Elimination d’Ayman Al-Zawahiri, s’agit-il d’un piège tendu par les talibans ?

Sep 6, 2022 | Les rapports

CFRP – Suite à des pourparlers dans la capitale qatarienne, Doha, les États-Unis et le mouvement afghan taliban sont parvenus à un accord, en février 2020, en vertu duquel les Américains retireraient leurs forces d’Afghanistan dans 14 mois. En retour, les talibans ont accepté d’empêcher al -Qaïda de mener toute attaque ciblant les intérêts américains et occidentaux depuis l’Afghanistan. Cependant, les talibans se sont engagés de rester alliés à al-Qaïda.

Après le retrait dramatique des États-Unis d’Afghanistan en août 2021, la famille du chef d’Al-Qaïda Ayman Al-Zawahiri est arrivée en Afghanistan 3 mois après le retrait américain du pays. La famille d’Al-Zawahiri a résidé dans la maison où résidaient deux conseillers de l’ex-président Ashraf Ghani. Al-Zawahiri a rejoint sa famille plus tard dans la demeure où il été tué. Son arrivée à Kaboul s’est déroulée sous la coordination du ministre afghan de l’Intérieur Sirajuddin Haqqani, l’un des dirigeants éminents du réseau taliban Haqqani, qui maintient ses relations avec Al-Qaïda jusqu’à présent. La question qui se pose est la suivante : S’agit-il d’un piège tendu au chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri en l’invitant à venir à Kaboul? Ou son arrivée rapide avec sa famille dans un pays encore turbulent et qui vit dans un état de confusion sécuritaire, était purement par hasard, ou encore une décision qu’il a prise après 11 ans de clandestinité et de chasse aux sorcières ?

Une activité médiatique intense

Vers la fin 2021, Ayman Al-Zawahiri a commencé ses activités dans la capitale afghane, Kaboul, en publiant une série médiatique intitulée « Accord du siècle ou campagnes des siècles », diffusée par la Fondation Al-Sahab, la branche de propagande d’Al-Qaïda. Cette série a diffusé six épisodes, dont le dernier a eu lieu le 15 juillet 2022, deux semaines avant le meurtre d’Al-Zawahiri. Cette activité de propagande et médiatique d’Ayman al-Zawahiri a tenté les renseignements américains de le suivre, de le surveiller et d’atteindre son emplacement pour le cibler, avec un drone, alors qu’il était assis sur le balcon de la maison où il se cachait à Kaboul.

Les détails de l’opération d’élimination sont encore ambigus et controversés, notamment après que les talibans ont annoncé dans des déclarations contradictoires que le corps sans vie du chef d’al-Qaïda Ayman al-Zawahiri n’a pas été retrouvé, selon le porte-parole du mouvement, Zabihullah Mujahid. Cependant, Amrullah Saleh, l’ancien premier vice-président de l’Afghanistan, Ashraf Ghani, a déclaré dans un post sur son compte officiel sur « Facebook » que : « Les talibans ont secrètement enterré le corps d’al-Zawahiri et de ses compagnons dans le district de Panjwai de la province de Kandahar, dans le sud de l’Afghanistan ».

De son côté, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale des États-Unis, John Kirby, a déclaré dans une interview à Fox Network : « Nous n’avons aucune confirmation par analyse ADN. Nous n’obtiendrons pas cette confirmation. Très franchement, sur la base d’informations provenant de nombreuses sources et moyens, nous n’avons pas besoin de cela (analyse ADN)». Et d’ajouter : « Nous avons la confirmation des observations, et nous avons également la confirmation par d’autres sources ». Kirby a également déclaré qu’al-Qaïda maintient toujours une petite présence en Afghanistan.

