Défis potentiels de la force “Takuba”

Juin 15, 2020 | Anti terrorisme, Études

“Dans un développement tangible, la France a annoncé le lancement de la force militaire Takuba dans les États africains du Sahel avant la fin de l’été prochain, en alliance avec des pays européens, en particulier après la présence croissante de djihadistes et de rebelles dans la plupart des régions des États du Sahel.”

” Takuba ” est le nom de la force de commandement aéroportée européenne, qui devrait être composée de 500 combattants, afin d’aider à combattre les organisations terroristes dans les régions du Sahel, à coté des forces françaises de Barkhane, qui étaient au nombre d’environ 5100, après l’extension du ministère français des Armées le 2 février 2020, avec une force de 600 soldats supplémentaires. Le président Macron avait promis cette augmentation lors du sommet “Bo” avec les dirigeants des pays africains du Sahel en janvier dernier pour renforcer la force avec 220 soldats supplémentaires, mais il a décidé de porter ce nombre à 600 soldats.

Ce qui distingue cette déclaration française sur le lancement de cette force, c’est qu’elle est intervenue après une conférence téléphonique des ministres de la défense et les représentants de treize pays (Belgique, République tchèque, Danemark, Estonie, France, Allemagne, Mali, Pays-Bas, Niger, Norvège, Portugal, Suède et Grande-Bretagne) qui ont publié une déclaration politique dans laquelle ils se sont engagés à renforcer cette force afin d’affaiblir l’influence et les capacités de ces groupes en escalade.

Mais cette distinction est susceptible de faire face à des défis potentiels au niveau des pays participants et au niveau local africain.

Premièrement : les défis attendus au niveau des pays participants :

Pression de l’opinion publique : il est possible que les pays européens participants subissent des pressions de la part de leurs citoyens (opinion publique) sur la faisabilité de la présence de ces forces en dehors de leurs frontières, surtout si ces forces sont exposées à des pertes humaines qui “rendent les réactions des parties affectées anormales et peuvent Susciter l’opinion publique.

La France a fait l’objet de vives critiques de la part de l’opinion publique française, suite au meurtre de 13 militaires français l’année dernière après que deux hélicoptères sont entrés en collision lors d’une opération militaire contre les djihadistes au Mali dans le cadre de la mission militaire “Barkhane” qui a débuté en 2013. Les militants ont réagit sur les réseaux sociaux : “Les seuls perdants sont les pauvres soldats, leurs femmes, leurs familles et leurs amis, et il est regrettable qu’ils n’aient pas défendu la France mais défendu les intérêts des multinationales qui pillent ces pays”, tandis qu’un autre a demandé : “Que fait la France en Afrique ?”

Une telle pression peut amener certains pays à se retirer de la force avant le début de son opération, de peur d’un sort similaire à celui des Français rend l’accord fragile et non basé sur le pouvoir de l’opinion publique. L’Allemagne a été confrontée à une grande controverse et à une forte fracture qui a même atteint la coalition gouvernementale dirigée par la chancelière Angela Merkel au cours de la dernière année 2019, du fait que les autorités du pays ont l’intention d’assumer davantage de responsabilités militaires au Sahel en réponse aux demandes de la France. C’est une vieille demande française qui est toujours renouvelée pour l’Allemagne, c’est-à-dire qu’elle n’est pas nouvelle. L’Allemagne avait précédemment refusé la participation de Paris au déploiement de la force “Brakhane”, ce qui pourrait pousser les opposants à ce qui est apparu afin que l’Allemagne s’implique dans le pouvoir de Takuba, notamment, et que la France veuille transformer la mission des soldats à Takuba Dans la région du Sahel, de la formation à la participation réelle et active à l’opération de combat, qui est rejetée par les Allemands, car elle touche la tendance pacifique traditionnelle de l’opinion publique allemande et redonne l’image de l’armée hitlérienne.

