“Frankenstein à Bagdad”, un roman arabe décrit les manifestations de l’extrémisme et du terrorisme.”, un roman arabe décrit les manifestations de l’extrémisme et du terrorisme.

Août 2, 2019 | Forum

Après 2011, la plupart des pays arabes et islamiques ont été témoins de manifestations de violence, d’assassinats, de menaces et de destructions, qui ont eu un impact considérable sur les pays et les sociétés. Cela est dû à la pensée omniprésente des groupes islamistes radicaux, qui se sont remarquablement répandus après de brusques changements politiques dans de nombreux pays arabes (Tunisie, Égypte, Libye et Syrie). Face aux attaques augmentés et barbares de ces groupes, La scène culturelle a été marquée par des poètes, des romanciers, des dramaturges et des artistes, Tous se sont déclarés confrontés à cette marée destructrice ou ce que nous pourrions appeler “trans-sociétaire cancer”. En conséquence, des œuvres créatives ont été publiées, en particulier le romantisme de romanciers anonymes, qui ont pris le “terrorisme” ou “l’extrémisme religieux” comme thèmes clés dans leurs textes, Certains d’entre eux ont choisi de plonger dans la réalité vivante, de se tenir derrière les effets du terrorisme et d’en examiner les causes, puis de les transmettre aux lecteurs arabes qui étaient consumés par la peur et la terreur à cause des scènes de mort brutale qu’ils voient chaque jour. Malgré les nombreux romans qui traitent du thème “de l’extrémisme et du terrorisme”, on peut se référer au roman “Frankenstein à Bagdad” de l’Irakien Ahmad Saadawi, Ce roman a pu attirer très rapidement l’attention des lecteurs grâce à son style amusant et à son langage clair, ses images sémantiques et ses enjeux actuels, Il découle de la réalité de l’Iraq, qui est plongé dans la ruine sociale et le délabrement politique, pour ensuite s’envoler dans le ciel de l’humanité tout entière et contribuer à l’avancement des récits arabes grâce à son Langage significatif et à ses personnalités éminentes. Dar Al-Jamal a publié ce roman en mars 2013 à Beyrouth, traduit en français, américain, persan, espagnol et italien et remporté de nombreux prix, dont le Prix international du roman arabe en 2014 et le Prix français GPI, dans le contexte des romans traduits en français le 24 mai 2017. Les événements de ce roman découlent d’une grande idée du monde de la littérature, Ahmed Saadawi les inspirait par des expériences de grands romanciers, mais reformulés de manière nouvelle, en interaction avec son expérience et son style d’expression et d’écriture romanesque. Alors que le roman résume de nombreux événements différents, et est exprimé de manière spécifique par le sujet et les questions centrales que Saadawi a voulu mettre en évidence pour le lecteur arabe sans parler du fait qu’il décrit les scènes de violence et de terrorisme de manière artistique, qui touche les sentiments de l’homme et l’entraîne dans l’univers du crime organisé sous la bannière de la religion islamique en particulier et des religions divines en général. Le roman de ‘’Frankenstein à Bagdad’’ compte environ 352 pages de taille moyenne. Portant sur sa couverture l’image d’un être humain passant dans une rue étroite bombardée par des avions et des bombes, Des fils électriques pendent de lui sur une scène de guerre et le destin inévitable que vivent les Iraquiens depuis le début de l’invasion américaine de Bagdad en 2003. Ce roman raconte l’histoire d’un homme nommé “Hadi Al-Atak”, surnommé dans le texte “menteur”. Ahmed Saadawi, a montré ‘’le menteur ‘’ comme un vendeur de (ferraille), a continué à se déplacer dans les quartiers de la capitale irakienne, Bagdad, dont les habitants ont été témoins de nombreux attentats à la bombe et actes terroristes après la chute du régime de “Saddam Hussein”. Les chapitres du roman sont répartis sur 19 chapitres, chaque chapitre ayant un titre, chaque chapitre réduisant un récit ou décrivant une certaine scène. Parmi ces chapitres, nous mentionnons : – Chapitre 1 : fou. Chapitre 5 : Le cadavre. – Chapitre 9 : Enregistrements. Chapitre 13 : la ruine juive, chapitre 17 : l’explosion, et puisque les scènes de chaos, de violence, de crime et de terrorisme sont les maîtres mots de l’Irak après l’invasion américaine, donc Ahmad Saadawi a fait en sorte que la plupart des personnages du roman reflètent l’absurdité de la violence et du terrorisme, C’est aussi ce que le titre implique, Le nom “Frankenstein”, inspiré par Ahmed Saadawi de l’histoire du scientifique suisse “Frankenstein”, qui rassemblait des pièces éparses et des corps humains pendant les guerres et en faisait une figure qui sera produite dans les plus terribles, Cependant, ces figures continuent à porter la plupart des traits humains, alors qu’une relation hostile est créée entre le fabricant et les personnes fabriquées jusqu’au point de haine, conduisant le fabricant à la destruction et à la mort, En tout cas, Ahmed Saadawi a pu, grâce à son style narratif, dépeindre une nouvelle réalité irakienne après l’invasion américaine et l’augmentation des opérations terroristes là-bas, et par cela il découle de la réalité irakienne, mais il est lié à ce qui s’est passé dans d’autres pays arabes tels que la Tunisie, l’Égypte et la Syrie, , Ils ont tous résisté au terrorisme et sont toujours en conflit avec lui, En raison de la rupture totale entre les choix de ces peuples et les idées oppressives des groupes extrémistes qui existent dans ces pays. Le roman “Frankenstein à Bagdad” de Ahmed Saadawi est plein de spectacles et d’éléments de suspense, il attire les lecteurs car il combine “une belle fantaisie créative” et “des ‘’scènes de sang effrayantes et douloureuses”. Ses personnages sont Hadi al-Ataq, Mahmoud al-Sahafi, Nahim Abdaki, Daniel, le vieil homme…), et les lieux (Rue Al-Batawin, Bagdad, le tribunal, le bureau, la maison …), dans une atmosphère dominée par le langage du sang et du terrorisme et par les explosions, les larmes et la douleur, parce qu’Ahmed Saadawi voulait transmettre l’image de l’effondrement de toute la civilisation, la civilisation de la Mésopotamie, Et puis la civilisation arabe, qui est obligée de lutter contre le terrorisme et l’extrémisme par divers moyens disponibles et de publier une culture de la tolérance et du dialogue entre les communautés et les religions…

Share This