chine a développé sa stratégie politique en s’engageant dans l’éducation, car elle dirige l’Institut culturel Confucius comme l’un des affluents du «soft power» chinois dans au moins 22 pays africains, selon l’agence de presse chinoise Xinhua, des milliers de bourses sont accordées aux étudiants africains chaque année pour poursuivre leurs études en Chine. Et la Chine a réussi à envahir la zone précédemment dominée par l’Occident, et la preuve en est qu’en 2006 le Tchad s’est trouvé contraint d’exclure Taïwan de ses relations au regard de sa normalisation avec la Chine.

Outre les domaines diplomatique et politique, la Chine investit également dans le secteur militaire du continent, plongé dans les conflits armés, et alimenté par le marché chinois, en référence au Congo et à l’Afrique centrale. Dans une interview au journal français « Le Monde », en juillet 2015, l’ancien ambassadeur américain en Somalie et au Burkina Faso, David Chen, a confirmé l’expansion militaire chinoise en Afrique, notant que 25% des armes classiques présentes sur le continent noir sont de fabrication chinoise, par rapport à 3 à 5% dans les années 60. La Chine est également fortement impliquée dans les opérations de maintien de la paix des Nations Unies, avec 2 664 soldats déployés au Mali et au Soudan du Sud, dans le cadre de 7 opérations de maintien de la paix en Afrique.

La Chine a réussi à imposer des règles de jeu économiques et politiques à l’appui de ses intérêts en Afrique, selon lesquelles elle a obtenu sa part de la richesse minérale et les énormes marchés de travaux d’infrastructure. Selon la Banque mondiale, le volume des échanges commerciaux entre la Chine et l’Afrique en 2014 s’élevait à environ 222 milliards de dollars et devrait atteindre près de 400 milliards de dollars d’ici 2020. Depuis 2012, la Chine a accordé près de 30 milliards de dollars de prêts préférentiels à un certain nombre de pays africains, Pour soutenir la croissance de projets prioritaires dans ce domaine, ces projets couvraient divers domaines, notamment les infrastructures, l’agriculture et d’autres. Il a également créé, entre 2001 et 2009, le Fonds de développement Chine-Afrique, d’une valeur de 605 milliards de dollars, et annulé les dettes de 35 pays africains parmi les plus emprunteurs, dépassant la valeur totale de 3 milliards de dollars. La pénétration de la Chine en Afrique devient une évidence à travers ces différents paramètres et montre son influence grandissante . La Chine compte environ 1043 projets en Afrique, et environ 2500 grandes et moyennes entreprises actives dans plus de 50 pays et régions, en plus de cela, elle a construit 2233 km de voies ferrées et 3530 km de routes, dont une voie ferrée entre Nairobi, Mombasa et Naivasha pour relier les pays d’Afrique de l’Est et renouveler la ligne. Addis-Abeba-Djibouti, la construction de chemins de fer est conforme à la stratégie de fabrication moderne de l’Afrique. Les pays africains saluent ces investissements à grande échelle, dans l’espoir de combler le déficit d’infrastructures et d’accélérer leur développement économique.

La Chine a profité du septième forum sur la coopération sino-africaine que Pékin a organisé le 3 septembre 2018 pour célébrer son projet principal « La nouvelle route de la soie » afin de développer les échanges commerciaux entre la Chine et le reste du monde, une initiative lancée en 2013, et la Chine a investi des milliards de dollars depuis 2015 pour créer des infrastructures Des routes, des chemins de fer et des investissements dans le secteur industriel. L’Afrique espère que ces investissements importants dans la Route de la Soie accéléreront la croissance économique du continent, auquel 53 de ses dirigeants ont assisté au forum, Face aux critiques occidentales, le président chinois Xi Jinping a déclaré que l’aide de la Chine à son premier partenaire commercial, l’Afrique, était sans conditions politiques, et Pékin a promis environ 60 milliards de dollars au continent. À la veille de l’accueil des dirigeants africains, il a mis fin à sa quatrième tournée africaine depuis sa nomination à la présidence de la Chine il y a sept ans.

  • La Chine a l’avantage de ne point imposer de conditions à ces pays pour établir des relations économiques avec eux, contrairement aux pays européens, qui privilégient la mise en œuvre des droits de l’homme lors de la mise en place de projets avec eux. Il y a aussi un facteur secondaire qui aide la Chine à établir de bonnes relations avec les pays africains : l’histoire de la coopération internationale entre pays en développement qui a été établie pendant les années de Mao Zedong, en particulier dans les années 60, où il y avait une répartition massive d’enseignants, de médecins et d’agents culturels comme une sorte de relation de coopération Sud-Sud et donc pas seulement la coopération économique où certains de ses effets subsistent. Cet élément important est un atout non négligeable pour donner la préférence à la Chine par rapport aux pays européens, anciennes puissances coloniales qui exploitent l’Afrique depuis des siècles et aux États-Unis la puissance hégémonique mondiale.

Pour la Chine, outre la recherche de ressources et de bénéfices, les opérations en Afrique et la coopération avec les pays pauvres génèrent une image politique très positive de changement de forme du système international, Après avoir atteint le statut de puissance économique mondiale, la Chine a commencé à réaliser des projets humanitaires et de luxe, ce qui renforce son image internationale. En bref, la Chine investit en Afrique pour réaliser ses propres intérêts, Cependant, elle le fait en cherchant à répondre aux principaux besoins des pays africains, la Chine y accordant plus d’attention que les pays occidentaux envers l’Afrique. Elle est clairement une alternative douce, et personne ne semble être en mesure de freiner ses progrès. Du moins pas pour le moment.

Avec la propagation de l’épidémie de Covid-19, la Chine a fourni une assistance médicale aux pays africains, car l’Union africaine a déjà reçu 2000 kits de test du gouvernement chinois et 10 000 autres sont attendus, ainsi que d’autres fournitures médicales essentielles nécessaires pour lutter contre la propagation de Covid-19 à travers le continent. Le matériel médical donné est distribué de manière centrale par les centres de l’Union africaine pour le contrôle et la prévention des maladies en Éthiopie. Jack Ma, milliardaire chinois fondateur de la plateforme de magasinage en ligne Alibaba, a promis de faire don à travers ses fondations de groupes de masques et combinaisons de protection.

Les équipements de protection médicale chinois, ainsi que les groupes d’examen et l’expertise de leurs médecins dans la lutte contre Covid-19, sont très appréciés par les pays africains confrontés à leurs propres crises médicales, Cette diplomatie d’intérêt public chinoise positive profite à la puissance douce de la Chine et augmente son influence, tandis que d’autres pays sont occupés à faire face à l’épidémie de Covid-19 dans leurs patries, qui affecte son influence sur le continent noir.

 

Mots clés :Afrique | Chine
Share This