Investir l’accord des partis d’opposition :

Si les partis d’opposition des pays impliqués dans la formation de la puissance de Takuba observent du point de vue des intersections d’intérêts en politique internationale, ils soutiendront que cette alliance ne sert que les intérêts de la France, d’autant plus que la région du Sahel représente une source primaire de ressources énergétiques, et les entreprises françaises en dépendent, en plus de protéger les investissements économiques majeurs de la France au Sénégal, au Burkina Faso et dans les autres pays de la région.

De plus, la coalition “relâcherait” Paris, qui est impliqué dans une guerre contre les djihadistes en Afrique depuis des années. Quels avantages ces pays peuvent-ils tirer de leur participation à la force Takuba, et ils sont déjà impliqués depuis 2013 dans la « Mission des Nations Unies dans les États du Sahel », qui compte 13 000 soldats des « Casques bleus », qui est l’une des plus grandes missions des Nations Unies, Cette mission a payé un lourd tribut, avec plus de deux cents soldats tués. Il s’agit de la force dans laquelle l’Allemagne compte mille et cent soldats, tandis que la Grande-Bretagne s’est engagée à déployer 250 militaires pendant trois ans à partir de 2020. Il est vrai que cette force n’a pas pour mandat de lancer des opérations offensives militaires, mais elle y fait un grand devoir, elle aide à maintenir la paix, elle forme également les forces de sécurité maliennes et la force du travail régionale du Groupe des cinq pour le Sahel (qui comprend ces pays : Mauritanie, Mali, Niger, Burkina Faso et Tchad). Elle fournit à ces forces les informations nécessaires et, en cas d’urgence, le Parlement allemand a mandat, pour les forces allemandes, de fournir du carburant aux avions français pendant le vol, mais sans participer à des opérations anti-terroristes.

Deuxièmement : mécontentement local à l’égard de l’influence française et européenne dans ces régions.

La crainte que la force Takuba soit confrontée au même mécontentement que la force Barkhane au Sahel. Ces derniers temps, des indicateurs africains locaux croissants sont apparus sur le rejet de la présence française au Sahel en tant que puissance occupante qui épuise les économies du Sahel, à travers le pillage des richesses et l’appauvrissement continu des peuples de la région, en plus de contrôler ces économies fragiles à travers le franc africain, ce qui, selon eux, représente une autre corde coloniale reliant La France, avec les peuples de l’Afrique de l’Ouest; Dans une déclaration à Jeune Afrique, Hervé Ouattara, chef du Front anti-CFA, a affirmé que “la France est quelque peu responsable de la situation actuelle dans la région du Sahel, et nous pensons que les Français sont venus dans la région du Sahel pour piller nos richesses et nos matières premières … donc tout ce qui se passe dans la région du Sahel est le résultat de ce que la France a fait en Libye en 2011. ”

Il y a une tendance croissante à la haine pour l’ingérence étrangère dans la région du Sahel, en particulier contre la France, et coïncide avec l’escalade des sentiments de nationalisme africain, de larges élites de jeunes dans la région du Sahel et sur le continent africain trouvent un grand niveau d’insatisfaction à l’égard des politiques d’intervention occidentales, et ce sentiment était basé sur la littérature précédente sur L’héritage colonial douloureux de la région, où la littérature africaine regorge d’actes brutaux pratiqués par l’Occident, en particulier la France, pour stabiliser leur pouvoir dans la région. La France a également soutenu les dictatures africaines et les a défendues contre la démocratie en Afrique. Ces sentiments se sont manifestés publiquement et de manière flagrante à travers les manifestations de masse au Mali et au Burkina Faso. Ces manifestations comprenaient la demande de départ des soldats français et des bases dans la région et ils ont également brûlé les drapeaux de la France en signe symbolique de l’incendie de la tutelle française.

