Conférence d’appui au Soudan sous les auspices du président Macron en France… opportunités et défis.

Juin 10, 2021 | économie, Les rapports

Le mouvement de protestation qui a poussé l’armée soudanaise à évincer el-Béchir a réalisé un grand exploit, après quoi les États-Unis ont retiré le Soudan des listes du terrorisme en décembre dernier.

Le 17 mai 2021, une conférence intitulée « Conférence internationale d’appui à la transition soudanaise» s’est tenue à Paris, la capitale française, sous les auspices du président français Emmanuel Macron, avec la participation d’un certain nombre de chefs d’État et de gouvernements régionaux et internationaux et la présence du président du Conseil de transition au Soudan, Abdel Al-Fattah Al-Burhan, accompagné d’une trentaine d’autres responsables gouvernementaux. La conférence visait à obtenir l’exemption du Soudan des dettes extérieures (environ 58,8 milliards de dollars), aussi attirer les investissements étrangers dans le pays et à s’efforcer d’intégrer le pays dans la communauté internationale après son isolement qui a duré trois décennies. Cet article met en lumière les préparatifs et les défis auxquels le Soudan est confronté et  la possibilité d’atteindre ces objectifs.

Premièrement : Au niveau du traitement des dettes accumulées

l’objectif du Soudan de réduire son ratio d’endettement extérieur est étroitement liée au programme de surveillance du FMI, un programme de surveillance en tant qu’initiative en faveur des pays pauvres (PPTE), qui connaissent des problèmes réels ou potentiels de balance des paiements. Les autorités de chaque pays conçoivent des programmes nationaux de réforme économique en étroite coopération avec le Fonds et avec son soutien financier, à condition que la poursuite de ce soutien dépende de l’efficacité de la mise en œuvre des modifications envisagées. C’est le programme approuvé par le gouvernement soudanais à l’avance et qui a constitué la base de la coopération entre les deux parties, cette condition a également été critiquée pour la conférence, dont les observateurs estimaient que la base était l’étape d’annulation de la dette elle-même, et non le respect du programme de surveillance de la Banque mondiale.

Il est vrai que le gouvernement soudanais lors de la conférence a pris des engagements de nombreux pays pour annuler leurs dettes sur le Soudan, ce que le Premier ministre, Abdullah Hamdok, espère atteindre l’exemption du Soudan avec environ 45 milliards de dollars de ses dettes, ce qui est le total des promesses faites lors de la conférence. En plus de ce qu’a annoncé la France, en accordant au Soudan un prêt relais de 1,5 milliard de dollars pour régler les arriérés dus au FMI, ce qui est une étape très importante pour rendre le pays digne de l’initiative des pays pauvres, après que le Soudan a récemment réglé les arriérés dus au Banque mondiale et Banque africaine de développement par le biais de prêts relais. Cependant, tout cela est lié au bilan positif du Soudan dans le domaine de la réforme et des politiques saines dans le cadre du programme de surveillance avec le FMI.

Dans ce contexte et en même temps, près de 20 entités politiques et groupes civils soudanais ont accepté de restructurer et d’élargir la base de participation aux Forces de la liberté et du changement, qui est la coalition au pouvoir pour la période de transition. Le gouvernement soudanais place également de grands espoirs dans la relance des investissements après la conférence et a préparé plusieurs projets pour cela, mais il attend toujours le rapport de suivi du Fonds monétaire international.

Attirer les investissements étrangers :

Les entreprises internationales sont conscientes de la valeur des ressources que le Soudan stocke, en tant que ressources naturelles, telles que le gaz naturel, l’or, l’argent, la chromite, le zinc et le fer. Le gouvernement soudanais a récemment approuvé la loi sur les investissements pour l’année 2021, et le gouvernement soudanais, en coopération avec le secteur privé, a proposé plus de 18 projets vitaux dans les secteurs de l’agriculture, de l’énergie, des transports, des infrastructures et des petites et moyennes entreprises.

Malgré cela, ce dossier est lié à la mise en place de réformes profondes dans de nombreux secteurs comme les banques et le foncier, ainsi que la lutte contre la corruption institutionnelle et la légalisation des relations entre les différents niveaux de gouvernement (central et étatique), l’incursion militaire de l’armée dans l’économie, et la mise en place d’un environnement encourageant et stimulant pour l’investissement. Il doit y avoir une stabilité politique et sécuritaire.

