Des indicateurs complexes prédisent la récurrence du modèle afghan en Afrique

Sep 21, 2021 | uncategorized

Après la chute rapide de Kaboul aux mains des talibans, de nombreuses analyses ont commencé à évoquer la possibilité que cette scène se reflète de manière similaire sur la région du Sahel africain, d’autant plus que l’échec des Américains en Afghanistan pourrait donner une force morale à tous les groupes djihadistes dans les pays du Sahel, et attisent l’esprit de défi et du combat de l’EI et des groupes qui lui ressemblent, ce qui rend le scénario de similitude hautement possible, d’autant plus qu’il existe de nombreuses indications et preuves d’un scénario similaire :

Indices sur la possibilité de la répétition du modèle :

Les intentions de la France de se retirer du Sahel africain :

Après un déploiement de 8 ans, le président Macron a annoncé en juin dernier que son pays retirerait plus de 2 000 soldats de la force anti-extrémisme dans la région du Sahel africain dans les prochains mois, et d’ici début 2022 fermerait les bases de « Kidal, Tessalit et Tombouctou ».

La France devrait y garder entre 2 500 et 3 000 soldats, contre 5 100 soldats actuellement déployés au Sahel. Cette décision intervient au vu d’une baisse sensible du soutien de l’opinion publique française à l’opération Barkhane : un sondage d’opinion réalisé par l’Institut français d’opinion publique début janvier 2021 montrait que 51 % des Français ne soutiennent pas l’intervention militaire au Sahel.

Cela signifie que le gouvernement français fait face au plus bas niveau de soutien populaire depuis qu’il a commencé sa campagne au Sahel il y a huit ans. Par conséquent, la décision de se retirer est devenue certaine. Malgré les assurances de la France, qu’elle est déterminée avec cette stratégie à transformer sa présence militaire en forces régionales spécialisées qui aideront les forces locales sur place, à travers des équipes, afin de devenir capables d’affronter seules le terrorisme.

Cependant, ces volontés françaises s’accompagnent d’une situation économique, sociale et politique difficile qui ne permettent pas de s’attaquer aux racines de l’extrémisme, et pour y parvenir, les pays du Sahel doivent pouvoir reprendre le contrôle total de leurs territoires et parvenir à la stabilité politique. Il ne fait aucun doute que cet objectif représente le cœur du problème de l’extrémisme et du terrorisme dans la région, car les États du Sahel souffrent de la fragilité et de la faiblesse généralisée.

Dès lors, il est à craindre que la réduction du nombre des forces françaises conduise au transfert de certaines zones sous le contrôle total des terroristes, les autorités de certains États semblant incapables d’étendre à nouveau leur autorité dans ces vastes zones désertiques où l’extrême pauvreté est répandu.

Pourtant, malgré tous ces indicateurs, certains estiment que le scénario afghan est difficile à réaliser en Afrique, mais peut-être que le retrait français créera un nouveau fardeau pour les pays en difficulté et leur coûtera plus cher dans leur guerre avec des organisations qui cherchent à saper les structures des États et d’altérer leur stabilité et leur sécurité.

Indicateurs de l’expansion du terrorisme et de la faiblesse des forces locales africaines :

Le phénomène des groupes extrémistes islamiques ne cesse de se régénérer de temps en temps. Chaque fois qu’un groupe se retire à un certain moment et à un certain endroit, un autre groupe s’intensifie d’une nouvelle manière, après que la génération précédente ait épuisé ses objectifs et ses moyens, ou perdu sa capacité à continuer à affronter ses adversaires. Un autre apparaît après avoir fait des changements de stratégie. Ce phénomène est toujours en cours, et il est difficile d’en prévoir une fin définitive.

D’autant plus que les facteurs de survie de ce phénomène tels que la pauvreté, le manque de développement et les conflits internationaux perdurent encore dans différentes régions ; Surtout la région d’Afrique du Nord, qui est devenue l’un des environnements les plus attractifs.

Selon un rapport du Centre africain d’études stratégiques, il y a eu une augmentation de 43% des opérations des groupes djihadistes extrémistes et une forte augmentation des incidents violents au cours de l’année 2020, ce qui confirme la tendance à l’escalade continue au cours de la dernière décennie, malgré la propagation de la pandémie de Coronavirus et l’augmentation du déploiement de la sécurité qui était censé limiter les déplacements de ces groupes, le rapport a constaté le contraire. Pendant cette période, les capacités de ces groupes n’ont pas été exclues, et les forces locales et internationales en Afrique n’ont pas réussi à perturber leurs capacités, au contraire, le nombre de victimes de ces groupes a augmenté d’un tiers l’année précédente.

Ceci est dû à la réelle faiblesse des forces locales africaines des cinq pays du Sahel, car elles souffrent encore de multiples problèmes, dont une formation insuffisante, le manque de financement et d’armement, ainsi que l’absence du niveau de coordination requis entre leurs bataillons appartenant aux cinq pays, et leur manque de puissance aérienne et la faiblesse technologique des opérations de renseignement, qui limite leur capacité à atteindre les objectifs pour lesquels elles ont été formées, à savoir la lutte contre le terrorisme, la criminalité transnationale organisée et la traite des êtres humains, et les rend vulnérables aux opérations militaires djihadistes et terroristes.

Au Burkina Faso, voisin du Mali, les forces de sécurité locales sont devenues incapables d’arrêter l’avancée des djihadistes, de sorte que certains groupes djihadistes se rejoignent et cela pose un plus grand danger dans un avenir proche. Selon les rapports, jusqu’à ce moment, les derniers développements sont encore révélateurs de l’incapacité des pays du « Sahel africain » à faire face aux groupes terroristes ; Après la fin de l’opération Barkhane, beaucoup redoutent l’idée de l’effondrement des États du Sahel, où la même « scène afghane » sera répétée dans la « région du Sahel ».

Al-Qaida annonce son intention de reproduire l’expérience des talibans :

Après un long silence du leader de l’organisation « Soutien à l’islam et aux musulmans », affiliée à Al-Qaida, Iyad Ag Ghali dans la région du Sahel africain, il a félicité les talibans d’Afghanistan pour leur grande victoire, et le récupération du pays de l’armée américaine.

Dans le discours, il a indiqué la possibilité de reproduire la même expérience en Afrique, notamment après la décision de la France de mettre fin à ses opérations Barkhane.

Ce qui conduira à la faiblesse des forces locales, puis à la répétition du scénario, d’autant plus qu’il ne se passe pas un seul jour sans que les agences de presse internationales fassent état des actions, comportements et attaques d’organisations extrémistes revendiquant leur affiliation à ISIS et Al-Qaïda.

Ces groupes peuvent non seulement lancer des attaques complexes, mais peuvent également occuper des territoires et détruire des armées entières. Avec une population en croissance rapide, les récits historiques de la renaissance des États islamiques précoloniaux et les défis découlant de la mauvaise gouvernance sont tous des facteurs que l’Etat islamique peut trouver terreau fertile du continent pour étendre ses racines.

Les années précédentes, avant qu’il ne soit vigoureusement combattu par la coalition internationale, l’Etat islamique contrôlait environ, voire 1% du territoire africain. Presque tous les pays africains craignent l’organisation et l’expansion de ses attaques et opérations, y compris les pays qui n’ont pas encore été exposés aux attaques de l’Etat islamique comme le Sénégal.

Aussi, l’organisation aujourd’hui en Afrique de l’Ouest et du Centre est difficile à être éradiqué militairement. Sans former une coalition internationale similaire à la coalition en Syrie et en Irak, selon le rapport du Politics Center.

Share This