L’intervention de la force devient une justification supplémentaire pour les groupes djihadistes et les dirigeants des groupes djihadistes armés actifs dans la région du Sahel ont précédemment justifié leurs opérations djihadistes comme une « réponse à la présence des forces militaires occidentales au Mali et dans la région du Sahel », soulignant que « n’eut été de la présence de ces forces, ils n’auraient pas eu recours aux hostilités ». Ce sont des indications de futurs motifs atténués pour la réponse des dirigeants des pays du Sahel aux opposants qui les appellent à déclarer leur indépendance de la France. D’autant plus que l’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, fondateur du « Groupe des cinq pays du Sahel », avait jugé inutile la mission française de Barkhane stationnée au Mali depuis 2013, Il a appelé à la remplacer par la force du groupe militaire conjoint du Sahel et à diriger les fonds alloués à la force de Barkhane à la force du Sahel. ”

Troisièmement : la nécessité de mettre en évidence les objectifs souhaités de la force “Takuba”

Ces mises en garde adressées dans les deux axes précédents, qui pourraient affecter le soutien de la force Takuba, imposent aux responsables des pays participant à la force de souligner l’importance de cette force dans la région du Sahel pour les intérêts et la sécurité européens, et de promouvoir dans les médias que le pouvoir s’inscrivait dans le cadre de la démarche européenne Rapide, après avoir évalué les risques et soutenu la stabilité dans la région en vue du développement et des investissements économiques, comme suit:

• Le terrorisme a augmenté dans la région du Sahel, en particulier après l’ingérence de la Turquie en Libye et son impact sur l’immigration, en particulier après la diffusion de rapports selon lesquels la Turquie a transféré des combattants de Syrie pour combattre en Libye, ce qui à son tour améliore la route de transit des régions des États du Sahel vers la Libye, ce qui menace d’augmenter le taux de migration africaine Et le transfert de terroristes entre eux, et le journal allemand “Der Spiegel” a mis en garde contre “la Libye devenant un point de départ pour les réfugiés africains vers l’Europe, et la possibilité qu’Erdogan exploite ce journal pour faire chanter l’Europe avec le dossier des réfugiés”, tout comme il y a quelques mois a ouvert la porte aux réfugiés pour traverser l’Europe, à partir des territoires Turc, qui constitue une menace majeure pour la sécurité européenne

• Rassurer la communauté locale africaine, et un investissement médiatique du nom “Takuba” qui signifie la célèbre épée utilisée dans la région du Sahel, afin de se rapprocher de la population locale, et de les convaincre que ce pouvoir vise à combattre les terroristes, afin d’ouvrir la voie à de réels investissements et développement, et ouvrir de nouveaux marchés du travail. Malgré les milliards de dollars que les Nations Unies, la France et les États-Unis ont injecté au Sahel pour stabiliser La région qui a connu une flambée de violence au cours des derniers mois, qui a alimenté le sentiment parmi la population que les forces étrangères profitent de l’insécurité dans la région.

• Elargissant les options des pays de l’Union africaine, cette force est composée de 13 pays, et limite ainsi l’influence de la France dans les affaires intérieures, d’autant plus qu’elle inclut l’Allemagne, qui a une grande puissance économique, et qui a d’énormes investissements concrets en Afrique, qui vise également à stabiliser la situation, en augmentant davantage les investissements, ce qui contribue à l’expansion de la classe moyenne africaine là-bas. L’Allemagne, selon l’économiste tchadien Issa Abdel Mamot, souhaite relancer davantage ses investissements en Afrique, d’autant plus que les indicateurs globaux de certaines économies du continent montrent une volonté de croissance économique. » Ce sont des indicateurs qui se sont manifestés par « l’émergence d’une classe moyenne plus large et l’engagement de certains gouvernements à transférer leurs matières du brut au niveau local, en plus de la stabilité enregistrée il y a 10 ans dans des pays comme le Nigéria, l’Afrique du Sud, le Kenya, le Rwanda et le Tchad. » Selon une étude de la Banque africaine de développement, publiée le 27 octobre 2014, environ 370 millions d’Africains, soit un tiers de la population du continent, appartiennent à la classe moyenne.

 

Share This