Egypte et France … Une coalition

Mai 28, 2021 | Études

 Le président français Emmanuel Macron a invité le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi à Paris pour participer aux deux conférences (17 et 18 mai) pour soutenir la phase de transition au Soudan, et les travaux du «Sommet sur le financement des économies africaines», où les deux pays ont discuté des efforts consentis concernant la phase de transition au Soudan, ainsi que des différents sujets d’intérêt des pays africains en ce qui concerne l’importance de renforcer les efforts internationaux pour faciliter leur intégration dans l’économie mondiale, d’une manière qui contribue à réaliser la croissance économique face aux répercussions de diverses crises telles que la sécurité, le terrorisme et le coronavirus, ainsi qu’à faciliter le transfert de technologie vers les pays africains et à y pousser les investissements étrangers.

Le programme de la visite et des consultations en France comprenait également les discussions au sommet avec le président français sur les questions de relations bilatérales, ainsi que la poursuite de la coordination mutuelle sur un certain nombre de dossiers régionaux et internationaux qui sont devenus plus conflictuels ces derniers mois.

Cela reflète une augmentation remarquable du niveau des relations et de la coordination entre les deux pays une nette progression sous leur nouvelle forme. Les observateurs s’attendent à ce que Paris soit l’alliée  stratégique le plus important du Caire à l’avenir, sur la base d’un ensemble de données sur lesquelles s’appuyer pour renforcer les relations et les développements sur la scène internationale et régionale, notamment:

La convergence d’intérêts vécue par  les évolutions  du dossier libyen

En marge de la réunion de l’Assemblée générale des Nations Unies (74e session) à New York, les présidents égyptien et français se sont rencontrés et ont débattu des répercussions de la question libyenne, avant que l’incursion turque n’atteigne ce point en Libye, et à ce moment-là, les deux parties se sont rendu compte qu’elles affrontaient un ennemi commun, qui tente d’encercler la région en envoyant des mercenaires en Libye, pour sécuriser le pillage du pétrole libyen, en assiégeant l’Egypte à l’ouest et les pays du Maghreb à l’est, et ses tentatives continues pour exporter le terrorisme à travers les pays du Sahel et du Sahara.

La France estime qu’il est nécessaire d’assiéger le terrorisme sur ses terres avant qu’il se déplace vers d’autres pays, y compris l’Europe , mais cela ne signifie pas renoncer aux mesures politiques visant à entourer ce phénomène de toutes parts, notamment via les pays voisins comme l’Égypte, qui peut intervenir plus rapidement et avoir pleinement conscience du dossier libyen et des relations étendues qu’il entretient avec les tribus libyennes, ainsi qu’avec le commandement militaire conjoint mis en place par le Conseil présidentiel libyen pour affronter «l’EI», ce qui est une étape nécessaire pour assurer qu’une partie contrôle et organise les opérations militaires.

Crise de gaz  de la Méditerranée orientale

L’agression turque sur la souveraineté grecque et chypriote et l’exploration gazière dans les eaux frontalières ont constitué un autre dossier de coopération franco-égyptienne, notamment après le mémorandum d’accord entre la Turquie et le gouvernement libyen de Fayez al-Sarraj, que la France et l’Égypte considéraient comme une violation des résolutions du Conseil de sécurité et du droit international, et que cela compromet les opportunités de la Stabilité régionale.

D’autant qu’elle visait à l’époque à délimiter les frontières maritimes en Méditerranée, en violant les droits souverains des pays voisins, et de ne pas respecter le droit de la mer, alors que l’Égypte et la France ont appelé à plusieurs reprises la Turquie à arrêter ses mesures continues et illégales concernant l’exploration pétrolière.

Afin de contrer ces mesures unilatérales de la Turquie, l’Égypte a annoncé la formation du Forum du gaz de la Méditerranée orientale, auquel la France a adhéré en tant que membre du forum, et les États-Unis en tant qu’observateur. Il comprenait également la Grèce, l’Italie, Chypre, la Jordanie et la Palestine. Les Etats membres ont annoncé par l’intermédiaire de leurs ministres de l’énergie, et conformément à la charte du forum, qu’ils deviendraient une organisation internationale s’occupant des affaires du gaz naturel, à partir du début du mois de mars dernier. Les gouvernements des sept États membres fondateurs ont ratifié la Charte du Forum fin 2020 et début 2021.

