Drogues d’ISIS en Italie ; Une nouvelle opportunité pour regagner la richesse et l’influence

Juil 25, 2020 | Anti terrorisme, Les rapports

 

La police italienne a révélé le 1er juillet qu’elle avait confisqué une quantité record d’amphétamine s’élevant à 14 tonnes sous forme de 84 millions de comprimés et que les pilules étaient tamponnées “Captagon”, qui un médicament classé dans la catégorie des drogues.

Ces drogues étaient passées en contrebande au port de Salerne ; le sud de Naples dans trois conteneurs qui comprenaient des rouleaux de papier à usage industriel et des machines, et ces rouleaux de plusieurs couches, d’environ deux mètres de haut et 1,40 mètre de diamètre (probablement fabriqués en Allemagne), permettaient de cacher environ 350 kg de pilules dans chacun d’eux après avoir été placés dans les couches internes sans être détectés par les appareils.

Ce qui est intéressant à propos de cette déclaration de la police, ce n’est pas seulement le montant des saisies estimé à un milliard d’euros, et il est considéré comme la “plus grande saisie d’amphétamine au monde”. C’est plutôt l’accusation de la police italienne que l’Etat islamique est derrière cette opération. Cela a soulevé des doutes , sur la capacité de l’organisation à fabriquer cette grande quantité de drogue après avoir perdu la plupart des terres sous son contrôle en Syrie.

Premièrement : indications de l’implication d’organisations terroristes armées dans le trafic de drogue

La police italienne a justifié l’implication des organisations terroristes dans cette massive opération par :

Il existe un précédent similaire pour la même compagnie de transport, car la gigantesque cargaison saisie devait être envoyée à une entreprise italienne de Lugano, basée en Suisse; C’est la même entreprise selon “La Repubblica” et c’est l’un des quotidiens italiens les plus connus, qui a saisi la même unité d’enquête italienne spécialisée dans le crime organisé à Naples, dans son envoi précédent, qui était à peine deux semaines avant la dernière saisie, environ 2800 kg de drogues et 190 kg des amphétamines sous la forme de plus d’un million de comprimés cachés dans un conteneur de vêtements non originaux, ont été envoyées par une entreprise syrienne qui a attiré l’attention des douaniers parce qu’elle a été envoyée en Libye , témoin du transfert d’éléments de l’Etat islamique depuis la Syrie après l’intervention turque.

Ancienne implication de groupes djihadistes dans la vente de drogues :

Des rapports antérieurs sur l’implication de l’État islamique (ISIS) et d’autres groupes armés en Irak et en République arabe syrienne ont démontré la production et la consommation de comprimés “Captagon” et le groupe opère dans un centre de fabrication potentiel, selon des données sur les saisies, mais aucune preuve concluante n’est apparue, même compte tenu de la présence d’autres groupes opérant également dans la même zone.

Des rapports indiquent que le groupe terroriste Boko Haram aide également les trafiquants de drogue à faire passer de l’héroïne et de la cocaïne à travers l’Afrique de l’Ouest. Lors du procès des membres du groupe Boko Haram au Tchad, la Cour d’appel a appris que de grandes quantités de substances psychotropes avaient été récupérées et que des membres du groupe étaient régulièrement impliqués dans le commerce et la consommation de ces substances.

Certains signes indiquent également qu’Al-Qaïda au Maghreb est impliqué dans le trafic de cannabis et de cocaïne, ou du moins dans la protection des trafiquants, même si ses revenus totaux provenant du secteur de la drogue semblent relativement modestes.

Les services de sécurité tunisiens ont révélé l’identité du terroriste Abu Abd al-Rahman al-Tunisi (Ghassan bin Ali Abd al-Salam) et il résidait en Italie et soupçonné de trafic de drogue et a été expulsé d’Italie.Il s’est donc rendu en Suède où la famille de sa femme belge est d’origine syrienne et il a été recruté jusqu’à ce qu’il devienne le commandant des croyants (Emir), d’ISIS dans le gouvernorat de Deir EZ-Zor. Le Conseil supérieur de la magistrature irakien avait révélé les aveux d’un dirigeant de l’organisation ISIS, surnommé “Abu Hamza al-Belgiki”, d’origine marocaine. Il était un voleur avant d’entrer dans la prison de la ville belge Liège et a rencontré un vendeur de drogue tunisien qui l’avait recruté pour Daech en 2014.