À la suite de trois décennies de liens de patronage entre le cercle restreint d’al-Bashir et les forces armées soudanaises, l’armée soudanaise maintient une présence économique massive, même après la chute d’al-Bashir et sa position économique a été mise en danger, mais l’armée soudanaise est toujours inébranlable et a maintenu son hégémonie économique, même après le coup d’État d’avril 2019, devant les autorités civiles qui ont souligné la nécessité de nationaliser les réserves d’or du Soudan, mais ces aspirations n’ont pas réussi à prendre l’élan requis. L’armée, qui contrôle la mine d’or de Jebel Amer au Darfour en 2017, en plus de trois autres gisements d’or soudanais majeurs, détient toujours les sources de revenus économiques les plus lucratives au Soudan.

Intégration du pays à la communauté internationale :

À cet égard, le Soudan cherche à exploiter sa situation stratégique, qui est au centre de nombreuses ambitions. Géographiquement, l’Égypte borde le Soudan au nord, l’Éthiopie, l’Érythrée et le Soudan du Sud au sud, et au nord-est est bordé par la mer Rouge, et au nord-ouest se trouve la Libye.

Cela lui a permis de nouer des relations, mais toujours au niveau militaire, car les forces soudanaises ont été déployées dans l’intervention militaire dirigée par les Saoudiens au Yémen, ce qui leur a permis de maintenir des relations étroites avec les dirigeants des deux pays. D’autre part, Moscou et Khartoum ont signé en 2019 un accord de coopération militaire de sept ans qui permet aux navires de guerre et aux avions russes d’entrer au Soudan, en plus de l’ouverture d’un bureau de représentation du ministère russe de la Défense, qui permet l’échange d’informations et l’expérience militaire et politique entre les deux parties.

La consolidation des partenariats et des relations de l’establishment militaire avec les pays est accusée par l’opinion publique soudanaise de dicter unilatéralement l’agenda politique de Khartoum, surtout après que Khartoum a annoncé son acceptation de la normalisation avec Israël comme signe de la volonté des forces armées soudanaises d’orienter la politique étrangère soudanaise dans le sens de la coercition, ce qui est considéré comme une maximisation de l’influence militaire à court terme. Et on ne sait toujours pas si le succès de la domination des forces armées sur l’économie dépendra de la libération du pays dans un saut de libération économique ?, D’autant plus qu’il existe une polarisation nette et ambiguë entre les relations militaires et civiles au Soudan, surtout après que les forces militaires se soient mises d’accord sur l’accord de la phase de transition signé en juillet 2019 pour être remis aux civils, l’armée est accusée d’avoir éludé ces engagements et de s’engager dans une campagne cachée pour consolider leur influence politique et l’impact économique sur le Soudan après la phase de transition et la marginalisation de l’opposition dans les rangs des forces armées soudanaises, qui peuvent mettre en danger la voie démocratique du Soudan.

Conclusion :

Cependant, malgré cet optimisme atteint lors de la Conférence pour rétablir le soutien au Soudan, de grands défis et faits se profilent à l’horizon. Le Soudan a enregistré une baisse significative de son produit intérieur brut en 2021, ainsi que le taux d’inflation le plus élevé d’Afrique atteignant 129,7 pour cent. Le chômage dépassait 16 pour cent de la population active totale en 2020, ce qui signifie que le pays n’a pas été en mesure de profiter pleinement de sa plus grande partie de la population, car plus de la moitié de sa population est en âge de travail.

Cela exige du gouvernement soudanais qu’il donne la priorité à l’établissement et à la mise en œuvre d’un programme de développement clair et complet, ainsi qu’à la correction des lacunes du régime précédent, au premier rang desquelles se trouve la corruption généralisée dans le pays. En plus de former les structures de l’autorité de transition, en particulier le Conseil législatif, et de nommer des gouverneurs d’État à titre permanent, ce qui contribuerait à fournir la stabilité politique et sécuritaire nécessaire pour améliorer le climat d’investissement.

Sinon, les nouvelles relations politiques et économiques du Soudan ne contribueront pas à offrir une meilleure qualité de vie à ses citoyens, ce qui maintiendra les vastes ressources du pays négligées et inexploitées. Même si le rapport du Fonds international était affirmatif fin juin prochain, et acceptait que le Soudan bénéficie de l’initiative Pays Pauvres Très Endettés (PPTE).

Mots clés :dettes | fmi | Paris | Soudan
Share This