Gaza et le terrorisme… ISIS et Hamas dans la confrontation difficile.

Sep 5, 2019 | Groupes extrémistes, Les rapports

L’extrémisme contourne les cas individuels qui peuvent être poursuivis.

Les victoires de l’armée égyptienne et le retour des combattants de ISIS du Sinaï ont bouleversé la situation.

Le blocus israélien de la bande de Gaza a créé un environnement propice à la propagation de groupes terroristes.

Les deux attentats-suicides à la bombe perpétrés sur deux postes de contrôle de la police palestinienne en 28 aout à Gaza ont ravivé les craintes d’une résurgence des courants extrémistes à Gaza, dirigés par le mouvement islamique Hamas depuis 2007.

C’est la première fois que les relations des groupes islamistes armés assistent à cette grande transformation. Malgré les nombreux problèmes et crises, la relation n’a pas atteint le stade du ciblage direct par le biais d’opérations terroristes et suicidaires ! Cela indique que les acteurs ont l’expérience, les moyens et la volonté de faire place à une longue période de confrontation et à des événements graves, impliquant de réels changements. Et une transformation stratégique aura des répercussions sur la scène politique et sécuritaire à Gaza au cours de la période à venir, Cela rendra la situation économique, sociale et sécuritaire difficile, ce qui affectera inévitablement la population de la bande de Gaza et introduira une variable que la région n’a pas comptée, en particulier en Égypte et Israël, autre que l’impact attendu sur le dossier de la réconciliation palestinienne.

Jusqu’à récemment, le discours sur l’État islamique à Gaza était un discours bavard ou des tentatives d’autres parties notamment Israël, d’atteindre des objectifs incendiaires.

Le Hamas affirme que l’État islamique dans la bande de Gaza n’existe pas vraiment, mais il existe des groupes aux idéologies extrémistes qui ont déclaré allégeance à ISIS. Ces groupes sont encore à leurs balbutiements et ne sont pas organisés dans une échelle organisationnelle claire, ni à un niveau hiérarchique et politique dans une structure de médias claire, politique ou militaire. Et que les chiffres, même s’ils existent à Gaza, ne sont que des centaines. Et ce sont des efforts individuels et autofinancés. Mais il existe une forte intersection intellectuelle avec ISIS.

Cependant, la réalité dépasse tout cela et ne s’arrête pas à un certain nombre de personnes qui admirent ISIS, ou appartenant à eux, Ou des capacités limitées d’organisation incomplètes. Les estimations indiquent que la présence d’ISIS va au-delà des cas individuels qui peuvent être poursuivis et éliminés.

La présence réelle du djihadisme salafi à Gaza remonte à 2009, à la mosquée Ibn Taymiyyah de Rafah, lorsqu’un groupe d’anciens combattants des brigades Qassam, la branche militaire du Hamas, s’est déclaré après avoir embrassé la pensée salafiste, dans laquelle Al-Qaïda dirigeait un émirat islamique. Avec l’expiation du Hamas, ce qui constitue une déclaration de guerre. En conséquence, les forces du Hamas ont encerclé la mosquée et en ont pris le contrôle, faisant 28 morts et 100 blessés des deux côtés dans un incident qui n’était pas le premier dans les affrontements palestiniens, mais au contraire en ce qui concerne les groupes islamiques armés.

L’émergence du djihadisme salafiste dans la bande de Gaza est l’une des répercussions les plus importantes du siège imposé par Israël à la bande de Gaza et constitue la principale raison de créer un environnement propice à la propagation d’idées et de groupes extrémistes parmi les jeunes souffrant de conditions financières, économiques et humanitaires difficiles en raison de la domination du Hamas en Gaza. Et la fermeture des points de passage et le siège imposé au secteur, habité par environ 2 millions de personnes sur une superficie de 362 km2, est l’une des zones les plus densément peuplées du monde, la majorité de la population de jeunes chômeurs, où le taux de chômage de 52% constitue un environnement propice à l’adoption d’idées extrémistes.

Le climat islamique qui régnait dans la bande de Gaza, en particulier après la prise de contrôle du Hamas, a permis à un grand nombre d’organisations et de groupes islamistes extrémistes et salafistes, notamment ISIS, dont certains non seulement ont plaidé à leurs idéologie ‘’Al daawa’’, mais se sont rendus sur la place de la résistance, ce qui leur a donné la légitimité de se procurer des armes.

Depuis l’émergence de l’Etat islamique, qui s’est séparé d’Al-Qaïda en 2013 et a pris le contrôle de certaines parties de la Syrie et de l’Irak, la bande de Gaza a vu l’émergence de groupes favorables à l’Etat islamique, Certains ont rejoint l’organisation de ‘’province du Sinaï’’, l’un des groupes armés les plus en vue dans le Sinaï, appelé Ansar Beit al-Maqdis, avant l’annonce du serment d’allégeance à ISIS en novembre 2014 et ont changé son nom.

Le nombre de Palestiniens qui ont rejoint la province du Sinaï en provenance de la bande de Gaza entre 2014 et 2017 est estimé à environ 130. Dans une étude réalisée par le Centre d’études stratégiques Al-Ahram, l’Etat islamique dans le Sinaï est composé principalement d’éléments palestiniens et de très peu d’éléments étrangers et égyptiens. Le pourcentage d’étrangers dans l’ensemble des éléments de combat dans le Sinaï varie de 10 à 20%, dont environ 80% sont des Palestiniens. Les attentes indiquent qu’après que l’armée égyptienne a annoncé ce qui est appelé ‘’ l’opération globale » contre le groupe dans le Sinaï et des frappes successives, la plupart des survivants sont retournés dans leurs villes de la bande de Gaza.

