Coronavirus … Sommes-nous confrontés à un nouveau système mondial ?

Avr 11, 2020 | covid 19, Les rapports

Selon le Dr Alaa Abu Taha, professeur de droit et de relations internationales : “L’idée de souveraineté des États semble être encore la pierre angulaire de l’établissement de relations internationales, même si elle semble détendue dans certaines formes de flux frontaliers à l’ère de la mondialisation et de la crise de Coronavirus. Désormais, les relations internationales sont gérées par des efforts nationaux et non mondiaux, d’une manière équivalente à l’ampleur de l’épidémie, là où les objectifs de l’interdépendance internationale semblent aujourd’hui être une caricature et de la fragilité, pas à la hauteur du défi, et le nationalisme prévaut toujours dans le comportement de l’État contemporain. C’est pourquoi nous disons que l’objectif de la mondialisation n’était que le profit, pas la mondialisation des intérêts humains telle qu’elle est promue par les néolibéraux. Le monde d’aujourd’hui est encore plus fragmenté et séparé, et le nombre d’entités de pays et d’autres augmente, et la mondialisation sous sa forme culturelle a conduit au rebond d’une identité nationale représentée par le retour de la droite et d’une identité religieuse représentée dans l’extrémisme et le sectarisme.

La disparition du concept de l’intégration de l’union européenne

Les pays de l’Union européenne ont ignoré son document fondateur de solidarité en cas de catastrophe et ont délibérément cherché à se cacher à l’intérieur de leurs frontières nationales, dans un comportement qui fait douter du sort du traité de Schengen.

Sous le slogan de la protection de la population, aucun chef d’État européen n’a abordé dans son discours et son comportement toute tendance et appelle à l’unité face au virus.

Le 16 mars 2020, le président français Emmanuel Macron a annoncé la fermeture des frontières avec l’Europe pendant 30 jours à la lumière de la propagation du virus Corona dans la région. Macron a déclaré dans son discours : “Nous sommes dans un état de guerre sanitaire grave … et les gens et les fonctionnaires doivent s’unir pour affronter ce virus.”

Même Angela Merkel, qui se considérait comme la plus grande avocate de la politique de « l’European Open Frontier », s’est retrouvée dans son récent discours pleurant sa position en imposant une fermeture des frontières avec la France, le Danemark, l’Autriche, la Suisse et le Luxembourg.

Sous l’accélération de la politique des dominos pour se protéger contre les virus en série, la Slovénie a commencé à fermer partiellement les passages à niveau avec l’Italie en particulier, y compris le réseau ferroviaire vital, ainsi que la Pologne, a annoncé le 13 mars qu’elle autoriserait uniquement les citoyens et les résidents à entrer sur son territoire, et le Premier ministre Muravitsky a déclaré: “L’État n’abandonnera pas Ses citoyens, “soulignant que” dans la situation actuelle, nous ne pouvons pas garder les frontières ouvertes aux étrangers “, et de nombreux pays européens ont pris les mêmes mesures.

L’Union européenne abandonne l’Italie et la laisse seule

Les pays européens ont non seulement satisfait à la politique de fermeture des frontières, mais ont également laissé l’Italie seule, le deuxième pays au monde à avoir subi un revers dans le virus de Corona. L’Allemagne, par exemple, a interdit l’exportation de matériel médical, et la France a fait de même, tandis que la position américaine était d’accuser l’Italie et l’Europe d’être une menace pour la sécurité sanitaire nationale américaine, comme l’a déclaré le président américain Donald Trump.

Le secteur de la santé dans l’Union européenne fait partie des domaines qui relèvent de l’autorité et des pouvoirs de ses pays, et bien qu’il n’y ait pas de politique de santé commune à l’ensemble de l’Union européenne, ses pays doivent agir dans le cadre de la solidarité et de la coordination en cas de crise. La Commission européenne, qui fait office d’organe exécutif de l’Union européenne, devrait également assumer la tâche de coordonner ces cas.

La situation actuelle dans l’Union européenne montre le manque d’engagement des pays européens envers le principe de solidarité, ainsi que la faiblesse du rôle de la Commission européenne, qui ne se coordonne pas correctement. L’ambassadeur d’Italie auprès de l’Union européenne, Maurizio Massari, a commenté les conditions de l’Union européenne, qui n’a pris aucune mesure concrète, urgente autre que des réunions et des échanges de vues. Il a souligné que l’Italie était laissée seule face au Coronavirus et laissée seule face à la crise des réfugiés. Il y a eu une réaction similaire du Premier ministre autrichien Sebastian Kurz, qui a déclaré que “le principe de solidarité et de coordination ne fonctionne pas en Europe à la lumière de cette situation dangereuse”. Les pays de l’Union européenne agissent unilatéralement sans coordination entre eux et des politiques d’isolement sont appliquées.

Dans le cadre de cette politique d’abandon et de fermeture, la Chine a apporté un soutien substantiel à l’Italie et dépêché une équipe médicale spécialisée, en plus de deux millions de masques médicaux, 1 000 respirateurs pulmonaires et 20 000 vêtements de protection.