Mission facile pour Washington

L’activité médiatique et de propagande d’Al-Zawahiri a facilité la surveillance et le suivi de son mouvement par les services de renseignement américains, qui disposaient de suffisamment d’informations pour comprendre le « mode de vie » d’Al-Zawahiri à la maison, y compris son habitude de sortir sur le balcon. Des agents de renseignement américains ont surveillé la maison depuis des semaines, voire des mois, en plus de l’utilisation de diverses méthodes de renseignement avant la frappe, y compris l’utilisation de drones ou d’avions américains qui surveillaient à tour de rôle le site pendant des semaines ou des mois.
Une heure ou plus après le lever du soleil le 31 juillet 2022, le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri est sorti sur le balcon de sa maison au centre de la capitale afghane, Kaboul. À 06h18 heure locale (0h38 GMT), deux missiles ont ciblé le balcon de la maison, et la frappe a tué Al-Zawahiri, âgé de 71 ans, sans blesser sa femme ou sa fille à l’intérieur. La frappe américaine n’a endommagé que le balcon ce qui laisse croire que la précision dans le choix de la cible était grandement requise dans le contexte de l’équilibre entre la valeur de la cible et le risque de morts civiles ! D’où la question, l’exactitude était-elle exigée par l’exécuteur (américain), ou il craignit les répercussions des pertes civiles sur sa réputation et son unité organisationnelle ? Pour tout cela, une arme de haute précision a dû être utilisée pour tuer le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri, de sorte que les deux missiles tirés pour tuer al-Zawahiri n’ont causé aucun dommage significatif en dehors de la cible prévue.

L’arme de l’élimination

Sur la base de ce qui précède, il semble que les conditions d’exécution de l’opération de liquidation d’Al-Zawahiri imposaient un type d’arme « spécial » pour mener à bien la mission et assurer son succès. Le choix s’est porté sur un missile Hellfire (R9X), qui est armé d’un « long halo à six pales » capable de percer des obstacles tels que des bâtiments ou des toits de voitures avant de déchirer sa cible. Ce missile est également surnommé les missiles Ninja, car Le missile R9X est surnommé « Flying Ginsu », c’est-à-dire couteaux de cuisine. Deux missiles de ce type ont été tirés depuis un drone Predator, alors qu’Ayman al-Zawahiri se tenait sur le balcon de sa maison, écrasant et découpant son corps. Il convient de noter que le R9X a été utilisé par l’armée américaine comme arme d’assassinat ciblée contre des cibles importantes: des commandants et d’autres personnalités de haut niveau, au cours des trois dernières années, et il n’y a eu que 11 cas confirmés impliquant l’utilisation du R9X, dont beaucoup se sont produits en Syrie, en Afghanistan, en Libye, en Somalie et au Yémen. La personne la plus en vue qui a été tuée avec un missile R9X était Abu al-Khair al-Masri, le chef adjoint d’al-Qaïda, en février 2017 dans la province syrienne d’Idlib, et Abu Muhammad al-Masri (2020), ancien adjoint d’al-Zawahiri. Le Hellfire R9X mesure un peu plus de cinq pieds de long, pèse un peu plus de 100 livres et ne laisse aucune trace, avec ses six pales se désintégrant même à l’impact. Le R9X est une version modifiée des missiles Hellfire (code 114) fabriqués par la société américaine Lockheed Martin et dirigés avec des lasers depuis une salle de contrôle à distance. Durant le lancement du missile depuis un drone, les armes lancent des pistes officielles, dans la salle de contrôle. Cela peut être aux États-Unis, une diffusion en direct de la cible, ses images sont prises avec des capteurs de caméra installés sur le drone et transmettent des images via satellites, de sorte que la cible est identifiée par la caméra et qu’un faisceau laser est dirigé vers elle. Une fois le missile lancé, la trajectoire de ce laser se produit jusqu’à ce que le missile atteigne sa cible.

Al-Qaïda et les talibans, une alliance fragile

L’élimination d’Ayman al-Zawahiri, chef d’al-Qaïda, dans le quartier diplomatique de la capitale afghane, Kaboul, début août 2022, a mis à nu l’alliance historique entre le mouvement taliban et al-Qaïda. Il convient de noter que le mouvement taliban n’est pas un courant, mais plutôt plusieurs courants qui incluent des élèves de l’école de la charia et des émirs de la guerre du mouvement taliban.

Pour sa part, l’organisation terroriste Daech a accusé des factions au sein du mouvement taliban de dénoncer le chef d’Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri. Daech est considéré comme le premier et le principal bénéficiaire de l’assassinat d’Al-Zawahiri, car l’assassinat d’Al-Zawahiri aidera Daech à attirer davantage d’éléments d’Al-Qaïda et à essayer de coopter les organisations terroristes restantes affiliées à Al-Qaïda au Moyen-Orient et en Afrique dans les rangs de l’organisation. L’élimination d’Ayman Al-Zawahiri a prouvé l’échec d’Al-Qaïda pendant longtemps, ce qui a confirmé que l’organisation est pénétrée et incapable de protéger ses dirigeants.

Share This