Hamas et ISIS … La confrontation difficile

Les djihadistes salafistes et l’Etat islamique à Gaza accusent le Hamas de les avoir pris pour cibles, en les arrêtant et en les plaçant dans des cellules et des caves à l’intérieur des prisons et des camps des ‘’Brigades Qassam’’, en les torturant pour décourager les critiques et le non-abus du mouvement, et en empêchant la violation de la trêve et le feu en direction de l’occupation.

Le Hamas et ses dirigeants politiques accusent des groupes salafis de violer les accords entre les deux partis, en vertu desquels ils ont libéré certains activistes salafistes en échange de leur engagement en faveur de la trêve conclue avec Israël à la suite de l’agression de l’été 2014.

Le conflit entre le Hamas et l’État islamique (ISIS) a eu un choc direct après que les services de renseignements égyptiens eurent réussi à conclure un accord avec le Hamas au milieu de 2017. En conséquence, le mouvement fournissait le Caire et partageait d’importantes informations sur les groupes armés dans le Sinaï, Ils ont également joué un rôle logistique important dans la détermination de la « profondeur et du statut de ces groupes », ainsi que de la sécurité renforcée de la frontière de 15 kilomètres avec l’Égypte. En retour, l’Égypte ouvrira le passage frontalier de Rafah avec l’Égypte, le seul débouché pour Gaza qui n’est pas sous contrôle israélien. Qu’il eût été presque complètement fermé depuis 2013, sous le régime du président Abdel Fattah al-Sisi, le point passage avait rouvert partiellement en 2017 pour des situations humanitaires et d’urgence et malgré de nombreuses restrictions en matière de transit.

La réponse de l’État islamique à ces arrangements, c’est de décrire le Hamas comme « apostat », ISIS a menacé les deux parties d’attaques majeures, alors que les forces armées ont fermement acceptées et ont éliminé ces éléments par ‘’l’opération globale’’.

D’autre part, le Hamas a fait face à la violence de l’Etat islamique directement en août 2017 lorsqu’un kamikaze s’est fait exploser parmi des éléments de la sécurité qui ont tenté de l’arrêter à Rafah, à la frontière égyptienne. Le 3 janvier 2018, l’Etat islamique a publié une vidéo montrant l’exécution d’un jeune homme accusé d’avoir livré des armes aux brigades Izz al-Din al-Qassam en le tirant d’une balle dans la tête. En février 2018, l’Agence de sécurité intérieure à Gaza a publié une vidéo intitulée « L’Etat islamique assiégeant Gaza du sud et Israël assiégeant le reste des parties », y compris les aveux des extrémistes qui ont rejoint ISIS dans le nord du Sinaï.

Hamas a rapidement lancé sa guerre contre des membres de l’Etat islamique à Gaza à l’époque. Selon des sources fiables, le nombre de personnes arrêtées appartenant aux groupes militants atteignait 300 djihadistes radicaux. Le Hamas a réussi à les contrôler dans une large mesure, Jusqu’en août 2019, deux kamikazes sont arrivés et ont à nouveau mélangé les cartes.

Les attentats à la bombe ont soulevé des questions sur la mesure dans laquelle la sécurité du Hamas peut contrôler Gaza et sur la manière dont les attentats ont eu lieu simultanément au plus fort de l’alerte de sécurité du Hamas, malgré son contrôle strict sur le territoire.

Hamas est peut-être la première partie ciblée derrière ces attentats et les actes ultérieurs qui n’ont rien à voir avec les réactions à des actes particuliers. Ou en représailles pour une quelconque raison, Ou encore des actions contre certains de ces mouvements extrémistes, parce que le problème a des dimensions stratégiques graves et radicales.

Alors que le mouvement Hamas estime que des partis internationaux et régionaux veulent infliger des problèmes de sécurité afin de les réduire militairement, Cela permettrait aux intérêts israéliens d’en distraire le Hamas, avec des atteintes à la sécurité de l’organisation.

Hamas se trompe énormément s’il continue à traiter le phénomène de Daesh comme un phénomène limité, loin d’être une organisation ou un groupe cristallisé capable de saper l’autorité et les capacités de sécurité du Hamas. S’il ne développe pas de stratégies nationales pour lutter contre ce phénomène, il pourrait en fait changer le conseil des acteurs au moins dans la bande de Gaza.

La propagation de l’idéologie extrémiste parmi les partisans du djihadisme salafiste dans la bande de Gaza menace de faire éclater la situation et d’expansion des extrémistes dans les pays environnants, ce qui doit donner une vision claire et précise pour faire face aux idées extrémistes qui se sont propagées chez les jeunes de la bande de Gaza en raison du siège et de la situation économique.

La situation nécessite un plan urgent et réalisable, qui comprendra une stratégie bien définie pour contrer l’expansion du terrorisme et la possibilité de nouvelles confrontations, ainsi qu’un plan économique à court terme pour garantir le blocage de ISIS et empêcher un plus grand nombre de jeunes d’y adhérer. Et devenir des kamikazes.

Le traitement sécuritaire basé sur le fait de frapper avec une main de fer ne suffit pas à donner des résultats décisifs, mais peut compliquer encore les choses. Là où l’espoir reste avec le traitement intellectuel, sécuritaire et politique, Tenant compte les motifs qui ont conduit à cette évolution effrayante, Et la nécessité d’arrêter de toucher au front intérieur palestinien.

Share This