Le mensonge de la “communauté internationale” et la fin de la mondialisation telle que nous la connaissons

La crise de Corona a révélé que le mot “communauté internationale” est un gros mensonge, et la capitale n’a rien d’autre qu’une illusion et une accumulation rentable sans égard aux valeurs éthiques et humaines les plus basses. La solidarité, les accords et les alliances se sont avérés futiles avec juste une crise grave qui a mis en évidence des lacunes politiques.

Vols maritimes et vol de prestations médicales, il y a un navire qui arrivait en Tunisie chargé d’alcool médical piraté en mer par des Italiens. Des Tchèques non identifiés ont attaqué une cargaison de moyens médicaux venant de Chine vers l’Italie pour le contrôler comme le font les bandits, les observateurs ont décrit l’événement comme le début du déclin moral de pays qui ont été libérés des contrôles et des lois en temps de danger, pour se maintenir dans une vie approchant la vie de la forêt dans laquelle chacun cherche lui-même, il y a peu de signes de déclin, mais ce sont des débuts suffisants pour marquer le début de la désintégration des centres et des frontières créés par la mondialisation.

Robin Niblett (PDG de Chatham House) convient que le virus pourrait être la paille qui a brisé le dos du chameau à la mondialisation économique. Il pense que le virus Corona mettra à l’épreuve les gouvernements, les entreprises et les sociétés pour améliorer leur capacité à faire face à de longues périodes d’auto-isolement économique.

Dans ce contexte, il semble hautement improbable que le monde revienne à l’idée d’une mondialisation mutuellement bénéfique qui a défini le début des années 2000. Et sans incitation à protéger les gains mutuels.

En réponse à la pression croissante du public pour atteindre des objectifs d’émissions de carbone inversement proportionnels à l’intégration économique mondiale, l’architecture de la gouvernance économique mondiale créée au XXe siècle va rapidement se détériorer. Il faudra alors une discipline massive des dirigeants politiques pour maintenir la coopération internationale et ne pas reculer devant une concurrence géopolitique ouverte.

Et lorsqu’ils prouveront à leurs citoyens qu’ils peuvent gérer la crise du COVID-19, les politiciens achèteront du capital politique. Mais ceux qui échouent auront du mal à résister à la tentation de blâmer les autres pour leur échec.

Plus de mondialisation centrée sur la Chine

Kishore Mahbubani (membre émérite du Research Institute of Asia de l’Université nationale de Singapour et auteur de “Has China Won ?” “The Chinese Challenge of American Priority”) soutient que la pandémie COVID-19 ne changera pas fondamentalement les tendances économiques mondiales. Elle ne fera qu’accélérer le changement qui a déjà commencé : La transition de la mondialisation centrée sur les États-Unis à la mondialisation centrée sur la Chine. Il se demande pourquoi cette tendance va se poursuivre ? Le peuple américain a perdu confiance dans la mondialisation et le commerce international. Accords de libre-échange, avec ou sans le président américain Donald Trump. D’un autre côté, la Chine n’a pas perdu sa foi. Pourquoi pas ? Il y a des raisons historiques plus profondes, car les dirigeants chinois savent maintenant très bien que le siècle d’humiliation qu’a connu la Chine de 1842 à 1949 est le résultat de sa complaisance et des efforts futiles de ses dirigeants pour la couper du monde. En revanche, les dernières décennies de reprise économique ont été le résultat de la participation mondiale. Le peuple chinois a également été témoin de l’explosion de la révolution culturelle et il pense pouvoir concourir n’importe où. ”

La lutte politique et nationale a dominé la réponse unifiée contre ce virus. Malgré tout ce qui s’est passé et malgré le danger apparent de cette épidémie pour l’humanité et sa propagation dans la plupart des pays du monde et sa menace d’atteindre les pays qui ne l’ont pas encore atteint, de nombreuses actions des pays sont des procédures effrayantes et tremblantes et n’ont pas encore traité cette pandémie selon les exigences de la science et loin de l’égoïsme et de l’intérêt personnel.

Le monde ne survivra pas et l’humanité ne l’emportera pas sur cette pandémie si cet engagement égoïste et individuel avec ce revers se poursuit. Le monde, en particulier les grands pays, sont appelés à trouver un mécanisme international pour lutter contre cette pandémie et toutes ses conséquences économiques et sociales, dans un esprit d’unité, de coopération et de solidarité humaine. Ce virus ne peut être vaincu sans l’éliminer dans tous les pays du monde, les pauvres avant les riches.

C’est ce que le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a confirmé lorsqu’il a déclaré : “Nous devons mettre fin à la maladie de la guerre afin de gagner la guerre contre la maladie qui détruit notre monde. Les combats doivent cesser maintenant partout, c’est ce dont notre famille humaine a besoin, maintenant plus Jamais.

Certes, la carte politique ne restera pas la même dans le monde après le virus Corona, il est également clair que la norme de progrès aujourd’hui n’est pas le défilé militaire et l’enrichissement d’uranium mais plutôt le système de santé, les laboratoires de recherche, le budget de l’éducation, la recherche scientifique, les stratégies de réponse aux crises et l’étendue de la sensibilisation nationale.

L’étoile semble briller à l’avenir de l’est et des pays qui, malgré les défis économiques, ont préservé le patrimoine humain, la dimension sociale et les valeurs qui sont toujours présentes.

 

Mots clés :corona | Coronavirus | covid 19
Share This