La Baisse de la popularité d’Erdogan et de son parti en Turquie

Juil 27, 2020 | Les rapports

 

Les politiques expansionnistes turques actuelles ne sont apparues dans la région qu’avec l’arrivée au pouvoir du président Recep Tayyip Erdogan et de son parti, alors que ces politiques ont commencé à s’écarter des lignes q’on leur avaient été fixées, de la politique de « zéro problème » à problèmes avec tout le monde. Ces politiques d’Erdogan s’expliquent par sa préférence d’aller vers la région arabe , ce qu’on appelle la renaissance de l’Empire ottoman après l’échec du projet turc d’adhésion à l’Union européenne et son incapacité à faire beaucoup de progrès en Asie centrale face à la Russie. Cette approche coïncide avec la vision de l’administration démocratique américaine de démocratiser la région et de l’annexer à la Turquie en tant que cœur de cette région face à toute tentative russe ou chinoise d’entrer dans la région, l’administration américaine prévoyant de se retourner vers l’est pour faire face à la montée chinoise en puissance .

Cette politique a affecté les conditions internes de la Turquie, portant le nombre de réfugiés syriens à près de 3,8 millions. L’économie a reculé, la valeur de la monnaie a baissé et la Turquie a subi des rebonds internes en raison de son ingérence en Syrie et récemment en Libye. Compte tenu de l’ampleur du consensus en Turquie sur ces politiques, nous constatons que les partis politiques et les cercles populaires ne sont pas d’accord avec ces politiques, car de nombreux sondages d’opinion ont montré une baisse de la popularité d’Erdogan et de son parti, de sorte que les cercles politiques en Turquie ont commencé à parler de l’étude du président Recep Tayyip Erdogan et de son parti sur la tenue d’élections anticipées en quelques mois, en plus de sa crainte de voir l’opposition réussir à exploiter les échecs du gouvernement à faire face au coronavirus dans le pays pour infliger davantage de pertes au parti, outre la popularité croissante des partis «Futur» et «Démocratie et progrès», qui ont été créés par l’ancien Premier ministre Ahmet Davutoglu et l’ancien vice-premier ministre Ali Babacan, après leur séparation du Parti de la justice et du développement.

Selon Selçuk Özdağ, le chef adjoint du parti d’opposition Future, Erdogan et son parti pourraient demander à leurs médias de créer une perception des élections et de faire pression pour la tenue des élections en novembre ou mai 2021, en raison de leur crainte de la poursuite des saignements dans les votes, Et du fait que leurs partisans se tournent vers d’autres partis, et de l’état de ressentiment qui prévaut même au sein des membres du parti lui-même en raison de la performance du gouvernement pendant la crise de Coronavirus, et cela aggrave les problèmes de chômage et d’inflation, augmentant le taux de pauvreté , ainsi que le manque de transparence.

Des sondages confirment le déclin de popularité d’Erdogan et de son parti

La baisse de popularité du Parti de la justice et du développement :Un sondage a révélé une baisse des voix du parti au pouvoir de la justice et développement, dirigé par Erdogan, d’environ 7%, en raison d’échecs et d’erreurs dans les mesures et les mesures de précaution prises par son gouvernement pour contrer la propagation du covid-19. Le sondage, réalisé par le Centre d’études économiques d’Istanbul, intitulé “Et si des élections législatives avaient lieu le dimanche 26 avril?”, Que le Parti de la justice et du développement ne pourra pas obtenir plus de 35,8% des voix et que la popularité d’Erdogan est la plus en baisse parmi les personnalités politiques en Turquie, et que les maires de l’opposition, à Istanbul, Ankara et Izmir, réussissent à contrer le coronavirus, malgré les tentatives d’Erdogan et de son gouvernement d’entraver leur travail.

Une étude récente menée par le Centre de recherche sur l’opinion publique Eurasie, en mai dernier a montré que le Parti de la justice et du développement ne pourrait pas être seul au pouvoir avec seulement 34,49% des voix, tandis que son partenaire, le Parti d’action nationale, ne réussirait pas à franchir le seuil électoral par un vote de 8,15%. En revanche, le parti républicain du peuple a recueilli 30,65% des voix, selon l’enquête, qui a révélé les progrès continus des plus grands partis d’opposition turcs.

Les résultats d’un nouveau sondage mené par MAK pour les sondages sur les élections présidentielles anticipées du 12 au 17 juin, ont montré que les votes de 4 partis ont augmenté de manière significative, tandis que le pourcentage des voix du Parti de la justice et du développement a diminué, car il a baissé à 30,6%, sans avoir ajouté ceux qui hésitent encore, et à défaut d’ajouter leurs voix, la baisse atteindra 35,5%.