Comme il a été stipulé que le forum << contribuera au développement d’un marché régional durable du gaz, permettant l’optimisation des ressources gazières inhérentes à la région de la Méditerranée orientale, grâce au plein respect des droits de ses membres sur leurs ressources naturelles conformément avec le droit international. ” Cela a été considéré comme l’une des plus grandes mesures politiques et pratiques conjointes pour lutter contre les interventions illégales turques dans la région gazière méditerranéenne.

Accords militaires conclus entre les deux parties

En janvier 2019, l’Égypte a reçu une cargaison d’armements, elle est devenue un élément important pour la France dans le domaine des armements, notamment après avoir acheté 24 avions de combat «Rafale», en plus d’une frégate multi-rôle. en 2015. Dans un accord évalué à 5,2 milliards de dollars, il comprenait également des missiles à courte et moyenne portée. L’accord a été conclu à un moment où l’Égypte veut diversifier ses sources d’armes et se libérer de la tutelle américaine sur laquelle elle s’est largement appuyée jusqu’à présent.

Cela reflète le volume de la coopération et le soutien déclaré de la France au régime égyptien dans une région en pleine instabilité, en plus d’un développement plus large des échanges commerciaux, à travers une série de contrats pour le métro du Caire.

Et des mesures égyptiennes qui permettent le développement de cette relation à travers la ratification par l’Égypte de la nouvelle loi sur l’investissement fin mai 2017, lorsqu’un grand nombre d’entreprises françaises se sont implantées en Égypte, caractérisées par une diversité dans divers secteurs, surtout dans le domaine des infrastructures; Transports et industries traditionnelles, technologies de la communication et de l’information et développement des petites et moyennes entreprises.

Le Dr Zein Al-Sadat, chef du Conseil de solidarité égyptien, arabe et africain, s’attend à un grand bond des investissements français en Egypte au cours des deux prochaines années, pour atteindre 10 milliards d’euros.

Cela montre l’ampleur de l’état d’harmonie entre l’Égypte et la France dans les inter-relations et le consensus dans la vision sur toutes les questions au Moyen-Orient, qui est la caractéristique la plus importante de la coopération conjointe.

Le dossier africain et la lutte contre le terrorisme

Les récents pourparlers menés par les EAU avec le Caire et Paris pour former une alliance à travers laquelle ils cherchent à opérer dans la région du Sahel plus largement en termes de lutte contre le terrorisme et de limitation de sa propagation.

Pour toutes les parties, participer et coopérer à ce dossier, les aide à éradiquer le terrorisme de ses racines, et à ne pas attendre que des menaces terroristes apparaissent sur leurs terres, ce qui est une méthode importante pour se diriger vers la source et faire face au danger dans le pays d’origine , ne pas attendre que les menaces augmentent et représentent un danger plus grand.

Surtout pour l’Égypte et la France, qui ont la plus grande part d’incidents terroristes, et une expérience large dans la confrontation des mouvements islamiques partout.

Conclusion

Il ressort clairement des faits de relations et de coopération dans le passé entre les deux pays dans les dossiers précédents que cela peut établir une alliance commune, qui à l’avenir donnera une position importante au niveau international, d’autant plus que le Caire et la France étaient à la recherche des alliés, L’Égypte a trouvé de nombreuses spécifications dans ses relations avec la France, et l’inverse aussi, où la France a trouvé un allié régional qui possède des avantages particuliers qui la compensent pour les échecs auxquels elle est confrontée dans les pays d’Afrique du Nord, Alors que ses relations avec la Tunisie, l’Algérie et le Maroc ne sont pas stables (quelques problèmes) , elle veut combler ce fossé,  en approfondissant les relations avec l’Égypte.

 

Share This