Erdogan. Sultan du terrorisme

Nov 15, 2019 | Anti terrorisme, Les rapports, Profils des terroristes

La fierté est enracinée en lui, dominée par la vanité et agissant avec l’autorité des dieux grecs, il possède une formidable capacité de jouer le rôle quand il veut connoter qu’il ne croit pas en une idée, Rapide à la colère dans des situations indignes, il a rarement peur.

Erdogan n’accepte pas les critiques, il se vante et appelle depuis longtemps à la démocratie. Et quand’il est devenu président, il a été vêtu par l’esprit du dictateur puis il a réprimé tous ses adversaires, il a trouvé son chemin par la religiosité comme une justification pour faire passer sa volonté et imposer sa domination.

Il a choisi le terrorisme comme allié et en a adopté toutes ses formes. Il a ouvert son pays comme un refuge pour tous ses dirigeants, alors qu’il se présentait comme un messager de la paix et un prêtre de la tolérance, ce qui était faux.

Il prolonge l’écoute, et maîtrise le choix des mots, évasif en négociant, pour vous surprendre par une catastrophe sortie du sans cœur, l’homme ne fait confiance à personne, même s’il a montré le contraire.

Il n’accepte pas les ordres et ne craint pas le retrait sous la pression américaine. Après une représentation théâtrale et un rejet vulgaire qui s’effondre rapidement, toutes ses actions révèlent une personne qui aime la violence sous toutes ses formes.

La religion dans ses concepts est marquée par un extrémisme manifeste, malgré son éducation au sein de l’imam religieux et prédicateur. Cela a permis des relations suspectes avec les symboles du terrorisme et de l’extrémisme à l’intérieur et à l’extérieur des Frères musulmans et est devenu un sponsor de l’Etat islamique secrètement et ouvertement. L’optimisme et le pessimisme, comme le reste de l’humanité, n’ont pas leur place dans un personnage rempli d’intransigeance comme s’il était le destin de sa main.

Son autorité claire fait de lui une personne impolie. Il marche debout et ne se penche pas pour tenter d’imprimer une sorte de force qui correspond à ses mouvements et à son langage corporel sans aucune émotion et se caractérise par l’extrémité, l’attaque et la sortie de bases diplomatiques.

La pauvreté et l’environnement modeste l’ont tourmenté en tant que nœud qui a essayé de s’en débarrasser en prenant soin de lui et en s’habillant, Mais ils passent tous inaperçus quand il se tourne vers sa colère habituelle.

Les principes n’ont pas leur place dans la manière dont il gère son pays et toutes ses relations. La laïcité est acceptable tant qu’elle atteint le pouvoir. Israël est un ennemi en public et constitue le plus important marché économique de son prétendu Etat. L’Europe est un allié où il aspire à adhérer à son union, mais l’Europe doit oublier le génocide arménien et fermer les yeux sur ses attaques continues contre ses dirigeants. Et l’Europe doit accueillir la Turquie, qui vit un labyrinthe d’identité entre sa religion et son peuple européen.

La personnalité du sultan turc et la tendance coloniale sous laquelle la Turquie a dominé de nombreux pays européens pendant plus de cinq siècles dans certains pays ne laissent pas à l’esprit l’homme, il rêve de restaurer la gloire des sultans malgré l’héritage de sang versé en Arménie et dans les régions kurdes.

Son insatiable incessant pour s’emparer du territoire des pays voisins, qui connaissent des faiblesses sans précédent. Et son argument maintenant est prêt, (les Kurdes). Il ne tient pas compte aux convois déplacés par les campagnes de son armée prétendue « Mohammadi », dont la majorité de ses victimes sont des musulmans, qui prétend être leur successeur et le protecteur de leurs frontières.

Il a perdu tous les principaux pays de son environnement islamique (l’Arabie saoudite et l’Égypte) et a choisi l’alliance avec l’État du Qatar, qui a choisi le rôle de « subordination » au sultan.

Erdogan est devenu le « Sultan du Terrorisme », un symbole de contradiction, un terroriste sous les vêtements d’un président d’Etat, ennemi de nombreux pays voisins sous la forme d’un ami… Ce ne sont que des rôles qu’il assume conformément aux ses intérêts qui ont été envisagé par lui. Ce qui a poussé un segment de ses citoyens à le placer dans le statut de sainteté est le plus dangereux pour l’avenir des Turcs et du monde entier.

Mots clés :Erdogan
Share This