Baisse de popularité d’Erdogan : L’Eurasie Center a conclu que le maire de l’opposition d’Istanbul, Ekrem İmamoğlu, battra l’actuel président turc Erdogan avec une marge assez confortable si une rivalité présidentielle se tenait entre eux dans les circonstances actuelles. İmamoğlu, 50 ans, est considéré comme l’étoile montante de la scène politique turque aux yeux des observateurs politiques et des analystes, et il est capable de rivaliser avec Erdogan lors de la prochaine élection présidentielle en 2023, c’est-à-dire même si aucune élection anticipée n’aura ieu. La victoire d’İmamoğlu deux fois aux élections d’Istanbul l’année dernière lui a donné une position ,et il peut menacer la position d’Erdogan à court et à long terme. Bien qu’il fût quasiment inconnu sur la scène politique turque il y a quelques mois, Akram İmamoğlu est devenu aujourd’hui le principal cheval de l’opposition face à Erdogan, qui a mis fin à la légende de l’invincible Parti de la justice et du développement lors des récentes élections. Plus de 39% des répondants ont déclaré dans le dernier sondage qu’ils voteraient pour Erdogan, tandis que 45,5% préféraient İmamoğlu, s’ils se présentaient à la présidence.

Les analystes estiment que “certains membres du Parti de l’action nationale ne voteront pas pour Erdogan lors des prochaines élections, comme s’ils ne l’ont pas fait dans le passé”. Une grande partie de la base électorale du parti de l’action nationale a refusé d’élire Erdogan et a finalement conduit à la fondation du Bon parti (centre droit). Les analystes s’attendent à une alliance de trois blocs pour les prochaines élections présidentielles, avec la formation du Bon Parti, “DEVA”, et du Parti du Futur et de petits partis conservateurs de droite, en plus du Parti démocratique des peuples, contre la coalition des partis Justice et développement et de l’action nationale.

Demande de retour du système parlementaire

La baisse significative de la popularité d’Erdogan est en grande partie liée au mécontentement à l’égard du système présidentiel qui a été imposé par un taux modeste de 51,41% des voix lors du référendum constitutionnel de 2017. L’étude Eurasie Center indique que 66,7% des participants ne sont pas du tout satisfaits du système présidentiel, contre 24,1% ont déclaré qu’ils sont très heureux. 60% des répondants ont déclaré que la situation en Turquie s’est empiré depuis le référendum de 2017. L’étude a également révélé que le candidat conjoint de l’opposition ferait mieux de vaincre Erdogan, puisque 42,3% des répondants ont déclaré qu’ils choisiraient le candidat conjoint.

Un autre sondage, mené par la Cabinet de recherche et de conseil stratégique, a révélé que la majorité du peuple turc avait rejeté le système présidentiel mis en place en 2018 et leur souhait de retour du système parlementaire. Le sondage qui a été fait, au cours de la période du 15 au 20 avril dernier, selon lequel 64,6% des citoyens considèrent le Parlement comme le lieu le plus approprié pour résoudre les problèmes du pays, contre 19,2% qui considèrent la présidence comme le lieu le plus approprié. En février dernier, les résultats des sondages d’opinion menés par différentes institutions ont révélé un soutien de 54%, contre 35% qui soutiennent le système présidentiel. Les voix des partis d’opposition en Turquie se sont récemment élevées pour réclamer le retour du système parlementaire, après son développement, après que le système présidentiel eut prouvé son échec politique et économique.

Les résultats des sondages résultent de la détérioration des conditions économiques, où le taux de croissance a baissé à 2% contre 8 ou 9 les années précédentes, et selon les économistes, la Turquie doit atteindre une croissance d’au moins 4% pour faire face aux pressions démographiques, afin que le niveau de vie des citoyens ne diminue pas.

Aussi pour exprimer le rejet populaire croissant de la politique interne d’Erdogan consistant à réprimer et à poursuivre les intellectuels, les artistes et les écrivains, et sa politique étrangère, qui contribue à aggraver les conditions économiques et utilisée pour influencer la politique intérieure. Cela a engendré le déclin de la popularité du Parti de la justice et du développement et la perte de grandes villes lors des récentes élections locales, notamment Istanbul et Ankara, car il s’est avéré qu’une partie des électeurs de la classe civile qui soutenait Erdogan il y a des années l’a abandonné. Cela explique en grande partie la raison de la perte.

Bien que le parti d’Erdogan ait une base électorale, la naissance de deux nouveaux partis créés par les anciens alliés d’Erdogan, le futur parti dirigé par Ahmed Davutoglu avec sa vaste expérience et le Parti Pour la démocratie et le progrès dirigé par Ali Babacan peuvent représenter une alternative électorale que le parti d’Erdogan, et ils attireront la plupart de leurs voix de la base de l’AKP,

Contrairement au tour précédent des élections. Ils n’avaient pas d’alternative au Parti de la justice et du développement, et ils étaient donc obligés de voter parce que l’alternative était le parti républicain du peuple ou l’action nationale, partis traditionnels que les électeurs avaient connus auparavant.

De nombreux sondages d’opinion récents sur la possibilité d’organiser des élections législatives et présidentielles anticipées ont convenu à l’unanimité que les voix des Parti de la justice et du développement et son allié le parti de l’action nationale vont disparaître au profit des partis d’opposition, y compris les nouveaux partis, en plus d’une certaine défaite du président Erdogan si les élections présidentielles se tenaient à l’heure actuelle.

Share This