Une alliance de groupes criminels :

Les enquêteurs estiment qu’une « alliance » de groupes criminels en plus de l’Etat islamique est à l’origine de ces opérations car les 85 millions de pilules sont en mesure de répondre aux besoins d’un marché européen supérieur aux besoins du marché italien. Selon l’hypothèse, il pourrait s’agir d’un “cartel” pour la mafia de Naples.

Il est largement admis que les mesures d’isolement causées par l’émergence du virus Corona ont contribué à entraver la production et la distribution de médicaments fabriqués en Europe, poussant les trafiquants à les faire sortir de la Syrie en proie au conflit.

Europol (l’agence européenne chargée de l’application des lois, dont le travail consiste à maintenir la sécurité en Europe) avait déterminé que près de 5000 groupes criminels internationaux opérant dans les pays de l’Union européenne en 2017, et estimait que plus d’un tiers d’entre eux étaient impliqués dans le trafic de drogue.

De plus, bon nombre de ces réseaux ont une structure hiérarchique et horizontale et ils deviennent plus flexibles et croissants, et ce type de groupe criminel représente 30 à 40% des groupes du crime organisé opérant dans les pays de l’Union européenne.

Deuxièmement : les dangers découlant de l’augmentation du trafic de drogue des organisations terroristes

Renouveler la base opérationnelle et recruter des éléments des groupes criminels :

Les agences de sécurité européennes craignent que la menace des groupes terroristes s’étend à travers le fossé du commerce de la drogue, non seulement à travers de la propagation de la drogue et du crime organisé à grande échelle, mais prend également une autre dimension sécuritaire et il devient une coopération avec des groupes terroristes tels que Daech, qui peut inciter des éléments criminels à se joindre à eux, d’autant que l’argent fait partie des priorités les plus importantes de ces éléments, sans parler des précédents de recrutement d’éléments qui avaient une grande réputation dans le trafic de drogue, qui sont ensuite devenus membres de l’organisation, et ils ont parfois occupé des postes avancés.

Contrebande d’éléments terroristes en coopération avec ces groupes criminels :

il existe une réelle crainte que les groupes terroristes négocient ces groupes criminels en faisant passer leurs éléments en contrebande en Europe, en échange de drogues. D’autant que ces réseaux ont une vaste expérience en matière de trafic de migrants et de traite des êtres humains. La police italienne a confirmé que le Captagon, vendu au Moyen-Orient, est “connu auprès des combattants pour réduire le sentiment de peur et de douleur”. Cette drogue, initialement produite au Liban et distribuée en Arabie saoudite dans les années 1990, a été retrouvée dans les cachettes des terroristes responsables des attentats de Paris en 2015, notamment la salle de concert du Bataclan.

Contourner les méthodes de blocus et de poursuite pour assécher les sources financières des organisations terroristes :

Les organisations terroristes ont subi de graves coups ces dernières années, et leurs sources de financement, en particulier leur commerce de pétrole et la contrebande, ont été affectées. Les drogues sont considérées comme une source de richesse, ce qui les aide à reconstruire leurs rangs dans les zones de conflit où elles ont régressé à nouveau et sont devenues plus dangereuses. D’autant que l’échange de drogue contre de l’argent est devenu plus facile et présente un risque relativement faible au vu du développement de la technologie, qui a ouvert de nouvelles opportunités aux trafiquants.

Ils n’ont plus besoin de contacter personnellement les clients, Alternativement, des agents de niveau inférieur peuvent prendre en charge les espèces, et les distributeurs, à l’aide de messages envoyés sur des réseaux cryptés, peuvent informer les clients où ils peuvent recevoir leurs drogues.

Les consommateurs peuvent acheter des médicaments (drogues) sur le (Darknet), car ce réseau caché autorise une crypto-monnaie, telle que “bitcoin”, où les achats sont effectués de manière cachée.

 

Mots clés :Captagon | Daech | Drogues | terroristes
Share This